Bibliographic Information

Sourate 18 - Coran 12-21. Traductions du Coran en Europe, XIIe-XXIe siècless18

Original Source

Witness List

  • Witness caire: Éd. du Caire, 1924
  • Witness hamidullah: Hamidullah révisée, 2000
  • Witness blachere: Blachère, 1957
  • Witness duryer: Du Ryer, 1647
  • Witness bibliander: Bibliander, 1550

Electronic Edition Information:

Responsibility Statement:
  • Structuration des données (TEI) Paul Gaillardon, Maud Ingarao (Pôle HN IHRIM)
Publication Details:

Published by IHRIM.

Lyon

Licence

Encoding Principles

À faire.

←|→Éd. du Caire, 1924Contexte X
سورة الكهف
بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
1
الْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذِي أَنزَلَ عَلَى عَبْدِهِ الْكِتَابَ وَلَمْ يَجْعَل لَّهُ عِوَجًا
2
قَيِّمًا لِّيُنذِرَ بَأْسًا شَدِيدًا مِّن لَّدُنْهُ وَيُبَشِّرَ الْمُؤْمِنِينَ الَّذِينَ يَعْمَلُونَ الصَّالِحَاتِ أَنَّ لَهُمْ أَجْرًا حَسَنًا
3
مَّاكِثِينَ فِيهِ أَبَدًا
4
وَيُنذِرَ الَّذِينَ قَالُوا اتَّخَذَ اللَّهُ وَلَدًا
5
مَّا لَهُم بِهِ مِنْ عِلْمٍ وَلَا لِآبَائِهِمْ كَبُرَتْ كَلِمَةً تَخْرُجُ مِنْ أَفْوَاهِهِمْ إِن يَقُولُونَ إِلَّا كَذِبًا
6
فَلَعَلَّكَ بَاخِعٌ نَّفْسَكَ عَلَى آثَارِهِمْ إِن لَّمْ يُؤْمِنُوا بِهَذَا الْحَدِيثِ أَسَفًا
7
إِنَّا جَعَلْنَا مَا عَلَى الْأَرْضِ زِينَةً لَّهَا لِنَبْلُوَهُمْ أَيُّهُمْ أَحْسَنُ عَمَلًا
8
وَإِنَّا لَجَاعِلُونَ مَا عَلَيْهَا صَعِيدًا جُرُزًا
9
أَمْ حَسِبْتَ أَنَّ أَصْحَابَ الْكَهْفِ وَالرَّقِيمِ كَانُوا مِنْ آيَاتِنَا عَجَبًا
10
إِذْ أَوَى الْفِتْيَةُ إِلَى الْكَهْفِ فَقَالُوا رَبَّنَا آتِنَا مِن لَّدُنكَ رَحْمَةً وَهَيِّئْ لَنَا مِنْ أَمْرِنَا رَشَدًا
11
فَضَرَبْنَا عَلَى آذَانِهِمْ فِي الْكَهْفِ سِنِينَ عَدَدًا
12
ثُمَّ بَعَثْنَاهُمْ لِنَعْلَمَ أَيُّ الْحِزْبَيْنِ أَحْصَى لِمَا لَبِثُوا أَمَدًا
13
نَّحْنُ نَقُصُّ عَلَيْكَ نَبَأَهُم بِالْحَقِّ إِنَّهُمْ فِتْيَةٌ آمَنُوا بِرَبِّهِمْ وَزِدْنَاهُمْ هُدًى
14
وَرَبَطْنَا عَلَى قُلُوبِهِمْ إِذْ قَامُوا فَقَالُوا رَبُّنَا رَبُّ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ لَن نَّدْعُوَ مِن دُونِهِ إِلَهًا لَّقَدْ قُلْنَا إِذًا شَطَطًا
15
هَؤُلَاءِ قَوْمُنَا اتَّخَذُوا مِن دُونِهِ آلِهَةً لَّوْلَا يَأْتُونَ عَلَيْهِم بِسُلْطَانٍ بَيِّنٍ فَمَنْ أَظْلَمُ مِمَّنِ افْتَرَى عَلَى اللَّهِ كَذِبًا
16
وَإِذِ اعْتَزَلْتُمُوهُمْ وَمَا يَعْبُدُونَ إِلَّا اللَّهَ فَأْوُوا إِلَى الْكَهْفِ يَنشُرْ لَكُمْ رَبُّكُم مِّن رَّحْمَتِهِ وَيُهَيِّئْ لَكُم مِّنْ أَمْرِكُم مِّرْفَقًا
17
وَتَرَى الشَّمْسَ إِذَا طَلَعَت تَّزَاوَرُ عَن كَهْفِهِمْ ذَاتَ الْيَمِينِ وَإِذَا غَرَبَت تَّقْرِضُهُمْ ذَاتَ الشِّمَالِ وَهُمْ فِي فَجْوَةٍ مِّنْهُ ذَلِكَ مِنْ آيَاتِ اللَّهِ مَن يَهْدِ اللَّهُ فَهُوَ الْمُهْتَدِ وَمَن يُضْلِلْ فَلَن تَجِدَ لَهُ وَلِيًّا مُّرْشِدًا
18
وَتَحْسَبُهُمْ أَيْقَاظًا وَهُمْ رُقُودٌ وَنُقَلِّبُهُمْ ذَاتَ الْيَمِينِ وَذَاتَ الشِّمَالِ وَكَلْبُهُم بَاسِطٌ ذِرَاعَيْهِ بِالْوَصِيدِ لَوِ اطَّلَعْتَ عَلَيْهِمْ لَوَلَّيْتَ مِنْهُمْ فِرَارًا وَلَمُلِئْتَ مِنْهُمْ رُعْبًا
19
وَكَذَلِكَ بَعَثْنَاهُمْ لِيَتَسَاءَلُوا بَيْنَهُمْ قَالَ قَائِلٌ مِّنْهُمْ كَمْ لَبِثْتُمْ قَالُوا لَبِثْنَا يَوْمًا أَوْ بَعْضَ يَوْمٍ قَالُوا رَبُّكُمْ أَعْلَمُ بِمَا لَبِثْتُمْ فَابْعَثُوا أَحَدَكُم بِوَرِقِكُمْ هَذِهِ إِلَى الْمَدِينَةِ فَلْيَنظُرْ أَيُّهَا أَزْكَى طَعَامًا فَلْيَأْتِكُم بِرِزْقٍ مِّنْهُ وَلْيَتَلَطَّفْ وَلَا يُشْعِرَنَّ بِكُمْ أَحَدًا
20
إِنَّهُمْ إِن يَظْهَرُوا عَلَيْكُمْ يَرْجُمُوكُمْ أَوْ يُعِيدُوكُمْ فِي مِلَّتِهِمْ وَلَن تُفْلِحُوا إِذًا أَبَدًا
21
وَكَذَلِكَ أَعْثَرْنَا عَلَيْهِمْ لِيَعْلَمُوا أَنَّ وَعْدَ اللَّهِ حَقٌّ وَأَنَّ السَّاعَةَ لَا رَيْبَ فِيهَا إِذْ يَتَنَازَعُونَ بَيْنَهُمْ أَمْرَهُمْ فَقَالُوا ابْنُوا عَلَيْهِم بُنْيَانًا رَّبُّهُمْ أَعْلَمُ بِهِمْ قَالَ الَّذِينَ غَلَبُوا عَلَى أَمْرِهِمْ لَنَتَّخِذَنَّ عَلَيْهِم مَّسْجِدًا
22
سَيَقُولُونَ ثَلَاثَةٌ رَّابِعُهُمْ كَلْبُهُمْ وَيَقُولُونَ خَمْسَةٌ سَادِسُهُمْ كَلْبُهُمْ رَجْمًا بِالْغَيْبِ وَيَقُولُونَ سَبْعَةٌ وَثَامِنُهُمْ كَلْبُهُمْ قُل رَّبِّي أَعْلَمُ بِعِدَّتِهِم مَّا يَعْلَمُهُمْ إِلَّا قَلِيلٌ فَلَا تُمَارِ فِيهِمْ إِلَّا مِرَاءً ظَاهِرًا وَلَا تَسْتَفْتِ فِيهِم مِّنْهُمْ أَحَدًا
23
وَلَا تَقُولَنَّ لِشَيْءٍ إِنِّي فَاعِلٌ ذَلِكَ غَدًا
24
إِلَّا أَن يَشَاءَ اللَّهُ وَاذْكُر رَّبَّكَ إِذَا نَسِيتَ وَقُلْ عَسَى أَن يَهْدِيَنِ رَبِّي لِأَقْرَبَ مِنْ هَذَا رَشَدًا
25
وَلَبِثُوا فِي كَهْفِهِمْ ثَلَاثَ مِائَةٍ سِنِينَ وَازْدَادُوا تِسْعًا
26
قُلِ اللَّهُ أَعْلَمُ بِمَا لَبِثُوا لَهُ غَيْبُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ أَبْصِرْ بِهِ وَأَسْمِعْ مَا لَهُم مِّن دُونِهِ مِن وَلِيٍّ وَلَا يُشْرِكُ فِي حُكْمِهِ أَحَدًا
27
وَاتْلُ مَا أُوحِيَ إِلَيْكَ مِن كِتَابِ رَبِّكَ لَا مُبَدِّلَ لِكَلِمَاتِهِ وَلَن تَجِدَ مِن دُونِهِ مُلْتَحَدًا
28
وَاصْبِرْ نَفْسَكَ مَعَ الَّذِينَ يَدْعُونَ رَبَّهُم بِالْغَدَاةِ وَالْعَشِيِّ يُرِيدُونَ وَجْهَهُ وَلَا تَعْدُ عَيْنَاكَ عَنْهُمْ تُرِيدُ زِينَةَ الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَلَا تُطِعْ مَنْ أَغْفَلْنَا قَلْبَهُ عَن ذِكْرِنَا وَاتَّبَعَ هَوَاهُ وَكَانَ أَمْرُهُ فُرُطًا
29
وَقُلِ الْحَقُّ مِن رَّبِّكُمْ فَمَن شَاءَ فَلْيُؤْمِن وَمَن شَاءَ فَلْيَكْفُرْ إِنَّا أَعْتَدْنَا لِلظَّالِمِينَ نَارًا أَحَاطَ بِهِمْ سُرَادِقُهَا وَإِن يَسْتَغِيثُوا يُغَاثُوا بِمَاءٍ كَالْمُهْلِ يَشْوِي الْوُجُوهَ بِئْسَ الشَّرَابُ وَسَاءَتْ مُرْتَفَقًا
30
إِنَّ الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ إِنَّا لَا نُضِيعُ أَجْرَ مَنْ أَحْسَنَ عَمَلًا
31
أُولَئِكَ لَهُمْ جَنَّاتُ عَدْنٍ تَجْرِي مِن تَحْتِهِمُ الْأَنْهَارُ يُحَلَّوْنَ فِيهَا مِنْ أَسَاوِرَ مِن ذَهَبٍ وَيَلْبَسُونَ ثِيَابًا خُضْرًا مِّن سُندُسٍ وَإِسْتَبْرَقٍ مُّتَّكِئِينَ فِيهَا عَلَى الْأَرَائِكِ نِعْمَ الثَّوَابُ وَحَسُنَتْ مُرْتَفَقًا
32
وَاضْرِبْ لَهُم مَّثَلًا رَّجُلَيْنِ جَعَلْنَا لِأَحَدِهِمَا جَنَّتَيْنِ مِنْ أَعْنَابٍ وَحَفَفْنَاهُمَا بِنَخْلٍ وَجَعَلْنَا بَيْنَهُمَا زَرْعًا
33
كِلْتَا الْجَنَّتَيْنِ آتَتْ أُكُلَهَا وَلَمْ تَظْلِم مِّنْهُ شَيْئًا وَفَجَّرْنَا خِلَالَهُمَا نَهَرًا
34
وَكَانَ لَهُ ثَمَرٌ فَقَالَ لِصَاحِبِهِ وَهُوَ يُحَاوِرُهُ أَنَا أَكْثَرُ مِنكَ مَالًا وَأَعَزُّ نَفَرًا
35
وَدَخَلَ جَنَّتَهُ وَهُوَ ظَالِمٌ لِّنَفْسِهِ قَالَ مَا أَظُنُّ أَن تَبِيدَ هَذِهِ أَبَدًا
36
وَمَا أَظُنُّ السَّاعَةَ قَائِمَةً وَلَئِن رُّدِدتُّ إِلَى رَبِّي لَأَجِدَنَّ خَيْرًا مِّنْهَا مُنقَلَبًا
37
قَالَ لَهُ صَاحِبُهُ وَهُوَ يُحَاوِرُهُ أَكَفَرْتَ بِالَّذِي خَلَقَكَ مِن تُرَابٍ ثُمَّ مِن نُّطْفَةٍ ثُمَّ سَوَّاكَ رَجُلًا
38
لَّكِنَّا هُوَ اللَّهُ رَبِّي وَلَا أُشْرِكُ بِرَبِّي أَحَدًا
39
وَلَوْلَا إِذْ دَخَلْتَ جَنَّتَكَ قُلْتَ مَا شَاءَ اللَّهُ لَا قُوَّةَ إِلَّا بِاللَّهِ إِن تَرَنِ أَنَا أَقَلَّ مِنكَ مَالًا وَوَلَدًا
40
فَعَسَى رَبِّي أَن يُؤْتِيَنِ خَيْرًا مِّن جَنَّتِكَ وَيُرْسِلَ عَلَيْهَا حُسْبَانًا مِّنَ السَّمَاءِ فَتُصْبِحَ صَعِيدًا زَلَقًا
41
أَوْ يُصْبِحَ مَاؤُهَا غَوْرًا فَلَن تَسْتَطِيعَ لَهُ طَلَبًا
42
وَأُحِيطَ بِثَمَرِهِ فَأَصْبَحَ يُقَلِّبُ كَفَّيْهِ عَلَى مَا أَنفَقَ فِيهَا وَهِيَ خَاوِيَةٌ عَلَى عُرُوشِهَا وَيَقُولُ يَا لَيْتَنِي لَمْ أُشْرِكْ بِرَبِّي أَحَدًا
43
وَلَمْ تَكُن لَّهُ فِئَةٌ يَنصُرُونَهُ مِن دُونِ اللَّهِ وَمَا كَانَ مُنتَصِرًا
44
هُنَالِكَ الْوَلَايَةُ لِلَّهِ الْحَقِّ هُوَ خَيْرٌ ثَوَابًا وَخَيْرٌ عُقْبًا
45
وَاضْرِبْ لَهُم مَّثَلَ الْحَيَاةِ الدُّنْيَا كَمَاءٍ أَنزَلْنَاهُ مِنَ السَّمَاءِ فَاخْتَلَطَ بِهِ نَبَاتُ الْأَرْضِ فَأَصْبَحَ هَشِيمًا تَذْرُوهُ الرِّيَاحُ وَكَانَ اللَّهُ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ مُّقْتَدِرًا
46
الْمَالُ وَالْبَنُونَ زِينَةُ الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَالْبَاقِيَاتُ الصَّالِحَاتُ خَيْرٌ عِندَ رَبِّكَ ثَوَابًا وَخَيْرٌ أَمَلًا
47
وَيَوْمَ نُسَيِّرُ الْجِبَالَ وَتَرَى الْأَرْضَ بَارِزَةً وَحَشَرْنَاهُمْ فَلَمْ نُغَادِرْ مِنْهُمْ أَحَدًا
48
وَعُرِضُوا عَلَى رَبِّكَ صَفًّا لَّقَدْ جِئْتُمُونَا كَمَا خَلَقْنَاكُمْ أَوَّلَ مَرَّةٍ بَلْ زَعَمْتُمْ أَلَّن نَّجْعَلَ لَكُم مَّوْعِدًا
49
وَوُضِعَ الْكِتَابُ فَتَرَى الْمُجْرِمِينَ مُشْفِقِينَ مِمَّا فِيهِ وَيَقُولُونَ يَا وَيْلَتَنَا مَالِ هَذَا الْكِتَابِ لَا يُغَادِرُ صَغِيرَةً وَلَا كَبِيرَةً إِلَّا أَحْصَاهَا وَوَجَدُوا مَا عَمِلُوا حَاضِرًا وَلَا يَظْلِمُ رَبُّكَ أَحَدًا
50
وَإِذْ قُلْنَا لِلْمَلَائِكَةِ اسْجُدُوا لِآدَمَ فَسَجَدُوا إِلَّا إِبْلِيسَ كَانَ مِنَ الْجِنِّ فَفَسَقَ عَنْ أَمْرِ رَبِّهِ أَفَتَتَّخِذُونَهُ وَذُرِّيَّتَهُ أَوْلِيَاءَ مِن دُونِي وَهُمْ لَكُمْ عَدُوٌّ بِئْسَ لِلظَّالِمِينَ بَدَلًا
51
مَّا أَشْهَدتُّهُمْ خَلْقَ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَلَا خَلْقَ أَنفُسِهِمْ وَمَا كُنتُ مُتَّخِذَ الْمُضِلِّينَ عَضُدًا
52
وَيَوْمَ يَقُولُ نَادُوا شُرَكَائِيَ الَّذِينَ زَعَمْتُمْ فَدَعَوْهُمْ فَلَمْ يَسْتَجِيبُوا لَهُمْ وَجَعَلْنَا بَيْنَهُم مَّوْبِقًا
53
وَرَأَى الْمُجْرِمُونَ النَّارَ فَظَنُّوا أَنَّهُم مُّوَاقِعُوهَا وَلَمْ يَجِدُوا عَنْهَا مَصْرِفًا
54
وَلَقَدْ صَرَّفْنَا فِي هَذَا الْقُرْآنِ لِلنَّاسِ مِن كُلِّ مَثَلٍ وَكَانَ الْإِنسَانُ أَكْثَرَ شَيْءٍ جَدَلًا
55
وَمَا مَنَعَ النَّاسَ أَن يُؤْمِنُوا إِذْ جَاءَهُمُ الْهُدَى وَيَسْتَغْفِرُوا رَبَّهُمْ إِلَّا أَن تَأْتِيَهُمْ سُنَّةُ الْأَوَّلِينَ أَوْ يَأْتِيَهُمُ الْعَذَابُ قُبُلًا
56
وَمَا نُرْسِلُ الْمُرْسَلِينَ إِلَّا مُبَشِّرِينَ وَمُنذِرِينَ وَيُجَادِلُ الَّذِينَ كَفَرُوا بِالْبَاطِلِ لِيُدْحِضُوا بِهِ الْحَقَّ وَاتَّخَذُوا آيَاتِي وَمَا أُنذِرُوا هُزُوًا
57
وَمَنْ أَظْلَمُ مِمَّن ذُكِّرَ بِآيَاتِ رَبِّهِ فَأَعْرَضَ عَنْهَا وَنَسِيَ مَا قَدَّمَتْ يَدَاهُ إِنَّا جَعَلْنَا عَلَى قُلُوبِهِمْ أَكِنَّةً أَن يَفْقَهُوهُ وَفِي آذَانِهِمْ وَقْرًا وَإِن تَدْعُهُمْ إِلَى الْهُدَى فَلَن يَهْتَدُوا إِذًا أَبَدًا
58
وَرَبُّكَ الْغَفُورُ ذُو الرَّحْمَةِ لَوْ يُؤَاخِذُهُم بِمَا كَسَبُوا لَعَجَّلَ لَهُمُ الْعَذَابَ بَل لَّهُم مَّوْعِدٌ لَّن يَجِدُوا مِن دُونِهِ مَوْئِلًا
59
وَتِلْكَ الْقُرَى أَهْلَكْنَاهُمْ لَمَّا ظَلَمُوا وَجَعَلْنَا لِمَهْلِكِهِم مَّوْعِدًا
60
وَإِذْ قَالَ مُوسَى لِفَتَاهُ لَا أَبْرَحُ حَتَّى أَبْلُغَ مَجْمَعَ الْبَحْرَيْنِ أَوْ أَمْضِيَ حُقُبًا
61
فَلَمَّا بَلَغَا مَجْمَعَ بَيْنِهِمَا نَسِيَا حُوتَهُمَا فَاتَّخَذَ سَبِيلَهُ فِي الْبَحْرِ سَرَبًا
62
فَلَمَّا جَاوَزَا قَالَ لِفَتَاهُ آتِنَا غَدَاءَنَا لَقَدْ لَقِينَا مِن سَفَرِنَا هَذَا نَصَبًا
63
قَالَ أَرَأَيْتَ إِذْ أَوَيْنَا إِلَى الصَّخْرَةِ فَإِنِّي نَسِيتُ الْحُوتَ وَمَا أَنسَانِيهُ إِلَّا الشَّيْطَانُ أَنْ أَذْكُرَهُ وَاتَّخَذَ سَبِيلَهُ فِي الْبَحْرِ عَجَبًا
64
قَالَ ذَلِكَ مَا كُنَّا نَبْغِ فَارْتَدَّا عَلَى آثَارِهِمَا قَصَصًا
65
فَوَجَدَا عَبْدًا مِّنْ عِبَادِنَا آتَيْنَاهُ رَحْمَةً مِّنْ عِندِنَا وَعَلَّمْنَاهُ مِن لَّدُنَّا عِلْمًا
66
قَالَ لَهُ مُوسَى هَلْ أَتَّبِعُكَ عَلَى أَن تُعَلِّمَنِ مِمَّا عُلِّمْتَ رُشْدًا
67
قَالَ إِنَّكَ لَن تَسْتَطِيعَ مَعِيَ صَبْرًا
68
وَكَيْفَ تَصْبِرُ عَلَى مَا لَمْ تُحِطْ بِهِ خُبْرًا
69
قَالَ سَتَجِدُنِي إِن شَاءَ اللَّهُ صَابِرًا وَلَا أَعْصِي لَكَ أَمْرًا
70
قَالَ فَإِنِ اتَّبَعْتَنِي فَلَا تَسْأَلْنِي عَن شَيْءٍ حَتَّى أُحْدِثَ لَكَ مِنْهُ ذِكْرًا
71
فَانطَلَقَا حَتَّى إِذَا رَكِبَا فِي السَّفِينَةِ خَرَقَهَا قَالَ أَخَرَقْتَهَا لِتُغْرِقَ أَهْلَهَا لَقَدْ جِئْتَ شَيْئًا إِمْرًا
72
قَالَ أَلَمْ أَقُلْ إِنَّكَ لَن تَسْتَطِيعَ مَعِيَ صَبْرًا
73
قَالَ لَا تُؤَاخِذْنِي بِمَا نَسِيتُ وَلَا تُرْهِقْنِي مِنْ أَمْرِي عُسْرًا
74
فَانطَلَقَا حَتَّى إِذَا لَقِيَا غُلَامًا فَقَتَلَهُ قَالَ أَقَتَلْتَ نَفْسًا زَكِيَّةً بِغَيْرِ نَفْسٍ لَّقَدْ جِئْتَ شَيْئًا نُّكْرًا
75
قَالَ أَلَمْ أَقُل لَّكَ إِنَّكَ لَن تَسْتَطِيعَ مَعِيَ صَبْرًا
76
قَالَ إِن سَأَلْتُكَ عَن شَيْءٍ بَعْدَهَا فَلَا تُصَاحِبْنِي قَدْ بَلَغْتَ مِن لَّدُنِّي عُذْرًا
77
فَانطَلَقَا حَتَّى إِذَا أَتَيَا أَهْلَ قَرْيَةٍ اسْتَطْعَمَا أَهْلَهَا فَأَبَوْا أَن يُضَيِّفُوهُمَا فَوَجَدَا فِيهَا جِدَارًا يُرِيدُ أَن يَنقَضَّ فَأَقَامَهُ قَالَ لَوْ شِئْتَ لَاتَّخَذْتَ عَلَيْهِ أَجْرًا
78
قَالَ هَذَا فِرَاقُ بَيْنِي وَبَيْنِكَ سَأُنَبِّئُكَ بِتَأْوِيلِ مَا لَمْ تَسْتَطِع عَّلَيْهِ صَبْرًا
79
أَمَّا السَّفِينَةُ فَكَانَتْ لِمَسَاكِينَ يَعْمَلُونَ فِي الْبَحْرِ فَأَرَدتُّ أَنْ أَعِيبَهَا وَكَانَ وَرَاءَهُم مَّلِكٌ يَأْخُذُ كُلَّ سَفِينَةٍ غَصْبًا
80
وَأَمَّا الْغُلَامُ فَكَانَ أَبَوَاهُ مُؤْمِنَيْنِ فَخَشِينَا أَن يُرْهِقَهُمَا طُغْيَانًا وَكُفْرًا
81
فَأَرَدْنَا أَن يُبْدِلَهُمَا رَبُّهُمَا خَيْرًا مِّنْهُ زَكَاةً وَأَقْرَبَ رُحْمًا
82
وَأَمَّا الْجِدَارُ فَكَانَ لِغُلَامَيْنِ يَتِيمَيْنِ فِي الْمَدِينَةِ وَكَانَ تَحْتَهُ كَنزٌ لَّهُمَا وَكَانَ أَبُوهُمَا صَالِحًا فَأَرَادَ رَبُّكَ أَن يَبْلُغَا أَشُدَّهُمَا وَيَسْتَخْرِجَا كَنزَهُمَا رَحْمَةً مِّن رَّبِّكَ وَمَا فَعَلْتُهُ عَنْ أَمْرِي ذَلِكَ تَأْوِيلُ مَا لَمْ تَسْطِع عَّلَيْهِ صَبْرًا
83
وَيَسْأَلُونَكَ عَن ذِي الْقَرْنَيْنِ قُلْ سَأَتْلُو عَلَيْكُم مِّنْهُ ذِكْرًا
84
إِنَّا مَكَّنَّا لَهُ فِي الْأَرْضِ وَآتَيْنَاهُ مِن كُلِّ شَيْءٍ سَبَبًا
85
فَأَتْبَعَ سَبَبًا
86
حَتَّى إِذَا بَلَغَ مَغْرِبَ الشَّمْسِ وَجَدَهَا تَغْرُبُ فِي عَيْنٍ حَمِئَةٍ وَوَجَدَ عِندَهَا قَوْمًا قُلْنَا يَا ذَا الْقَرْنَيْنِ إِمَّا أَن تُعَذِّبَ وَإِمَّا أَن تَتَّخِذَ فِيهِمْ حُسْنًا
87
قَالَ أَمَّا مَن ظَلَمَ فَسَوْفَ نُعَذِّبُهُ ثُمَّ يُرَدُّ إِلَى رَبِّهِ فَيُعَذِّبُهُ عَذَابًا نُّكْرًا
88
وَأَمَّا مَنْ آمَنَ وَعَمِلَ صَالِحًا فَلَهُ جَزَاءً الْحُسْنَى وَسَنَقُولُ لَهُ مِنْ أَمْرِنَا يُسْرًا
89
ثُمَّ أَتْبَعَ سَبَبًا
90
حَتَّى إِذَا بَلَغَ مَطْلِعَ الشَّمْسِ وَجَدَهَا تَطْلُعُ عَلَى قَوْمٍ لَّمْ نَجْعَل لَّهُم مِّن دُونِهَا سِتْرًا
91
كَذَلِكَ وَقَدْ أَحَطْنَا بِمَا لَدَيْهِ خُبْرًا
92
ثُمَّ أَتْبَعَ سَبَبًا
93
حَتَّى إِذَا بَلَغَ بَيْنَ السَّدَّيْنِ وَجَدَ مِن دُونِهِمَا قَوْمًا لَّا يَكَادُونَ يَفْقَهُونَ قَوْلًا
94
قَالُوا يَا ذَا الْقَرْنَيْنِ إِنَّ يَأْجُوجَ وَمَأْجُوجَ مُفْسِدُونَ فِي الْأَرْضِ فَهَلْ نَجْعَلُ لَكَ خَرْجًا عَلَى أَن تَجْعَلَ بَيْنَنَا وَبَيْنَهُمْ سَدًّا
95
قَالَ مَا مَكَّنِّي فِيهِ رَبِّي خَيْرٌ فَأَعِينُونِي بِقُوَّةٍ أَجْعَلْ بَيْنَكُمْ وَبَيْنَهُمْ رَدْمًا
96
آتُونِي زُبَرَ الْحَدِيدِ حَتَّى إِذَا سَاوَى بَيْنَ الصَّدَفَيْنِ قَالَ انفُخُوا حَتَّى إِذَا جَعَلَهُ نَارًا قَالَ آتُونِي أُفْرِغْ عَلَيْهِ قِطْرًا
97
فَمَا اسْطَاعُوا أَن يَظْهَرُوهُ وَمَا اسْتَطَاعُوا لَهُ نَقْبًا
98
قَالَ هَذَا رَحْمَةٌ مِّن رَّبِّي فَإِذَا جَاءَ وَعْدُ رَبِّي جَعَلَهُ دَكَّاءَ وَكَانَ وَعْدُ رَبِّي حَقًّا
99
وَتَرَكْنَا بَعْضَهُمْ يَوْمَئِذٍ يَمُوجُ فِي بَعْضٍ وَنُفِخَ فِي الصُّورِ فَجَمَعْنَاهُمْ جَمْعًا
100
وَعَرَضْنَا جَهَنَّمَ يَوْمَئِذٍ لِّلْكَافِرِينَ عَرْضًا
101
الَّذِينَ كَانَتْ أَعْيُنُهُمْ فِي غِطَاءٍ عَن ذِكْرِي وَكَانُوا لَا يَسْتَطِيعُونَ سَمْعًا
102
أَفَحَسِبَ الَّذِينَ كَفَرُوا أَن يَتَّخِذُوا عِبَادِي مِن دُونِي أَوْلِيَاءَ إِنَّا أَعْتَدْنَا جَهَنَّمَ لِلْكَافِرِينَ نُزُلًا
103
قُلْ هَلْ نُنَبِّئُكُم بِالْأَخْسَرِينَ أَعْمَالًا
104
الَّذِينَ ضَلَّ سَعْيُهُمْ فِي الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَهُمْ يَحْسَبُونَ أَنَّهُمْ يُحْسِنُونَ صُنْعًا
105
أُولَئِكَ الَّذِينَ كَفَرُوا بِآيَاتِ رَبِّهِمْ وَلِقَائِهِ فَحَبِطَتْ أَعْمَالُهُمْ فَلَا نُقِيمُ لَهُمْ يَوْمَ الْقِيَامَةِ وَزْنًا
106
ذَلِكَ جَزَاؤُهُمْ جَهَنَّمُ بِمَا كَفَرُوا وَاتَّخَذُوا آيَاتِي وَرُسُلِي هُزُوًا
107
إِنَّ الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ كَانَتْ لَهُمْ جَنَّاتُ الْفِرْدَوْسِ نُزُلًا
108
خَالِدِينَ فِيهَا لَا يَبْغُونَ عَنْهَا حِوَلًا
109
قُل لَّوْ كَانَ الْبَحْرُ مِدَادًا لِّكَلِمَاتِ رَبِّي لَنَفِدَ الْبَحْرُ قَبْلَ أَن تَنفَدَ كَلِمَاتُ رَبِّي وَلَوْ جِئْنَا بِمِثْلِهِ مَدَدًا
110
قُلْ إِنَّمَا أَنَا بَشَرٌ مِّثْلُكُمْ يُوحَى إِلَيَّ أَنَّمَا إِلَهُكُمْ إِلَهٌ وَاحِدٌ فَمَن كَانَ يَرْجُو لِقَاءَ رَبِّهِ فَلْيَعْمَلْ عَمَلًا صَالِحًا وَلَا يُشْرِكْ بِعِبَادَةِ رَبِّهِ أَحَدًا
←|→Hamidullah révisée, 2000Contexte X
La caverne (Al-Kahf)
1
Louange à Allah qui a fait descendre sur Son serviteur (Muhammad), le Livre, et n’y a point introduit de tortuosité (ambiguité) !
2
[Un Livre] d’une parfaite droiture pour avertir d’une sévère punition venant de Sa part et pour annoncer aux croyants qui font de bonnes œuvres qu’il y aura pour eux une belle récompense.
3
où ils demeureront éternellement,
4
et pour avertir ceux qui disent : « Allah S’est attribué un enfant. »
5
Ni eux ni leurs ancêtres n’en savent rien. Quelle monstrueuse parole que celle qui sort de leurs bouches ! Ce qu’ils disent n’est que mensonge.
6
Tu vas peut-être te consumer de chagrin parce qu’ils se détournent de toi et ne croient pas en ce discours !
7
Nous avons placé ce qu’il y a sur la terre pour l’embellir, afin d’éprouver (les hommes et afin de savoir) qui d’entre eux sont les meilleurs dans leurs actions.
8
Puis, Nous allons sûrement transformer sa surface en un sol aride.
9
Penses-tu que les gens de la Caverne et d’ar-Raquîm ont constitué une chose extraordinaire d’entre Nos prodiges ?
10
Quand les jeunes gens se furent réfugiés dans la caverne, ils dirent : « O notre Seigneur, donne-nous de Ta part une miséricorde ; et assure nous la droiture dans tout ce qui nous concerne ».
11
Alors, Nous avons assourdi leurs oreilles, dans la caverne pendant de nombreuses années.
12
Ensuite, Nous les avons ressuscités, afin de savoir lequel des deux groupes saurait le mieux calculer la durée exacte de leur séjour.
13
Nous allons te raconter leur récit en toute vérité. Ce sont des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur ; et Nous leur avons accordé les plus grands moyens de se diriger [dans la bonne voie].
14
Nous avons fortifié leurs cœurs lorsqu’ils s’étaient levés pour dire : « Notre Seigneur est le Seigneur des cieux et de la terre : jamais nous n’invoquerons de divinité en dehors de Lui, sans quoi, nous transgresserions dans nos paroles.
15
Voilà que nos concitoyens ont adopté en dehors de Lui des divinités. Que n’apportent-ils sur elles une preuve évidente ? Quel pire injuste, donc que celui qui invente un mensonge contre Allah ?
16
Et quand vous vous serez séparés d’eux et de ce qu’ils adorent en dehors d’Allah, réfugiez-vous donc dans la caverne : votre Seigneur répandra de Sa miséricorde sur vous et disposera pour vous un adoucissement à votre sort.
17
Tu aurais vu le soleil, quand il se lève, s’écarter de leur caverne vers la droite, et quand il se couche, passer à leur gauche, tandis qu’eux-mêmes sont là dans une partie spacieuse (de la caverne)... Cela est une des merveilles d’Allah. Celui qu’Allah guide, c’est lui le bien-guidé. Et quiconque Il égare, tu ne trouveras alors pour lui aucun allié pour le mettre sur la bonne voie.
18
Et tu les aurais cru éveillés, alors qu’ils dorment. Et Nous les tournons sur le côté droit et sur le côté gauche, tandis que leur chien est à l’entrée, pattes étendues. Si tu les avais aperçus, certes tu leur aurais tourné le dos en fuyant ; et tu aurais été assurément rempli d’effroi devant eux.
19
Et c’est ainsi que Nous les ressuscitâmes, afin qu’ils s’interrogent entre eux. L’un parmi eux dit : « Combien de temps avez-vous demeuré là ? » Ils dirent : « Nous avons demeuré un jour ou une partie d’un jour ». D’autres dirent : « Votre Seigneur sait mieux combien [de temps] vous y avez demeuré. Envoyez donc l’un de vous à la ville avec votre argent que voici, pour qu’il voie quel aliment est le plus pur et qu’il vous en apporte de quoi vous nourrir. Qu’il agisse avec tact ; et qu’il ne donne l’éveil à personne sur vous.
20
Si jamais ils vous attrapent, ils vous lapideront ou vous feront retourner à leur religion, et vous ne réussirez alors plus jamais ».
21
Et c’est ainsi que Nous fîmes qu’ils furent découverts, afin qu’ils [les gens de la cité] sachent que la promesse d’Allah est vérité et qu’il n’y ait point de doute au sujet de l’Heure. Aussi se disputèrent-ils à leur sujet et déclarèrent-ils : « Construisez sur eux un édifice. Leur Seigneur les connaît mieux ». Mais ceux qui l’emportèrent [dans la discussion] dirent : « Elevons sur eux un sanctuaire ».
22
Ils diront : « ils étaient trois et le quatrième était leur chien ». Et ils diront en conjecturant sur leur mystère qu’ils étaient cinq, le sixième étant leur chien et ils diront : « sept, le huitième étant leur chien ». Dis : « Mon Seigneur connaît mieux leur nombre. Il n’en est que peu qui le savent ». Ne discute à leur sujet que d’une façon apparente et ne consulte personne en ce qui les concerne.
23
Et ne dis jamais, à propos d’une chose : « Je la ferai sûrement demain »,
24
sans ajouter : « Si Allah le veut », et invoque ton Seigneur quand tu oublies et dis : « Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct ».
25
Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cents ans et en ajoutèrent neuf (années).
26
Dis : « Allah sait mieux combien de temps ils demeurèrent là. A Lui appartient l’Inconnaissable des cieux et de la terre. Comme Il est Voyant et Audient ! Ils n’ont aucun allié en dehors de Lui et Il n’associe personne à Son commandement.
27
Et récite ce qui t’a été révélé du Livre de ton Seigneur. Nul ne peut changer Ses paroles. Et tu ne trouveras, en dehors de Lui, aucun refuge.
28
Fais preuve de patience [en restant] avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa Face. Et que tes yeux ne se détachent point d’eux, en cherchant (le faux) brillant de la vie sur terre. Et n’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inattentif à Notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier.
29
Et dis : « La vérité émane de votre Seigneur ». Quiconque le veut, qu’il croie, quiconque le veut qu’il mécroie ». Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cernent. Et s’ils implorent à boire on les abreuvera d’une eau comme du métal fondu brûlant les visages. Quelle mauvaise boisson et quelle détestable demeure !
30
Ceux qui croient et font de bonnes œuvres... vraiment Nous ne laissons pas perdre la récompense de celui qui fait le bien.
31
Voilà ceux qui auront les jardins du séjour (éternel) sous lesquels coulent les ruisseaux. Ils y seront parés de bracelets d’or et se vêtiront d’habits verts de soie fine et de brocart, accoudés sur des divans (bien ornés). Quelle bonne récompense et quelle belle demeure !
32
Donne-leur l’exemple de deux hommes : à l’un d’eux Nous avons assigné deux jardins de vignes que Nous avons entourés de palmiers et Nous avons mis entre les deux jardins des champs cultivés.
33
Les deux jardins produisaient leur récolte sans jamais manquer. Et Nous avons fait jaillir entre eux un ruisseau.
34
Et il avait des fruits et dit alors à son compagnon avec qui il conversait : « Je possède plus de biens que toi, et je suis plus puissant que toi grâce à mon clan ».
35
Il entra dans son jardin coupable envers lui-même [par sa mécréance] ; il dit : « Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr,
36
et je ne pense pas que l’Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin.
37
Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui : « Serais-tu mécréant envers Celui qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme ?
38
Quant à moi, c’est Allah qui est mon Seigneur ; et je n’associe personne à mon Seigneur.
39
En entrant dans ton jardin, que ne dis-tu : « Telle est la volonté (et la grâce) d’Allah ! Il n’y a de puissance que par Allah ». Si tu me vois moins pourvu que toi en biens et en enfants,
40
il se peut que mon Seigneur, bientôt, me donne quelque chose de meilleur que ton jardin, qu’Il envoie sur [ce dernier], du ciel, quelque calamité, et que son sol devienne glissant,
41
ou que son eau tarisse de sorte que tu ne puisses plus la retrouver ».
42
Et sa récolte fut détruite et il se mit alors à se tordre les deux mains à cause de ce qu’il y avait dépensé, cependant que ses treilles étaient complètement ravagées. Et il disait : « Que je souhaite n’avoir associé personne à mon Seigneur ! »
43
Il n’eut aucun groupe de gens pour le secourir contre (la punition) d’Allah. Et il ne put se secourir lui-même.
44
En l’occurrence, la souveraine protection appartient à Allah, le Vrai. Il accorde la meilleure récompense et le meilleur résultat.
45
Et propose-leur l’exemple de la vie ici-bas. Elle est semblable à une eau que Nous faisons descendre du ciel ; la végétation de la terre se mélange à elle. Puis elle devient de l’herbe desséchée que les vents dispersent. Allah est certes Puissant en toutes choses !
46
Les biens et les enfants sont l’ornement de la vie de ce monde. Cependant, les bonnes œuvres qui persistent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et [suscitent] une belle espérance.
47
Le jour où Nous ferons marcher les montagnes et où tu verras la terre nivelée (comme une plaine) et Nous les rassemblerons sans en omettre un seul.
48
Et ils seront présentés en rangs devant ton Seigneur. « Vous voilà venus à Nous comme Nous vous avons créés la première fois. Pourtant vous prétendiez que Nous ne remplirions pas Nos promesses ».
49
Et on déposera le livre (de chacun). Alors tu verras les criminels, effrayés à cause de ce qu’il y a dedans, dire : « Malheur à nous, qu’a donc ce livre à n’omettre de mentionner ni péché véniel ni péché capital ? » Et ils trouveront devant eux tout ce qu’ils ont œuvré. Et ton Seigneur ne fait du tort à personne.
50
Et lorsque nous dîmes aux Anges : « Prosternez-vous devant Adam », ils se prosternèrent, excepté Iblis [Satan] qui était du nombre des djinns et qui se révolta contre le commandement de son Seigneur. Allez-vous cependant le prendre, ainsi que sa descendance, pour alliés en dehors de Moi, alors qu’ils vous sont ennemis ? Quel mauvais échange pour les injustes !
51
Je ne les ai pas pris comme témoins de la création des cieux et de la terre, ni de la création de leurs propres personnes. Et Je n’ai pas pris comme aides ceux qui égarent.
52
Et le jour où Il dira : « Appelez ceux que vous prétendiez être Mes associés ». Ils les invoqueront ; mais eux ne leur répondront pas, Nous aurons placé entre eux une vallée de perdition.
53
Et les criminels verront le Feu. Ils seront alors convaincus qu’ils y tomberont et n’en trouveront pas d’échappatoire.
54
Et assurément, Nous avons déployé pour les gens, dans ce Coran, toutes sortes d’exemples. L’homme cependant, est de tous les êtres le plus grand disputeur.
55
Qu’est-ce qui a donc empêché les gens de croire, lorsque le guide leur est venu, ainsi que de demander pardon à leur Seigneur, si ce n’est qu’ils veulent subir le sort des Anciens, ou se trouver face à face avec le châtiment.
56
Et Nous n’envoyons des messagers que pour annoncer la bonne nouvelle et avertir. Et ceux qui ont mécru disputent avec de faux arguments, afin d’infirmer la vérité et prennent en raillerie Mes versets (le Coran) ainsi que ce (châtiment) dont on les a avertis.
57
Quel pire injuste que celui à qui on a rappelé les versets de son Seigneur et qui en détourna le dos en oubliant ce que ses deux mains ont commis ? Nous avons placé des voiles sur leurs cœurs, de sorte qu’ils ne comprennent pas (le Coran), et mis une lourdeur dans leurs oreilles. Même si tu les appelles vers la bonne voie, jamais ils ne pourront donc se guider.
58
Et ton Seigneur est le Pardonneur, le Détenteur de la miséricorde. S’Il s’en prenait à eux pour ce qu’ils ont acquis, Il leur hâterait certes le châtiment. Mais il y a pour eux un terme fixé (pour l’accomplissement des menaces) contre lequel ils ne trouveront aucun refuge.
59
Et voilà les villes que Nous avons fait périr quand leurs peuples commirent des injustices et Nous avons fixé un rendez-vous pour leur destruction.
60
(Rappelle-toi) quand Moïse dit à son valet : « Je n’arrêterai pas avant d’avoir atteint le confluent des deux mers, dussé-je marcher de longues années ».
61
Puis, lorsque tous deux eurent atteint le confluent, Ils oublièrent leur poisson qui prit alors librement son chemin dans la mer.
62
Puis, lorsque tous deux eurent dépassé [cet endroit,] il dit à son valet : « Apporte-nous notre déjeuner : nous avons rencontré de la fatigue dans notre présent voyage ».
63
[Le valet lui] dit : « Quand nous avons pris refuge près du rocher, vois-tu, j’ai oublié le poisson - le Diable seul m’a fait oublier de (te) le rappeler - et il a curieusement pris son chemin dans la mer ».
64
[Moïse] dit : « Voilà ce que nous cherchions ». Puis, ils retournèrent sur leurs pas, suivant leurs traces.
65
Ils trouvèrent l’un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné une grâce, de Notre part, et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Nous.
66
Moïse lui dit : « Puis-je te suivre, à la condition que tu m’apprennes de ce qu’on t’a appris concernant une bonne direction ? »
67
[L’autre] dit : « Vraiment, tu ne pourras jamais être patient avec moi.
68
Comment endurerais-tu sur des choses que tu n’embrasses pas par ta connaissance ? »
69
[Moïse] lui dit : « Si Allah veut, tu me trouveras patient ; et je ne désobéirai à aucun de tes ordres ».
70
« Si tu me suis, dit [l’autre,] ne m’interroge sur rien tant que je ne t’en aurai pas fait mention ».
71
Alors les deux partirent. Et après qu’ils furent montés sur un bateau, l’homme y fit une brèche. [Moïse] lui dit : « Est-ce pour noyer ses occupants que tu l’as ébréché ? Tu as commis, certes, une chose monstrueuse ! »
72
[L’autre] répondit : « N’ai-je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie ? »
73
« Ne t’en prends pas à moi, dit [Moïse,] pour un oubli de ma part ; et ne m’impose pas de grande difficulté dans mon affaire ».
74
Puis ils partirent tous deux ; et quand ils eurent rencontré un enfant, [l’homme] le tua. Alors [Moïse] lui dit : « As-tu tué un être innocent, qui n’a tué personne ? Tu as commis certes, une chose affreuse ! »
75
[L’autre] lui dit : « Ne t’ai je pas dit que tu ne pourrais pas garder patience en ma compagnie ? »
76
« Si, après cela, je t’interroge sur quoi que ce soit, dit [Moïse], alors ne m’accompagne plus. Tu seras alors excusé de te séparer de moi ».
77
Ils partirent donc tous deux ; et quand ils furent arrivés à un village habité, ils demandèrent à manger à ses habitants ; mais ceux-ci refusèrent de leur donner l’hospitalité. Ensuite, ils y trouvèrent un mur sur le point de s’écrouler. L’homme le redressa. Alors [Moïse] lui dit : « Si tu voulais, tu aurais bien pu réclamer pour cela un salaire ».
78
« Ceci [marque] la séparation entre toi et moi, dit [l’homme,] Je vais t’apprendre l’interprétation de ce que tu n’as pu supporter avec patience.
79
Pour ce qui est du bateau, il appartenait à des pauvres gens qui travaillaient en mer. Je voulais donc le rendre défectueux, car il y avait derrière eux un roi qui saisissait de force tout bateau.
80
Quant au garçon, ses père et mère étaient des croyants ; nous avons craint qu’il ne leur imposât la rébellion et la mécréance.
81
Nous avons donc voulu que leur Seigneur leur accordât en échange un autre plus pur et plus affectueux.
82
Et quant au mur, il appartenait à deux garçons orphelins de la ville, et il y avait dessous un trésor à eux ; et leur père était un homme vertueux. Ton Seigneur a donc voulu que tous deux atteignent leur maturité et qu’ils extraient, [eux-mêmes] leur trésor, par une miséricorde de ton Seigneur. Je ne l’ai d’ailleurs pas fait de mon propre chef. Voilà l’interprétation de ce que tu n’as pas pu endurer avec patience ».
83
Et ils t’interrogent sur Dûl-Qarnayn. Dis : « Je vais vous en citer quelque fait mémorable ».
84
Vraiment, Nous avons affermi sa puissance sur terre, et Nous lui avons donné libre voie à toute chose.
85
Il suivit donc une voie.
86
Et quand il eut atteint le Couchant, il trouva que le soleil se couchait dans une source boueuse, et, auprès d’elle il trouva une peuplade [impie]. Nous dîmes : « O Dûl-Qarnayn ! ou tu les châties, ou tu uses de bienveillance à leur égard ».
87
Il dit : « Quant à celui qui est injuste, nous le châtierons ; ensuite il sera ramené vers son Seigneur qui le punira d’un châtiment terrible.
88
Et quant à celui qui croit et fait bonne œuvre, il aura, en retour, la plus belle récompense. Et nous lui donnerons des ordres faciles à exécuter ».
89
Puis, il suivit (une autre) voie.
90
Et quand il eut atteint le Levant, il trouva que le soleil se levait sur une peuplade à laquelle Nous n’avions pas donné de voile pour s’en protéger.
91
Il en fut ainsi et Nous embrassons de Notre Science ce qu’il détenait.
92
Puis, il suivit (une autre) voie.
93
Et quand il eut atteint un endroit situé entre les Deux Barrières (montagnes), il trouva derrière elles une peuplade qui ne comprenait presque aucun langage.
94
Ils dirent : « O Dûl-Qarnayn, les Yâ jûj et les Mâ jûj commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t’accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous ? »
95
Il dit : « Ce que Mon Seigneur m’a conféré vaut mieux (que vos dons). Aidez-moi donc avec votre force et je construirai un remblai entre vous et eux.
96
Apportez-moi des blocs de fer ». Puis, lorsqu’il en eut comblé l’espace entre les deux montagnes, il dit : « Soufflez ! » Puis, lorsqu’il l’eut rendu une fournaise, il dit : « Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus ».
97
Ainsi, ils ne purent guère l’escalader ni l’ébrécher non plus.
98
Il dit : « C’est une miséricorde de la part de mon Seigneur. Mais, lorsque la promesse de mon Seigneur viendra, Il le nivellera. Et la promesse de mon Seigneur est vérité ».
99
Nous les laisserons, ce jour-là, déferler comme les flots les uns sur les autres, et on soufflera dans la Trompe et Nous les rassemblerons tous.
100
Et ce jour-là Nous présenterons de près l’Enfer aux mécréants,
101
dont les yeux étaient couverts d’un voile qui les empêchait de penser à Moi, et ils ne pouvaient rien entendre non plus.
102
Ceux qui ont mécru, comptent-ils donc pouvoir prendre, pour alliés, Mes serviteurs en dehors de Moi ? Nous avons préparé l’Enfer comme résidence pour les mécréants.
103
Dis : « Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en œuvres ?
104
Ceux dont l’effort, dans la vie présente, s’est égaré, alors qu’ils s’imaginent faire le bien.
105
Ceux-là qui ont nié les signes de leur Seigneur, ainsi que Sa rencontre. Leurs actions sont donc vaines ». Nous ne leur assignerons pas de poids au Jour de la Résurrection.
106
C’est que leur rétribution sera l’Enfer, pour avoir mécru et pris en raillerie Mes signes (enseignements) et Mes messagers.
107
Ceux qui croient et font de bonnes œuvres auront pour résidence les Jardins du « Firdaws, » (Paradis),
108
où ils demeureront éternellement, sans désirer aucun changement.
109
Dis : « Si la mer était une encre [pour écrire] les paroles de mon Seigneur, certes la mer s’épuiserait avant que ne soient épuisées les paroles de mon Seigneur, quand même Nous lui apporterions son équivalent comme renfort. »
110
Dis : « Je suis en fait un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Dieu est un Dieu unique ! Quiconque, donc, espère rencontrer son Seigneur, qu’il fasse de bonnes actions et qu’il n’associe dans son adoration aucun autre à son Seigneur ».
←|→Blachère, 1957Contexte X
Sourate XVIII.
La Caverne.
(Al-Kahf.)
Titre tiré du vt. 8.Cette sourate jouit d’une grande considération en Islam. Elle est traditionnellement récitée dans les mosquées, le vendredi.L’exégèse la considère comme mekkoise avec des additions médinoises. Il n’est pas aisé, dans l’état actuel du texte, de retrouver le début et la fin des développements servant de liaison entre les parties narratives qui constituent la charpente de l’ensemble.
[Introduction.]
1
Louange à Allah qui fit descendre sur Son serviteur l’Écriture et n’y mit point de tortuosité,
2
[mais la fit] droite pour avertir d’une calamité sévère venant de Lui et annoncer aux Croyants qui accomplissent les œuvres pies, qu’ils auront un beau salaire, [un jardin]
3
[2] où ils resteront accoudés éternellement,
4
[3] pour avertir [aussi] ceux qui disent qu’Allah a pris des enfants.
5
[4] [Ni ces gens] ni leurs pères n’ont connaissance d’Allah. Monstrueux est le mot qui sort de leurs bouches. Ils ne disent qu’un mensonge.
6
[5] Peut-être [, Prophète !], vas-tu te consumer de chagrin à les suivre s’ils ne croient point en ce discours ?
7
[6] Nous avons fait de ce qui est sur la terre une parure pour elle afin d’éprouver lequel d’entre eux est le meilleur en œuvres.
8
[7] En vérité, Nous ferons certes de ce qui est sur [la terre] un sol dénudé.
Note [édition originale] : Sans doute faut-il comprendre avec les commt. que les richesses de ce monde seront réduites en poussière.
[Histoire des sept dormants.]
9
[8] Penses-tu que les Hommes de la Caverne et d’ar-Raqîm soient, parmi Nos signes, une merveille ?
Note [édition originale] : ar-Raqîm n’offre plus de sens sûr aux commt. qui y voient tantôt le nom du chien des Sept Dormants, tantôt l’équivalent du mot table, plaque (sur laquelle se trouverait gravée l’histoire des Sept Dormants ; il est fait mention de cette table dans la légende chrétienne), tantôt le nom de la cité des Sept Dormants.
10
[9] … Quand les jeunes gens se réfugièrent dans la caverne et dirent : « Seigneur ! accorde-nous, de Ta part, une miséricorde, et donne-nous rectitude en notre conduite ! »
11

Facsimile Image Placeholder
[10] Nous fîmes le silence à leurs oreilles, dans la caverne, pendant nombre d’années.
Note [édition originale] : Nous fîmes le silence etc. Text. : nous frappâmes sur leurs oreilles.
12
[11] Puis Nous les rappelâmes pour savoir laquelle des deux factions saurait le mieux compter la durée de ce qu’ils demeurèrent [dans la caverne].
24
Et ils demeurèrent, dans leur caverne, trois cents années [auxquelles] ils ajoutèrent neuf [années].
25
Réponds : « Allah sait très bien ce qu’ils demeurèrent. A Lui appartient l’Inconnaissable des cieux et de la terre. Combien Il est voyant et audient ! En dehors de Lui, ils n’ont nul patron (wali) et Il n’associe personne à sa décision. »
13

Facsimile Image Placeholder
[12] Nous, Nous te raconterons leur histoire (nabâ’) avec vérité. C’étaient des jeunes gens qui crurent en leur Seigneur et à qui Nous accordâmes les plus grands moyens de se diriger.
14
[13] Nous fortifiâmes leur courage quand ils se levèrent et dirent : « Notre Seigneur est le Seigneur des Cieux et de
Facsimile Image Placeholder
la Terre. Nous ne prierons pas de divinité en dehors de Lui. [Si nous le faisions], nous dirions certes alors une abomination !
15
[14] Ces gens-ci ont pris, en dehors de Lui, des divinités. Ah ! s’ils apportaient encore claire justification [sulṭân], envers eux-mêmes ! Qui donc est plus injuste que celui qui forge contre Allah un mensonge ?
16
[15] Quand vous aurez fui [ces gens] et ce qu’ils adorent en dehors d’Allah, réfugiez-vous dans la caverne ! Votre Seigneur répandra sur vous [un peu] de Sa miséricorde et disposera pour vous un adoucissement à votre sort. »
17
[16] … Tu aurais vu le soleil, à son lever, s’écarter à droite de leur caverne, et, à son coucher, les effleurer à gauche, alors qu’ils se trouvaient au centre [de la caverne]. C’est là un des signes d’Allah. Celui que conduit Allah est dans la bonne direction et celui qu’Il égare ne se trouvera aucun patron (wali) pour le diriger.
Note [édition originale] : La caverne s’ouvrait vers le nord, en sorte que le soleil, n’y pénétrant point, ne touchait pas les Sept Dormants, au centre de celle-ci.
18
[17] Tu les aurais crus éveillés alors qu’ils dormaient. Nous les retournions sur le côté droit et sur le côté gauche, tandis que leur chien, les pattes de devant étendues, était sur le seuil, Si tu les avais aperçus, tu aurais pris la fuite et eusses été, devant eux, empli d’effroi.
19
[18] Ainsi, Nous les rappelâmes afin qu’ils s’interrogeassent mutuellement. L’un d’entre eux dit : « Combien êtes-vous demeurés [ici] ? »
Facsimile Image Placeholder
— « Nous sommes », répondirent [les autres], « demeurés un jour ou une partie d’un jour ». — « Notre Seigneur », reprirent-ils, « sait très bien ce que nous sommes demeurés ici. Envoyons l’un de nous avec cette monnaie que voici, à la ville ! Qu’il cherche le marchand dont la nourriture est la plus pure et qu’il nous en apporte ! Qu’il soit civil et qu’il ne donne l’éveil à personne sur vous !
Note [édition originale] : De même, on l’a vu à plusieurs reprises, les Ressuscités, au Jour de la Résurrection, ne peuvent dire combien ils sont demeurés dans la tombe. Les Sept Dormants, dont l’état s’apparente à celui des Ressuscités, sont donc la preuve de la réincarnation des morts ; le vt. 20/21, au début, revient d’ailleurs sur ce point.
20
[19] Si [les gens] apprennent notre existence, ils nous lapideront ou bien nous réintégrerons dans leur religion (milla) et alors nous ne serons jamais des Bienheureux ».
21
[20] Ainsi, Nous les décelâmes aux gens [de la cité] pour qu’ils comprissent que la promesse d’Allah est vérité et que l’Heure n’est pas objet de doute. [Nous les décelâmes], lorsque [les habitants de la ville], tiraillés entre eux à leur propos, déclarèrent : « Construisez sur eux une construction : leur Seigneur les connaît bien ! » Ceux qui l’emportèrent, à leur propos, dirent : « Élevons donc sur eux un sanctuaire (masjid) ! »
Note [édition originale] : bunyânan « une construction ». Le terme s’oppose ici au mot « sanctuaire » qui suit. Les commt. comprennent que deux opinions s’affrontèrent, dans la cité, quand les Sept Dormants furent morts. Les uns voulaient seulement murer l’orifice de la caverne où ils s’étaient retirés pour mourir ; les autres, au contraire, décidèrent d’élever un sanctuaire en ce lieu.
22
[21] Ils diront : « [Ils étaient] trois, le quatrième étant leur chien. » [Ou] ils diront, visant l’Inconnaissable : « [Ils étaient] cinq, le sixième étant leur chien. » [Ou bien] ils diront [encore] : « [Ils étaient] sept, leur chien étant le huitième. » Réponds[-leur] : « Mon Seigneur connaît bien leur nombre. Ne le connaissent que peu [de gens]. »
Note [édition originale] : Ils diront = les Impies de la Mekke (selon les commt.). On peut se demander toutefois s’il ne s’agit pas d’une objection émise par les Chrétiens.
22
Ne dispute donc, à leur sujet, que d’une manière superficielle et, à leur sujet, ne questionne personne parmi eux.
Note [édition originale] : mirâ’an ẓâhiran « d’une manière superficielle ». Peut-être faut-il comprendre ici « d’une manière exotérique ». Il est fort possible en effet qu’on ait ici une interdiction faite à Mahomet de discuter avec des Non-Croyants sur la valeur donnée à ces nombres. Toutefois Razi se borne lui-même à préciser qu’il est seulement défendu à Mahomet de rien trancher. ǁ Parmi eux = parmi les Non-Croyants.
23
Tu ne diras certes plus à propos de quelque chose : « Je ferai cela demain »,
Note [édition originale] : Interrogé par des Non-Croyants, au sujet des Sept Dormants, Mahomet, selon les commt., aurait remis au lendemain de répondre, mais n’aurait pas dit : S’il plaît à Allah !, formule propitiatoire indispensable en ce cas. La réponse divine, de ce fait, se serait fait attendre plusieurs jours, à la grande joie des Non-Croyants.
24

Facsimile Image Placeholder
[23] sinon [en ajoutant] : « Qu’Allah le veuille ! » Invoque ton Seigneur quand tu es oublieux et dis : « Peut-être Mon Seigneur me dirigera-t-Il vers ce qui est directement plus proche que cela ! »
25
[24] Et ils demeurèrent, dans leur caverne, trois cents années [auxquelles] ils ajoutèrent neuf [années].
26
[25] Réponds : « Allah sait très bien ce qu’ils demeurèrent. A Lui appartient l’Inconnaissable des cieux et de la terre. Combien Il est voyant et audient ! En dehors de Lui, ils n’ont nul patron (wali) et Il n’associe personne à Sa décision. »
[Conclusions : ordre a Mahomet de poursuivre sa mission. Jugement dernier.]
27
[26] Et communique ce qui t’est révélé de l’Écriture de ton Seigneur ! (Nul modificateur à Son verbe !) et tu ne trouveras pas de refuge en dehors de Lui.
Note [édition originale] : Nul modificateur à Son verbe. Sens reçu par les commt. Le contexte — et dans une large mesure, la construction — ne permettraient-ils pas de comprendre plutôt : en ne modifiant pas Son verbe ?
28
[27] Fais œuvre de constance avec ceux qui prient leur Seigneur le matin et le soir, désirant Sa face ! Que tes yeux ne se détachent pas d’eux, désirant [le faux] brillant de la Vie immédiate ! N’obéis point à celui dont le cœur a été, par Nous, rendu insoucieux de Notre Édification, [à celui qui] suit sa passion et dont le comportement est insolence.
29
[28] Et dis : « La Vérité émane de votre Seigneur. Quiconque le veut, qu’il soit croyant, et quiconque le veut, qu’il soit infidèle ! » Nous avons préparé, pour les Injustes, un feu dont les flammes les entoureront. S’ils appellent au secours, on les secourra avec une eau comme de l’airain [fondu] qui brûle les visages. Quel détestable breuvage ! Quel abominable séjour !
30
[29] Ceux qui auront cru et pratiqué les œuvres pies [seront récompensés] : Nous ne laissons pas perdre le salaire de qui a fait de bonnes actions.
31
[30] Ceux-là auront les Jardins d’Eden, à leurs pieds couleront des ruisseaux ; là, ils seront parés de bracelets d’or, vêtus de vêtements
Facsimile Image Placeholder
verts de soie et de brocart, accoudés sur des sofas. Quelle excellente rétribution et quel beau séjour !
[Parabole du maître des jardins.]
32
[31] Et propose-leur, en parabole, deux hommes à l’un desquels Nous donnâmes deux jardins [plantés] de vignes que Nous entourâmes de palmiers et séparâmes par des céréales.
33
[32a] Nous fîmes jaillir un ruisseau entre eux.
33
[31] Les deux jardins donnèrent leur récolte, ne lésèrent en rien leur maître et celui-ci eut des fruits.
34
[32] Et il dit à son compagnon à qui il parlait : « J’ai plus de bien que toi et suis plus puissant par [mon] clan. »
35
[33] Il entra dans son jardin et, coupable envers soi-même, il dit : « Je ne pense point que ceci périsse jamais.
36
[34] Je ne pense pas que l’Heure survienne et certes, si je suis ramené à mon Seigneur, je trouverai meilleur lieu de retour que ce jardin. »
37
[35] Son compagnon, lui adressant la parole, lui dit : « Serais-tu ingrat envers Celui qui te créa de poussière, puis de sperme, puis te donna forme humaine ? »
38
[36] Moi toutefois [je dis] : « Il est Allah, mon Seigneur, et je n’associe personne à mon Seigneur. »
Note [édition originale] : lâkinnâ « moi toutefois ». Ce début fait difficulté et a donné lieu à plusieurs déchiffrements. Le meilleur semble être lakin ’anâ qui est retenu de préférence à la leçon de la Vulgate. Il faut néanmoins sous-entendre [je dis].
39
[37] Ah ! si tu étais entré dans ton jardin et avais dit : « [Arrive] ce qu’Allah voudra ! Nulle force sinon en Allah ! » Si tu me vois, moi, moins pourvu que toi de biens et d’enfants,
40
[38] peut-être [en revanche] Allah me donnera-t-Il mieux que ton jardin ! [Peut-être] déchaînera-t-Il contre celui-ci les foudres du ciel, en sorte qu’il deviendra sol dénudé.
41
[39] Peut-être son eau disparaissant en terre, ne pourras-tu plus la retrouver. »
42
[40] [C’est ce qui advint], et ses fruits ayant été anéantis, le maître du jardin se prit à se tordre les mains pour ce qu’il avait dépensé dans [son jardin] alors vide [de raisin] sur ses treilles. Il criait : « Plût au ciel que je n’eusse associé personne à mon Seigneur ! »
43
[41] Contre Allah, il n’a point eu de bande pour le secourir et il n’a pas été secouru.
44

Facsimile Image Placeholder
[42] En l’occurrence, la tutélaire protection appartient à la Vérité, à Allah, et Il est le meilleur en [Sa] récompense et en [la] fin [qu’Il accorde].
[Vanité de la vie d’ici-bas.]
45
[43] Et propose-leur la parabole de la Vie Immédiate comparée à une eau que Nous avons fait descendre du ciel et dont se gorgent les plantes de la terre. Celles-ci deviennent herbage desséché que dispersent les vents. Allah sur toute chose est tout-puissant.
Note [édition originale] : Dont se gorgent. Text. : à laquelle se mêlent.
46
[44] Les biens, les fils sont la parure [éphémère] de la Vie Immédiate. Cependant les œuvres impérissables, les œuvres pies ont meilleure récompense auprès de ton Seigneur, et meilleure espérance
47
[45] au jour où Nous mettrons les montagnes en marche, où tu verras la terre [rasée] comme une plaine, où Nous rassemblerons [les Humains] sans laisser personne parmi eux.
48
[46] [Le jour où] ils seront exposés à ton Seigneur, en rangs, [il leur sera dit] : « Vous venez à Nous comme Nous vous avons créés à votre naissance. Pourtant, ne prétendiez-vous pas que Nous ne saurions tenir [Notre] promesse ? »
Note [édition originale] : A votre naissance. Text. : la première fois.
49
[47] Le Registre (kitâb) [des actions de tous] sera posé. Tu verras les Coupables émus de ce qu’il contient et ils diront : « Malheur à nous ! pourquoi ce Registre n’omet-il pas de compter [toute action] petite ou grande ? » Ce qu’ils auront fait, ils le trouveront présent, et ton Seigneur ne lésera personne.
50
[48] … Et quand Nous dîmes aux Anges : « Prosternez-vous devant Adam ! » Ils se prosternèrent donc, sauf Iblis [qui] était parmi les Djinns et fut pervers à l’ordre d’Allah. « Eh quoi ! le prendrez-vous ainsi que ses suppôts comme patrons (’awliyâ’) en dehors de Moi, alors qu’ils sont pour vous des ennemis ? Quel exécrable échange pour les Injustes ! »
[Réponse aux incrédules.]
51
[49] Je ne les ai point pris comme témoins lors de la création des cieux et de la terre, ni lors de leur propre création, et Je n’ai pas pris comme aide ceux qui égarent.
Note [édition originale] : Ceux qui égarent peut désigner à la fois les Faux Dieux, les Démons et les Impies.
52

Facsimile Image Placeholder
[50] Et le jour où [Allah] dira : « Appelez ceux que vous prétendez être Mes Associés ! », [ce jour où les] ayant priés, ils ne les exauceront point, car Nous placerons entre eux un abîme :
53
[51] [alors] le Feu sera derrière les Coupables et ils penseront qu’ils s’y précipitent et ne trouveront nul moyen de s’[en] écarter.
54
[52] Et certes, Nous avons adressé aux Hommes, dans cette Prédication, toutes sortes d’exemples, [mais] l’Homme est le plus ratiocineur des êtres.
55
[53] Les Hommes n’ont été empêchés de croire ou d’implorer le pardon de leur Seigneur, quand la Direction est venue à eux, que par [leur refus d’admettre] que le sort traditionnel (sunna) de leurs ancêtres les atteindra et que le Tourment les touchera de face.
56
[54] Nous n’envoyons les Envoyés que comme Annonciateurs et Avertisseurs, [mais] ceux qui ne croient point disputent avec le Faux pour annihiler la Vérité. Ils ont pris en raillerie Nos signes et ce dont ils ont été avertis.
57
[55] Or, qui donc est plus injuste que celui qui, ayant été édifié par les signes de son Seigneur, s’en détourne et oublie les œuvres de ses mains ? Nous avons placé sur leur cœur des enveloppes [afin] qu’ils ne comprennent pas, et Nous avons mis une fissure dans leurs oreilles.
57
[56] Si même tu les appelles vers la Direction, ils ne se trouveront jamais dans la bonne direction.
58
[57] Ton Seigneur est l’Absoluteur plein de miséricorde. S’Il les reprenait pour ce qu’ils ont accompli, Il leur appliquerait promptement le Tourment. Ils ont cependant une promesse à laquelle ils ne sauraient échapper.
59
[58] Nous avons fait périr les habitants de ces Cités quand ils eurent été injustes et avons fait promesse de les faire disparaître.
[Histoire de Moïse et du Serviteur de Dieu.]
60
[59] Et quand Moïse dit à son valet : « Je n’aurai de cesse que j’aie atteint le Confluent des Deux Mers, dussé-je marcher des années. »
61
[60] Quand ils eurent atteint le Confluent des Deux Mers, ils oublièrent leur poisson qui reprit son chemin dans la mer, en frétillant.
62
[61] Quand tous deux eurent dépassé [ce lieu], Moïse dit à son valet : « Donne-nous notre repas ! Nous avons certes éprouvé fatigue du fait de notre voyage. »
63
[62] [Le valet] répondit : « Que t’en semble ? Quand nous avons trouvé
Facsimile Image Placeholder
refuge près du Rocher, j’ai oublié le poisson — seul le Démon, m’empêchant d’y penser, me l’a fait oublier ! — et il a repris miraculeusement son chemin dans la mer. »
64
[63] — « C’est ce que nous cherchions », répondit Moïse, et ils revinrent exactement sur leurs pas.
65
[64] Ayant trouvé un de Nos serviteurs à qui Nous avions donné Grâce [raḥma] issue de Nous et à qui Nous avions enseigné Science émanant de Nous,
66
[65] Moïse lui dit : « Puis-je te suivre à condition que tu m’enseignes [un peu] de ce qui te fut enseigné, en rectitude ? »
67
[66] — « Tu ne pourras [avoir] patience avec moi », lui répondit [ce serviteur].
68
[67] « Comment patienterais-tu devant ce que tu n’embrasses point en [ton] expérience ? »
69
[68] [Mais Moïse] répondit : « S’il plaît à Allah, tu me trouveras patient et je ne désobéirai point à ton ordre. »
70
[69] — « Si tu me suis », dit [alors ce serviteur], « ne m’interroge sur rien jusqu’à ce que je suscite pour toi d’en parler ».
71
[70] Ils partirent tous deux jusqu’à ce qu’étant montés sur un vaisseau, [Notre serviteur] y fit une brèche. « As-tu fait une brèche dans ce vaisseau pour engloutir ceux qui s’y trouvent ? » demanda [Moïse]. « Tu as certes commis une chose monstrueuse ! »
72
[71] « Ne t’avais-je pas dit », reprit [l’autre], « que tu ne pourrais [avoir] patience avec moi ? »
73
[72] — « Ne me reprends point d’avoir oublié ! », dit [alors Moïse], « et ne me soumets point à trop rude épreuve ! »
Note [édition originale] : Et ne me soumets point etc. Text. : et ne m’impose point difficulté en mon sort.
74
[73] Ils repartirent jusqu’à ce qu’ils rencontrassent un adolescent. [Notre serviteur] le tua et [Moïse] dit : « [N’]as-tu [pas] tué une personne innocente de tout homicide ? Tu as certes commis une chose blâmable ! »
Note [édition originale] : Text. : As-tu tué une âme (= une personne) pure, sans [compensation] d’une âme ?
75
[74] [Mais l’autre] répliqua : « Ne t’avais-je pas dit que tu ne pourrais [avoir] patience avec moi ? »
76
[75] — [« Tu dis vrai »], fit [Moïse]. « Si désormais je t’interroge sur quelque chose, ne me garde point comme compagnon ! Tu as de moi mes excuses. »
77
[76] Ils repartirent jusqu’à ce qu’ils vinssent à une cité aux habitants
Facsimile Image Placeholder
de laquelle ils demandèrent à manger. Ceux-ci refusèrent de leur donner l’hospitalité. [Moïse et son compagnon] trouvèrent alors un mur qui menaçait de s’écrouler. [Notre serviteur] l’ayant étayé, [Moïse] dit : « Si tu voulais, tu réclamerais pour ceci un salaire. »
78
[77] [Alors Notre serviteur] déclara : « Ceci [marque la] séparation entre toi et moi. Toutefois je vais te faire connaître l’explication de ce dont tu n’as pu [avoir] patience [de découvrir la cause].
79
[78] Le vaisseau appartenait à de pauvres gens qui trafiquaient sur mer et j’ai voulu l’endommager [pour qu’il fût sans valeur aux yeux d’]un roi qui, derrière eux, s’arrogeait tout bon vaisseau, comme prise.
80
[79] L’adolescent avait pour père et mère deux croyants. Nous avons craint qu’il ne leur imposât rébellion et infidélité [envers Allah]
Note [édition originale] : Var. de la Vulgate : Et ton Seigneur a craint.
81
[80] et nous avons voulu que leur Seigneur leur donnât en échange un [fils] plus pur que lui et plus proche de [leur] sollicitude.
82
[81] Quant au mur, il appartient à deux adolescents orphelins, de la ville. Sous ce mur est un trésor qui leur est destiné. Leur père était vertueux et ton Seigneur a voulu qu’ils atteignissent leur majorité et qu’ils découvrissent [seulement alors] leur trésor par une bonté (raḥma) de ton Seigneur. Je n’ai point fait cela de mon [propre] chef. Voilà l’explication de ce dont tu n’as pu [avoir] patience [de découvrir la cause]. »
[Histoire de dhou-l-qarnaïn.]
83
[82] Et ils t’interrogeront sur Dhou-l-Qarnaïn. Réponds : « Je vais vous communiquer un récit à son propos. »
84
[83] Nous l’avons établi sur la terre et l’avons comblé de toutes choses.
Note [édition originale] : wa’âtaynâ-hu min kulli šay’in sababan « et Nous l’avons comblé de toute chose ». Il semble s’agir de dons magiques et non prophétiques, puisque la Reine de Saba en a reçu aussi.
85
[83] Il suivit donc une corde céleste
Note [édition originale] : sababan « corde [céleste] » est glosé, dans Tab. par manzil « lieu » et ṭarîq « route ». Dans la sourate XXII, 15, le terme a nettement le sens de corde (étymologiquement sabab représente la corde qui relie le voile de la tente au piquet fiché en terre). Il est vraisemblable qu’il s’agit ici d’un moyen magique qui permet à Du-l-Qarnayn de se déplacer d’un point de la terre à un autre, par les airs.
86

Facsimile Image Placeholder
[84] jusqu’à ce qu’étant parvenu au couchant du soleil, il trouva celui-ci se couchant dans une source bouillante et il trouva un peuple près de [cette source].
Note [édition originale] : ḥamiyyatin « bouillante ». Var. : ḥami’atin « fangeuse ».
86
[85] Nous dîmes : « O Dhou-l-Qarnaïn ! [à toi] ou de tourmenter ce peuple ou d’accomplir du bien envers lui ! »
87
[86] [Dhou-l-Qarnaïn] répondit : « Celui qui, [dans ce peuple], sera injuste, nous le tourmenterons puis il sera rendu à son Seigneur qui le tourmentera plus cruellement [encore].
88
[87] Celui qui croira et accomplira œuvre pie aura, en retour, la Très Belle [Récompense] et nous lui formulerons des ordres faciles. »
Note [édition originale] : Nous lui formulerons etc. Text. : Nous lui dirons, de notre ordre, une facilité.
89
[88] Ensuite il suivit une corde [céleste]
90
[89] jusqu’à ce qu’enfin, parvenu au levant du soleil, il trouva celui-ci se levant sur un peuple auquel Nous n’avions pas donné de voile pour se protéger.
91
[90] Ainsi advint-il, et Nous embrassons en Notre science ce qu’il détenait.
92
[91] Ensuite il suivit une corde [céleste]
93
[92] jusqu’à ce qu’étant parvenu entre les Deux Digues, il trouva, en deçà d’elles, un peuple qui ne pouvait comprendre un langage.
Note [édition originale] : Les Deux Digues. L’expression a gêné l’exégèse qui a glosé as-saddayni par al-jabalayni « les Deux Montagnes ».
94
[93] [Ces gens] dirent : « O Dhou-l-Qarnaïn ! les Gog et les Magog sèment le désordre sur la terre. Pourrions-nous te remettre une redevance, à charge que tu établisses une digue entre eux et nous ? »
95
[94] — « Ce que mon Seigneur m’a conféré vaut mieux [que vos dons] », répondit Dhou-l-Qarnaïn. « Aidez-moi [seulement] avec ardeur [et] j’établirai entre vous et eux un rempart.
96
[95] Apportez-moi des blocs de fer ! » Quand il eut comblé l’espace entre les deux versants [des monts], il dit : « Soufflez ! » Quand il eut fait du fer [une masse de] feu, il dit : « Apportez-moi de l’airain que je verserai sur ce fer ! »
97
[97] [Les Gog et les Magog] ne purent ni escalader ce rempart ni y pratiquer une brèche.
98
[97] [Dhou-l-Qarnaïn] dit : « Ceci est une bonté (raḥma) de mon Seigneur.
98
Quand viendra [la réalisation de] la promesse de mon Seigneur, Il rasera ce rempart : la promesse de mon Seigneur est inévitable. »
Note [édition originale] : Il rasera etc. Text. : Il en fera un sol uni.
[Rappel du sort des impies et des élus.]
99
En ce jour, Nous laisserons les uns se fondre en d’autres, en un flot. Il sera soufflé dans la Trompe et Nous les réunirons d’un coup.
Note [édition originale] : Dans ce vt. et les suiv. les verbes — au futur en français — sont en fait à l’accompli : les faits sont déjà tenus pour réalisés.
100
Ce jour-là, Nous présenterons la Géhenne aux Infidèles
101
dont les yeux auront été fermés à Mon Édification et qui ne pouvaient entendre.
Note [édition originale] : Les yeux auront été fermés. Text. : dont les yeux auront été sous un couvercle vis-à-vis de Notre Édification.
102
Ceux qui sont Infidèles pensent-ils qu’ils pourront prendre Mes serviteurs comme patrons (’awliyâ’) en dehors de Moi ? Nous avons préparé la Géhenne, en partage, aux Infidèles.
103
Dis : « Vous ferai-je connaître ceux dont les actes sont les plus stériles ?
104
Ce sont ceux dont le zèle s’est égaré dans la Vie Immédiate alors qu’ils pensaient avoir bien fait.
105
Ce sont ceux qui sont incrédules envers les signes de leur Seigneur et Sa rencontre [au Jugement Dernier]. Vaines ont été leurs actions et, au Jour de la Résurrection, ils ne pèseront pas.
106
Voici leur récompense : la Géhenne, pour prix d’avoir été infidèles, d’avoir pris Mes signes et Mes Apôtres en raillerie.
107
Ceux qui auront cru et pratiqué les œuvres pies auront [au contraire], en partage, les Jardins du Paradis
108
où ils seront immortels et ne rechercheront aucun changement. »
109
Dis : « Si la Mer était une encre [pour écrire] les décrets de mon Seigneur, et si même Nous lui ajoutions une Mer semblable pour la grossir, la Mer serait tarie avant que ne soient taris les décrets de mon Seigneur. »
110
Dis : « Je suis seulement un mortel comme vous. Il m’est révélé que votre Divinité est une divinité unique. Que quiconque espère rencontrer son Seigneur, accomplisse œuvre pie et qu’il n’associe personne au culte de son Seigneur. »
←|→Du Ryer, 1647Contexte X
LE CHAPITRE DE LA CAVERNE,
contenant cent dix versets,
escrit à la Meque.
AU Nom de Dieu clement & misericordieux.
1
Loüange soit à Dieu qui a envoyé l’Alcoran à son serviteur. Il n’y
a
Correction de : à
point de contradiction dans ce livre,
2
il enseigne le droict chemin, il presche aux impies qu’ils ressentiront de grands tourments, & annonce aux gens de bien qu’ils joüyront d’une felicité
3
éternelle,
4
il presche les tourmens de l’Enfer, principallement à ceux qui disent que Dieu a un enfant,
5
ils sont des ignorans semblables à leurs predecesseurs, ils sont orgueilleux en leurs discours, & ne proferent que des blasphemes,
6
te veux-tu perdre pour suivre leurs vestiges ? s’ils ne croyent pas en l’Alcoran ils en auront un jour regret & s’en repentiront.
7
Nous avons orné la terre de tout ce qui est sur elle pour l’advantage des hommes,
8
il y en a une partie heureuse & abondante, & l’autre partie est inculte & deserte.
9
Ne croyez-vous pas que les
Facsimile Image Placeholder
dormans
qui entrerent dans la caverne, & que le papier où estoit escrit leurs noms, ne soient de nos miracles ?
10
Lors que ces hommes sont entrez dans la caverne ils ont dict, Seigneur, donne-nous ta misericorde, & nous conduits au droict chemin.
11
Alors nous les avons endormys l’espace de quelques années,
12
& les avons reveillez apres avoir demeurez quelque temps dans cette grotte, pour faire paroistre laquelle des deux Religions estoit la plus juste ;
13
Je te raconteray leur histoire avec verité, ils estoient de jeunes hommes qui avoient la crainte de leur Seigneur devant leurs yeux, nous les avons fortifiés,
14
& avons augmenté leur foy ; lors qu’ils estoient avec les infidelles ils disoient, nostre Dieu est le Seigneur du Ciel & de la Terre, nous n’adorerons jamais qu’un seul Dieu, autrement nous nous esloignerons de la verité,
15
ce peuple a adoré les Idoles sans raison ; qui est plus injuste que celuy qui blaspheme contre Dieu ?
16
Lors qu’ils ont esté separez des infidelles, ils ont adoré un seul Dieu. Entrez dedans la caverne, Dieu vous fera paroistre sa misericorde, & vous conduira par un sentier doux & agreable ;
17
Lors que le Soleil se levoit, il jettoit ses rayons au costé droict de leur caverne, & au costé gauche lors qu’ils se couchoit, cependant qu’ils estoient dans le lieu le plus spacieux de cette grotte, c’est un des miracles de Dieu, celuy qu’il conduit est bien conduit, & celuy qu’il devoye ne trouvera personne qui luy donne
Facsimile Image Placeholder
secours
ny qui le conduise ?
18
Croyez vous qu’ils fussent esueillez ? assurément ils dormoient & se tournoient tantost sur un costé tantost sur l’autre, considere comme leur chien estendoit ses pieds dedans cette vieille habitation de pierre, si quelqu’un fut entré vers eux il les auroit fait fuïr, & les auroit effrayez.
19
Enfin nous les avons reveillez, & ont demandé l’un à l’autre en quel lieu ils estoient, & combien de temps ils y avoient demeuré, un d’entr’eux
a
Correction de : à
respondu qu’ils y avoient sejourné un jour ou deux, alors ils dirent tous ; Dieu sçait le temps que nous y avons sejourné, envoyons un de nous à la ville avec de l’argent pour acheter du pain & de la viande, qu’il ne soit pas trop craintif, & qu’il ne se fasse cognoistre à personne,
20
si nous sommes cognus, ils nous tueront où nous contraindrons de suivre leur Religion, en quoy nous serions eternellement mal-heureux ;
21
Ainsi nous avons souslevé le peuple contr’eux, afin qu’il cognoisse que ton Seigneur est veritable, lors qu’il a dit qu’il fera ressusciter les morts, la resurrection est indubitable, neantmoins les infidelles disputent entr’eux de l’histoire des dormans, & disent qu’ils avoient basty un lieu secret pour se retirer, Dieu en sçait la verité. Les vray-croyans croyent qu’ils n’avoient point fait de bastiment,
22
les infidelles disent qu’ils estoient cinq, & que leur chien estoit le sixiesme, ils en parlent par opinion, mais les vray-croyans disent qu’ils estoient sept & que leur chien estoit le huictiéme :
Facsimile Image Placeholder
dis-leur, Mon Seigneur sçait combien ils estoient, hors Dieu peu de personnes le sçavent, ne doute plus de l’histoire des dormans, la chose est averée & cognuë, n’en dispute plus avec les Juifs,
23
& ne dis pas, je feray cela demain
24
sans dire, s’il plaît à Dieu. Souviens-toy de Dieu apres l’avoir oublié, & dis, le Seigneur me conduira & m’enseignera l’histoire des dormans
Note [édition originale] : Voy Gelaldin.
,
25
ils ont demeuré dans cette caverne trois cens ans, il y a des personnes qui disent qu’ils y ont demeuré neuf cens ans ;
26
Dis leur, Dieu sçait le temps qu’ils y ont demeuré, il sçait tout ce qui est au Ciel & en la Terre, il entend tout & void tout, il dispose seul de toute chose, & n’a point de compagnon ;
27
Presche ce que ton Seigneur t’a inspiré, sa parole ne reçoit point d’alteration, il n’y a point de refuge plus assuré qu’en luy,
28
habite avec ceux qui l’invoquent soir & matin, & qui desirent de voir sa face, ne t’esloigne pas de leur compagnie, si tu desire avoir contentement de la vie de ce monde, n’obeys pas à ceux desquels nous avons endurcy le cœur, & qui ne se souviennent pas de nous, n’ensuis pas leur impieté, tout ce qu’ils font n’est qu’offense & peché ;
29
Dis leur, la verité procede de vostre Seigneur, qui voudra sera vray-croyant, & qui voudra sera infidelle, nous avons preparé le feu d’Enfer pour chastier les injustes, & des prisons pour les arrester. Ils demanderont secours contre l’estaing fondu dans lequel ils seront plongez
Facsimile Image Placeholder
comme dans l’eau, il rotira leur face & sera leur bruvage ;
30
je ne priveray pas de recompense ceux qui auront bien fait,
31
ils joüiront des delices des jardins d’Eden où coulent plusieurs fleuves, ils auront des bracelets de fin or ; ils seront vestus de verd, d’escarlate, de couleur esclatante, & seront assis dans des trosnes avec une eternelle felicité.
32
Dis leur cette parabole, il y avoit deux hommes, j’ay donné à l’un d’eux des jardins
33
où il y avoit quantité de fruicts,
34
il a dit à son compagnon par mespris qu’il estoit plus riche & plus puissant que luy,
35
& est entré dans ses jardins, il estoit infidelle & idolâtre & a dit, je ne pense pas que cela finisse jamais,
36
ils subsisteront longuement sans flestrir.
37
Son compagnon luy a dit, Si tu ne recognois que cela provient de Dieu, & si tu és ingrat envers celuy qui t’a creé de bouë, & t’a fait homme, tu trouveras bien tost tes jardins ruinés ;
38
cela provient de Dieu mon Seigneur qui n’a point de compagnon,
39
toute force & verité procede de sa divine Majesté ; Si j’ay moins de bien que toy,
40
Dieu me peut donner des fruicts plus beaux que ceux de tes jardins, ou envoyer le foudre qui les ruinera,
41
il les remplira d’eau de pluye qui les entourera & t’empeschera d’en approcher ;
42
Le matin cét infidelle a trouvé ses jardins ruinés jusques aux racines, il a esté extremément fâché de la despense qu’il avoit faite à les ajuster, & a dit, Pleust à Dieu que je n’eusse pas adoré les idoles ;
43
Il ne trouvera personne qui le puisse proteger au jour du Jugement autre que Dieu,
Facsimile Image Placeholder
44
toute protection & grace procede de sa divine bonté, & la fin des gens de bien sera heureuse.
45
Dis leur, cette parabole, la vie du monde est semblable à la pluye tombée du Ciel qui a rafraischy & fait reverdir les herbes de la terre, & le matin ont esté seiches comme la paille que le vent emporte, Dieu est tout-Puissant,
46
les richesses & les enfans sont l’ornement de cette vie, mais les bonnes œuvres sont eternelles, elles sont agreables à Dieu, & nous font esperer sa grace.
47
Souviens-toy du jour que les montagnes marcheront, & que tu verras la terre unie, ce jour j’assembleray les bons & les meschans, & ne manqueray de parole à personne,
48
ce jour les infidelles prieront le Seigneur de les sauver, il leur dira, vous estes venus à nous nuds comme nous vous avons creés la premiere fois, & avez crû en terre qu’il n’y avoit point de resurrection ;
49
alors il donnera à chacun le livresera escrit le compte de leurs pechez : Tu verras les meschans trembler de peur, ils diront, voicy nostre perte, qui a-t’il dans ce livre ? il contient leurs pechez veniels & leurs pechez mortels, & descouvre leurs fautes, ils trouveront le nombre de tous leurs crimes devant leurs yeux ; Ton Seigneur ne fait injustice à personne ;
50
Souviens-toy que nous avons commandé aux Anges de s’humilier devant Adam, & qu’ils se sont humiliez excepté le Diable qui estoit au nombre des Anges, il a desobey à son Seigneur, neantmoins Adam & sa posterité luy ont obey encore qu’il soit leur
Facsimile Image Placeholder
ennemy
découvert, & particulierement des infidelles.
51
Ne considerez-vous pas que Dieu a creé le Ciel & la Terre, qu’il vous a creé, & qu’il n’a pas eu besoin d’estre aydé de vous.
52
Souviens-toy du jour qu’on dira aux Idolatres, Appellez vos Idoles que vous avez adorées pour avoir pardon de vos pechez ; ils les imploreront, mais personne n’exaucera leurs prieres, nous les avons ruinez,
53
les meschans verront le feu auquel ils tomberont & ne trouveront personne pour les sauver.
54
Nous avons enseigné aux hommes dans l’Alcoran plusieurs paraboles, neantmoins les impies abondent en question & disputent trop,
55
qui empesche le peuple de croire puis qu’il luy est venu un guide pour le conduire au droict chemin ? S’ils ne demandent pardon à Dieu il leur arrivera ce qui est arrivé à leurs predecesseurs & à Beder, ils seront visiblement chastiez ;
56
Je n’envoye les Prophetes que pour annoncer les joyes de Paradis, & pour prescher les tourmens de l’Enfer, les infidelles disputent inutilement pour obscurcir la verité, ils se moquent de mes commandemens & du feu d’Enfer,
57
qui est plus injuste que celuy qui sçait les commandemens de son Seigneur & ne luy obeit pas, & oublie les pechez passez ? Nous avons endurcy leur cœur, ils ne comprendront pas l’escriture, nous leur avons bouché les oreilles, ils n’entendront rien, si tu les appelle au droict chemin ils ne le suivront pas,
58
ton Seigneur est clement & misericordieux, s’il les chastoit selon leurs
Facsimile Image Placeholder
demerites
, il les extermineroit promptement, il attend le temps qu’il a promis de les chastier, & ne trouveront personne qui les puisse proteger.
59
Nous avons exterminé les villes lors que leurs habitans nous ont offensé, & avons ordonné le jour de leur ruine.
60
Souviens-toy que Moïse a dit à son serviteur, Je travailleray incessamment jusques à ce que j’aye veu le lieu où les deux mers s’assemblent quand je devrois cheminer un siecle ;
61
Lors qu’il a esté arrivé en ce lieu, luy & son valet ont oublié leur poisson, il avoit pris son chemin dans la mer ;
62
Apres avoir cheminé quelque temps, Moïse a eu appetit & a demandé à manger à son valet
63
qui luy a dit ; As-tu veu ce qui est arrivé auprés du rocher ? j’ay oublié nostre poisson, le Diable me l’a fait oublier, il a pris miraculeusement son chemin dans la mer,
64
ce rocher est le lieu que nous cherchons ; ils sont retournez tous deux sur leurs pas discourans ensemble jusques à ce rocher,
65
où ils ont trouvé un de nos serviteurs que nous avons gratifié de nos graces, & auquel nous avons inspiré les sciences :
66
Moïse luy a dit
:
Correction de : ?
permets-moy de te suivre, afin que tu m’enseigne les sçiences & que tu m’instruise,
67
Il a respondu, tu ne pourras pas patienter avec moy,
68
comme patienteras-tu pour entendre une chose que personne du monde n’a jamais sçeu ?
69
Moïse a dit, tu me trouveras grandement patient, & ne te desobeiray pas ;
70
il luy a respondu, si tu me suis ne me demande rien, & escoute seulement ce que je te
Facsimile Image Placeholder
diray ;
71
Ils s’en sont allez ensemble, & lors qu’ils ont esté dans le batteau, il en a rompu une planche, Moïse luy a dit, tu as rompu ce vaisseau pour nous faire submerger, c’est une chose estrange ;
72
il luy a respondu, ne t’ay-je pas dit que tu ne pourras pas patienter avec moy ?
73
Moïse luy a respondu, excuse moy, & ne m’afflige pas, j’avois oublié ce que tu m’avois ordonné ;
74
Ils s’en sont allez tous deux jusques à ce qu’ils ont rencontré un enfant qu’il a tüé ; Moïse luy a dit, tu as tüé un innocent qui n’avoit tué personne, tu as fait une chose hors de raison & qui ne doit pas estre approuvée ;
75
il luy a respondu, ne t’ay-je pas dit que tu ne pourras pas patienter avec moy ?
76
Moïse luy a dit, excuse-moy encore cette fois, si je te demande quelque autre chose abandonne moy ;
77
Ils ont suivy leur chemin jusques à un village où les habitans leur ont refusé du pain, en ce temps ils ont rencontré une muraille ruinée qu’il a relevée, Moïse luy a dit, tu aurois esté payé pour refaire cette muraille si tu avois voulu ;
78
il luy a respondu, or sus voicy le lieu de nostre separation, neantmoins je t’expliqueray ce que tu as esté impatient d’apprendre.
79
Ce batteau est à deux pauvres hommes qui travaillent à la mer pour gaigner leur vie, je l’ay voulu percer pour le conserver à ces pauvres gens, par ce qu’il y avoit un Prince infidelle qui prenoit par force les bons vaisseaux pour son service.
80
Cet enfant que j’ay tué est un idolatre, enfant d’un vray-croyant homme de bien, nous avons eu peur qu’il
Facsimile Image Placeholder
fit pecher son pere & le fit dévoyer dans son erreur & son infidelité,
81
le Seigneur l’a voulu exterminer par sa bonté pour delivrer son pere de sa malice.
82
La muraille est à deux enfans orphelins de la ville, il y a dessous un tresor qui leur appartient, leur pere estoit homme de bien, Dieu leur veut conserver ce thresor par sa bonté jusques à ce qu’ils soient arrivez en aage de discretion, il a aussi voulu que j’aye fait ce que j’ay fait : Voila l’explication de ce que tu as esté impatient d’apprendre.
83
Si quelqu’un t’interroge d’Alexandre le Grand, raconte leur son histoire.
84
Nous luy avons donné en terre ce qu’il a desiré,
85
il est allé
86
jusques au Ponant où il a trouvé une fontaine gardée par un homme qui luy a dit. O Alexandre, chastie les hommes par le meurtre de leurs personnes, par esclavage & par rançon ;
87
Il a respondu, je feray mourir les infidelles en ce monde, & le Seigneur les chastiera dedans l’Enfer,
88
& les gens de bien jouyront de la gloire de Paradis, je diray aux meschans que Dieu nous a donné ce que nous avons desiré :
89
Apres ce il a suivy son chemin
90
jusques à ce qu’il est arrivé au lieu où le Soleil se leve, il a treuvé qu’il se leve dans un pays où l’on ne trouve rien pour se couvrir de sa chaleur,
91
la chose est ainsi. Nous avons enseigné à Alexandre les moyens de s’en couvrir,
92
il a suivy son chemin
93
jusques à ce qu’il est arrivé entre deux montagnes habitées d’une nation qui parloit un langage qu’il avoit peine à entendre,
94
ils luy ont dit. O Alexandre, Jagog &
Facsimile Image Placeholder
Magog salissent la terre, peux-tu mettre entre eux & nous un obstacle pour empescher qu’ils ne puissent venir à nous ?
95
Dieu, dit Alexandre, ne m’a pas donné les moyens de le faire, mais aidez moy de vostre pouvoir, je mettray entr’eux & vous une forte separation,
96
donnez-moy du fer qui puisse couper les pierres, afin que je bastisse entre les deux montagnes, & que je fortifie le chemin qui les separe, soufflez lors que le fer frapera sur les pierres pour allumer du feu, & vuidez de l’airain fondu pour lier les pierres & le fer ensemble,
97
s’ils viennent ils ne pourront pas percer la montagne, ny trouver de chemin pour venir à vous,
98
c’est une grace que Dieu vous fait, ses promesses sont infaillibles lorsque l’heure est arrivée, il est veritable en ce qu’il promet,
99
Nous les avons laissez mesler les uns avec les autres, nous les assemblerons tous quand la trompette sonnera,
100
alors nous ouvrirons l’Enfer aux impies
101
& à ceux qui n’ont voulu ny voir ny escouter l’Alcoran ;
102
pensent-ils que ceux qui m’adorent soient leurs Dieux ? nous avons preparé l’Enfer pour les chastier ;
103
Dis-leur, vous raconteray-je ce qui arrivera aux gens perdus,
104
leurs œuvres sont inutiles en ce monde encore qu’ils pensent bien faire,
105
les bonnes œuvres sont inutiles à ceux qui mesprisent les commandements de leur Seigneur, & qui ne croyent pas à la resurrection, il ne faudra point de balance pour eux au jour du Jugement,
106
l’Enfer sera leur habitation parce qu’ils se moquent de nos commandemens, & de nos Apostres
Facsimile Image Placeholder
& Prophetes ;
107
Les gens de bien jouyront
108
éternellement
107
des delices de Paradis
108
sans discontinuation.
109
Si la mer estoit ancre pour escrire les merveilles de mon Seigneur, elle finiroit plustost que ses miracles :
110
dis aux infidelles, je suis homme comme vous, Dieu m’a enseigné qu’il n’y
a
Correction de : à
qu’un seul Dieu, celuy qui croit en la resurrection s’estudie à faire de bonnes œuvres, n’adorez qu’un Dieu seul qui est sans compagnon.
←|→ Bibliander, 1550Contexte X
AZOARA XXVIII
1
Note [édition originale] : Alcoran Dei munus eximium.
Deus quidem glorificandus est, ipsique grates persoluendae, quoniam homini suo librum directionis sufficientis absque falsitatis admixtione capacem tradidit :
2
ut per ipsum uerbis seriis et castigatoriis rumorem pleni gaudii, uidelicet acceptionem mercedis
3
interminabilis
4
et optimae, credentibus et benefacientibus patefaciat.
4
Note [édition originale] : Deum filio carere.
Dicentibus autem Deum sumpsisse filium,
5
quod ab ipsis et a patribus suis est ignoratum, cum hoc sit mendacium pessimum, dicat :
6
Quoniam nisi uerbum illud mutauerint, sponte uim atque dedecus passuri negabunt.
7
Et nos, qui cunctas res mundanas illis formosas apparere fecimus, ut uideremus, quis melior efficeretur,
8
terram esurientem, et omnium suorum inopem
7
statuemus.
17
Eos imitari noli, quoniam fortassis perditis associareris. Ad maiorem fidem publicae resurrectionis,
9
quoddam nostrum miraculum
10
de quibusdam adolescentibus ad cauernam atque arrachim profectis atque sopitis, qui diuinam misericordiam uiamque rectam Deum precati sunt, in medium ducatur.
11
¶ Nos igitur in illa cauerna aures suas per certum annorum spacium obstruximus,
12
et deinde resuscitauimus, nec eorum quis numerum dierum sopitionis resuscitatus agnouit.
13
De quibus haec est narratio uera. Fuerunt quidem illi uiri boni, per nos ad uiam rectam deducti et adiuti, Deum solum, non alium adorantes.
14
Unde per nos resuscitati, cordeque iustificati dixerunt :
15
Haec nostra gens Dei loco adorans idola, unde nullam possunt inducere demonstrationem, nec quis deterior est imponente mendacium Deo, temerarie deuiat. Eam nullatenus imitabimur, cum suus error longus sit, et inanis :
14
Note [édition originale] : Historiam septem dormientium qui Ephesi Theodosio tertio imperante resurrectionem mortuorum testati sunt in fabulam ridiculam uertit : Quanquam ad resurrectionem probandam accomodat.
Sed unum solum
Facsimile Image Placeholder
Deum adorabimus, coeli terraeque conditorem.
16
Vos ergo discedentes ab illis, quos inuocant loco Dei, ad cauernam tendite, ibique Deus uobis misericordiam et rerum sufficientiam tribuet.
17
Eos quidem sopitos sol oriens in dextra parte percutit, occidens in sinistra.
18
Illis in medio positis atque sopitis, licet quilibet aspiciens eos uigiles extimaret, eorumque cauis brachiis extensis ante hostium accumbit, illis in dextra sinistraque praemunitis, unde quilibet super illos ascendens, prae timore fugiendo discederet.
19
Eorum quidem quilibet resuscitatus de suae sopitionis spacio, quaesitus diem dieiue portionem affirmaret, cum hoc soli Deo sit cognitum. Unde ipsi proponentes eorum aliquem ad urbem cum argento mittere, nisi quod commodius et saturitatis efficacius uideretur, sibi uictum afferret, dixerunt, Ad leuia uiliaque progredere, nostram noticiam dissimulans.
20
Si enim te cognouerint, bonus ulterius perseuerare non poteris : quoniam aut te lapidabunt, aut ad legem suam diuertent.
17
Hoc quidem est mirabile Dei, quo dirigente quoslibet, ad uiam rectam directi sunt : deuiante quidem, nemo diriget.
21
¶ Nos quidem eum notificauimus, ut sic constantius atque firmius perciperent homines horam illam postremam futuram. Quibusdam deinceps controuersantibus, super illos aedificia facere, Deus optime prae caeteris eorum esse dinoscit : uelut nunc etiam quidam uictores inquiunt, Faciamus super eos templa nostra.
Note [édition originale] : Improbat morem aedificandi templa ad monumenta sanctorum.
22
De numero quidem suo ambiguitas nata est. Quidam enim perhibent eos tres fuisse, et quartum suum canem : quidam quinque, canemque sextum. Alii eos septem, et canem octauum. Sic quisque pro uelle suo de secretis et occultis loqui potest. Deus autem eorum certum scit numerum, paucissimis cognitum. Tu uero nihil inde perscruteris, nec quid falsum et non euidens inde proferas.
Note [édition originale] : Cur tantus propheta tantillam rem non potuit
explicare
Correction de : explicaret
 ?
23
Nihil item te facturum firmes,
24
nisi superaddito, Si Deus uoluerit. Quando cuiuspiam oblitus fueris, dic : Tu Deus doce me uiam rectiorem ista.
25
Spacium autem sopitionis praedictorum in cauerna fuit CCCLX. annorum,
26
Deo quidem notum : cuius sunt arcana coeli et terre. Esto uidens et audiens haec, quoniam nullus tibi prodesse poterit, nisi Deus. Unde nec te commendes alii, nec ipsi participem ponas :
27
legeque caeteris librum tibi a me traditum, cuius uerba nemo uariet. et cum inuocantibus Deum, quem non alium uindicem inuenies,
28
patienter sustine a mane usque ad uesperam : diuinamque faciem ita desidera, quod ad huius saeculi pulchritudinem oculos tuos nullatenus diuertas. Nec imiteris secordes et negligentes, qui scilicet suarum uoluptatum, quae nihil sunt, studiosi, gerenda praetermittunt.
29
Note [édition originale] : Veritas propaganda.
Diuinamque ueritatem nullatenus celes : cui quisquis uoluerit credat, caeteri maneant increduli. Quos die iudicii prorsus igne circundabimus, eisque postulantibus caeteri dabunt aquam, quasi stillicidium oculorum corrodens : qui potus est pessimus.
30
Credentes et benefacientes, sua non amittent opera.
31
Note [édition originale] : Paradisus.
¶ Illi namque paradisum fontibus amoenam, et illic annulos, et torques aureos, et ornatus sericos uirides et deauratos possidebunt, et in lectis auleatis accumbent. Et haec est maxima merces, et interminabilis.
32
Note [édition originale] : Parabola unius temporaria bona possidentis, alterius futuri saeculi felicitatem expectantis
Parabolam de duobus hominibus audiant, quorum alteri duos hortos semper fertiles palmis circumsitos,
33
et messes ac fontes immixtim, nec sine substantia tenentes : alteri nullum dedimus.
34
Ille itaque socio suo, deridens ipsum, inquit : Te ditior atque sublimior ingente mea merito censeor.
35
Deinceps alium secum adducens, hortos suos animae suae noxius ingressus dixit : Nec hoc nunquam dolendum, nec me surrecturum extimo :
36
uel si resurrexero, nunquam ulterius tale quid reperiam.
37
Socius uero castigans ipsum, respondit : Iam audio, quoniam tu quidem es incredulus, minime confidens in Deum, qui te de terra plasmauit, et uirum fecit.
38
quid ego ? Deum et dominum adoro, nec ei
Facsimile Image Placeholder
quenquam participem pono.
39
Tu quidem tuos hortos ingressurus, deberes dixisse, Si Deus uoluerit. Ab ipso namque solo omnis uis atque uirtus procedit. En mihi minus substantiae prolisque possidenti,
40
Deus forsan dabit tuis hortis melius, illisque coeleste fulgur, seu pestem reducentem eos ad arenositatem atque sterilitatem, seu diffluxum immittet.
41
¶ Vel forsan tellus penitus fontes absque spe possibilitateue reductus absorbebit.
42
Eos itaque peste coelesti prorsus circumdante, arboribusque confusis possessor suus ad distorsionem manuum redactus inquit : Vellem in Deum credidisse, nec ei participem posuisse.
43
Sed tunc ex Dei parte nec tutorem nec adiutorem habuit.
44
Sic Dei mandata complentur, qui ueracissimus mercedem optimam, finemque bonum efficit.
45
Doce item homines huius uitae similitudinem esse, qualis est aqua coelitus demissa. Quae cum terrae foetibus immisceri debeat, uentis superuenientibus hinc et illinc distracta dissipatur, Deo super omnia potente.
Note [édition originale] : Temporaria felicitas aquae pluuiae confertur.
46
Proles atque substantia sunt, uitae huius saeculi iocunditas et pulchritudo.
Note [édition originale] : Nouissima dies et iudicium.
Quibus meliora remanent apud Deum, unde sperantibus et bene facientibus, optima remuneratio praebetur
47
die, qua montes localiter moueri faciam, terramque manifeste apparentem uidebitis.
48
Deus dicet omnibus tunc congregatis, quo nullus aberit : Vos qui negastis me posuisse uobis terminum istum, sicut prima uice creati iam acceditis.
49
Tunc illlis aperto suorum operum libro tradito,
Note [édition originale] : Alludit ad librum Danielis, qui aperiri dicitur in iudicio Dei.
increduli contemptibiles atque dolentes effecti dicent : Heu heu, quam malus liber hic, qui nec de minimis nec de magnis quicquam praetermittit. Omnia namque facta sua coram stanti perlegent, nec Deus cuiquam iniuriam faciet.
50
Quando nos iniunximus angelis, ut sese Adae subiicerent, omnes praeter Belzebub, qui et diabolus factus a Deo discessit, praeceptum perfecere. Illum autem uobis hostem pessimum, filiosue suos Dei loco cur inuocatis ? Quam est nequam atque praua haec incredulorum mutatio ?
51
¶ In creatione quidem coeli et terrae, animarumue uestrarum, eos nullatenus testes adhibui, nec pro quoquam meo negotio gerendo quenquam errantium assumere uolui.
52
Die uero qua dicemus, ut participes nostros a se positos inuocent clamantes, responsum non accipient. Unde nos illis incredulis suum confusorem immittemus,
53
et focum uidebunt, seque casuros in ipsum praenoscent : minime tamen euitare poterunt.
54
Licet in hoc Alchoran multas hominibus parabolas praemisimus, plurimi tamen eorum disceptant et ambigunt.
55
Voluntas et inquisitio tuorum antecessorum tantum gentes in nunciorum aduentum ad Deum conuerti uetuit, usque quo diuina uis superueniens malum intulit.
56
Note [édition originale] : Legatorum functio.
Nunciis quidem nil praecipio, nisi quod boni nuncii castigatores et correctores existant. Increduli uero disceptationes ineunt, ut ueritatem extinguant, et nihil atque uana dicendo ueritatem delent. Sicque mea praecepta et castigamina summe derident.
57
Note [édition originale] : Deficientes a recepta doctrina pessimi.
Quis est illo deterior, qui prius doctus uerba Dei, postea discedit, et ipsorum actuum suorum obliuiscitur ? Eorum corda ne sapiant, sigillis inclusimus, auribusque suis plumbum infudimus. Unde licet eos ad uiam rectam Dei piissimi ueniaeque datoris uocaueris, nunquam exaudient.
58
Quibus, si ad eorum facta respiceret Deus malum festinanter incumberet. Sed iam eis terminus immutabilis positus est,
59
uillis ob sua malefacta destructis, terminus semper praescriptus est.
60
Moyses quidem suum mancipium sic affatus est : Nullatenus a me discedas, donec uel applicuerimus ad duorum marium conuentum, uel simul per annorum spacium iuerimus.
61
Note [édition originale] : Fabulae Iudaicae de Mose et
famulo
Correction de : famulus
eius. etc.
¶ Illi ad marium coniunctionem applicati, sui piscis in aequora
Facsimile Image Placeholder
tendentis iter obliti sunt.
62
Ipsis deinceps trans mare uectis mancipium rogatum, ut eis pransum praeberet, inquit : In hoc itinere labor nobis partus est.
63
Ad lapidem namque quo applicuimus, solo diabolo impediente oblitus sum piscis, qui ad maris pascua consueta rediit.
64
Quid mirandum est ? Hocque modo suo atque uelle Moyses contigisse firmauit. Illi deinceps reuersi,
65
perscrutatum quendam de gente nostra, cui misericordiam et de nobis sapientiam contulimus, inuenerunt.
66
Quem Moyses ut eum sequi posset, uiamque rectam per ipsius sapientiam addisceret, precatus est.
67
Cui ille respondit, mecum durare non poteris :
68
Quippe super rem, unde nihil scire poteris, indurares.
69
Dixit Moyses, Deo uolente, me quilibet sustinentem, nec te in quoquam offendentem semper inuenies.
70
Cui ipse : De nullis itaque rebus me perscrutare, usquequo tibi dixero.
71
¶ Illis itaque profectis usque nauis conscensum, ille nauem rupit, ut in aqua gentem summergeret. Cui Moyses inquit : Rem difficilem atque grauem iam perpetrasti.
72
Et ille : Nonne tibi intimaui, quoniam mecum indurare non posses ?
73
Et Moyses : Noli me tantum obliuionis arguere, nec mihi pro meo negotio tantam uerecundiam seu molestiam inferre.
74
Deinceps illis profectis, mancipium quoddam occurrens ille peremit. Cui Moyses inquit : Mancipium absque iure peremisti, et sic iniurius es.
75
Cui ipse : Nonne satis praedixi, te minime mea mecum toleraturum ?
76
Et ipse, si de me quicquam ulterius perscrutatus fueris, a modo non patiar : quoniam a te iam multa perpessus sum.
77
Illi deinceps ad uillam profecti perscrutatum hospitium, a nemine recepti, ad parietem cadere uolentem accesserunt. Quem super se Moyses extollens, inquit : Si uellem, hinc precium sumerem, respondit alius,
78
Hic huiusmodi facta uestram separationem perimit. Aliud etiam tibi propalabo, quare mecum nequaquam indurare potuisti.
79
Nauis rupta pauperum erat possessio, per quam sibi uictum in mari quaerebant. Quam ne rex immensus eos persequens, omnesque naues ui capiens sumere dignaretur, per rupturam ad uilitatem redigere uolui.
80
Puerulus item interfectus, omnibus suis parentibus fidem adeptis, incredulus existit. Unde ego timens, ne factus adolescens suos parentes a fide ui distorqueret,
81
malui quod Deus sui loco meliorem, magisque pium restauraret.
82
Paries autem fuit duorum orphanorum, sub se reseruans illis thesaurum pii patris sui. Quos si Deus ad annos discretionis perduceret, suum ibi thesaurum reperirent. Haec igitur occasio nos disgregat.
83
¶ Si quis te de Alexandro percunctatus fuerit, dic ei,
84
nos dedisse sibi regnum et iudicium in terra, omniumque rerum scientiam,
85
quam ipse semper secutus est,
86
usquequo ad solis ortum applicuit, et eum in fonte luteo quiescentem inuenit. Eidemque tunc iniunximus, ne repertis illic hominibus bonum seu malum inferret.
87
Omni namque illis nocenti, ad nos suo facto reditu malum iniiciemus grauissimum, sicut et omnibus malis.
88
Credentes et benefacientes a nobis uerbum dulcissimum, optimamque mercedem accipient.
Note [édition originale] : De Alexandro Macedone nugatur, ut quosdam concluserit in montibus. ut uulgo de Gog et Magog fabulantur Iudaei.
89
Deinceps sua ductus sapientia,
90
ad solis adscensum, illuc peruenit, quo sol super homines adscendit, inter quos nullum obstaculum posuimus.
93
Demum ipso ad montes applicante, reperienteque prius homines nullum uerbum intelligentes,
94
precati sunt citrapositi Alexandrum, ut ipsis et transmontanis terrae uastatoribus clausuram et obstaculum insereret.
95
Eique precium ob hoc pepigerunt. Quod et ipse pollicitus est, ipsisque Deoque suis coadiutoribus.
Note [édition originale] : Metalla Cyclopum.
96
¶ Ut incudes itaque cunctas, caeteraque ferramenta, ut prius per eorum interpositionem montes
Facsimile Image Placeholder
connecteret, deincepsque cuprum ad superinfundendum afferrent iniunxit.
97
Quo facto, ulterius illi transmontani, nec illud perforare, nec malum facere
98
Dei pietate subueniente
97
poterant.
98
Termino uero ueracissimo, quem Deus praescripsit, contingente, illud fiet minutissimum.
99
Tuncque cornu pulsaturi omnes conuocabimus.
100
¶ Tunc etiam incredulis paradisum uidere permittemus,
101
qui prius auditu uisuque priuati, opinati sunt,
102
meam gentem illos adoraturam, quos Dei loco inuocabant : et infernum illis hospitium tribuemus,
105
106
ob hoc quod praecepta prophetarum deridebant, nec diuinis miraculis, nec diei publicae congregationis coram me fidem adhibebant.
104
Sicque licet opinati se benefacere, facta sua perdiderunt,
105
nullum examen habituri.
107
Credentes autem, et benegerentes, paradisum
108
hospitium sempiternum, minime timentes illinc eiici uel exulari, possidebunt.
109
Sed licet aequor eiusue duplum in incaustum flueret, primum ipsum deficeret, quam uerba praeceptaque Dei penitus inde scriberentur.
Note [édition originale] : Hyperbolen Euangelicam totus mundus non caperet libros, etc. intendit immodice.
110
Tibi quidem praecipio, ne te quid aliud esse quam hominem perhibeas, nec testificeris alium quam unum solum Deum esse. Omnis deinde sperans se Deo coniungendum, bonum opus perpetret, nec Deo quenquam participem statuat.