Bibliographic Information

Sourate 12 - Coran 12-21. Traductions du Coran en Europe, XIIe-XXIe siècless12

Original Source

Witness List

  • Witness caire: Éd. du Caire, 1924
  • Witness hamidullah: Hamidullah révisée, 2000
  • Witness blachere: Blachère, 1957
  • Witness duryer: Du Ryer, 1647
  • Witness bibliander: Bibliander, 1550

Electronic Edition Information:

Responsibility Statement:
  • Structuration des données (TEI) Paul Gaillardon, Maud Ingarao (Pôle HN IHRIM)
Publication Details:

Published by IHRIM.

Lyon

Licence

Encoding Principles

À faire.

←|→Éd. du Caire, 1924Contexte X
سورة يوسف
بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
1
الر تِلْكَ آيَاتُ الْكِتَابِ الْمُبِينِ
2
إِنَّا أَنزَلْنَاهُ قُرْآنًا عَرَبِيًّا لَّعَلَّكُمْ تَعْقِلُونَ
3
نَحْنُ نَقُصُّ عَلَيْكَ أَحْسَنَ الْقَصَصِ بِمَا أَوْحَيْنَا إِلَيْكَ هَذَا الْقُرْآنَ وَإِن كُنتَ مِن قَبْلِهِ لَمِنَ الْغَافِلِينَ
4
إِذْ قَالَ يُوسُفُ لِأَبِيهِ يَا أَبَتِ إِنِّي رَأَيْتُ أَحَدَ عَشَرَ كَوْكَبًا وَالشَّمْسَ وَالْقَمَرَ رَأَيْتُهُمْ لِي سَاجِدِينَ
5
قَالَ يَا بُنَيَّ لَا تَقْصُصْ رُؤْيَاكَ عَلَى إِخْوَتِكَ فَيَكِيدُوا لَكَ كَيْدًا إِنَّ الشَّيْطَانَ لِلْإِنسَانِ عَدُوٌّ مُّبِينٌ
6
وَكَذَلِكَ يَجْتَبِيكَ رَبُّكَ وَيُعَلِّمُكَ مِن تَأْوِيلِ الْأَحَادِيثِ وَيُتِمُّ نِعْمَتَهُ عَلَيْكَ وَعَلَى آلِ يَعْقُوبَ كَمَا أَتَمَّهَا عَلَى أَبَوَيْكَ مِن قَبْلُ إِبْرَاهِيمَ وَإِسْحَاقَ إِنَّ رَبَّكَ عَلِيمٌ حَكِيمٌ
7
لَّقَدْ كَانَ فِي يُوسُفَ وَإِخْوَتِهِ آيَاتٌ لِّلسَّائِلِينَ
8
إِذْ قَالُوا لَيُوسُفُ وَأَخُوهُ أَحَبُّ إِلَى أَبِينَا مِنَّا وَنَحْنُ عُصْبَةٌ إِنَّ أَبَانَا لَفِي ضَلَالٍ مُّبِينٍ
9
اقْتُلُوا يُوسُفَ أَوِ اطْرَحُوهُ أَرْضًا يَخْلُ لَكُمْ وَجْهُ أَبِيكُمْ وَتَكُونُوا مِن بَعْدِهِ قَوْمًا صَالِحِينَ
10
قَالَ قَائِلٌ مِّنْهُمْ لَا تَقْتُلُوا يُوسُفَ وَأَلْقُوهُ فِي غَيَابَتِ الْجُبِّ يَلْتَقِطْهُ بَعْضُ السَّيَّارَةِ إِن كُنتُمْ فَاعِلِينَ
11
قَالُوا يَا أَبَانَا مَا لَكَ لَا تَأْمَنَّا عَلَى يُوسُفَ وَإِنَّا لَهُ لَنَاصِحُونَ
12
أَرْسِلْهُ مَعَنَا غَدًا يَرْتَعْ وَيَلْعَبْ وَإِنَّا لَهُ لَحَافِظُونَ
13
قَالَ إِنِّي لَيَحْزُنُنِي أَن تَذْهَبُوا بِهِ وَأَخَافُ أَن يَأْكُلَهُ الذِّئْبُ وَأَنتُمْ عَنْهُ غَافِلُونَ
14
قَالُوا لَئِنْ أَكَلَهُ الذِّئْبُ وَنَحْنُ عُصْبَةٌ إِنَّا إِذًا لَّخَاسِرُونَ
15
فَلَمَّا ذَهَبُوا بِهِ وَأَجْمَعُوا أَن يَجْعَلُوهُ فِي غَيَابَتِ الْجُبِّ وَأَوْحَيْنَا إِلَيْهِ لَتُنَبِّئَنَّهُم بِأَمْرِهِمْ هَذَا وَهُمْ لَا يَشْعُرُونَ
16
وَجَاءُوا أَبَاهُمْ عِشَاءً يَبْكُونَ
17
قَالُوا يَا أَبَانَا إِنَّا ذَهَبْنَا نَسْتَبِقُ وَتَرَكْنَا يُوسُفَ عِندَ مَتَاعِنَا فَأَكَلَهُ الذِّئْبُ وَمَا أَنتَ بِمُؤْمِنٍ لَّنَا وَلَوْ كُنَّا صَادِقِينَ
18
وَجَاءُوا عَلَى قَمِيصِهِ بِدَمٍ كَذِبٍ قَالَ بَلْ سَوَّلَتْ لَكُمْ أَنفُسُكُمْ أَمْرًا فَصَبْرٌ جَمِيلٌ وَاللَّهُ الْمُسْتَعَانُ عَلَى مَا تَصِفُونَ
19
وَجَاءَتْ سَيَّارَةٌ فَأَرْسَلُوا وَارِدَهُمْ فَأَدْلَى دَلْوَهُ قَالَ يَا بُشْرَى هَذَا غُلَامٌ وَأَسَرُّوهُ بِضَاعَةً وَاللَّهُ عَلِيمٌ بِمَا يَعْمَلُونَ
20
وَشَرَوْهُ بِثَمَنٍ بَخْسٍ دَرَاهِمَ مَعْدُودَةٍ وَكَانُوا فِيهِ مِنَ الزَّاهِدِينَ
21
وَقَالَ الَّذِي اشْتَرَاهُ مِن مِّصْرَ لِامْرَأَتِهِ أَكْرِمِي مَثْوَاهُ عَسَى أَن يَنفَعَنَا أَوْ نَتَّخِذَهُ وَلَدًا وَكَذَلِكَ مَكَّنَّا لِيُوسُفَ فِي الْأَرْضِ وَلِنُعَلِّمَهُ مِن تَأْوِيلِ الْأَحَادِيثِ وَاللَّهُ غَالِبٌ عَلَى أَمْرِهِ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ
22
وَلَمَّا بَلَغَ أَشُدَّهُ آتَيْنَاهُ حُكْمًا وَعِلْمًا وَكَذَلِكَ نَجْزِي الْمُحْسِنِينَ
23
وَرَاوَدَتْهُ الَّتِي هُوَ فِي بَيْتِهَا عَن نَّفْسِهِ وَغَلَّقَتِ الْأَبْوَابَ وَقَالَتْ هَيْتَ لَكَ قَالَ مَعَاذَ اللَّهِ إِنَّهُ رَبِّي أَحْسَنَ مَثْوَايَ إِنَّهُ لَا يُفْلِحُ الظَّالِمُونَ
24
وَلَقَدْ هَمَّتْ بِهِ وَهَمَّ بِهَا لَوْلَا أَن رَّأَى بُرْهَانَ رَبِّهِ كَذَلِكَ لِنَصْرِفَ عَنْهُ السُّوءَ وَالْفَحْشَاءَ إِنَّهُ مِنْ عِبَادِنَا الْمُخْلَصِينَ
25
وَاسْتَبَقَا الْبَابَ وَقَدَّتْ قَمِيصَهُ مِن دُبُرٍ وَأَلْفَيَا سَيِّدَهَا لَدَى الْبَابِ قَالَتْ مَا جَزَاءُ مَنْ أَرَادَ بِأَهْلِكَ سُوءًا إِلَّا أَن يُسْجَنَ أَوْ عَذَابٌ أَلِيمٌ
26
قَالَ هِيَ رَاوَدَتْنِي عَن نَّفْسِي وَشَهِدَ شَاهِدٌ مِّنْ أَهْلِهَا إِن كَانَ قَمِيصُهُ قُدَّ مِن قُبُلٍ فَصَدَقَتْ وَهُوَ مِنَ الْكَاذِبِينَ
27
وَإِن كَانَ قَمِيصُهُ قُدَّ مِن دُبُرٍ فَكَذَبَتْ وَهُوَ مِنَ الصَّادِقِينَ
28
فَلَمَّا رَأَى قَمِيصَهُ قُدَّ مِن دُبُرٍ قَالَ إِنَّهُ مِن كَيْدِكُنَّ إِنَّ كَيْدَكُنَّ عَظِيمٌ
29
يُوسُفُ أَعْرِضْ عَنْ هَذَا وَاسْتَغْفِرِي لِذَنبِكِ إِنَّكِ كُنتِ مِنَ الْخَاطِئِينَ
30
وَقَالَ نِسْوَةٌ فِي الْمَدِينَةِ امْرَأَتُ الْعَزِيزِ تُرَاوِدُ فَتَاهَا عَن نَّفْسِهِ قَدْ شَغَفَهَا حُبًّا إِنَّا لَنَرَاهَا فِي ضَلَالٍ مُّبِينٍ
31
فَلَمَّا سَمِعَتْ بِمَكْرِهِنَّ أَرْسَلَتْ إِلَيْهِنَّ وَأَعْتَدَتْ لَهُنَّ مُتَّكَأً وَآتَتْ كُلَّ وَاحِدَةٍ مِّنْهُنَّ سِكِّينًا وَقَالَتِ اخْرُجْ عَلَيْهِنَّ فَلَمَّا رَأَيْنَهُ أَكْبَرْنَهُ وَقَطَّعْنَ أَيْدِيَهُنَّ وَقُلْنَ حَاشَ لِلَّهِ مَا هَذَا بَشَرًا إِنْ هَذَا إِلَّا مَلَكٌ كَرِيمٌ
32
قَالَتْ فَذَلِكُنَّ الَّذِي لُمْتُنَّنِي فِيهِ وَلَقَدْ رَاوَدتُّهُ عَن نَّفْسِهِ فَاسْتَعْصَمَ وَلَئِن لَّمْ يَفْعَلْ مَا آمُرُهُ لَيُسْجَنَنَّ وَلَيَكُونًا مِّنَ الصَّاغِرِينَ
33
قَالَ رَبِّ السِّجْنُ أَحَبُّ إِلَيَّ مِمَّا يَدْعُونَنِي إِلَيْهِ وَإِلَّا تَصْرِفْ عَنِّي كَيْدَهُنَّ أَصْبُ إِلَيْهِنَّ وَأَكُن مِّنَ الْجَاهِلِينَ
34
فَاسْتَجَابَ لَهُ رَبُّهُ فَصَرَفَ عَنْهُ كَيْدَهُنَّ إِنَّهُ هُوَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ
35
ثُمَّ بَدَا لَهُم مِّن بَعْدِ مَا رَأَوُا الْآيَاتِ لَيَسْجُنُنَّهُ حَتَّى حِينٍ
36
وَدَخَلَ مَعَهُ السِّجْنَ فَتَيَانِ قَالَ أَحَدُهُمَا إِنِّي أَرَانِي أَعْصِرُ خَمْرًا وَقَالَ الْآخَرُ إِنِّي أَرَانِي أَحْمِلُ فَوْقَ رَأْسِي خُبْزًا تَأْكُلُ الطَّيْرُ مِنْهُ نَبِّئْنَا بِتَأْوِيلِهِ إِنَّا نَرَاكَ مِنَ الْمُحْسِنِينَ
37
قَالَ لَا يَأْتِيكُمَا طَعَامٌ تُرْزَقَانِهِ إِلَّا نَبَّأْتُكُمَا بِتَأْوِيلِهِ قَبْلَ أَن يَأْتِيَكُمَا ذَلِكُمَا مِمَّا عَلَّمَنِي رَبِّي إِنِّي تَرَكْتُ مِلَّةَ قَوْمٍ لَّا يُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَهُم بِالْآخِرَةِ هُمْ كَافِرُونَ
38
وَاتَّبَعْتُ مِلَّةَ آبَائِي إِبْرَاهِيمَ وَإِسْحَاقَ وَيَعْقُوبَ مَا كَانَ لَنَا أَن نُّشْرِكَ بِاللَّهِ مِن شَيْءٍ ذَلِكَ مِن فَضْلِ اللَّهِ عَلَيْنَا وَعَلَى النَّاسِ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَشْكُرُونَ
39
يَا صَاحِبَيِ السِّجْنِ أَأَرْبَابٌ مُّتَفَرِّقُونَ خَيْرٌ أَمِ اللَّهُ الْوَاحِدُ الْقَهَّارُ
40
مَا تَعْبُدُونَ مِن دُونِهِ إِلَّا أَسْمَاءً سَمَّيْتُمُوهَا أَنتُمْ وَآبَاؤُكُم مَّا أَنزَلَ اللَّهُ بِهَا مِن سُلْطَانٍ إِنِ الْحُكْمُ إِلَّا لِلَّهِ أَمَرَ أَلَّا تَعْبُدُوا إِلَّا إِيَّاهُ ذَلِكَ الدِّينُ الْقَيِّمُ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ
41
يَا صَاحِبَيِ السِّجْنِ أَمَّا أَحَدُكُمَا فَيَسْقِي رَبَّهُ خَمْرًا وَأَمَّا الْآخَرُ فَيُصْلَبُ فَتَأْكُلُ الطَّيْرُ مِن رَّأْسِهِ قُضِيَ الْأَمْرُ الَّذِي فِيهِ تَسْتَفْتِيَانِ
42
وَقَالَ لِلَّذِي ظَنَّ أَنَّهُ نَاجٍ مِّنْهُمَا اذْكُرْنِي عِندَ رَبِّكَ فَأَنسَاهُ الشَّيْطَانُ ذِكْرَ رَبِّهِ فَلَبِثَ فِي السِّجْنِ بِضْعَ سِنِينَ
43
وَقَالَ الْمَلِكُ إِنِّي أَرَى سَبْعَ بَقَرَاتٍ سِمَانٍ يَأْكُلُهُنَّ سَبْعٌ عِجَافٌ وَسَبْعَ سُنبُلَاتٍ خُضْرٍ وَأُخَرَ يَابِسَاتٍ يَا أَيُّهَا الْمَلَأُ أَفْتُونِي فِي رُؤْيَايَ إِن كُنتُمْ لِلرُّؤْيَا تَعْبُرُونَ
44
قَالُوا أَضْغَاثُ أَحْلَامٍ وَمَا نَحْنُ بِتَأْوِيلِ الْأَحْلَامِ بِعَالِمِينَ
45
وَقَالَ الَّذِي نَجَا مِنْهُمَا وَادَّكَرَ بَعْدَ أُمَّةٍ أَنَا أُنَبِّئُكُم بِتَأْوِيلِهِ فَأَرْسِلُونِ
46
يُوسُفُ أَيُّهَا الصِّدِّيقُ أَفْتِنَا فِي سَبْعِ بَقَرَاتٍ سِمَانٍ يَأْكُلُهُنَّ سَبْعٌ عِجَافٌ وَسَبْعِ سُنبُلَاتٍ خُضْرٍ وَأُخَرَ يَابِسَاتٍ لَّعَلِّي أَرْجِعُ إِلَى النَّاسِ لَعَلَّهُمْ يَعْلَمُونَ
47
قَالَ تَزْرَعُونَ سَبْعَ سِنِينَ دَأَبًا فَمَا حَصَدتُّمْ فَذَرُوهُ فِي سُنبُلِهِ إِلَّا قَلِيلًا مِّمَّا تَأْكُلُونَ
48
ثُمَّ يَأْتِي مِن بَعْدِ ذَلِكَ سَبْعٌ شِدَادٌ يَأْكُلْنَ مَا قَدَّمْتُمْ لَهُنَّ إِلَّا قَلِيلًا مِّمَّا تُحْصِنُونَ
49
ثُمَّ يَأْتِي مِن بَعْدِ ذَلِكَ عَامٌ فِيهِ يُغَاثُ النَّاسُ وَفِيهِ يَعْصِرُونَ
50
وَقَالَ الْمَلِكُ ائْتُونِي بِهِ فَلَمَّا جَاءَهُ الرَّسُولُ قَالَ ارْجِعْ إِلَى رَبِّكَ فَاسْأَلْهُ مَا بَالُ النِّسْوَةِ اللَّاتِي قَطَّعْنَ أَيْدِيَهُنَّ إِنَّ رَبِّي بِكَيْدِهِنَّ عَلِيمٌ
51
قَالَ مَا خَطْبُكُنَّ إِذْ رَاوَدتُّنَّ يُوسُفَ عَن نَّفْسِهِ قُلْنَ حَاشَ لِلَّهِ مَا عَلِمْنَا عَلَيْهِ مِن سُوءٍ قَالَتِ امْرَأَتُ الْعَزِيزِ الْآنَ حَصْحَصَ الْحَقُّ أَنَا رَاوَدتُّهُ عَن نَّفْسِهِ وَإِنَّهُ لَمِنَ الصَّادِقِينَ
52
ذَلِكَ لِيَعْلَمَ أَنِّي لَمْ أَخُنْهُ بِالْغَيْبِ وَأَنَّ اللَّهَ لَا يَهْدِي كَيْدَ الْخَائِنِينَ
53
وَمَا أُبَرِّئُ نَفْسِي إِنَّ النَّفْسَ لَأَمَّارَةٌ بِالسُّوءِ إِلَّا مَا رَحِمَ رَبِّي إِنَّ رَبِّي غَفُورٌ رَّحِيمٌ
54
وَقَالَ الْمَلِكُ ائْتُونِي بِهِ أَسْتَخْلِصْهُ لِنَفْسِي فَلَمَّا كَلَّمَهُ قَالَ إِنَّكَ الْيَوْمَ لَدَيْنَا مَكِينٌ أَمِينٌ
55
قَالَ اجْعَلْنِي عَلَى خَزَائِنِ الْأَرْضِ إِنِّي حَفِيظٌ عَلِيمٌ
56
وَكَذَلِكَ مَكَّنَّا لِيُوسُفَ فِي الْأَرْضِ يَتَبَوَّأُ مِنْهَا حَيْثُ يَشَاءُ نُصِيبُ بِرَحْمَتِنَا مَن نَّشَاءُ وَلَا نُضِيعُ أَجْرَ الْمُحْسِنِينَ
57
وَلَأَجْرُ الْآخِرَةِ خَيْرٌ لِّلَّذِينَ آمَنُوا وَكَانُوا يَتَّقُونَ
58
وَجَاءَ إِخْوَةُ يُوسُفَ فَدَخَلُوا عَلَيْهِ فَعَرَفَهُمْ وَهُمْ لَهُ مُنكِرُونَ
59
وَلَمَّا جَهَّزَهُم بِجَهَازِهِمْ قَالَ ائْتُونِي بِأَخٍ لَّكُم مِّنْ أَبِيكُمْ أَلَا تَرَوْنَ أَنِّي أُوفِي الْكَيْلَ وَأَنَا خَيْرُ الْمُنزِلِينَ
60
فَإِن لَّمْ تَأْتُونِي بِهِ فَلَا كَيْلَ لَكُمْ عِندِي وَلَا تَقْرَبُونِ
61
قَالُوا سَنُرَاوِدُ عَنْهُ أَبَاهُ وَإِنَّا لَفَاعِلُونَ
62
وَقَالَ لِفِتْيَانِهِ اجْعَلُوا بِضَاعَتَهُمْ فِي رِحَالِهِمْ لَعَلَّهُمْ يَعْرِفُونَهَا إِذَا انقَلَبُوا إِلَى أَهْلِهِمْ لَعَلَّهُمْ يَرْجِعُونَ
63
فَلَمَّا رَجَعُوا إِلَى أَبِيهِمْ قَالُوا يَا أَبَانَا مُنِعَ مِنَّا الْكَيْلُ فَأَرْسِلْ مَعَنَا أَخَانَا نَكْتَلْ وَإِنَّا لَهُ لَحَافِظُونَ
64
قَالَ هَلْ آمَنُكُمْ عَلَيْهِ إِلَّا كَمَا أَمِنتُكُمْ عَلَى أَخِيهِ مِن قَبْلُ فَاللَّهُ خَيْرٌ حَافِظًا وَهُوَ أَرْحَمُ الرَّاحِمِينَ
65
وَلَمَّا فَتَحُوا مَتَاعَهُمْ وَجَدُوا بِضَاعَتَهُمْ رُدَّتْ إِلَيْهِمْ قَالُوا يَا أَبَانَا مَا نَبْغِي هَذِهِ بِضَاعَتُنَا رُدَّتْ إِلَيْنَا وَنَمِيرُ أَهْلَنَا وَنَحْفَظُ أَخَانَا وَنَزْدَادُ كَيْلَ بَعِيرٍ ذَلِكَ كَيْلٌ يَسِيرٌ
66
قَالَ لَنْ أُرْسِلَهُ مَعَكُمْ حَتَّى تُؤْتُونِ مَوْثِقًا مِّنَ اللَّهِ لَتَأْتُنَّنِي بِهِ إِلَّا أَن يُحَاطَ بِكُمْ فَلَمَّا آتَوْهُ مَوْثِقَهُمْ قَالَ اللَّهُ عَلَى مَا نَقُولُ وَكِيلٌ
67
وَقَالَ يَا بَنِيَّ لَا تَدْخُلُوا مِن بَابٍ وَاحِدٍ وَادْخُلُوا مِنْ أَبْوَابٍ مُّتَفَرِّقَةٍ وَمَا أُغْنِي عَنكُم مِّنَ اللَّهِ مِن شَيْءٍ إِنِ الْحُكْمُ إِلَّا لِلَّهِ عَلَيْهِ تَوَكَّلْتُ وَعَلَيْهِ فَلْيَتَوَكَّلِ الْمُتَوَكِّلُونَ
68
وَلَمَّا دَخَلُوا مِنْ حَيْثُ أَمَرَهُمْ أَبُوهُم مَّا كَانَ يُغْنِي عَنْهُم مِّنَ اللَّهِ مِن شَيْءٍ إِلَّا حَاجَةً فِي نَفْسِ يَعْقُوبَ قَضَاهَا وَإِنَّهُ لَذُو عِلْمٍ لِّمَا عَلَّمْنَاهُ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ
69
وَلَمَّا دَخَلُوا عَلَى يُوسُفَ آوَى إِلَيْهِ أَخَاهُ قَالَ إِنِّي أَنَا أَخُوكَ فَلَا تَبْتَئِسْ بِمَا كَانُوا يَعْمَلُونَ
70
فَلَمَّا جَهَّزَهُم بِجَهَازِهِمْ جَعَلَ السِّقَايَةَ فِي رَحْلِ أَخِيهِ ثُمَّ أَذَّنَ مُؤَذِّنٌ أَيَّتُهَا الْعِيرُ إِنَّكُمْ لَسَارِقُونَ
71
قَالُوا وَأَقْبَلُوا عَلَيْهِم مَّاذَا تَفْقِدُونَ
72
قَالُوا نَفْقِدُ صُوَاعَ الْمَلِكِ وَلِمَن جَاءَ بِهِ حِمْلُ بَعِيرٍ وَأَنَا بِهِ زَعِيمٌ
73
قَالُوا تَاللَّهِ لَقَدْ عَلِمْتُم مَّا جِئْنَا لِنُفْسِدَ فِي الْأَرْضِ وَمَا كُنَّا سَارِقِينَ
74
قَالُوا فَمَا جَزَاؤُهُ إِن كُنتُمْ كَاذِبِينَ
75
قَالُوا جَزَاؤُهُ مَن وُجِدَ فِي رَحْلِهِ فَهُوَ جَزَاؤُهُ كَذَلِكَ نَجْزِي الظَّالِمِينَ
76
فَبَدَأَ بِأَوْعِيَتِهِمْ قَبْلَ وِعَاءِ أَخِيهِ ثُمَّ اسْتَخْرَجَهَا مِن وِعَاءِ أَخِيهِ كَذَلِكَ كِدْنَا لِيُوسُفَ مَا كَانَ لِيَأْخُذَ أَخَاهُ فِي دِينِ الْمَلِكِ إِلَّا أَن يَشَاءَ اللَّهُ نَرْفَعُ دَرَجَاتٍ مَّن نَّشَاءُ وَفَوْقَ كُلِّ ذِي عِلْمٍ عَلِيمٌ
77
قَالُوا إِن يَسْرِقْ فَقَدْ سَرَقَ أَخٌ لَّهُ مِن قَبْلُ فَأَسَرَّهَا يُوسُفُ فِي نَفْسِهِ وَلَمْ يُبْدِهَا لَهُمْ قَالَ أَنتُمْ شَرٌّ مَّكَانًا وَاللَّهُ أَعْلَمُ بِمَا تَصِفُونَ
78
قَالُوا يَا أَيُّهَا الْعَزِيزُ إِنَّ لَهُ أَبًا شَيْخًا كَبِيرًا فَخُذْ أَحَدَنَا مَكَانَهُ إِنَّا نَرَاكَ مِنَ الْمُحْسِنِينَ
79
قَالَ مَعَاذَ اللَّهِ أَن نَّأْخُذَ إِلَّا مَن وَجَدْنَا مَتَاعَنَا عِندَهُ إِنَّا إِذًا لَّظَالِمُونَ
80
فَلَمَّا اسْتَيْأَسُوا مِنْهُ خَلَصُوا نَجِيًّا قَالَ كَبِيرُهُمْ أَلَمْ تَعْلَمُوا أَنَّ أَبَاكُمْ قَدْ أَخَذَ عَلَيْكُم مَّوْثِقًا مِّنَ اللَّهِ وَمِن قَبْلُ مَا فَرَّطتُمْ فِي يُوسُفَ فَلَنْ أَبْرَحَ الْأَرْضَ حَتَّى يَأْذَنَ لِي أَبِي أَوْ يَحْكُمَ اللَّهُ لِي وَهُوَ خَيْرُ الْحَاكِمِينَ
81
ارْجِعُوا إِلَى أَبِيكُمْ فَقُولُوا يَا أَبَانَا إِنَّ ابْنَكَ سَرَقَ وَمَا شَهِدْنَا إِلَّا بِمَا عَلِمْنَا وَمَا كُنَّا لِلْغَيْبِ حَافِظِينَ
82
وَاسْأَلِ الْقَرْيَةَ الَّتِي كُنَّا فِيهَا وَالْعِيرَ الَّتِي أَقْبَلْنَا فِيهَا وَإِنَّا لَصَادِقُونَ
83
قَالَ بَلْ سَوَّلَتْ لَكُمْ أَنفُسُكُمْ أَمْرًا فَصَبْرٌ جَمِيلٌ عَسَى اللَّهُ أَن يَأْتِيَنِي بِهِمْ جَمِيعًا إِنَّهُ هُوَ الْعَلِيمُ الْحَكِيمُ
84
وَتَوَلَّى عَنْهُمْ وَقَالَ يَا أَسَفَى عَلَى يُوسُفَ وَابْيَضَّتْ عَيْنَاهُ مِنَ الْحُزْنِ فَهُوَ كَظِيمٌ
85
قَالُوا تَاللَّهِ تَفْتَأُ تَذْكُرُ يُوسُفَ حَتَّى تَكُونَ حَرَضًا أَوْ تَكُونَ مِنَ الْهَالِكِينَ
86
قَالَ إِنَّمَا أَشْكُو بَثِّي وَحُزْنِي إِلَى اللَّهِ وَأَعْلَمُ مِنَ اللَّهِ مَا لَا تَعْلَمُونَ
87
يَا بَنِيَّ اذْهَبُوا فَتَحَسَّسُوا مِن يُوسُفَ وَأَخِيهِ وَلَا تَيْأَسُوا مِن رَّوْحِ اللَّهِ إِنَّهُ لَا يَيْأَسُ مِن رَّوْحِ اللَّهِ إِلَّا الْقَوْمُ الْكَافِرُونَ
88
فَلَمَّا دَخَلُوا عَلَيْهِ قَالُوا يَا أَيُّهَا الْعَزِيزُ مَسَّنَا وَأَهْلَنَا الضُّرُّ وَجِئْنَا بِبِضَاعَةٍ مُّزْجَاةٍ فَأَوْفِ لَنَا الْكَيْلَ وَتَصَدَّقْ عَلَيْنَا إِنَّ اللَّهَ يَجْزِي الْمُتَصَدِّقِينَ
89
قَالَ هَلْ عَلِمْتُم مَّا فَعَلْتُم بِيُوسُفَ وَأَخِيهِ إِذْ أَنتُمْ جَاهِلُونَ
90
قَالُوا أَإِنَّكَ لَأَنتَ يُوسُفُ قَالَ أَنَا يُوسُفُ وَهَذَا أَخِي قَدْ مَنَّ اللَّهُ عَلَيْنَا إِنَّهُ مَن يَتَّقِ وَيَصْبِرْ فَإِنَّ اللَّهَ لَا يُضِيعُ أَجْرَ الْمُحْسِنِينَ
91
قَالُوا تَاللَّهِ لَقَدْ آثَرَكَ اللَّهُ عَلَيْنَا وَإِن كُنَّا لَخَاطِئِينَ
92
قَالَ لَا تَثْرِيبَ عَلَيْكُمُ الْيَوْمَ يَغْفِرُ اللَّهُ لَكُمْ وَهُوَ أَرْحَمُ الرَّاحِمِينَ
93
اذْهَبُوا بِقَمِيصِي هَذَا فَأَلْقُوهُ عَلَى وَجْهِ أَبِي يَأْتِ بَصِيرًا وَأْتُونِي بِأَهْلِكُمْ أَجْمَعِينَ
94
وَلَمَّا فَصَلَتِ الْعِيرُ قَالَ أَبُوهُمْ إِنِّي لَأَجِدُ رِيحَ يُوسُفَ لَوْلَا أَن تُفَنِّدُونِ
95
قَالُوا تَاللَّهِ إِنَّكَ لَفِي ضَلَالِكَ الْقَدِيمِ
96
فَلَمَّا أَن جَاءَ الْبَشِيرُ أَلْقَاهُ عَلَى وَجْهِهِ فَارْتَدَّ بَصِيرًا قَالَ أَلَمْ أَقُل لَّكُمْ إِنِّي أَعْلَمُ مِنَ اللَّهِ مَا لَا تَعْلَمُونَ
97
قَالُوا يَا أَبَانَا اسْتَغْفِرْ لَنَا ذُنُوبَنَا إِنَّا كُنَّا خَاطِئِينَ
98
قَالَ سَوْفَ أَسْتَغْفِرُ لَكُمْ رَبِّي إِنَّهُ هُوَ الْغَفُورُ الرَّحِيمُ
99
فَلَمَّا دَخَلُوا عَلَى يُوسُفَ آوَى إِلَيْهِ أَبَوَيْهِ وَقَالَ ادْخُلُوا مِصْرَ إِن شَاءَ اللَّهُ آمِنِينَ
100
وَرَفَعَ أَبَوَيْهِ عَلَى الْعَرْشِ وَخَرُّوا لَهُ سُجَّدًا وَقَالَ يَا أَبَتِ هَذَا تَأْوِيلُ رُؤْيَايَ مِن قَبْلُ قَدْ جَعَلَهَا رَبِّي حَقًّا وَقَدْ أَحْسَنَ بِي إِذْ أَخْرَجَنِي مِنَ السِّجْنِ وَجَاءَ بِكُم مِّنَ الْبَدْوِ مِن بَعْدِ أَن نَّزَغَ الشَّيْطَانُ بَيْنِي وَبَيْنَ إِخْوَتِي إِنَّ رَبِّي لَطِيفٌ لِّمَا يَشَاءُ إِنَّهُ هُوَ الْعَلِيمُ الْحَكِيمُ
101
رَبِّ قَدْ آتَيْتَنِي مِنَ الْمُلْكِ وَعَلَّمْتَنِي مِن تَأْوِيلِ الْأَحَادِيثِ فَاطِرَ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ أَنتَ وَلِيِّي فِي الدُّنْيَا وَالْآخِرَةِ تَوَفَّنِي مُسْلِمًا وَأَلْحِقْنِي بِالصَّالِحِينَ
102
ذَلِكَ مِنْ أَنبَاءِ الْغَيْبِ نُوحِيهِ إِلَيْكَ وَمَا كُنتَ لَدَيْهِمْ إِذْ أَجْمَعُوا أَمْرَهُمْ وَهُمْ يَمْكُرُونَ
103
وَمَا أَكْثَرُ النَّاسِ وَلَوْ حَرَصْتَ بِمُؤْمِنِينَ
104
وَمَا تَسْأَلُهُمْ عَلَيْهِ مِنْ أَجْرٍ إِنْ هُوَ إِلَّا ذِكْرٌ لِّلْعَالَمِينَ
105
وَكَأَيِّن مِّنْ آيَةٍ فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ يَمُرُّونَ عَلَيْهَا وَهُمْ عَنْهَا مُعْرِضُونَ
106
وَمَا يُؤْمِنُ أَكْثَرُهُم بِاللَّهِ إِلَّا وَهُم مُّشْرِكُونَ
107
أَفَأَمِنُوا أَن تَأْتِيَهُمْ غَاشِيَةٌ مِّنْ عَذَابِ اللَّهِ أَوْ تَأْتِيَهُمُ السَّاعَةُ بَغْتَةً وَهُمْ لَا يَشْعُرُونَ
108
قُلْ هَذِهِ سَبِيلِي أَدْعُو إِلَى اللَّهِ عَلَى بَصِيرَةٍ أَنَا وَمَنِ اتَّبَعَنِي وَسُبْحَانَ اللَّهِ وَمَا أَنَا مِنَ الْمُشْرِكِينَ
109
وَمَا أَرْسَلْنَا مِن قَبْلِكَ إِلَّا رِجَالًا نُّوحِي إِلَيْهِم مِّنْ أَهْلِ الْقُرَى أَفَلَمْ يَسِيرُوا فِي الْأَرْضِ فَيَنظُرُوا كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الَّذِينَ مِن قَبْلِهِمْ وَلَدَارُ الْآخِرَةِ خَيْرٌ لِّلَّذِينَ اتَّقَوْا أَفَلَا تَعْقِلُونَ
110
حَتَّى إِذَا اسْتَيْأَسَ الرُّسُلُ وَظَنُّوا أَنَّهُمْ قَدْ كُذِبُوا جَاءَهُمْ نَصْرُنَا فَنُجِّيَ مَن نَّشَاءُ وَلَا يُرَدُّ بَأْسُنَا عَنِ الْقَوْمِ الْمُجْرِمِينَ
111
لَقَدْ كَانَ فِي قَصَصِهِمْ عِبْرَةٌ لِّأُولِي الْأَلْبَابِ مَا كَانَ حَدِيثًا يُفْتَرَى وَلَكِن تَصْدِيقَ الَّذِي بَيْنَ يَدَيْهِ وَتَفْصِيلَ كُلِّ شَيْءٍ وَهُدًى وَرَحْمَةً لِّقَوْمٍ يُؤْمِنُونَ
←|→Hamidullah révisée, 2000Contexte X
Joseph (Yusuf)
1
Alif, Lâm, Râ. Tels sont les versets du Livre explicite.
2
Nous l’avons fait descendre, un Coran en [langue] arabe, afin que vous raisonniez.
3
Nous te racontons le meilleur récit, grâce à la révélation que Nous te faisons dans ce Coran même si tu étais auparavant du nombre des inattentifs (à ces récits).
4
Quand Joseph dit à son père : « O mon père, j’ai vu [en songe], onze étoiles, et aussi le soleil et la lune ; je les ai vus prosternés devant moi ».
5
« O mon fils, dit-il, ne raconte pas ta vision à tes frères car ils monteraient un complot contre toi ; le Diable est certainement pour l’homme un ennemi déclaré.
6
Ainsi ton Seigneur te choisira et t’enseignera l’interprétation des rêves, et Il parfera Son bienfait sur toi et sur la famille de Jacob, tout comme Il l’a parfait auparavant sur tes deux ancêtres, Abraham et Isaac, car ton Seigneur est Omniscient et Sage.
7
Il y avait certainement, en Joseph et ses frères, des exhortations pour ceux qui interrogent,
8
quand ceux-ci dirent : « Joseph et son frère sont plus aimés de notre père que nous, alors que nous sommes un groupe bien fort. Notre père est vraiment dans un tort évident.
9
Tuez Joseph ou bien éloignez-le dans n’importe quel pays, afin que le visage de votre père se tourne exclusivement vers vous, et que vous soyez après cela des gens de bien ».
10
L’un d’eux dit : « Ne tuez pas Joseph, mais jetez-le si vous êtes disposés à agir, au fond du puits afin que quelque caravane le recueille ».
11
Ils dirent : « O notre père, qu’as-tu à ne pas te fier à nous au sujet de Joseph ? Nous sommes cependant bien intentionnés à son égard.
12
Envoie-le demain avec nous faire une promenade et jouer. Et nous veillerons sur lui ».
13
Il dit : « Certes, je m’attristerai que vous l’emmeniez ; et je crains que le loup ne le dévore dans un moment où vous ne ferez pas attention à lui ».
14
Ils dirent : « Si le loup le dévore alors que nous sommes nombreux, nous serons vraiment les perdants ».
15
Et lorsqu’ils l’eurent emmené, et se furent mis d’accord pour le jeter dans les profondeurs invisibles du puits, Nous lui révélâmes : « Tu les informeras sûrement de cette affaire sans qu’ils s’en rendent compte ».
16
Et ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant.
17
Ils dirent : « O notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph auprès de nos effets ; et le loup l’a dévoré. Tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité ».
18
Ils apportèrent sa tunique tachée d’un faux sang. Il dit : « Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose... [Il ne me reste plus donc] qu’une belle patience ! C’est Allah qu’il faut appeler au secours contre ce que vous racontez ! »
19
Or, vint une caravane. Ils envoyèrent leur chercheur d’eau, qui fit descendre son seau. Il dit : « Bonne nouvelle ! Voilà un garçon ! » Et ils le dissimulèrent [pour le vendre] telle une marchandise. Allah cependant savait fort bien ce qu’ils faisaient.
20
Et ils le vendirent à vil prix : pour quelques dirhams comptés. Ils le considéraient comme indésirable.
21
Et celui qui l’acheta était de l’Egypte. Il dit à sa femme : « Accorde lui une généreuse hospitalité. Il se peut qu’il nous soit utile ou que nous l’adoptions comme notre enfant. » Ainsi avons-nous raffermi Joseph dans le pays et nous lui avons appris l’interprétation des rêves. Et Allah est souverain en Son Commandement : mais la plupart des gens ne savent pas.
22
Et quand il eut atteint sa maturité Nous lui accordâmes sagesse et savoir. C’est ainsi que nous récompensons les bienfaisants.
23
Or celle [Zulikha] qui l’avait reçu dans sa maison essaya de le séduire. Et elle ferma bien les portes et dit : « Viens, (je suis prête pour toi !) » - Il dit : « Qu’Allah me protège ! C’est mon maître qui m’a accordé un bon asile. Vraiment les injustes ne réussissent pas ».
24
Et, elle le désira. Et il l’aurait désirée n’eût été ce qu’il vit comme preuve évidente de son Seigneur. Ainsi [Nous avons agi] pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos serviteurs élus.
25
Et tous deux coururent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière. Ils trouvèrent le mari [de cette femme] à la porte. Elle dit : « Quelle serait la punition de quiconque a voulu faire du mal à ta famille, sinon la prison, ou un châtiment douloureux ? »
26
[Joseph] dit : « C’est elle qui a voulu me séduire ». Et un témoin, de la famille de celle-ci témoigna : « Si sa tunique [à lui] est déchirée par devant, alors c’est elle qui dit la vérité, tandis qu’il est du nombre des menteurs.
27
Mais si sa tunique est déchirée par derrière, alors c’est elle qui mentit, tandis qu’il est du nombre des véridiques ».
28
Puis, quand il (le mari) vit la tunique déchirée par derrière, il dit : « C’est bien de votre ruse de femmes ! Vos ruses sont vraiment énormes !
29
Joseph, ne pense plus à cela ! Et toi, (femme), implore le pardon pour ton péché car tu es fautive ».
30
Et dans la ville, des femmes dirent : « la femme d’Al-’Azize essaye de séduire son valet ! Il l’a vraiment rendue folle d’amour. Nous la trouvons certes dans un égarement évident.
31
Lorsqu’elle eut entendu leur fourberie, elle leur envoya [des invitations,] et prépara pour elles une collation ; et elle remit à chacune d’elles un couteau. Puis elle dit : « Sors devant elles, (Joseph !) » - Lorsqu’elles le virent, elles l’admirèrent, se coupèrent les mains et dirent : « A Allah ne plaise ! Ce n’est pas un être humain, ce n’est qu’un ange noble ! »
32
Elle dit : « Voilà donc celui à propos duquel vous me blâmiez. J’ai essayé de le séduire mais il s’en défendit fermement. Or, s’il ne fait pas ce que je lui commande, il sera très certainement emprisonné et sera certes parmi les humiliés ».
33
Il dit : « O mon Seigneur, la prison m’est préférable à ce à quoi elles m’invitent. Et si Tu n’écartes pas de moi leur ruse, je pencherai vers elles et serai du nombre des ignorants » [des pécheurs].
34
Son Seigneur l’exauça donc, et éloigna de lui leur ruse. C’est Lui, vraiment, qui est l’Audient et l’Omniscient.
35
Puis, après qu’ils eurent vu les preuves (de son innocence), il leur sembla qu’ils devaient l’emprisonner pour un temps.
36
Deux valets entrèrent avec lui en prison. L’un d’eux dit : « Je me voyais [en rêve] pressant du raisin... » Et l’autre dit : « Et moi, je me voyais portant sur ma tête du pain dont les oiseaux mangeaient. Apprends-nous l’interprétation (de nos rêves), nous te voyons au nombre des bienfaisants ».
37
« La nourriture qui vous est attribuée ne vous parviendra point, dit-il, que je ne vous aie avisés de son interprétation [de votre nourriture] avant qu’elle ne vous arrive. Cela fait partie de ce que mon Seigneur m’a enseigné. Certes, j’ai abandonné la religion d’un peuple qui ne croit pas en Allah et qui nie la vie future ».
38
Et j’ai suivi la religion de mes ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob. Il ne nous convient pas d’associer à Allah quoi que ce soit. Ceci est une grâce d’Allah sur nous et sur tout le monde ; mais la plupart des gens ne sont pas reconnaissants.
39
O mes deux compagnons de prison ! Qui est le meilleur : des Seigneurs éparpillés ou Allah, l’Unique, le Dominateur suprême ?
40
Vous n’adorez, en dehors de Lui, que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et à l’appui desquels Allah n’a fait descendre aucune preuve. Le pouvoir n’appartient qu’à Allah. Il vous a commandé de n’adorer que Lui. Telle est la religion droite ; mais la plupart des gens ne savent pas.
41
O mes deux compagnons de prison ! L’un de vous donnera du vin à boire à son maître ; quant à l’autre, il sera crucifié, et les oiseaux mangeront de sa tête. L’affaire sur laquelle vous me consultez est déjà décidée. »
42
Et il dit à celui des deux dont il pensait qu’il serait délivré: « Parle de moi auprès de ton maître ». Mais le Diable fit qu’il oublia de rappeler (le cas de Joseph) à son maître. Joseph resta donc en prison quelques années.
43
Et le roi dit : « En vérité, je voyais (en rêve) sept vaches grasses mangées par sept maigres ; et sept épis verts, et autant d’autres, secs. O conseil de notables, donnez-moi une explication de ma vision, si vous savez interpréter le rêve ».
44
Ils dirent : « C’est un amas de rêves ! Et nous ne savons pas interpréter les rêves ! »
45
Or, celui des deux qui avait été délivré et qui, après quelque temps se rappela, dit : « Je vous en donnerai l’interprétation. Envoyez-moi donc ».
46
« O toi, Joseph, le véridique ! Eclaire-nous au sujet de sept vaches grasses que mangent sept très maigres, et sept épis verts et autant d’autres, secs, afin que je retourne aux gens et qu’ils sachent [l’interprétation exacte du rêve] ».
47
Alors [Joseph dit]: « Vous sèmerez pendant sept années consécutives. Tout ce que vous aurez moissonné, laissez-le en épi, sauf le peu que vous consommerez.
48
Viendront ensuite sept années de disette qui consommeront tout ce que vous aurez amassé pour elles sauf le peu que vous aurez réservé [comme semence].
49
Puis, viendra après cela une année où les gens seront secourus [par la pluie] et iront au pressoir. »
50
Et le roi dit : « Amenez-le moi ». Puis, lorsque l’émissaire arriva auprès de lui, [Joseph] dit : « Retourne auprès de ton maître et demande-lui : « Quelle était la raison qui poussa les femmes à se couper les mains ? Mon Seigneur connaît bien leur ruse ».
51
Alors, [le roi leur] dit : « Qu’est-ce donc qui vous a poussées à essayer de séduire Joseph ? » Elles dirent : « A Allah ne plaise ! Nous ne connaissons rien de mauvais contre lui ». Et la femme d’Al-’Azize dit : « Maintenant la vérité s’est manifestée. C’est moi qui ai voulu le séduire. Et c’est lui, vraiment, qui est du nombre des véridiques ! »
52
« Cela afin qu’il sache que je ne l’ai pas trahi en son absence, et qu’en vérité Allah ne guide pas la ruse des traîtres.
53
Je ne m’innocente cependant pas, car l’âme est très incitatrice au mal, à moins que mon Seigneur, par miséricorde, [ne la préserve du péché]. Mon Seigneur est certes Pardonneur et très Miséricordieux ».
54
Et le roi dit : « Amenez-le moi : je me le réserve pour moi-même ». Et lorsqu’il lui eut parlé, il dit : « Tu es dès aujourd’hui près de nous, en une position d’autorité et de confiance ».
55
Et [Joseph] dit : « Assigne-moi les dépôts du territoire : je suis bon gardien et connaisseur ».
56
Ainsi avons-nous affermi (l’autorité de) Joseph dans ce territoire et il s’y installait là où il le voulait. Nous touchons de Notre miséricorde qui Nous voulons et ne faisons pas perdre aux hommes de bien le mérite [de leurs œuvres].
57
Et la récompense de l’au-delà est meilleure pour ceux qui ont cru et ont pratiqué la piété.
58
Et les frères de Joseph vinrent et entrèrent auprès de lui. Il les reconnut, mais eux ne le reconnurent pas.
59
Et quand il leur eut fourni leur provision, il dit : « Amenez-moi un frère que vous avez de votre père. Ne voyez-vous pas que je donne la pleine mesure et que je suis le meilleur des hôtes ?
60
Et si vous ne me l’amenez pas, alors il n’y aura plus de provision pour vous, chez moi ; et vous ne m’approcherez plus ».
61
Ils dirent : « Nous essayerons de persuader son père. Certes, nous le ferons ».
62
Et il dit à ses serviteurs : « Remettez leurs marchandises dans leurs sacs : peut-être les reconnaîtront-ils quand ils seront de retour vers leur famille et peut-être qu’ils reviendront ».
63
Et lorsqu’ils revinrent à leur père, ils dirent : « O notre père, il nous sera refusé [à l’avenir] de nous ravitailler [en grain]. Envoie donc avec nous notre frère, afin que nous obtenions des provisions. Nous le surveillerons bien ».
64
Il dit : « Vais-je vous le confier comme, auparavant, je vous ai confié son frère ? Mais Allah est le meilleur gardien, et Il est Le plus Miséricordieux des miséricordieux ! »
65
Et lorsqu’ils ouvrirent leurs bagages, ils trouvèrent qu’on leur avait rendu leurs marchandises. Ils dirent : « O notre père. Que désirons-nous [de plus] ? Voici que nos marchandises nous ont été rendues. Et ainsi nous approvisionnerons notre famille, nous veillerons à la sécurité de notre frère et nous nous ajouterons la charge d’un chameau et c’est une charge facile ».
66
- Il dit : « Jamais je ne l’enverrai avec vous, jusqu’à ce que vous m’apportiez l’engagement formel au nom d’Allah que vous me le ramènerez à moins que vous ne soyez cernés ». Lorsqu’ils lui eurent apporté l’engagement, il dit : « Allah est garant de ce que nous disons ».
67
Et il dit : « O mes fils, n’entrez pas par une seule porte, mais entrez par portes séparées. Je ne peux cependant vous être d’aucune utilité contre les desseins d’Allah. La décision n’appartient qu’à Allah : en Lui je place ma confiance. Et que ceux qui placent leur confiance la placent en Lui ».
68
Etant entrés comme leur père le leur avait commandé [cela] ne leur servit à rien contre (les décrets d’) Allah. Ce n’était [au reste] qu’une précaution que Jacob avait jugé [de leur recommander]. Il avait pleine connaissance de ce que Nous lui avions enseigné. Mais la plupart des gens ne savent pas.
69
Et quand ils furent entrés auprès de Joseph, [celui-ci] retint son frère auprès de lui en disant : « Je suis ton frère. Ne te chagrine donc pas pour ce qu’ils faisaient ».
70
Puis, quand il leur eut fourni leurs provisions, il mit la coupe dans le sac de son frère. Ensuite un crieur annonça : « Caravaniers ! vous êtes des voleurs ».
71
Ils se retournèrent en disant : « Qu’avez-vous perdu ? »
72
Ils répondirent : « Nous cherchons la grande coupe du roi. La charge d’un chameau à qui l’apportera et j’en suis garant ».
73
« Par Allah, dirent-ils, vous savez certes que nous ne sommes pas venus pour semer la corruption sur le territoire et que nous ne sommes pas des voleurs ».
74
- Quelle sera donc la sanction si vous êtes des menteurs ? (dirent-ils).
75
Ils dirent : « La sanction infligée à celui dont les bagages de qui la coupe sera retrouvée est : [qu’il soit livré] lui-même [à titre d’esclave à la victime du vol]. C’est ainsi que nous punissons les malfaiteurs ».
76
[Joseph] commença par les sacs des autres avant celui de son frère ; puis il la fit sortir du sac de son frère. Ainsi suggérâmes-Nous cet artifice à Joseph. Car il ne pouvait pas se saisir de son frère, selon la justice du roi, à moins qu’Allah ne l’eût voulu. Nous élevons en rang qui Nous voulons. Et au-dessus de tout homme détenant la science il y a un savant [plus docte que lui].
77
Ils dirent : « S’il a commis un vol, un frère à lui auparavant a volé aussi. » Mais Joseph tint sa pensée secrète, et ne la leur dévoila pas. Il dit [en lui même]: « Votre position est bien pire encore ! Et Allah connaît mieux ce que vous décrivez. »
78
- Ils dirent. « O Al-’Azize, il a un père très vieux ; saisis-toi donc de l’un de nous, à sa place. Nous voyons que tu es vraiment du nombre des gens bienfaisants ».
79
- Il dit : « Qu’Allah nous garde de prendre un autre que celui chez qui nous avons trouvé notre bien ! Nous serions alors vraiment injustes. »
80
Puis, lorsqu’ils eurent perdu tout espoir [de ramener Benyamin] ils se concertèrent en secret. Leur aîné dit : « Ne savez-vous pas que votre père a pris de vous un engagement formel au nom d’Allah, et que déjà vous y avez manqué autrefois à propos de Joseph ? Je ne quitterai point le territoire, jusqu’à ce que mon père me le permette ou qu’Allah juge en ma faveur, et Il est le meilleur des juges.
81
Retournez à votre père et dites : « O notre père, ton fils a volé. Et nous n’attestons que ce que nous savons. Et nous n’étions nullement au courant de l’inconnu.
82
Et interroge la ville où nous étions, ainsi que la caravane dans laquelle nous sommes arrivés. Nous disons réellement la vérité. »
83
Alors [Jacob] dit : Vos âmes plutôt vous ont inspiré [d’entreprendre] quelque chose !... Oh ! belle patience. Il se peut qu’Allah me les ramènera tous les deux. Car c’est Lui l’Omniscient, le Sage ».
84
Et il se détourna d’eux et dit : « Que mon chagrin est grand pour Joseph ! » Et ses yeux blanchirent d’affliction. Et il était accablé.
85
- Ils dirent : « Par Allah ! Tu ne cesseras pas d’évoquer Joseph, jusqu’à ce que tu t’épuises ou que tu sois parmi les morts ».
86
- Il dit : « Je ne me plains qu’à Allah de mon déchirement et de mon chagrin. Et, je sais de la part d’Allah, ce que vous ne savez pas.
87
O mes fils ! Partez et enquérez-vous de Joseph et de son frère. Et ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Ce sont seulement les gens mécréants qui désespèrent de la miséricorde d’Allah ».
88
Et lorsqu’ils s’introduisirent auprès de [Joseph,] ils dirent : « O al-’Azize, la famine nous a touchés, nous et notre famille ; et nous venons avec une marchandise sans grande valeur. Donne-nous une pleine mesure, et fais-nous la charité. Certes, Allah récompense les charitables ! »
89
- Il dit : « Savez-vous ce que vous avez fait de Joseph et de son frère alors que vous étiez ignorants ? [injustes] ».
90
- Ils dirent : « Est-ce que tu es... Certes, tu es Joseph ! » - Il dit : « Je suis Joseph, et voici mon frère. Certes, Allah nous a favorisés. Quiconque craint et patiente... Et très certainement, Allah ne fait pas perdre la récompense des bienfaisants ».
91
- Ils dirent : « Par Allah ! Vraiment Allah t’a préféré à nous et nous avons été fautifs ».
92
- Il dit : « Pas de récrimination contre vous aujourd’hui ! Qu’Allah vous pardonne. C’est Lui Le plus Miséricordieux des miséricordieux.
93
Emportez ma tunique que voici, et appliquez-la sur le visage de mon père : il recouvrera [aussitôt] la vue. Et amenez-moi toute votre famille ».
94
- Et dès que la caravane franchit la frontière [de Canâan], leur père dit : « Je décèle, certes, l’odeur de Joseph, même si vous dites que je radote ».
95
Ils Lui dirent : « Par Allah te voilà bien dans ton ancien égarement ».
96
Puis quand arriva le porteur de bonne annonce, il l’appliqua [la tunique] sur le visage de Jacob. Celui-ci recouvra [aussitôt] la vue, et dit : « Ne vous ai-je pas dit que je sais, par Allah, ce que vous ne savez pas ? »
97
- Ils dirent : « O notre père, implore pour nous la rémission de nos péchés. Nous étions vraiment fautifs ».
98
- Il dit : « J’implorerai pour vous le pardon de mon Seigneur. Car c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux ».
99
Lorsqu’ils s’introduisirent auprès de Joseph, celui-ci accueillit ses père et mère, et leur dit : « Entrez en Egypte, en toute sécurité, si Allah le veut ! »
100
Et il éleva ses parents sur le trône, et tous tombèrent devant lui, prosternés. Et il dit : « O mon père, voilà l’interprétation de mon rêve de jadis. Allah l’a bel et bien réalisé... Et Il m’a certainement fait du bien quand Il m’a fait sortir de prison et qu’Il vous a fait venir de la campagne, [du désert], après que le Diable ait suscité la discorde entre mes frères et moi. Mon Seigneur est plein de douceur pour ce qu’Il veut. Et c’est Lui l’Omniscient, le Sage.
101
O mon Seigneur, Tu m’as donné du pouvoir et m’as enseigné l’interprétation des rêves. [C’est Toi Le] Créateur des cieux et de la terre, Tu es mon patron, ici-bas et dans l’au-delà. Fais-moi mourir en parfaite soumission et fais moi rejoindre les vertueux.
102
Ce sont là des récits inconnus que Nous te révélons. Et tu n’étais pas auprès d’eux quand ils se mirent d’accord pour comploter.
103
Et la plupart des gens ne sont pas croyants malgré ton désir ardent.
104
Et tu ne leur demandes aucun salaire pour cela. Ce n’est là qu’un rappel adressé à l’univers.
105
Et dans les cieux et sur la terre, que de signes auprès desquels les gens passent, en s’en détournant !
106
Et la plupart d’entre eux ne croient en Allah, qu’en lui donnant des associés.
107
Est-ce qu’ils sont sûrs que le châtiment d’Allah ne viendra pas les couvrir ou que l’Heure ne leur viendra pas soudainement, sans qu’ils s’en rendent compte ?
108
Dis : « Voici ma voie, j’appelle les gens à [la religion] d’Allah, moi et ceux qui me suivent, nous basant sur une preuve évidente. Gloire à Allah ! Et je ne suis point du nombre des associateurs.
109
Nous n’avons envoyé avant toi que des hommes originaires des cités, à qui Nous avons fait des révélations. [Ces gens là] n’ont-ils pas parcouru la terre et considéré quelle fut la fin de ceux qui ont vécu avant eux ? La demeure de l’au-delà est assurément meilleure pour ceux qui craignent [Allah]. Ne raisonnerez-vous donc pas ?
110
Quand les messagers faillirent perdre espoir (et que leurs adeptes) eurent pensé qu’ils étaient dupés voilà que vint à eux Notre secours. Et furent sauvés ceux que Nous voulûmes. Mais Notre rigueur ne saurait être détournée des gens criminels.
111
Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d’intelligence. Ce n’est point là un récit fabriqué. C’est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient.
←|→Blachère, 1957Contexte X
Sourate XII.
Joseph.
Titre tiré du récit qui commence au vt. 4.L’unité de cette sourate a été maintes fois signalée. Dans son état actuel, on a ici le type parfait de l’homélie tripartite avec une courte introduction (vt. 1-4), — l’histoire de Joseph dont les divers épisodes sont ceux de la Genèse, XXXVII, XXXIX à XLV, mais dont certains détails se retrouvent seulement dans la littérature rabbinique, — une conclusion invitant les Incrédules à écouter la voix de Dieu.Joseph est le symbole du juste qui, guetté par sa peccabilité autant que par la méchanceté des hommes, parvient pourtant à se maintenir dans la voie de Dieu et à pardonner le mal qu’on lui fit en sa jeunesse.
1
A. L. R. Ce sont les aya de l’Écriture explicite.
Note [édition originale] : Sur ces sigles, v. Introd., 144.
2
Nous l’avons fait descendre en une Prédication arabe [afin que] peut-être vous raisonniez.
3
Par ce que Nous t’avons révélé en cette Prédication, Nous te contons les plus beaux contes, bien qu’avant cela tu aies certes été parmi les Insouciants.
Note [édition originale] : Ce vt. ne vise pas seulement le récit qui va suivre. Le mot qaṣaṣ, en effet, est un nom verbal de valeur abstraite désignant l’action de conter, puis ce qui fait la matière du conte. Par ailleurs, à quelques exceptions près (cf. ici vt. 5), le verbe qaṣṣa, dans la langue coranique, signifie : rapporter la vie d’un Prophète, pour qu’elle soit matière d’édification ǁ wa ’in « quoique » peut aussi être déchiffré comme équivalent de wa inna-ka « en vérité toi ». Le sens est alors très net : En vérité, tu as certes été, avant cela, parmi les Insoucieux ! Le trait fait allusion à la période où Mahomet n’avait pas encore reçu la foi véridique.
[Joseph livré par ses frères.]
4
Quand Joseph dit à son père : « Cher père ! j’ai vu [en songe] onze étoiles ainsi que le soleil et la lune devant moi se prosternant »,
Note [édition originale] : Cf. Genèse, XXXVII, 9 sq. [Joseph] dit : « J’ai eu encore un songe. Voici : Le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi. » Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda… Ses frères eurent de l’envie contre lui.
5
[son père] lui répondit : « Cher fils ! ne conte point ton rêve à tes frères, sans quoi ils trameront contre toi une ruse. Le Démon est pour l’Homme un ennemi déclaré.
6
Ainsi ton Seigneur te choisira. Il t’enseignera l’interprétation des énigmes. Il parfera envers toi Ses bienfaits ainsi qu’envers la famille de Jacob, comme Il les a parfaits, avant toi, envers tes aïeux Abraham et Isaac. Ton Seigneur est omniscient et sage. »
Note [édition originale] : al-’aḥâdîṯi « des énigmes ». Text. : des récits. Les commt. pensent qu’il s’agit de l’interprétation des songes. Cela se fonde sur la suite du texte coranique.
7
Certes, en Joseph et ses frères, ont été des signes pour ceux qui interrogent,
8
quand [ses frères] dirent : « Assurément, Joseph et son frère [Benjamin] sont, plus que nous, aimés de notre père. Nous sommes cependant plusieurs. En vérité, notre père est certes dans un égarement évident.
Note [édition originale] : V. Genèse, ibid., 4 : Ses frères virent que leur père l’aimait plus qu’eux tous et ils prirent Joseph en haine.
9
Tuons donc Joseph ou éloignons-le en quelque terre ! La face de notre père ne brillera plus que pour nous et, après la disparition de Joseph, nous paraîtrons des gens sans tache. »
Note [édition originale] : Ce vt. et suiv. résument Genèse, ibid., 18 sqq. Toutefois, dans la Bible, Ruben propose de jeter Joseph dans une citerne pour venir ensuite le rechercher.
10
L’un d’eux dit : « Ne tuons pas Joseph, mais jetons-le dans les profondeurs de tel puits ! Quelques voyageurs le recueilleront si vous faites cela. »
Note [édition originale] : al-jubbi « de tel puits ». Il est toutefois très possible que ce substantif, ici déterminé par l’article al-, soit le nom d’un point d’eau. Il faudrait alors traduire ici, comme au vt. 15 : les profondeurs d’al-Jubb.
11
— « Père ! », dirent-ils [à Jacob], « pourquoi ne nous fais-tu point
Facsimile Image Placeholder
confiance au sujet de Joseph ? En vérité, nous sommes pour lui certes dévoués !
12
Envoie-le avec nous demain ! Il s’ébattra et jouera, et en vérité, nous veillerons certes sur lui ! »
Note [édition originale] : Dans Genèse, ibid., 15 sq., c’est Jacob au contraire qui ordonne à Joseph d’aller rejoindre ses frères à Sichem où ils font paître leurs troupeaux.
13
— « Je suis certes triste », répondit [Jacob], « que vous l’emmeniez. Je crains que le loup ne le mange tandis que vous serez insoucieux de lui. »
14
— « Certes », répliquèrent-ils, « si le loup le mange alors que nous sommes plusieurs, nous serons certes alors malchanceux ! »
15
Quand ils eurent emmené Joseph et furent tombés d’accord pour le jeter dans les profondeurs d’un certain puits, [quand] Nous eûmes révélé [à Joseph, pour le consoler] : « Tu leur rediras, sans qu’ils le pressentent, leur actuel méfait ! »,
Note [édition originale] : [Quand] nous eûmes révélé à Joseph etc. Aucun trait équivalent n’existe dans la Bible.
16
[quand] ils furent revenus le soir à leur père, en pleurant, ils s’écrièrent : « Père ! Nous étions partis pour lutter à la course et avions laissé Joseph auprès de nos effets, et le loup a mangé [notre frère] ! Tu ne vas pas nous croire bien que nous soyons sincères. »
18
Ayant présenté [à Jacob] une tunique tachée d’un sang qui n’était pas celui de Joseph, [Jacob] s’écria : « Vos âmes vous ont suggéré un crime ! Douce patience ! Allah est Celui dont l’aide est demandée contre ce que vous débitez ! »
Note [édition originale] : Dans Genèse, ibid., 33 sqq., Jacob ne met pas en doute le récit des coupables et prend le deuil, accablé de douleur.
19
Des voyageurs arrivèrent. Ils dépêchèrent celui chargé de la corvée d’eau et il jeta son seau [dans le puits]. « Bonne nouvelle ! », s’écria-t-il. « Voici un garçon ! », et ils le cachèrent pour le revendre. [Mais] Allah était très savant de ce qu’ils feraient.
Note [édition originale] : Dans Genèse, ibid., Joseph est retiré du puits par ses frères qui le vendent à une caravane d’Ismaélites se rendant en Égypte.
20
Ils se défirent [de Joseph] à vil prix — pour quelques dirham — [car] ils ne tenaient pas à le garder.
Note [édition originale] : La Genèse, ibid., 36 et XXXIX, 1, porte seulement que les caravaniers vendirent Joseph à Putiphar.
[Tentation de Joseph.]
21
L’homme qui, en Égypte, l’avait acheté, dit à sa femme : « Fais-lui bon accueil ! Peut-être nous sera-t-il utile ou le prendrons-nous comme enfant ». C’est ainsi que Nous établîmes Joseph en ce pays pour lui apprendre quelque interprétation des énigmes. Allah est souverain [maître] de Son Ordre, mais la plupart des Hommes ne savent point.
Note [édition originale] : Le récit qui suit est parallèle à Genèse, XXXIX, 4 sqq. ǁ Ou le prendrons-nous etc. Ce trait n’est point biblique. Les commt., probablement à partir de données talmudiques, disent que Putiphar ne pouvait avoir d’enfants.
22
Quand Joseph eut atteint sa nubilité, Nous lui donnâmes Illumination (ḥukm) et Science. Ainsi Nous récompensons les Bienfaisants.
23
Celle dans la demeure de qui il était le tenta de ses charmes. Elle ferma bien les portes et dit : « Me voici à toi ! » — « Allah me préserve ! », s’écria Joseph. « Il est mon maître et il m’a fait bon accueil. En vérité, les Injustes ne seront point les Bienheureux. »
Note [édition originale] : râwadat-hu ‛an-nafsi-hi « elle le tenta de ses charmes ». Cette expression est euphémistique, en arabe, mais elle implique une résistance à la tentation, chez Joseph. Elle correspond à l’expression plus crue de la Genèse : šikebâh ‛imm-î « couche avec moi ! »
24
Elle et lui eussent cédé à leur pensée si [Joseph] n’avait point vu la manifestation de son Seigneur. Ainsi Nous fîmes pour détourner de lui le mal et l’ignominie. Il fut parmi Nos serviteurs dévoués.
Note [édition originale] : burhâna rabbi-hi « la manifestation de son Seigneur ». Le trait n’est pas dans la Genèse, mais le Talmud parle d’une apparition de Jacob qui, sur l’ordre de Dieu, arrache Joseph à la tentation.
25
Ils coururent donc vers la porte et [la femme] déchira la tunique de Joseph, par derrière, [en voulant le rejoindre]. Ils trouvèrent l’époux de [cette dame] devant la porte et [la femme] s’écria : « Quelle est la récompense de celui qui a eu mauvais dessein sur ton épouse, sinon la prison ou un tourment cruel ? »
Note [édition originale] : Sur les différences avec le récit biblique, v. Genèse, XXXIX, 10 sqq.
26
[Mais Joseph] interrompit : « C’est elle qui m’a tenté de ses charmes ! » Un témoin de la famille [de la dame] attesta que, si la tunique de [Joseph] était déchirée par devant, [la femme] était sincère, tandis que [Joseph] était un menteur,
Note [édition originale] : L’intervention de ce témoin ne se retrouve pas dans la Bible. Dans la haggada c’est Asenath, fille adoptive de Putiphar, qui intervient pour inciter celui-ci à ne point tuer Joseph.
27
mais que si sa tunique était déchirée par derrière, c’était elle qui mentait, tandis que [Joseph] était sincère.
28

Facsimile Image Placeholder
Ayant vu que la tunique était déchirée par derrière, [le maître de Joseph] cria : « C’est là un fait de votre artifice de femmes ! Votre artifice est immense !
Note [édition originale] : Cf. Genèse, XXXIX, 19 sq. : Le maître de Joseph, enflammé de colère, prit Joseph et le mit en prison. Cf. plus bas, v. 35 sq.
29
Joseph ! détourne [ta pensée] de cela ! et [toi, femme !,] demande pardon de ton péché ! Tu es parmi les fautifs. »
30
Dans la ville [cependant], des femmes dirent : « La femme du Puissant a tenté de ses charmes son valet qui l’a percée d’amour pour lui. En vérité, nous la voyons certes dans un égarement évident. »
Note [édition originale] : Al-‛Azîzi « du Puissant ». Ce mot est nettement le titre donné au grand Intendant de Pharaon ; cf. vt. 78, où il est donné à Joseph, quand il remplit cette charge. On sait que dans Genèse, XXXIX, 1, Putiphar est officier de Pharaon et chef des gardes.
31
Ayant ouï leur artifice, [la coupable] dépêcha [quelqu’un] vers elles, leur fit préparer des oranges et donna à chacune d’elles un couteau. « Entre auprès d’elles ! », ordonna-t-elle [à Joseph]. Quand [les femmes] l’eurent aperçu, elles le trouvèrent si beau qu’elles se tailladèrent les mains [dans leur émoi] et s’écrièrent : « A Dieu ne plaise ! Ce n’est pas un mortel ! C’est un noble archange ! »
32
[La femme coupable] dit : « Voici celui à propos de qui vous m’avez blâmée. Je l’ai certes tenté de mes charmes, mais il est resté impeccable. Si néanmoins il ne fait pas ce que je lui ordonne, il sera certes emprisonné et se trouvera parmi les misérables ! »
33
— « Seigneur ! », s’écria [Joseph], « la prison m’est plus aimable que ce à quoi me convient ces femmes. [Pourtant], si Tu ne détournes point de moi leur artifice, je céderai à leurs blandices et serai parmi les Sans Loi. »
34
Son Seigneur l’exauça et écarta de lui leur artifice. Il est l’Audient, l’Omniscient.
[Emprisonnement de Joseph. Ses prédictions.]
35
Plus tard, après qu’ils eurent vu les signes, il parut bon [aux Égyptiens] d’emprisonner [Joseph] pour un temps.
36
Avec lui, deux adolescents entrèrent dans la prison. L’un d’eux déclara : « Je me vois [en songe] broyant du raisin. » Et l’autre dit : « Je me vois [en rêve] portant sur ma tête des pains dont picorent les oiseaux. Avise-nous, [Joseph], de l’interprétation de ces songes ! Nous te verrons parmi les Bienfaisants. »
Note [édition originale] : Cf. Genèse, XL, 1 sqq., qui parle de l’emprisonnement de l’échanson et du panetier du roi, avec Joseph.
37

Facsimile Image Placeholder
— « La nourriture qui vous est attribuée ne vous parviendra point », répondit [Joseph], « que je ne vous aie avisés de l’interprétation de ces songes, avant qu’ils ne se réalisent. Cela [vient] de ce que m’enseigna mon Seigneur. J’ai abandonné la religion [milla] d’un peuple qui ne croyait point en Allah et qui était incrédule en la [Vie] Dernière.
Note [édition originale] : Le discours édifiant de Joseph est propre au Coran.
38
J’ai suivi la religion [milla] de mes ancêtres Abraham, Isaac et Jacob. Il ne nous appartient pas d’associer quoi que ce soit à Allah. C’est là [une] faveur d’Allah pour nous et pour les Hommes. Mais la plupart des Hommes ne sont pas reconnaissants.
39
O vous, mes compagnons de prison !, des dieux séparés vaudraient-ils mieux qu’Allah, l’Unique, l’Invincible ?
40
Ceux que vous adorez, en dehors de Lui, ne sont que des noms dont vous les avez nommés, vous et vos ancêtres. Allah ne fit descendre avec eux aucune probation. Le Jugement n’appartient qu’à Allah. Il a ordonné que vous n’adoriez que Lui. C’est la Religion immuable. Mais la plupart des Hommes ne savent point.
41
O vous, mes compagnons de prison !, l’un de vous sera l’échanson de son maître. Quant à l’autre, il sera crucifié et les oiseaux lui picoreront la tête. Décrété est l’Ordre sur lequel vous me consultez. »
Note [édition originale] : Traits parallèles à Genèse, XL, 9 sqq.
42
Et [Joseph] ajouta à celui qui, des deux, se jugeait sauvé : « Rappelle-moi auprès de ton maître ! » [Mais] le Démon lui fit oublier, [rendu à la liberté], de rappeler [Joseph] à son maître, et [Joseph] demeura en prison plusieurs années.
Note [édition originale] : Cf. ibid., 23 : le Chef des échansons ne pensa plus à Joseph et l’oublia. [XLI, 1 :] Au bout de deux ans, Pharaon eut un songe.
[Songes de Pharaon interprétés par Joseph.]
43
Le roi [d’Égypte] dit : « Je vois [en songe] sept vaches grasses que mangent sept vaches maigres [et je vois] sept épis verts et sept épis desséchés. Conseil ! (malâ’), éclairez-moi sur mon rêve si vous êtes capable d’interpréter les rêves ! »
Note [édition originale] : sqq. Résument Genèse, XLI, 2 sqq.
44
— « Amas de visions », répondirent-ils. « Nous ne sommes point savants dans l’interprétation des visions. »
45
Or celui des deux [prisonniers] qui avaient échappé s’écria, s’amendant
Facsimile Image Placeholder
après réflexion : « Moi, je vais vous aviser de l’interprétation de [ce songe]. Dépêchez-moi ! »
46
« Joseph ! ô juste ! éclaire-nous sur [ce songe où l’on vit] sept vaches maigres mangeant sept vaches grasses et sept épis, verts [suivant] sept autres desséchés. » Peut-être reviendrai-je vers les hommes. Peut-être sauront-ils.
Note [édition originale] : Ṣiddîq « juste ». C’est l’épithète que la Genèse a donnée à Joseph. — Ce verset et les suiv. résument Genèse, XLI, 17-36, où c’est Pharaon lui-même qui expose ses songes à Joseph. ǁ Peut-être reviendrai-je etc. Ce membre de phrase fait difficulté dans l’état actuel du texte. Dans la bouche de l’échanson, il ne paraît pas en effet de circonstance. Il est à présumer qu’il s’agit d’une réflexion à mettre dans la bouche de Joseph, plus bas, dans le vt. 50.
47
[Joseph] répondit : « Vous sèmerez durant sept années selon la coutume et, ce que vous moissonnerez, laissez-le en épis, sauf une petite part que vous mangerez.
48
Ensuite viendront sept années de disette qui dévoreront ce que vous aurez amassé, en prévision d’elles, sauf une petite part que vous réserverez.
49
Puis, après cela, viendra une année où les gens seront secourus et iront au pressoir. »
Note [édition originale] : yuġâṯû « seront secourus ». Autre sens possible : recevront la pluie.
50
Le roi dit : « Amenez-moi [Joseph] ! » Quand l’émissaire fut venu à lui, [Joseph] dit : « Peut-être reviendrai-je vers les hommes. Peut-être sauront-ils… » « Reviens vers ton maître [, Échanson !,] et demande-lui quelle était l’intention des femmes qui se tailladèrent les mains. Mon Seigneur est très savant sur leur artifice. »
Note [édition originale] : Peut-être reviendrai-je. V. vt. 46 la note.
51
[Ayant entendu le rapport de son Échanson et ayant convoqué les femmes coupables], [le roi] demanda : « Quel était votre propos, [femmes !,] quand vous avez tenté Joseph de vos charmes ? » — « A Dieu ne plaise ! », répondirent-elles. « Nous ne lui connaissons aucune mauvaise action. » Et la femme du Puissant ajouta : « Maintenant, la vérité éclate. C’est moi qui ai tenté [Joseph] de mes charmes, et il est parmi les véridiques.
Note [édition originale] : L’addition en italique se justifie aux vt. 52 sq.
52
[Je dis] cela pour que [le roi] sache que je ne le trahis point, hors de sa vue, et qu’Allah ne dirige point l’artifice des Traîtres.
53
Je ne m’innocente point. En vérité, l’âme est certes instigatrice
Facsimile Image Placeholder
du mal ! [Je ne désire] que la miséricorde de mon Seigneur. Mon Seigneur est absoluteur et miséricordieux. »
54
Le roi dit : « Amenez-moi [Joseph. !] Je l’attache à ma personne. » Quand il lui eut parlé, il lui dit : « Aujourd’hui tu es auprès de moi bien en place et en confiance. »
Note [édition originale] : ’amîn « en confiance ». Cf. Genèse, XLI, 39 sqq. : Et Pharaon dit à Joseph : « … Il n’y a personne qui soit aussi intelligent »… C’est ainsi que Pharaon lui donna le commandement de tout le pays d’Égypte… Et Joseph partit pour visiter le pays d’Égypte.
55
Joseph répondit : « Place-moi à la tête des magasins de ce pays ! Je suis bon gardien et très savant. »
56
C’est ainsi que Nous établîmes Joseph en ce pays où il s’installait partout où il voulait. Nous touchons de Notre grâce (raḥma) qui Nous voulons et Nous ne laissons point se perdre la rétribution des Bienfaisants.
57
Cependant, la rétribution de la [Vie] Dernière est certes meilleure pour ceux qui auront cru et été pieux.
[Joseph confondant ses frères.]
58
Les frères de Joseph vinrent et, étant entrés auprès de lui, Joseph les reconnut alors qu’eux ne le remirent point.
Note [édition originale] : Le récit qui suit résume Genèse, XLII, qui précise que la disette ayant frappé la terre de Canaan, Jacob ordonna à ses dix fils d’aller en Égypte pour se procurer du blé.
59
Quand il les eut pourvus de leurs provisions, il dit : « Amenez-moi un frère à vous [resté près] de votre père ! Ne voyez-vous pas que je fais bonne mesure et que je suis le meilleur des hôtes ?
Note [édition originale] : bi-jahâzi-him « de leurs provisions ». Il s’agit nettement des provisions nécessaires au voyage de retour en terre de Canaan. Dans le récit coranique, Joseph renvoie donc tous ses frères sans leur avoir accordé le blé demandé comme réserve. Dans Genèse, XLII, 9 sqq., Joseph accuse ses frères d’être venus comme espions et, retenant neuf d’entre eux comme otages, il leur ordonne d’envoyer le dixième chercher leur frère Benjamin. Ensuite, il se ravise et ne conserve que l’un d’eux comme otage.
60
Si vous ne me l’amenez point, pas de grains pour vous chez moi et ne m’approchez plus ! »
61
— « Nous amènerons son père à le laisser [venir] », répondirent-ils. « En vérité, certes nous [le] ferons ! »
62
[Joseph] dit à ses valets : « Remettez leurs marchandises [apportées en troc], dans leurs bagages ! Sans doute les reconnaîtront-ils, de retour parmi les leurs, et peut-être reviendront-ils [pour les restituer]. »
Note [édition originale] : biḍâ‛ata-hum « leurs marchandises ». Le trait provient de Genèse, XLII, 25 et 28.
63

Facsimile Image Placeholder
Revenus auprès de leur père, [les frères de Joseph] dirent : « Le grain nous a été refusé. Envoie avec nous notre frère [Benjamin] ! Nous recevrons du grain. En vérité, nous veillerons certes sur [notre frère]. »
64
— « Votre sauvegarde pour [Benjamin] est-elle autre que celle fournie par vous, antérieurement, pour son frère [Joseph] ? Allah est le meilleur protecteur et Il est le plus miséricordieux des Miséricordieux. »
65
Quand ils eurent ouvert leurs bagages, ils trouvèrent que leurs marchandises leur avaient été rendues. « Père ! », dirent-ils, « que désirer ? Voici que nos marchandises nous ont été rendues. Nous approvisionnerons notre famille. Nous protégerons notre frère [Benjamin] et ajouterons le chargement en grain d’un chameau : c’est un chargement peu considérable. »
Note [édition originale] : Et ajouterons etc. Sans doute faut-il comprendre, avec les commt. : La présence de Benjamin nous vaudra une part supplémentaire de grain et comme c’est peu de chose, elle ne saurait nous être refusée.
66
— « Je n’enverrai [Benjamin] avec vous », répondit [Jacob], « que lorsque vous aurez pris l’engagement [au nom] d’Allah de me le ramener, sous peine d’être anéantis. » Quand ils eurent pris cet engagement, [Jacob] leur dit : « Allah est garant de ce que nous disons. »
67
Et il ajouta : « O mes fils !, n’entrez point [dans la ville] par une seule porte, mais entrez par des portes séparées ! Je ne vous servirai à rien contre Allah. La décision n’appartient qu’à Allah. Sur Lui je m’appuie et que, sur Lui, s’appuient ceux qui s’appuient sur Lui. »
Note [édition originale] : N’entrez pas etc. Ce trait se retrouve dans le Talmud qui explique que, par ce moyen, les fils de Jacob auront chance d’échapper au mauvais œil.
68
Étant donc entrés comme le leur avait ordonné leur père, cela ne leur servit à rien contre Allah. Ce n’était, dans l’âme de Jacob, qu’une nécessité qu’il avait décidée. Il était certes plein de Science parce que Nous l’avions enseigné. Mais la plupart des Hommes ne savent point.
Note [édition originale] : Ce n’était qu’une nécessité. Il semble que ce groupe de phrases soit une addition ultérieure, de valeur explicative.
69
Quand ils furent entrés auprès de Joseph, celui-ci retint auprès de lui son frère [Benjamin]. « Je suis ton frère », lui confia-t-il. « Ne te désespère point de ce qu’ils ont fait ! »
70
Les ayant donc munis de leurs provisions, [Joseph] fit mettre sa coupe à boire dans la [sacoche de la] selle de son frère [Benjamin], puis il
Facsimile Image Placeholder
fit proclamer par son héraut, avant que la caravane ne se mît en marche : « Caravaniers ! en vérité, vous êtes certes des voleurs ! »
71
[Les frères de Joseph], venant vers [les Égyptiens], dirent : « Que cherchez-vous ? »
72
— « Nous recherchons la coupe du roi », répondit [le héraut], « et quiconque la rapportera aura certes une charge de chameau [en récompense]. J’en suis garant. »
73
— « Par Allah ! », répondirent [les frères de Joseph], « vous savez que nous ne sommes pas venus pour semer le scandale en ce pays. Nous ne sommes point des voleurs. »
74
[Les Égyptiens] dirent : « Quelle sera la « récompense » de ce vol, si vous mentez ? »
Note [édition originale] : jazâ’u-hu « la récompense de ce vol ». Text. : sa récompense. Ce mot est d’ailleurs pris ici, comme souvent, avec le sens de « sanction ».
75
[Les frères de Joseph] répondirent : « La « récompense » de ce vol sera que celui dans la sacoche de qui la coupe sera retrouvée [restera esclave ici]. Ce sera sa « récompense ». Ainsi nous « récompensons » les Injustes ».
Note [édition originale] : Cf. Genèse, XLIV, 9 : Que meure celui de tes serviteurs chez qui se trouvera la coupe et que nous soyons nous-mêmes esclaves de notre Seigneur.
76
[Le héraut] commença par leurs sacoches avant celle de leur frère [Benjamin]. [Enfin] [les Égyptiens] tirèrent [la coupe] de la sacoche de leur frère [Benjamin]. Ainsi Nous fîmes ourdir cet artifice à Joseph. Il ne pouvait en effet prendre son frère en caution du roi sans que Allah le voulût. Nous élevons en degré qui Nous voulons et, au-dessus de tout homme détenant la science, est un Omniscient.
Note [édition originale] : Cf. ibid., 12 : l’Intendant fouilla, commençant par le plus âgé et finissant par le plus jeune et la coupe fut trouvée dans le sac de Benjamin.
77
[Les frères de Joseph] dirent : « S’il a volé, un sien frère avant lui a volé également. » Joseph tint secrète sa pensée et ne la montra point et il dit : « Vous êtes dans la pire position et Allah sait très bien ce que vous insinuez. »
Note [édition originale] : Ce trait n’est point dans la Genèse. Les commt. y voient une allusion à un larcin commis par Joseph, en sa prime enfance.
78
— « O Puissant ! », répliquèrent [les frères], « [Benjamin] a un père âgé et chargé d’ans. Prends l’un de nous à sa place ! Nous te compterons parmi les Bienfaisants ».
79
— « Allah me garde de prendre un autre que celui chez qui nous avons trouvé notre bien. [Si nous le faisions], nous serions en vérité alors certes injustes. »
80

Facsimile Image Placeholder
Désespérant de le fléchir, ils se consultèrent. L’aîné dit : « Ne savez-vous point que votre père a requis sur vous un engagement [au nom] d’Allah ? [Ne savez-vous point] ce qu’antérieurement vous avez commis envers Joseph ? Je ne quitterai point ce pays avant que mon père me l’ait permis ou qu’Allah ait jugé en ma faveur. Il est le meilleur des Juges.
81
Retournez à notre père et dites[-lui] : « Père ! ton fils a volé. Nous n’attestons que ce que nous savons. Nous n’étions point garants de l’Inconnaissable.
82
Interroge [les gens de] la cité où nous étions et la caravane avec laquelle nous étions partis. En vérité, nous sommes certes sincères. »
83
— « Non point ! », répondit [Jacob.] « Votre âme vous a suggéré un crime. Douce patience ! Peut-être Allah me les rendra-t-Il tous ! Il est l’Omniscient, le Sage. »
84
[Puis] il se détourna d’eux et s’écria : « Hélas ! ô Joseph ! » et ses yeux, de tristesse, devinrent aveugles et il était accablé.
85
[Ses fils lui] dirent : « Par Allah ! cesse d’évoquer Joseph jusqu’à te consumer et courir à ta perte ! »
86
— « Je me plains seulement à Allah de mon déchirement et de ma tristesse et je sais, par Allah, ce que vous ne savez point.
87
Fils ! partez et enquérez-vous de Joseph et de son frère ! Ne désespérez point de l’esprit (rûḥ) d’Allah, car ne désespère de l’esprit d’Allah que le peuple des Infidèles. »
88
Entrés auprès de Joseph, ils dirent : « O Puissant ! nous et notre famille avons été touchés par le malheur. Nous apportons une marchandise de peu de prix. Fais-nous bonne mesure [de grains] et fais-nous l’aumône : Allah récompense ceux qui aumônent. »
Note [édition originale] : Le développement qui suit résume le récit profondément humain de Genèse, XLV, 1 sqq.
89
— « Savez-vous », demanda [Joseph], « ce que vous avez fait à Joseph et à son frère alors que vous étiez sans loi ? »
90
— « En vérité, serais-tu certes Joseph ? » — « Je suis Joseph et celui-ci est mon frère. Allah nous a comblés. Quiconque est pieux et constant… Allah ne fait point perdre la rétribution des Bienfaisants. »
91
— « Par Allah ! », dirent [les frères], « Allah t’a préféré à nous et nous avons été fautifs ! »
92
[Joseph] répondit : « Que nul reproche ne tombe sur vous aujourd’hui !
Facsimile Image Placeholder
Allah vous pardonnera. Il est le plus miséricordieux des Miséricordieux.
93
Emportez ma tunique que voici et appliquez-la sur la face de mon père ! Il recouvrera la vue. [Puis] amenez-moi ma famille tout entière ! »
94
Quand la caravane fut sur le retour, Jacob dit : « Je décèle certes l’odeur de Joseph. Puissiez-vous ne pas m’accuser de radotage ! »
Note [édition originale] : Jacob dit. Text. : leur père dit.
95
— « Par Allah !, en vérité », lui répondit-on, « tu es dans ton ancien égarement ! »
96
[Mais] quand le porteur de la bonne nouvelle arriva, il appliqua la tunique [de Joseph] sur la face [de Jacob] : celui-ci recouvra la vue.
96
[97] « Ne vous disais-je point », fit-il, « que je sais, par Allah, ce que vous ne savez point ? »
97
[98] — « Père ! », répondirent [ses fils], « demande pardon à Allah pour nous, de nos péchés ! Nous avons été fautifs ».
98
[99] — « Je demanderai pour vous pardon à mon Seigneur. Il est l’Absoluteur, le Miséricordieux. »
[Réunion de Joseph et des siens, en Égypte.]
99
[100] Quand ils furent [tous] entrés chez Joseph, celui-ci accueillit ses père et mère et dit : « Entrez en Égypte en paix, si Allah le veut ! »
100
[101] Il fit monter ses père et mère sur le trône et [les autres] tombèrent prosternés. « Cher père ! », dit Joseph, « voici l’explication de mon rêve de jadis. Mon Seigneur en a fait une réalité. Il a été bon envers moi en me faisant sortir de prison et en vous amenant [du pays] des Bédouins, après que le Démon eut mis la rupture entre mes frères et moi. Mon Seigneur est subtil pour ce qu’Il veut. Il est l’Omniscient, le Sage.
101
[102] Seigneur ! Tu m’as certes donné [une parcelle] de la souveraineté. Tu m’as enseigné [une partie] de l’interprétation des énigmes. O Créateur (fâṭir) des Cieux et de la Terre ! Tu es mon protecteur en la [Vie] Immédiate et Dernière ! Rappelle-moi (tawaffā), soumis [à Toi], et fais-moi rejoindre les Saints ! »
[Péroraison.]
102
[103] Ce récit est parmi les récits (’anbâ’) de l’Inconnaissable que Nous te révélons, car tu n’étais point parmi eux quand [les frères de Joseph] tombèrent d’accord et ourdirent leur machination.
103
La plupart des Hommes, même si tu le convoitais, ne seraient pas croyants.
104
Tu ne leur demandes pour cela nul salaire. C’est une Édification pour le monde (‛âlamîn).
105
Que de signes dans les cieux et [sur] la terre près desquels [les Hommes] passent et dont ils se détournent !
106
La plupart d’entre eux ne croient point en Allah sans être des Associateurs.
107
Eh quoi ! sont-ils à l’abri qu’un coup du Tourment d’Allah les atteigne ? [Sont-ils à l’abri] que l’Heure les atteigne à l’improviste et sans qu’ils [le] pressentent ?
108
Dis : « Ceci est mon Chemin. En toute clairvoyance, j’appelle à Allah, moi et ceux qui me suivent. Gloire à Allah ! Je ne suis point parmi les Associateurs. »
109
Nous n’avons envoyé, avant toi, que des hommes originaires des cités, à qui Nous envoyions révélation. [Tes contemporains] n’ont-ils point parcouru la terre et considéré quelle fut la fin de ceux qui furent avant eux ? Certes, le séjour de la [Vie] Dernière est meilleur pour ceux qui auront été pieux. Eh quoi ! ne raisonnerez-vous point ?
Note [édition originale] : [Tes contemporains] n’ont-ils pas etc. Text. : N’ont-ils pas etc.
110
Quand enfin les Apôtres désespérèrent et pensèrent qu’ils avaient été traités d’imposteurs, Notre secours leur vint. Ceux que Nous voulions furent sauvés, alors que Notre rigueur ne saurait être détournée du peuple des Coupables.
111
Dans les dits sur ces Apôtres se trouve certes un Enseignement pour ceux doués d’esprit. Ce n’est pas là un propos forgé, mais la déclaration de véracité (taṣdîq) des messages antérieurs, l’exposé détaillé de toute chose, une Direction et une Grâce (raḥma) pour un peuple qui croit.
←|→Du Ryer, 1647Contexte X
LE CHAPITRE DE JOSEPH,
contenant cent treize versets,
escrit à la Meque.
AU nom de Dieu clement & misericordieux.
1
Je suis Dieu misericordieux. Ces signes sont les signes du livre qui distingue le bien d’avec le mal.
2
Nous avons fait descendre l’Alcoran du Ciel en langue Arabesque, peut estre que vous le
Facsimile Image Placeholder
comprendrez
.
3
Je te raconte dans l’Alcoran une des meilleures choses que nous t’ayons inspirée. Tu étois auparavant sa venüe au nombre des ignorans.
4
Souviens toy que Joseph dict à son pere, mon pere j’ay vû en songe unze Estoiles, le Soleil & la Lune, je les ay veu qu’ils m’adoroient.
5
Mon fils, dit son pere, ne dis pas ton songe à tes freres, ils conspireront contre toy, le Diable est ennemy descouvert des hommes,
6
tu seras esleu du Seigneur en ce monde, il t’enseignera l’explication des songes, il accomplira sa grace sur toy & sur la lignée de Jacob, comme il l’a accomply sur tes peres Abraham & Isaac, le Seigneur sçait tout & est tres-sage.
7
L’histoire de Joseph servira d’exemple à la posterité,
8
souviens-toy comme ses freres ont dit, nostre pere ayme nostre frere Joseph plus que nous tous ensemble, il est en une tres-grande erreur,
9
tuons Joseph & le jettons en quelque lieu secret esloigné de nous, son absence rendra la face de nostre pere plus douce envers nous, apres sa mort nous nous convertirons ;
10
Un d’entr’eux dit, ne le tuez pas vous ne ferez pas bien, mais jettez-le dans le puy, quelque passant le prendra & l’emmenera en pays incognu :
11
Ils ont dit à leur pere, mon pere, pourquoy n’envoyez vous pas Joseph aux champs avec nous ?
12
nous en aurons grand soing, il se divertira & se réjouyra ;
13
I’apprehende, respondit-il, que vous ne soyez negligens à le garder ;
14
craignez vous ont-il dit, que le loup le mange auprés de nous ? & que nous n’ayons pas la force de
Facsimile Image Placeholder
le deffendre ?
15
ils l’ont mené le matin avec eux, & l’ont jetté dedans un puy. Nous luy avons inspiré de leur prophetiser ce qui leur arriveroit du mal qu’ils luy feroient, mais ils ne l’ont pas sçeu comprendre ;
16
Ils sont retournez le soir en la maison de leur pere avec les yeux pleins de larmes simulées,
17
& luy ont dit, mon pere, nous joüions & courions à qui courroit le mieux, Joseph estoit demeuré auprés de nos hardes, le loup est venu qui l’a mangé, tu ne nous veux pas croire encore que nous te disions la verité,
18
alors ils luy ont monstré sa chemise qu’ils avoient ensanglantée, c’est vous, dit-il, qui avez fait cela, vous en respondrez devant Dieu, il est mon protecteur, & prit patience sans crier.
19
Il passa ce jour une caravane
Note [édition originale] : Les Levantins appellent caravane un nombre de personnes assemblées pour voyager ensemble.
, auprés de ce puy qui voulut puiser de l’eau pour boire, ils descendirent le seau dedans, auquel Joseph s’attacha pour sortir, ils luy donnerent des habits, ils l’emmenerent secrettement,
20
& le vendirent à bon marché argent comptant ; Ils ne le voulurent pas tuer, en quoy ils furent gens de bien.
21
Celuy qui l’achepta en Egypte commanda à sa femme d’avoir soin de luy, qu’il seroit un jour utile à leur service & leur serviroit d’enfant ; Ainsi nous avons estably Joseph au pays d’Egypte, & luy avons enseigné l’explication des songes, ton Seigneur est tout-Puissant, mais peu de personnes le cognoissent :
22
Lors que Joseph a esté arrivé en l’aage de virilité, nous luy avons donné la science & la prudence, ainsi nous recompensons les gens de bien.
23
La femme
Facsimile Image Placeholder
de son Maistre fut amoureuse de sa beauté, elle l’enferma un jour dedans sa chambre & le voulut solliciter d’amour, Dieu me garde, dit-il, de trahir mon Maistre, & d’estre impudique (il estoit au nombre des gens de bien)
25
& s’enfuit à la porte, sa Maistresse courut apres luy, & deschira sa chemise par le dos pour l’arrester ; elle rencontra son mary derriere la porte auquel elle dit, que merite autre chose celuy qui a voulu deshonnorer ta maison, sinon d’estre mis prisonnier, & d’estre rigoureusement chastié ?
26
Seigneur, dit Joseph, elle me sollicite, cét enfant qui est dans le berceau & qui est de ta parenté en sera tesmoin : alors l’enfant qui estoit au berceau dit, Si la chemise de Joseph est deschiree pardevant, elle dit la verité & Joseph est menteur,
27
si la chemise est déchiree par derriere, Joseph dit la verité & elle est menteuse.
28
Lorsque son mary vit la chemise de Joseph déchiree par derriere, il connut qu’il y avoit une grande malice,
29
& dit à Joseph, prens garde à toy, & garde que cette affaire ne s’evente : Toy, parlant à sa femme, demande pardon de ta faute, tu es veritablement coupable.
30
Les femmes de la Ville disoient entr’elles que la femme du riche estoit amoureuse de son valet, qu’elle l’avoit prié d’amour, & qu’elle s’estoit devoyee du droit chemin,
31
ce qu’ayant appris, elle leur fit un tres-beau festin, & fit entrer Joseph dans la salle où elles estoient lors qu’elles coupoient de la viande, elles furent tellement surprises & interdites de la beauté de Joseph qu’elles se
Facsimile Image Placeholder
coupperent
les doigts au lieu de coupper leurs viandes, ô Dieu ! disoient-elles, ce n’est pas un homme, c’est un Ange :
32
alors elle leur dit, voila celuy que j’ay aimé avec tant de passion, elle le sollicita encore une autrefois de complaire à son desir, & voyant qu’il ne vouloit pas condescendre à sa volonté, elle le menaça de la prison & de le rendre miserable :
33
O Dieu, dit Joseph, j’aime mieux estre prisonnier que de faire ce qu’elle desire ; delivre-moy de sa malice, garde moy d’incliner à sa lubricité, & d’estre au nombre des meschans,
34
son Seigneur exauça sa priere, il entend tout & sçait tout ;
35
Cette femme voyant la resolution de Joseph jugea à propos de le faire mettre dans une prison pour quelque temps,
36
il fut mis prisonnier avec deux hommes, l’un luy dit qu’il avoit songé qu’il pressoit des raisins pour faire du vin, l’autre luy dit qu’il avoit songé qu’il portoit du pain sur sa teste où les oiseaux mangeoient, ils luy demanderent l’interpretation de leurs songes, parce qu’il leur sembloit estre homme de bien :
37
Il leur dit, avant que vous desieuniez je vous expliqueray vostre songe. Je vous diray premierement ce que Dieu m’a enseigné, & comme je quitte & abandonne la loy des infidelles,
38
& embrasse la loy de nos Peres Abraham, Isaac & Jacob, nous ne devons pas adorer plusieurs Dieux, ceux qui croyent en l’unité de Dieu sont doüez de sa grace, mais peu de gens l’en remercient.
39
O prisonniers, qui a plus de pouvoir, ou les Idoles, ou un seul Dieu qui est tout-Puissant ?
Facsimile Image Placeholder
40
Les Dieux que vous adorez ne sont que des Idoles que vous & vos peres appellez de tel nom que bon vous semble, vous n’avez pas raison de les adorer, Dieu ne le vous commande pas, il vous commande de l’adorer luy seul, c’est le droict chemin, mais la plusgrande part du monde ne le cognoit pas.
41
O prisonniers, l’un de vous deux donnera à boire du vin à son Maistre, & l’autre sera pendu, les oiseaux paistront sur sa teste, l’explication que vous m’avez demandée s’accomplira ;
42
Il pria celuy qui devoit estre sauvé d’avoir memoire de luy lors qu’il seroit auprez de son Maistre, mais le Diable luy fit perdre le souvenir de Joseph, il demeura prisonnier l’espace de neuf ans.
43
En ce temps le Roy d’Egypte vid en songe sept vaches grasses que sept vaches maigres devoroient, & sept espics verds & sept espics secs dont il demanda l’explication à ses Docteurs,
44
ils respondirent que ce songe estoit tout embroüillé & qu’ils n’en sçavoient pas l’explication,
45
le prisonnier qui avoit esté delivré dit qu’il diroit bien-tost l’explication de ce songe, & se souvint de Joseph, il le fit appeller & luy dit.
46
O homme de bien, explique nous ce que signifient sept vaches grasses mangées par sept vaches maigres, & sept espics verds & sept secs, peut-estre que je retourneray vers le Roy & vers ses gens, & qu’ils apprendront l’explication de ce songe ;
47
Joseph luy dit, vous semerez la terre sept annees consecutives qui seront abondantes en fruicts, conservez vostre moisson dans les espics, &
Facsimile Image Placeholder
prenez seulement ce qui vous sera necessaire pour vivre,
48
apres ce il viendra sept années maigres & infructueuses ausquelles le peuple souffrira beaucoup ;
50
Le Roy d’Egypte ayant appris l’explication de ce songe commanda d’appeller Joseph, le Messager luy dit, ô Joseph retourne vers ton Maistre, & luy demande l’explication des femmes qui se sont coupez les doigts, il a sceu leur malice,
51
il les a fait assembler, & leur a demandé quel estoit leur dessein lors qu’elles t’ont sollicité d’amour, elles ont respondu qu’elles ne connoissent point de peché en toy, & sa femme a confessé la verité, elle a dit qu’elle t’avoit sollicité, mais que tu és un grand homme de bien.
52
Joseph respondit, cela fait cognoistre que je ne suis pas traistre à mon Maistre en son absence, Dieu ne conduit pas les traistres,
53
je ne veux pas dire que je suis homme sans peché, l’esprit de l’homme est enclin au mal, excepté ceux à qui Dieu a donné une grace particuliere, il est clement & misericordieux à qui bon luy semble.
54
55
Le Roy apres avoir parlé à Joseph le mit au nombre de ses domestiques, & le fit Sur-Intendant de ses finances, parce qu’il le connût homme d’esprit, fidel, & bon mesnager.
56
Nous avons estably Joseph au pays d’Egypte par nostre grace specialle, où il faisoit ce que bon luy sembloit, je ne prive pas les gens de bien de leur recompense sur la terre,
57
la recompense de l’autre monde est encore plus grande pour ceux qui croyent en ma loy, & qui ont ma crainte devant les yeux :
58
Les freres de
Facsimile Image Placeholder
Ioseph
sont retournez pour acheter du bled,
59
il leur a dit, lors que vous reviendrez amenez avec vous vostre petit frere de pere, vous verrez que je vous feray bonne mesure, & que je loge bien mes hostes,
60
si vous ne l’amenez pas il n’y aura point de bled pour vous, n’aprochez-pas ce Royaume sans luy :
61
ils ont respondu ; Seigneur, son pere l’aime extrémement, neantmoins nous tascherons de faire ce que tu nous ordonne,
62
il commanda à ses serviteurs de mettre l’argent du bled au fonds des sacs de ses freres, peut-estre, disoit-il, qu’ils reviendront ou qu’ils reconnoistront ce bienfait quand ils seront retournez en leur pays ;
63
Lors qu’ils ont esté arrivez vers leur pere ils ont dit, Mon pere, il n’y a plus de bled pour nous si nostre petit frere ne vient avec nous, s’il y vient nous aurons bonne mesure & aurons du soin de luy.
64
Vous en aurez du soin, dit-il, comme vous avez eu cy-devant de vostre frere Joseph, Dieu le gardera mieux que vous, il est le misericordieux des misericordieux ;
65
quand ils ont vuidé leur bled ils ont trouvé leur argent au fonds du sac, ils ont dit, nostre pere, que desirons-nous davantage ? nostre argent nous a esté rendu, & avons du pain pour nostre famille, permets que nous menions nostre frere avec nous, nous en aurons meilleure mesure, cela est peu de chose au Roy d’Egypte :
66
Je ne l’envoyeray pas avec vous que vous ne me juriez tous devant Dieu de le ramener s’il n’y a tres grand empeschement ; ils jurerent de faire à
Facsimile Image Placeholder
sa volonté,
67
alors il dit, je prens Dieu à tesmoin de vostre serment, O mes enfans, n’entrez pas dans la ville tous ensemble, entrez par diverses portes, affin que le peuple ne prenne ombrage, de vous, Dieu commande ce que bon luy semble, j’ay mis mon apuy en luy, tous les vray-croyans se doivent resigner à sa divine volonté,
68
ils entrerent dans la Ville comme leur pere leur avoit commandé pour le contenter,
69
lors qu’ils furent arrivez devant Joseph il prit la main de son petit frere & luy dit, ne te mets pas en peine de ce que deviendront tes freres :
70
apres avoir remply leurs sacs il fit mettre une tasse ornée de pierreries dans le sac de son petit frere, il fit publier que ceux de la caravane avoient desrobé
72
la tasse du Roy, & envoya des hommes apres eux pour la chercher,
73
ces estrangers juroient qu’ils ne l’avoient pas veuë, & qu’ils n’estoient pas venus en Egypte pour desrober,
75
qu’ils estoient cautions les uns des autres, & que celuy qui l’avoit desrobée meritoit d’estre chastié ;
76
la tasse se trouva dans le sac de son petit frere, il le fit arrester, & les accusa tous de larcin.
78
Seigneur, dirent-ils, son pere est vieil, il s’affligera extremement de son absence, prens un de nous en sa place tu connoistras à la fin que nous sommes gens de bien.
79
Dieu garde, dit-il, que j’arreste autre que celuy qui a esté trouvé saisi du larcin, ce seroit une injustice ;
80
voyans qu’ils estoient hors d’esperance de pouvoir delivrer leur frere, ils se sont sauvez en un lieu secret esloigné de la ville où l’
Facsimile Image Placeholder
aisné
dit à ses freres, vous sçavez le serment que nous avons fait à nostre depart, & comme nous avons cy-devant usé envers Joseph, je ne sortiray pas d’Egypte sans la permission de nostre pere, Dieu est tres-juste, il ordonnera de moy & de nostre frere ce qu’il luy plaira,
81
retournez vers nostre pere & luy dites, ton fils a esté surpris en larcin, nous l’avons vû, & avons fait nostre possible pour le delivrer,
82
ceux de la caravane en seront tesmoins.
83
Jacob leur dit à leur retour, vous estes cause de cét accident, cela ne vous a pas despleu, & prit patience, disant, Dieu fera peut estre la grace à mes enfans de retourner en santé, il sçait en quel estat je suis, il est tres-prudent en ce qu’il ordonne ;
84
Il s’est retiré d’entre ses enfans extremement affligé, & regrettoit la perte de son fils Joseph, il avoit continuellement les yeux couverts de larmes, & portoit en son cœur une grande tristesse ;
85
Ses enfans luy dirent, te souviens-tu encore de Joseph pour augmenter ton affliction & pour avancer ta fin ?
86
Je suis, respondit-il, extremement desolé, je remets tout à la volonté de Dieu, il m’a apris ce que vous ne sçavez pas.
87
Mes enfans retournez en Egipte, & demandez des nouvelles de vos deux freres, ne desesperez pas de l’Esprit de Dieu, personne ne desespere de l’Esprit de Dieu que les impies ;
88
Lorsqu’ils sont arrivez auprez de Joseph, ils luy ont dit, la famine qui est dans nostre Païs nous a extremement affligez, elle nous a contraints de venir plusieurs fois pour acheter du bled, tu nous as de
Facsimile Image Placeholder
ta grace fait bonne mesure, tu nous as fait rendre nostre argent par aumosnes, Dieu te veuille recompenser, il recompense ceux qui sont aumosniers.
89
Il leur dit, vous souvenez-vous de ce que vous avez fait à Joseph vostre frere ;
90
ils ont respondu, veritablement tu n’és pas Joseph : je suis Joseph, dit-il, & voila mon frere Beniamin, Dieu nous a donné sa grace, il recompense celuy qui a sa crainte devant les yeux & qui est patient en ses afflictions, il ne prive pas de recompense les gens de bien :
91
Dieu, respondirent ils, a versé ses graces sur nous de t’avoir sauvé, nous t’avions grandement offencé.
92
N’ayez point de honte, leur dit-il, Dieu vous pardonne aujourd’huy ce peché, il est clement & misericordieux,
93
retournez voir vostre Pere & luy portez cette chemise, jettez luy sur sa face, il recouvrira la veuë, & revenez icy avec luy & avec toute vostre famille,
94
La caravane estoit encore à moitié chemin de son retour lorsque Jacob dit à ceux qui estoient auprez de luy, je sens l’odeur de mon fils Joseph, vous vous mocquez de moy, mais ce que je dis est tres-veritable :
95
ils luy dirent qu’il estoit encore en sa vieille erreur ;
96
quelques jours apres un de ses fils arriva avec des nouvelles de Joseph, & jetta sur luy la chemise qu’il luy avoit donnée, incontinent il recouvra la veuë, & dit, ne vous ay-je pas tousjours dit que je sçay ce que vous ne sçavez pas :
97
ils ont dit, nostre Pere pardonne-nous, & demande à Dieu pardon pour nous qui l’avons grandement offensé ;
98
Il a respondu je demanderay au Seigneur pardon pour vous, il est
Facsimile Image Placeholder
clement & misericordieux :
99
Lors qu’ils arriverent devant Joseph il prit la main de son pere & luy dit, entrez dans l’Egypte sans peur,
100
il l’a fait asseoir, & ses freres se sont prosternez devant luy. Mon pere, dit-il, voila l’explication de mon ancien songe, Dieu l’a rendu veritable, il m’a fait la grace de me delivrer de la prison, & de vous avoir conduit jusques icy, il a mis fin à la jalousie que le Diable avoit mis entre mes freres & moy, le Seigneur est liberal à qui bon luy semble, il sçait ce qui est necessaire à son peuple & est tres-prudent en tout ce qu’il ordonne.
101
Seigneur tu m’as donné des biens & la science de l’explication des songes, Createur du Ciel & de la Terre tu es mon Protecteur, faits moy la grace de mourir en ta loy, & me mets au nombre des gens de bien.
102
Cette histoire de Joseph est une histoire ancienne que je te raconte
Note [édition originale] : Il parle à Mahomet.
, tu n’estois pas avec ses freres lors qu’ils ont conspiré contre luy,
103
neantmoins la plus grande partie du peuple est incredule.
104
Ne leur demande point de recompense d’avoir presché l’Alcoran, il n’instruit que les sages.
105
Combien y a-t’il de marque au Ciel & en la Terre de l’unité de Dieu ?
106
neantmoins le peuple n’y croid pas, & la plus grande partie adore les Idoles ;
107
assurément Dieu les chastiera à heure impourveuë, & en un temps qu’ils ne sçavent pas.
108
Dis leur, voila le droict chemin, j’appelle à la loy de salut & à la lumiere ceux qui me suivront, je rends graces à Dieu de ce que je ne suis pas au nombre des infidelles.
Facsimile Image Placeholder
109
Nous n’avons envoyé cy-devant que des hommes pour enseigner le peuple, les hommes ne considereront ils pas quelle a esté la fin des impies qui les ont precedez ? Le Paradis est pour ceux qui sont gens de bien ; ne vous convertirez vous pas ?
110
Ils ont fait perdre à nos Prophetes toute l’esperance de leur conversion, & ont crû qu’ils estoient menteurs, mais nous les avons protegez, & avons delivré de leur malice ceux que bon nous a semblé ; rien n’exemptera les meschans de la punition de leurs peines,
111
ils serviront d’exemple aux gens d’esprit : L’Alcoran ne contient point de blasphemes, il confirme les anciennes escritures, & enseigne aux vray-croyans le chemin de salut.
←|→ Bibliander, 1550Contexte X
AZOARA XXII
2
Libri Alchoran Arabice facti, spe nostrae conuersionis atque scientiae res discernentis,
1
haec sunt manifesta.
3
Nunc autem omnium uerborum tibi missorum pulcherrimum enarrabo iis, qui prius negligentes atque secordes extiterant.
4
Quando Ioseph
Note [édition originale] : Res Iosephi ex Gen. cap. 17 etc.
patri suo retulit, se uidisse XI. stellas, et solem et lunam, se illi humiliantes,
5
inquit pater : fili, somnium hoc fratribus tuis ne reueles, ne per inuidiam tibi quicquam molestiae machinentur, diabolo suggerente, hoste manifesto totius humani generis.
6
Deus quidem sapiens et excelsus te uerborum expositionem docebit, te bono replens, et super gentem Iacob patresque suos te sublimabit.
7
Audiant omnes, quid mirabile Ioseph fratribus suis contigit.
8
Fratres enim percipientes nimiam dilectionem paternam in Ioseph, dixerunt : Cum eum solum pater plus diligit, quam nos gentem immensam, ueraciter errat.
9
Nos igitur eum interficiamus, aut e terra proiiciamus. Sicque fiet pater deinceps nobis mitis et hilaris, et nos in eum boni.
10
Eorum autem quidam eius mortem dissuadens, inquit : Non perimatur Ioseph, sed in cisternam, si uelitis, dimittatur, ut aliquis euntium uel redeuntium eum inueniens, hinc auferat.
11
¶ Fratres huius rei studiosi, patrem suum sic affati sunt. Quare Ioseph, cum eum summe diligimus, nobis nunquam committis ?
12
In crastinum nobiscum, pastum mittatur, et nos illius
Facsimile Image Placeholder
fideles custodes erimus.
13
Mane itaque facto, in eorum exitu inquit pater : Doleo te illos comitari. Timeo namque, quod lupi rapaces, te cum sis inscius et negligens, deuorabunt.
14
Cui fratres responderunt : Si lupus eum comederit, nos genti perditae connumeremur.
15
Eo itaque illos comitante, consilio ponendi eum in cisternam omnes adhaeserunt. Nos tamen mandatum patri, unde percipiat istud, interim misimus : sed ipse tum negligens ipsius, tum inscius, remansit.
16
Fratres crepusculo lachrymando redeuntes,
17
in huiusmodi uocem eruperunt : O pater, Ioseph nostrae fidei traditum, cum nostro pecore relictum lupus deuorauit.
18
Et argumentum inde, interulam suam falso cruentatam, afferunt, dicentes : Ecce pater argumentum caedis uerax, tu licet nobis fidem minime adhibeas. Pater respondens, inquit : Vos quidem hoc factum in corde uestro uoluistis : sed ego patienter atque † formose
Note [édition originale] : † Formose pro moderate, ut alibi etiam.
sustinebo, et Deum adiutorem in hoc, quod uos dicitis, habebo.
19
Viatoribus uenientibus, et suum clientem ad aquam hauriendam mittentibus illis, ipse bonum retulit nuncium dicens : Ecce puer hic captiuus est.
20
Fratres uero sui dicentes, eum suum captiuum esse, eum pro precio modico, uidelicet pro nummorum numero certo uendiderunt, sibimet ipsis malefacientes.
21
¶ Emptor suus de Mezara, suae praecepit mulieri, ut eum diligenter et honorifice susciperet. Sperabat enim illum filium suum adoptiuum, aliterue sibi commodum futurum. Ita Ioseph in terram duximus, adiuuantes eum in omnibus suis negotiis, quanquam paucis id scientibus, ut uerborum expositor optimus efficeretur :
22
Ipsique iuueni facto, sapientiam attulimus. Sic enim boni promerentur.
23
Mulier autem praedicta ipsum in thalamo suo repertum, ostium claudens precata est, ut secum concumbere non respueret. Cui ipse dixit : Nolit Deus, me laedere dominum meum, mihi benefacientem : seu Deum, malos non exaudientem.
24
Fere tamen utriusque consensus affuit, antequam Deus illi, quoniam de nostra gente pura fuerat, rationem inclusit, quae maliciam illam penitus diuertit.
25
Ipsum itaque fugientem mulier insecuta est, quae manum suam iniiciens camisiae suae, retrorupit eam. Quo facto, domino suo ad ostium facti sunt obuiam. Illa quidem prius in uocem erumpens, inquit : Quid meretur, tale quid a me petens, nisi carcerem, malumue graue ?
26
Ille uero dixit : Ipsamet me precata est. Ad hanc rem discutiendam homines, illius mulieris aduocati iudices coniiciebant, hoc apparere uerum, illumque mendacem conuinci, si camisiae pars anterior rumperetur :
27
omnia uero conuerso iudicari, parte posteriori rupta.
28
Note [édition originale] : Artes foemineae
Illi deinceps rupturam ante perspicientes, perhibebant hoc de foemineis artibus esse, quae maximae sunt :
29
persuadentque Ioseph, ut ab illa re se diuerteret : mulieri autem, ut ueniam, quoniam errauit, postularet.
30
Hinc inter mulieres ciuitatis crebra confabulatio nata est, dicentes. En en illius sublimis atque praelati mulier, suum seruientem diligens, eius concubitum precata est : Et sic eorum uterque uiam erroneam ingressus est.
31
¶ Illa uero huiusmodi rumorum uentilationem percipiens, condoluit, illasque mulieres adduci praecepit. Eis quidem lectisternia, ut accumberent praeparauit, et earum cuique cultro dato, Ioseph coram uenire fecit. Quo uiso, omnes menstruatae sunt, et sibi quoque manum suam secuit. Eis itaque dicentibus, nolle Deum illum hominem esse, sed de melioribus et clarioribus angelis,
Note [édition originale] : O foedum et obscoenum prophetam.
32
illa respondit : Hic est, unde me redarguitis, qui me eius precantem concubitum non exaudiuit. Et si meum mandatum complere noluerit, ipsum incarcerabo, et ad infimorum mensuram reprimam.
33
Ille quidem hoc audiens, inquit : O Deus, illum carcerem malo, quam precantem me. Sed nisi
Facsimile Image Placeholder
suas artes a me diuerteris, forsan ego brutus effectus cum ea peccabo.
34
Deus quidem eum exaudiens, qui est omnium conditor et auditor, artes ab eo semouit.
35
Re manifeste percepta, ut uisum est eis hunc usque ad horam certam incarcerandum, duo cum eo iuuenes in carcerem detrusi sunt.
36
Quorum alter deinceps dicens, sibi uideri se uinum expressisse, alter uero se panem super caput portare, unde aues comedebant, precati sunt Ioseph, ut ipse se bonum probans, quid illa uerba praetenderent, diligenter exponeret.
37
Ipse autem eos certiores, sibique magis credentes facere intendens inquit : Non dabitur uobis quid ad comedendum, quin ante suum aduentum suam expositionem edisseram. Hoc enim me Deus docuit. Quoniam gentem nec in Deum, nec alii saeculo credentem, dimittendo,
38
sectam patrum meorum secutus sum, scilicet Abraham, Isaac, ac Ismaël atque Iacob : nec cuiquam nostrum accidit, ut Deo socium statueremus. Haec est enim eius super nos uoluntas. Sed plures hominum ingrati sunt.
39
Vos mei carceris socii percunctor, an deos disgregatos meliores, an unum solum Deum omnipotentem et uirtuosum esse dicitis ?
40
Vos autem nihil nisi nomina a uobis patribusque uestris praescripta, cum quibus Deus, cuius solius sunt iudicia, qui se solum adorari praecepit, nullas uirtutes posuit, inuocatis : legem uero a Deo sancitam plures nesciunt.
41
¶ Sit hoc quidem constans atque manifestum cordibus uestris, quod alter uestri, domini sui pincerna statuetur : alter uero suspendetur, de cuius capite comedent aues.
42
Ita sibi suis patefactis somniis, ei quem liberandum agnouit, inquit, Me nominando, tuo domino notifica.
Note [édition originale] : Ioseph nouem annis in carcere inclusus : quia se commendans pincernae, Deum non nominauit.
Sed quoniam diabolo suggerente, haec iniungendo Deum nominare oblitus est, in carcere nouem annorum spacio moratus est.
43
Tunc rex per somnium uidens septem uaccas macilentas deuorare septem pingues, septemque spicas siccas consumere VII. uirides, hominibus suis conuocatis, ut suum exponerent somnium, si scirent, iniunxit.
44
Illi quidem confitentes, se talium expositionum ignaros, hoc insomnium esse putabant.
45
Tunc tandem a carcere liberatus, ad memoriam ductus, inquit :
46
Si ad Ioseph ueridicum me miseris, ueram hic tibi expositionem referam. Ad Ioseph itaque nuncii transmissi, somnii sibi reuelati ueram expositionem inde requirunt, ne rex ulterius inde sollicitetur.
47
Dixit Ioseph : Septem annis continuis semina terrae committite, indeque spicarum collectarum minimam portionem comedite, caeterasque spicas conseruate.
48
Septem enim anni graues succedent, consumpturi prius seruata, nisi modicum a uobis reseruatum.
49
His superueniet annus hominum penuriam alleuiaturus, fructus et uuas laturus, quibus hominum multi liberabuntur.
50
Hac expositione coram domino recitata, eum adduci ante se praecepit. Ipse uero nuncium uenientem, ad dominum redire fecit, ut sciscitaretur, cur praedictae mulieres manus suas sic secabant : quarum artes Deus ipse dinoscit.
51
¶ Domino quaerente, quid habebant, quando Ioseph concubitum postulabant : per Deum iurando confirmabant, se mali in eo nihil percepisse. Tandemque regis mulier inquit :
Note [édition originale] : Non rex fuit sed regius praefectus.
Ad ueritatis euidentiam, me precatam eius coitum, eumque recusasse confiteor :
52
Huiusque secreti ipse uerax est testis, et Deus, mendaces abhorrens.
53
Nec ego quidem nego, animam hominis malorum studiosam esse : Sed Deus pius ueniaeque dator, mihi misericordiam largitus est.
54
Tunc rex eum adduci iussit, ut suus seruiens efficeretur. Illum igitur adductum alloquens, eum coram omnibus praelatum et sublimatum, fidelem sibi seruientem effecit.
55
Quem Ioseph sic affatus est : Pone me custodem atque scientem super omnia granaria, atque deposita regni tui : Et ego singula more boni
Facsimile Image Placeholder
custodis tractabo.
56
Ita Ioseph terram, quo uelle suum impleret, praebuimus, qui cuilibet electo misericordiam utriusque saeculi largimur, nulli bonum opus auferentes.
57
Omnes quidem credentes, atque timentes alius saeculi, misericodiam praeferunt.
58
Deinceps suos ad se fratres uenientes, non cognoscentes eum, Ioseph optime nouit.
Note [édition originale] : Gen. 42. etc.
59
Qui ipsis discedentibus cum illo, propter quod uenerant, iniunxit, ut fratrem suum ex paterno sanguine secum redeuntes adducerent.
60
Sin autem, ulterius non accederent, uelut nihil habituri,
61
persuasione dicens : Nonne uobis mensuram optimam, et pro leui precio tribui ? Illis itaque pollicentibus, se patrem suum exoraturos, ut id in actum ducant,
62
clientibus suis Ioseph praecepit, in eorum sarcinis suam reponere pecuniam : ut ipsa reperta, facto reditu, domum libentius et festinantius redirent.
63
Ipsi igitur ad patrem reuersi, sic eum allocuti sunt : Nobis interdicuntur reditus atque mensura, nisi fratrem nostrum adduxerimus. Eum itaque nobiscum mitte, nostrae tutelae fideique commissum.
64
Unde pater indignans, ait : An eum, sicut fratrem suum, uestrae comittam custodiae ? Deus quidem piorum piissimus, melior custos adhibetur.
65
Post sarcinarum apertionem, deinceps sua reperta pecunia patrem laetificant, eam sibi redditam ostendendo. Eoque sic hilarato, fratrem suum secum ductum exorant, affirmantes se propter eum cameli sarcinam sumpturos, et eum insuper ueraciter reducturos.
66
Pater quidem asserit, eum minime tradendum illis, nisi prius ex parte Dei † reductus
Note [édition originale] : † Reductus nomen ut reditus.
firmitate sumpta, nisi quis eis uim uel iniuriam inferret. Firmitatis itaque foedere sumpto, Deo cunctorum custode, pater illos ammonens, inquit :
67
O filii, per portas uarias minime, per unam ingressum facite. Ego quidem, cum Dei solius omnia sint iudicia, cuius tutelae me commendo, cuius praesidio omnes boni subiacent : si quid ipsius nutu uobis accidat, depellere nequibo.
68
Ipsi pro paterna dispositione portas ingressi, nihil molestiae senserunt. Animo uero Iacob inerat sollicitudo pro dogmate nostro, cuius ipse testis est, quanquam pluribus insciis.
69
Ioseph deinceps fratri suo sibi praesentato, se suum fratrem esse reuelabit, prohibens ne cuiquam hoc reuelaret, et ne de factis fraternis multum curaret.
70
Emptione facta, illis discedentibus, in sui germani sarcina uas regium reposuit, edictoque facto, missisque perscrutatoribus, illis sumptis inquit : Vos uiri latrones.
71
¶ Responderunt, Quid quaeritis ?
72
Dixit Ioseph, Vas regium : quod quisquis attulerit mihi, sui cameli sarcinam accipiat, et insuper illi benefaciam.
73
Illi uero responderunt, adsciscentes praesentium testimonium, se nec causa terram praedandi aduenisse, nec latrones existere.
74
Istisque quaerentibus, Quid meretur, in cuius sarcina repositum fuerit, si mendaces essent,
75
caeterisque permittentibus quamuis aliquid exigeret. Tunc omnibus sarcinis perscrutatis, deinde in germani sui sarcina repertum est.
76
Ita Ioseph artem sumendi fratrem suum patefeci, exaltans singulos pro uelle meo, et sapientem sapienti praeferens.
77
Adstantes quidem, illos increpando dixerunt : non mirandum, si furtum fecerint, qui prius similiter fratrem suum subduxerunt. Ioseph hoc quidem uerbum intrinsecus amplectente, nec inde quicquam proferente, responderunt : Vos deteriores estis, uestrumque sermonem Deus agnoscit.
78
Et ad Ioseph conuersi, sic fati sunt : Domine, cum tu uir bonus et iustus uidearis, loco sui quempiam nostrum accipe. Adhuc enim illi pater senex superstes est.
79
Quibus ille respondit : Nolit Deus, nos quenquam nisi latronem sumere. Sic enim iniuriam faceremus.
80
Fratribus itaque liberatis, et de retenti nullo
Facsimile Image Placeholder
reditu certis, maior eorum conquerens dixit : Nonne scitis, nos patri ex parte Dei confirmasse, sui reductum filii : qui de Ioseph opus consimile perpetrauimus ? Terram nullatenus ingrediar, usquequo ueniam a patre, reditusque praeceptum habere merear : Aut Deus suum inde iudicium faciat.
81
¶ Ad patrem reuertite, dicentes : pater, tuus filius furtum perpetrauit, prout nobis uisum est, secretum et occultum, inde nescientibus.
82
Nos quidem nil nisi uerum dicere, tum uilla apud quam fuimus, tum cohors nobiscum rediens interrogata, testis aderit.
83
Pater igitur hoc audito, dixit : Cordibus uestris secreta reprimitis. Ego quidem pulchre patiar, usque Deus sapientissimus illos ambos forsan reducet.
84
Et de Ioseph conquerendo, et illum assidue nominando, lachrymarum emanatione iugi oculi albugine uelati, ipseque miser factus est,
85
quem sui filii interrogabant : An Ioseph usque ad amentiam mortemue tuam nominare non desines ?
86
Quibus ipse : Soli Deo meam querimoniam facio, a quo uobis ignorata percipio.
87
Sed uos obsecro filii, ut rumores de Ioseph fratreque suo nullatenus desperantes (increduli namque soli desperati sunt) perscrutatum proficiscamini.
88
Tertio itaque profectis, et ad Ioseph peruenientibus, dicendo : O uir sublimis, nobis malum et gente nostra perpessis, pecunia minutis mensuram adauge, dando beneficium. Benefici namque Deo grati sunt.
89
Ipse respondit : Utrum facti uestri de Ioseph memores estis, an obliti ?
90
Responderunt : Tune es ille Ioseph ? Inquit : Sum, et hic est frater meus. Iamque Deus suam in uobis operatus est misericordiam : qui nunquam suum meritum aufert timenti, et benefacienti, ac perseueranti.
91
¶ Demum sui fratres confessi sunt, eum super illos sublimatum, et se quam longius aberrasse.
92
Ipse uero consolans eos, dixit : Nolite contristari, nec dolore tabescere. Hodie namque Deus, ueniae largitor optimus, uobis ueniam praebebit.
93
Hanc meam camisiam patri nostro ferentes, in eius faciem, ut lumen percipiat, proiicite, et cum omni familia uestra huc redite.
94
Iam cohorte proficiscente, pater suus inquit : Odorem Ioseph filii mei ego sentio : quanquam uos minime mihi creditis.
95
Cui adstantes, dixerunt : Adhuc senectutis errore deliras.
96
Sed gaudii nuncio ueniente, ipsoque uisum per camisiam in faciem proiectam recuperante, dixit ipse : Nonne me de Deo scire uobis nescita firmaui ?
97
Responderunt : O pater, dimitte nobis peccata, quoniam errauimus.
98
Quibus ipse pollicetur : Deum ueniae misericordiaeque datorem ego precabor, ut uobis ueniam largiatur.
99
Eis deinceps omnibus ad Ioseph proficiscentibus, parentibus suis ab eo honorifice susceptis, inquit : Mezaram introite, totius, Deo propitiante, timoris expertes futuri.
100
Eisque super sedem suam exaltatis, omnes coram eo humiles se reddebant. Hoc facto patrem suum affatus est : O pater, praeteriti somnii haec est expositio, a Deo iam uerificata, qui mihi benefaciens, e carcere liberauit, et uos ad me duxit, post diabolicam commixtionem inter me fratresque meos. Ille namque sapiens, omnia perspicaciter et facile penetrat.
101
¶ O Deus coeli terraeque conditor, qui mihi potestatem dedisti, et uerborum expositionem docuisti, hic, saeculoque futuro tibi me commendo, tuque perfice me fide perseuerantem mori, et deinceps bonis associa.
102
Istud tibi uerbum secretum committo, qui nequaquam intereras illis res suas congregantibus, qui te decipere nitebantur.
103
Licet enim omnia perpetrares, tota gens tibi nequaquam crederet.
104
Tu uero precium nullum eos postula, nisi tantum, quod memores existant, perpendentes uniuersa
105
coeli terraeque transitoria esse.
Note [édition originale] : Ex recitata historia Iosephi, fidem sibi conciliare stolide nititur.
106
Eorum tamen pars plurima minime credit,
105
sed a fide se nequiter diuertit,
107
praeter constantes et firmos, non timens, quid mali illis
Facsimile Image Placeholder
a Deo futurum, nec aduentum illius horae improuisae,
108
Deum quidem solum adorare, suisque praeceptis † adhaerere,
Note [édition originale] : † Vel comparere.
ut ego meique sequaces facimus. Non enim sum incredulus.
109
Recta uia recte censetur. Ante te quidem prophetas misimus, ut hominibus de uilla praedicarent, et quis suorum antecessorum finis esset, edocerent, et patefacerent, aliam curiam timentibus Deum meliorem existere. Sed nos uestram inscitiam nequaquam reliquistis.
110
Unde illis tandem desperantibus, et omnes esse contradicturos opinantibus, nos uindictam nostram sumpsimus ab illis malis, nunquam malum oblaturi, nostris amicis liberatis atque saluatis.
111
¶ Haec quidem praedicta timentibus Deum maxime miranda sunt. Hic enim sermo non est ficticius, sed confirmans atque corroborans quod uestris inest manibus, omnia discernens, et uiam rectam credentibus patefaciens.