Bibliographic Information

Sourate 7 - Coran 12-21. Traductions du Coran en Europe, XIIe-XXIe siècless7

Original Source

Witness List

  • Witness caire: Éd. du Caire, 1924
  • Witness hamidullah: Hamidullah révisée, 2000
  • Witness blachere: Blachère, 1957
  • Witness duryer: Du Ryer, 1647
  • Witness bibliander: Bibliander, 1550

Electronic Edition Information:

Responsibility Statement:
  • Structuration des données (TEI) Paul Gaillardon, Maud Ingarao (Pôle HN IHRIM)
Publication Details:

Published by IHRIM.

Lyon

Licence

Encoding Principles

À faire.

←|→Éd. du Caire, 1924Contexte X
سورة الأعراف
بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
1
المص
2
كِتَابٌ أُنزِلَ إِلَيْكَ فَلَا يَكُن فِي صَدْرِكَ حَرَجٌ مِّنْهُ لِتُنذِرَ بِهِ وَذِكْرَى لِلْمُؤْمِنِينَ
3
اتَّبِعُوا مَا أُنزِلَ إِلَيْكُم مِّن رَّبِّكُمْ وَلَا تَتَّبِعُوا مِن دُونِهِ أَوْلِيَاءَ قَلِيلًا مَّا تَذَكَّرُونَ
4
وَكَم مِّن قَرْيَةٍ أَهْلَكْنَاهَا فَجَاءَهَا بَأْسُنَا بَيَاتًا أَوْ هُمْ قَائِلُونَ
5
فَمَا كَانَ دَعْوَاهُمْ إِذْ جَاءَهُم بَأْسُنَا إِلَّا أَن قَالُوا إِنَّا كُنَّا ظَالِمِينَ
6
فَلَنَسْأَلَنَّ الَّذِينَ أُرْسِلَ إِلَيْهِمْ وَلَنَسْأَلَنَّ الْمُرْسَلِينَ
7
فَلَنَقُصَّنَّ عَلَيْهِم بِعِلْمٍ وَمَا كُنَّا غَائِبِينَ
8
وَالْوَزْنُ يَوْمَئِذٍ الْحَقُّ فَمَن ثَقُلَتْ مَوَازِينُهُ فَأُولَئِكَ هُمُ الْمُفْلِحُونَ
9
وَمَنْ خَفَّتْ مَوَازِينُهُ فَأُولَئِكَ الَّذِينَ خَسِرُوا أَنفُسَهُم بِمَا كَانُوا بِآيَاتِنَا يَظْلِمُونَ
10
وَلَقَدْ مَكَّنَّاكُمْ فِي الْأَرْضِ وَجَعَلْنَا لَكُمْ فِيهَا مَعَايِشَ قَلِيلًا مَّا تَشْكُرُونَ
11
وَلَقَدْ خَلَقْنَاكُمْ ثُمَّ صَوَّرْنَاكُمْ ثُمَّ قُلْنَا لِلْمَلَائِكَةِ اسْجُدُوا لِآدَمَ فَسَجَدُوا إِلَّا إِبْلِيسَ لَمْ يَكُن مِّنَ السَّاجِدِينَ
12
قَالَ مَا مَنَعَكَ أَلَّا تَسْجُدَ إِذْ أَمَرْتُكَ قَالَ أَنَا خَيْرٌ مِّنْهُ خَلَقْتَنِي مِن نَّارٍ وَخَلَقْتَهُ مِن طِينٍ
13
قَالَ فَاهْبِطْ مِنْهَا فَمَا يَكُونُ لَكَ أَن تَتَكَبَّرَ فِيهَا فَاخْرُجْ إِنَّكَ مِنَ الصَّاغِرِينَ
14
قَالَ أَنظِرْنِي إِلَى يَوْمِ يُبْعَثُونَ
15
قَالَ إِنَّكَ مِنَ الْمُنظَرِينَ
16
قَالَ فَبِمَا أَغْوَيْتَنِي لَأَقْعُدَنَّ لَهُمْ صِرَاطَكَ الْمُسْتَقِيمَ
17
ثُمَّ لَآتِيَنَّهُم مِّن بَيْنِ أَيْدِيهِمْ وَمِنْ خَلْفِهِمْ وَعَنْ أَيْمَانِهِمْ وَعَن شَمَائِلِهِمْ وَلَا تَجِدُ أَكْثَرَهُمْ شَاكِرِينَ
18
قَالَ اخْرُجْ مِنْهَا مَذْءُومًا مَّدْحُورًا لَّمَن تَبِعَكَ مِنْهُمْ لَأَمْلَأَنَّ جَهَنَّمَ مِنكُمْ أَجْمَعِينَ
19
وَيَا آدَمُ اسْكُنْ أَنتَ وَزَوْجُكَ الْجَنَّةَ فَكُلَا مِنْ حَيْثُ شِئْتُمَا وَلَا تَقْرَبَا هَذِهِ الشَّجَرَةَ فَتَكُونَا مِنَ الظَّالِمِينَ
20
فَوَسْوَسَ لَهُمَا الشَّيْطَانُ لِيُبْدِيَ لَهُمَا مَا وُورِيَ عَنْهُمَا مِن سَوْآتِهِمَا وَقَالَ مَا نَهَاكُمَا رَبُّكُمَا عَنْ هَذِهِ الشَّجَرَةِ إِلَّا أَن تَكُونَا مَلَكَيْنِ أَوْ تَكُونَا مِنَ الْخَالِدِينَ
21
وَقَاسَمَهُمَا إِنِّي لَكُمَا لَمِنَ النَّاصِحِينَ
22
فَدَلَّاهُمَا بِغُرُورٍ فَلَمَّا ذَاقَا الشَّجَرَةَ بَدَتْ لَهُمَا سَوْآتُهُمَا وَطَفِقَا يَخْصِفَانِ عَلَيْهِمَا مِن وَرَقِ الْجَنَّةِ وَنَادَاهُمَا رَبُّهُمَا أَلَمْ أَنْهَكُمَا عَن تِلْكُمَا الشَّجَرَةِ وَأَقُل لَّكُمَا إِنَّ الشَّيْطَانَ لَكُمَا عَدُوٌّ مُّبِينٌ
23
قَالَا رَبَّنَا ظَلَمْنَا أَنفُسَنَا وَإِن لَّمْ تَغْفِرْ لَنَا وَتَرْحَمْنَا لَنَكُونَنَّ مِنَ الْخَاسِرِينَ
24
قَالَ اهْبِطُوا بَعْضُكُمْ لِبَعْضٍ عَدُوٌّ وَلَكُمْ فِي الْأَرْضِ مُسْتَقَرٌّ وَمَتَاعٌ إِلَى حِينٍ
25
قَالَ فِيهَا تَحْيَوْنَ وَفِيهَا تَمُوتُونَ وَمِنْهَا تُخْرَجُونَ
26
يَا بَنِي آدَمَ قَدْ أَنزَلْنَا عَلَيْكُمْ لِبَاسًا يُوَارِي سَوْآتِكُمْ وَرِيشًا وَلِبَاسُ التَّقْوَى ذَلِكَ خَيْرٌ ذَلِكَ مِنْ آيَاتِ اللَّهِ لَعَلَّهُمْ يَذَّكَّرُونَ
27
يَا بَنِي آدَمَ لَا يَفْتِنَنَّكُمُ الشَّيْطَانُ كَمَا أَخْرَجَ أَبَوَيْكُم مِّنَ الْجَنَّةِ يَنزِعُ عَنْهُمَا لِبَاسَهُمَا لِيُرِيَهُمَا سَوْآتِهِمَا إِنَّهُ يَرَاكُمْ هُوَ وَقَبِيلُهُ مِنْ حَيْثُ لَا تَرَوْنَهُمْ إِنَّا جَعَلْنَا الشَّيَاطِينَ أَوْلِيَاءَ لِلَّذِينَ لَا يُؤْمِنُونَ
28
وَإِذَا فَعَلُوا فَاحِشَةً قَالُوا وَجَدْنَا عَلَيْهَا آبَاءَنَا وَاللَّهُ أَمَرَنَا بِهَا قُلْ إِنَّ اللَّهَ لَا يَأْمُرُ بِالْفَحْشَاءِ أَتَقُولُونَ عَلَى اللَّهِ مَا لَا تَعْلَمُونَ
29
قُلْ أَمَرَ رَبِّي بِالْقِسْطِ وَأَقِيمُوا وُجُوهَكُمْ عِندَ كُلِّ مَسْجِدٍ وَادْعُوهُ مُخْلِصِينَ لَهُ الدِّينَ كَمَا بَدَأَكُمْ تَعُودُونَ
30
فَرِيقًا هَدَى وَفَرِيقًا حَقَّ عَلَيْهِمُ الضَّلَالَةُ إِنَّهُمُ اتَّخَذُوا الشَّيَاطِينَ أَوْلِيَاءَ مِن دُونِ اللَّهِ وَيَحْسَبُونَ أَنَّهُم مُّهْتَدُونَ
31
يَا بَنِي آدَمَ خُذُوا زِينَتَكُمْ عِندَ كُلِّ مَسْجِدٍ وَكُلُوا وَاشْرَبُوا وَلَا تُسْرِفُوا إِنَّهُ لَا يُحِبُّ الْمُسْرِفِينَ
32
قُلْ مَنْ حَرَّمَ زِينَةَ اللَّهِ الَّتِي أَخْرَجَ لِعِبَادِهِ وَالطَّيِّبَاتِ مِنَ الرِّزْقِ قُلْ هِيَ لِلَّذِينَ آمَنُوا فِي الْحَيَاةِ الدُّنْيَا خَالِصَةً يَوْمَ الْقِيَامَةِ كَذَلِكَ نُفَصِّلُ الْآيَاتِ لِقَوْمٍ يَعْلَمُونَ
33
قُلْ إِنَّمَا حَرَّمَ رَبِّيَ الْفَوَاحِشَ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَمَا بَطَنَ وَالْإِثْمَ وَالْبَغْيَ بِغَيْرِ الْحَقِّ وَأَن تُشْرِكُوا بِاللَّهِ مَا لَمْ يُنَزِّلْ بِهِ سُلْطَانًا وَأَن تَقُولُوا عَلَى اللَّهِ مَا لَا تَعْلَمُونَ
34
وَلِكُلِّ أُمَّةٍ أَجَلٌ فَإِذَا جَاءَ أَجَلُهُمْ لَا يَسْتَأْخِرُونَ سَاعَةً وَلَا يَسْتَقْدِمُونَ
35
يَا بَنِي آدَمَ إِمَّا يَأْتِيَنَّكُمْ رُسُلٌ مِّنكُمْ يَقُصُّونَ عَلَيْكُمْ آيَاتِي فَمَنِ اتَّقَى وَأَصْلَحَ فَلَا خَوْفٌ عَلَيْهِمْ وَلَا هُمْ يَحْزَنُونَ
36
وَالَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَاسْتَكْبَرُوا عَنْهَا أُولَئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ
37
فَمَنْ أَظْلَمُ مِمَّنِ افْتَرَى عَلَى اللَّهِ كَذِبًا أَوْ كَذَّبَ بِآيَاتِهِ أُولَئِكَ يَنَالُهُمْ نَصِيبُهُم مِّنَ الْكِتَابِ حَتَّى إِذَا جَاءَتْهُمْ رُسُلُنَا يَتَوَفَّوْنَهُمْ قَالُوا أَيْنَ مَا كُنتُمْ تَدْعُونَ مِن دُونِ اللَّهِ قَالُوا ضَلُّوا عَنَّا وَشَهِدُوا عَلَى أَنفُسِهِمْ أَنَّهُمْ كَانُوا كَافِرِينَ
38
قَالَ ادْخُلُوا فِي أُمَمٍ قَدْ خَلَتْ مِن قَبْلِكُم مِّنَ الْجِنِّ وَالْإِنسِ فِي النَّارِ كُلَّمَا دَخَلَتْ أُمَّةٌ لَّعَنَتْ أُخْتَهَا حَتَّى إِذَا ادَّارَكُوا فِيهَا جَمِيعًا قَالَتْ أُخْرَاهُمْ لِأُولَاهُمْ رَبَّنَا هَؤُلَاءِ أَضَلُّونَا فَآتِهِمْ عَذَابًا ضِعْفًا مِّنَ النَّارِ قَالَ لِكُلٍّ ضِعْفٌ وَلَكِن لَّا تَعْلَمُونَ
39
وَقَالَتْ أُولَاهُمْ لِأُخْرَاهُمْ فَمَا كَانَ لَكُمْ عَلَيْنَا مِن فَضْلٍ فَذُوقُوا الْعَذَابَ بِمَا كُنتُمْ تَكْسِبُونَ
40
إِنَّ الَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَاسْتَكْبَرُوا عَنْهَا لَا تُفَتَّحُ لَهُمْ أَبْوَابُ السَّمَاءِ وَلَا يَدْخُلُونَ الْجَنَّةَ حَتَّى يَلِجَ الْجَمَلُ فِي سَمِّ الْخِيَاطِ وَكَذَلِكَ نَجْزِي الْمُجْرِمِينَ
41
لَهُم مِّن جَهَنَّمَ مِهَادٌ وَمِن فَوْقِهِمْ غَوَاشٍ وَكَذَلِكَ نَجْزِي الظَّالِمِينَ
42
وَالَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ لَا نُكَلِّفُ نَفْسًا إِلَّا وُسْعَهَا أُولَئِكَ أَصْحَابُ الْجَنَّةِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ
43
وَنَزَعْنَا مَا فِي صُدُورِهِم مِّنْ غِلٍّ تَجْرِي مِن تَحْتِهِمُ الْأَنْهَارُ وَقَالُوا الْحَمْدُ لِلَّهِ الَّذِي هَدَانَا لِهَذَا وَمَا كُنَّا لِنَهْتَدِيَ لَوْلَا أَنْ هَدَانَا اللَّهُ لَقَدْ جَاءَتْ رُسُلُ رَبِّنَا بِالْحَقِّ وَنُودُوا أَن تِلْكُمُ الْجَنَّةُ أُورِثْتُمُوهَا بِمَا كُنتُمْ تَعْمَلُونَ
44
وَنَادَى أَصْحَابُ الْجَنَّةِ أَصْحَابَ النَّارِ أَن قَدْ وَجَدْنَا مَا وَعَدَنَا رَبُّنَا حَقًّا فَهَلْ وَجَدتُّم مَّا وَعَدَ رَبُّكُمْ حَقًّا قَالُوا نَعَمْ فَأَذَّنَ مُؤَذِّنٌ بَيْنَهُمْ أَن لَّعْنَةُ اللَّهِ عَلَى الظَّالِمِينَ
45
الَّذِينَ يَصُدُّونَ عَن سَبِيلِ اللَّهِ وَيَبْغُونَهَا عِوَجًا وَهُم بِالْآخِرَةِ كَافِرُونَ
46
وَبَيْنَهُمَا حِجَابٌ وَعَلَى الْأَعْرَافِ رِجَالٌ يَعْرِفُونَ كُلًّا بِسِيمَاهُمْ وَنَادَوْا أَصْحَابَ الْجَنَّةِ أَن سَلَامٌ عَلَيْكُمْ لَمْ يَدْخُلُوهَا وَهُمْ يَطْمَعُونَ
47
وَإِذَا صُرِفَتْ أَبْصَارُهُمْ تِلْقَاءَ أَصْحَابِ النَّارِ قَالُوا رَبَّنَا لَا تَجْعَلْنَا مَعَ الْقَوْمِ الظَّالِمِينَ
48
وَنَادَى أَصْحَابُ الْأَعْرَافِ رِجَالًا يَعْرِفُونَهُم بِسِيمَاهُمْ قَالُوا مَا أَغْنَى عَنكُمْ جَمْعُكُمْ وَمَا كُنتُمْ تَسْتَكْبِرُونَ
49
أَهَؤُلَاءِ الَّذِينَ أَقْسَمْتُمْ لَا يَنَالُهُمُ اللَّهُ بِرَحْمَةٍ ادْخُلُوا الْجَنَّةَ لَا خَوْفٌ عَلَيْكُمْ وَلَا أَنتُمْ تَحْزَنُونَ
50
وَنَادَى أَصْحَابُ النَّارِ أَصْحَابَ الْجَنَّةِ أَنْ أَفِيضُوا عَلَيْنَا مِنَ الْمَاءِ أَوْ مِمَّا رَزَقَكُمُ اللَّهُ قَالُوا إِنَّ اللَّهَ حَرَّمَهُمَا عَلَى الْكَافِرِينَ
51
الَّذِينَ اتَّخَذُوا دِينَهُمْ لَهْوًا وَلَعِبًا وَغَرَّتْهُمُ الْحَيَاةُ الدُّنْيَا فَالْيَوْمَ نَنسَاهُمْ كَمَا نَسُوا لِقَاءَ يَوْمِهِمْ هَذَا وَمَا كَانُوا بِآيَاتِنَا يَجْحَدُونَ
52
وَلَقَدْ جِئْنَاهُم بِكِتَابٍ فَصَّلْنَاهُ عَلَى عِلْمٍ هُدًى وَرَحْمَةً لِّقَوْمٍ يُؤْمِنُونَ
53
هَلْ يَنظُرُونَ إِلَّا تَأْوِيلَهُ يَوْمَ يَأْتِي تَأْوِيلُهُ يَقُولُ الَّذِينَ نَسُوهُ مِن قَبْلُ قَدْ جَاءَتْ رُسُلُ رَبِّنَا بِالْحَقِّ فَهَل لَّنَا مِن شُفَعَاءَ فَيَشْفَعُوا لَنَا أَوْ نُرَدُّ فَنَعْمَلَ غَيْرَ الَّذِي كُنَّا نَعْمَلُ قَدْ خَسِرُوا أَنفُسَهُمْ وَضَلَّ عَنْهُم مَّا كَانُوا يَفْتَرُونَ
54
إِنَّ رَبَّكُمُ اللَّهُ الَّذِي خَلَقَ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضَ فِي سِتَّةِ أَيَّامٍ ثُمَّ اسْتَوَى عَلَى الْعَرْشِ يُغْشِي اللَّيْلَ النَّهَارَ يَطْلُبُهُ حَثِيثًا وَالشَّمْسَ وَالْقَمَرَ وَالنُّجُومَ مُسَخَّرَاتٍ بِأَمْرِهِ أَلَا لَهُ الْخَلْقُ وَالْأَمْرُ تَبَارَكَ اللَّهُ رَبُّ الْعَالَمِينَ
55
ادْعُوا رَبَّكُمْ تَضَرُّعًا وَخُفْيَةً إِنَّهُ لَا يُحِبُّ الْمُعْتَدِينَ
56
وَلَا تُفْسِدُوا فِي الْأَرْضِ بَعْدَ إِصْلَاحِهَا وَادْعُوهُ خَوْفًا وَطَمَعًا إِنَّ رَحْمَتَ اللَّهِ قَرِيبٌ مِّنَ الْمُحْسِنِينَ
57
وَهُوَ الَّذِي يُرْسِلُ الرِّيَاحَ بُشْرًا بَيْنَ يَدَيْ رَحْمَتِهِ حَتَّى إِذَا أَقَلَّتْ سَحَابًا ثِقَالًا سُقْنَاهُ لِبَلَدٍ مَّيِّتٍ فَأَنزَلْنَا بِهِ الْمَاءَ فَأَخْرَجْنَا بِهِ مِن كُلِّ الثَّمَرَاتِ كَذَلِكَ نُخْرِجُ الْمَوْتَى لَعَلَّكُمْ تَذَكَّرُونَ
58
وَالْبَلَدُ الطَّيِّبُ يَخْرُجُ نَبَاتُهُ بِإِذْنِ رَبِّهِ وَالَّذِي خَبُثَ لَا يَخْرُجُ إِلَّا نَكِدًا كَذَلِكَ نُصَرِّفُ الْآيَاتِ لِقَوْمٍ يَشْكُرُونَ
59
لَقَدْ أَرْسَلْنَا نُوحًا إِلَى قَوْمِهِ فَقَالَ يَا قَوْمِ اعْبُدُوا اللَّهَ مَا لَكُم مِّنْ إِلَهٍ غَيْرُهُ إِنِّي أَخَافُ عَلَيْكُمْ عَذَابَ يَوْمٍ عَظِيمٍ
60
قَالَ الْمَلَأُ مِن قَوْمِهِ إِنَّا لَنَرَاكَ فِي ضَلَالٍ مُّبِينٍ
61
قَالَ يَا قَوْمِ لَيْسَ بِي ضَلَالَةٌ وَلَكِنِّي رَسُولٌ مِّن رَّبِّ الْعَالَمِينَ
62
أُبَلِّغُكُمْ رِسَالَاتِ رَبِّي وَأَنصَحُ لَكُمْ وَأَعْلَمُ مِنَ اللَّهِ مَا لَا تَعْلَمُونَ
63
أَوَعَجِبْتُمْ أَن جَاءَكُمْ ذِكْرٌ مِّن رَّبِّكُمْ عَلَى رَجُلٍ مِّنكُمْ لِيُنذِرَكُمْ وَلِتَتَّقُوا وَلَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ
64
فَكَذَّبُوهُ فَأَنجَيْنَاهُ وَالَّذِينَ مَعَهُ فِي الْفُلْكِ وَأَغْرَقْنَا الَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا إِنَّهُمْ كَانُوا قَوْمًا عَمِينَ
65
وَإِلَى عَادٍ أَخَاهُمْ هُودًا قَالَ يَا قَوْمِ اعْبُدُوا اللَّهَ مَا لَكُم مِّنْ إِلَهٍ غَيْرُهُ أَفَلَا تَتَّقُونَ
66
قَالَ الْمَلَأُ الَّذِينَ كَفَرُوا مِن قَوْمِهِ إِنَّا لَنَرَاكَ فِي سَفَاهَةٍ وَإِنَّا لَنَظُنُّكَ مِنَ الْكَاذِبِينَ
67
قَالَ يَا قَوْمِ لَيْسَ بِي سَفَاهَةٌ وَلَكِنِّي رَسُولٌ مِّن رَّبِّ الْعَالَمِينَ
68
أُبَلِّغُكُمْ رِسَالَاتِ رَبِّي وَأَنَا لَكُمْ نَاصِحٌ أَمِينٌ
69
أَوَعَجِبْتُمْ أَن جَاءَكُمْ ذِكْرٌ مِّن رَّبِّكُمْ عَلَى رَجُلٍ مِّنكُمْ لِيُنذِرَكُمْ وَاذْكُرُوا إِذْ جَعَلَكُمْ خُلَفَاءَ مِن بَعْدِ قَوْمِ نُوحٍ وَزَادَكُمْ فِي الْخَلْقِ بَسْطَةً فَاذْكُرُوا آلَاءَ اللَّهِ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ
70
قَالُوا أَجِئْتَنَا لِنَعْبُدَ اللَّهَ وَحْدَهُ وَنَذَرَ مَا كَانَ يَعْبُدُ آبَاؤُنَا فَأْتِنَا بِمَا تَعِدُنَا إِن كُنتَ مِنَ الصَّادِقِينَ
71
قَالَ قَدْ وَقَعَ عَلَيْكُم مِّن رَّبِّكُمْ رِجْسٌ وَغَضَبٌ أَتُجَادِلُونَنِي فِي أَسْمَاءٍ سَمَّيْتُمُوهَا أَنتُمْ وَآبَاؤُكُم مَّا نَزَّلَ اللَّهُ بِهَا مِن سُلْطَانٍ فَانتَظِرُوا إِنِّي مَعَكُم مِّنَ الْمُنتَظِرِينَ
72
فَأَنجَيْنَاهُ وَالَّذِينَ مَعَهُ بِرَحْمَةٍ مِّنَّا وَقَطَعْنَا دَابِرَ الَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَمَا كَانُوا مُؤْمِنِينَ
73
وَإِلَى ثَمُودَ أَخَاهُمْ صَالِحًا قَالَ يَا قَوْمِ اعْبُدُوا اللَّهَ مَا لَكُم مِّنْ إِلَهٍ غَيْرُهُ قَدْ جَاءَتْكُم بَيِّنَةٌ مِّن رَّبِّكُمْ هَذِهِ نَاقَةُ اللَّهِ لَكُمْ آيَةً فَذَرُوهَا تَأْكُلْ فِي أَرْضِ اللَّهِ وَلَا تَمَسُّوهَا بِسُوءٍ فَيَأْخُذَكُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ
74
وَاذْكُرُوا إِذْ جَعَلَكُمْ خُلَفَاءَ مِن بَعْدِ عَادٍ وَبَوَّأَكُمْ فِي الْأَرْضِ تَتَّخِذُونَ مِن سُهُولِهَا قُصُورًا وَتَنْحِتُونَ الْجِبَالَ بُيُوتًا فَاذْكُرُوا آلَاءَ اللَّهِ وَلَا تَعْثَوْا فِي الْأَرْضِ مُفْسِدِينَ
75
قَالَ الْمَلَأُ الَّذِينَ اسْتَكْبَرُوا مِن قَوْمِهِ لِلَّذِينَ اسْتُضْعِفُوا لِمَنْ آمَنَ مِنْهُمْ أَتَعْلَمُونَ أَنَّ صَالِحًا مُّرْسَلٌ مِّن رَّبِّهِ قَالُوا إِنَّا بِمَا أُرْسِلَ بِهِ مُؤْمِنُونَ
76
قَالَ الَّذِينَ اسْتَكْبَرُوا إِنَّا بِالَّذِي آمَنتُم بِهِ كَافِرُونَ
77
فَعَقَرُوا النَّاقَةَ وَعَتَوْا عَنْ أَمْرِ رَبِّهِمْ وَقَالُوا يَا صَالِحُ ائْتِنَا بِمَا تَعِدُنَا إِن كُنتَ مِنَ الْمُرْسَلِينَ
78
فَأَخَذَتْهُمُ الرَّجْفَةُ فَأَصْبَحُوا فِي دَارِهِمْ جَاثِمِينَ
79
فَتَوَلَّى عَنْهُمْ وَقَالَ يَا قَوْمِ لَقَدْ أَبْلَغْتُكُمْ رِسَالَةَ رَبِّي وَنَصَحْتُ لَكُمْ وَلَكِن لَّا تُحِبُّونَ النَّاصِحِينَ
80
وَلُوطًا إِذْ قَالَ لِقَوْمِهِ أَتَأْتُونَ الْفَاحِشَةَ مَا سَبَقَكُم بِهَا مِنْ أَحَدٍ مِّنَ الْعَالَمِينَ
81
إِنَّكُمْ لَتَأْتُونَ الرِّجَالَ شَهْوَةً مِّن دُونِ النِّسَاءِ بَلْ أَنتُمْ قَوْمٌ مُّسْرِفُونَ
82
وَمَا كَانَ جَوَابَ قَوْمِهِ إِلَّا أَن قَالُوا أَخْرِجُوهُم مِّن قَرْيَتِكُمْ إِنَّهُمْ أُنَاسٌ يَتَطَهَّرُونَ
83
فَأَنجَيْنَاهُ وَأَهْلَهُ إِلَّا امْرَأَتَهُ كَانَتْ مِنَ الْغَابِرِينَ
84
وَأَمْطَرْنَا عَلَيْهِم مَّطَرًا فَانظُرْ كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الْمُجْرِمِينَ
85
وَإِلَى مَدْيَنَ أَخَاهُمْ شُعَيْبًا قَالَ يَا قَوْمِ اعْبُدُوا اللَّهَ مَا لَكُم مِّنْ إِلَهٍ غَيْرُهُ قَدْ جَاءَتْكُم بَيِّنَةٌ مِّن رَّبِّكُمْ فَأَوْفُوا الْكَيْلَ وَالْمِيزَانَ وَلَا تَبْخَسُوا النَّاسَ أَشْيَاءَهُمْ وَلَا تُفْسِدُوا فِي الْأَرْضِ بَعْدَ إِصْلَاحِهَا ذَلِكُمْ خَيْرٌ لَّكُمْ إِن كُنتُم مُّؤْمِنِينَ
86
وَلَا تَقْعُدُوا بِكُلِّ صِرَاطٍ تُوعِدُونَ وَتَصُدُّونَ عَن سَبِيلِ اللَّهِ مَنْ آمَنَ بِهِ وَتَبْغُونَهَا عِوَجًا وَاذْكُرُوا إِذْ كُنتُمْ قَلِيلًا فَكَثَّرَكُمْ وَانظُرُوا كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الْمُفْسِدِينَ
87
وَإِن كَانَ طَائِفَةٌ مِّنكُمْ آمَنُوا بِالَّذِي أُرْسِلْتُ بِهِ وَطَائِفَةٌ لَّمْ يُؤْمِنُوا فَاصْبِرُوا حَتَّى يَحْكُمَ اللَّهُ بَيْنَنَا وَهُوَ خَيْرُ الْحَاكِمِينَ
88
قَالَ الْمَلَأُ الَّذِينَ اسْتَكْبَرُوا مِن قَوْمِهِ لَنُخْرِجَنَّكَ يَا شُعَيْبُ وَالَّذِينَ آمَنُوا مَعَكَ مِن قَرْيَتِنَا أَوْ لَتَعُودُنَّ فِي مِلَّتِنَا قَالَ أَوَلَوْ كُنَّا كَارِهِينَ
89
قَدِ افْتَرَيْنَا عَلَى اللَّهِ كَذِبًا إِنْ عُدْنَا فِي مِلَّتِكُم بَعْدَ إِذْ نَجَّانَا اللَّهُ مِنْهَا وَمَا يَكُونُ لَنَا أَن نَّعُودَ فِيهَا إِلَّا أَن يَشَاءَ اللَّهُ رَبُّنَا وَسِعَ رَبُّنَا كُلَّ شَيْءٍ عِلْمًا عَلَى اللَّهِ تَوَكَّلْنَا رَبَّنَا افْتَحْ بَيْنَنَا وَبَيْنَ قَوْمِنَا بِالْحَقِّ وَأَنتَ خَيْرُ الْفَاتِحِينَ
90
وَقَالَ الْمَلَأُ الَّذِينَ كَفَرُوا مِن قَوْمِهِ لَئِنِ اتَّبَعْتُمْ شُعَيْبًا إِنَّكُمْ إِذًا لَّخَاسِرُونَ
91
فَأَخَذَتْهُمُ الرَّجْفَةُ فَأَصْبَحُوا فِي دَارِهِمْ جَاثِمِينَ
92
الَّذِينَ كَذَّبُوا شُعَيْبًا كَأَن لَّمْ يَغْنَوْا فِيهَا الَّذِينَ كَذَّبُوا شُعَيْبًا كَانُوا هُمُ الْخَاسِرِينَ
93
فَتَوَلَّى عَنْهُمْ وَقَالَ يَا قَوْمِ لَقَدْ أَبْلَغْتُكُمْ رِسَالَاتِ رَبِّي وَنَصَحْتُ لَكُمْ فَكَيْفَ آسَى عَلَى قَوْمٍ كَافِرِينَ
94
وَمَا أَرْسَلْنَا فِي قَرْيَةٍ مِّن نَّبِيٍّ إِلَّا أَخَذْنَا أَهْلَهَا بِالْبَأْسَاءِ وَالضَّرَّاءِ لَعَلَّهُمْ يَضَّرَّعُونَ
95
ثُمَّ بَدَّلْنَا مَكَانَ السَّيِّئَةِ الْحَسَنَةَ حَتَّى عَفَوا وَّقَالُوا قَدْ مَسَّ آبَاءَنَا الضَّرَّاءُ وَالسَّرَّاءُ فَأَخَذْنَاهُم بَغْتَةً وَهُمْ لَا يَشْعُرُونَ
96
وَلَوْ أَنَّ أَهْلَ الْقُرَى آمَنُوا وَاتَّقَوْا لَفَتَحْنَا عَلَيْهِم بَرَكَاتٍ مِّنَ السَّمَاءِ وَالْأَرْضِ وَلَكِن كَذَّبُوا فَأَخَذْنَاهُم بِمَا كَانُوا يَكْسِبُونَ
97
أَفَأَمِنَ أَهْلُ الْقُرَى أَن يَأْتِيَهُم بَأْسُنَا بَيَاتًا وَهُمْ نَائِمُونَ
98
أَوَأَمِنَ أَهْلُ الْقُرَى أَن يَأْتِيَهُم بَأْسُنَا ضُحًى وَهُمْ يَلْعَبُونَ
99
أَفَأَمِنُوا مَكْرَ اللَّهِ فَلَا يَأْمَنُ مَكْرَ اللَّهِ إِلَّا الْقَوْمُ الْخَاسِرُونَ
100
أَوَلَمْ يَهْدِ لِلَّذِينَ يَرِثُونَ الْأَرْضَ مِن بَعْدِ أَهْلِهَا أَن لَّوْ نَشَاءُ أَصَبْنَاهُم بِذُنُوبِهِمْ وَنَطْبَعُ عَلَى قُلُوبِهِمْ فَهُمْ لَا يَسْمَعُونَ
101
تِلْكَ الْقُرَى نَقُصُّ عَلَيْكَ مِنْ أَنبَائِهَا وَلَقَدْ جَاءَتْهُمْ رُسُلُهُم بِالْبَيِّنَاتِ فَمَا كَانُوا لِيُؤْمِنُوا بِمَا كَذَّبُوا مِن قَبْلُ كَذَلِكَ يَطْبَعُ اللَّهُ عَلَى قُلُوبِ الْكَافِرِينَ
102
وَمَا وَجَدْنَا لِأَكْثَرِهِم مِّنْ عَهْدٍ وَإِن وَجَدْنَا أَكْثَرَهُمْ لَفَاسِقِينَ
103
ثُمَّ بَعَثْنَا مِن بَعْدِهِم مُّوسَى بِآيَاتِنَا إِلَى فِرْعَوْنَ وَمَلَئِهِ فَظَلَمُوا بِهَا فَانظُرْ كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الْمُفْسِدِينَ
104
وَقَالَ مُوسَى يَا فِرْعَوْنُ إِنِّي رَسُولٌ مِّن رَّبِّ الْعَالَمِينَ
105
حَقِيقٌ عَلَى أَن لَّا أَقُولَ عَلَى اللَّهِ إِلَّا الْحَقَّ قَدْ جِئْتُكُم بِبَيِّنَةٍ مِّن رَّبِّكُمْ فَأَرْسِلْ مَعِيَ بَنِي إِسْرَائِيلَ
106
قَالَ إِن كُنتَ جِئْتَ بِآيَةٍ فَأْتِ بِهَا إِن كُنتَ مِنَ الصَّادِقِينَ
107
فَأَلْقَى عَصَاهُ فَإِذَا هِيَ ثُعْبَانٌ مُّبِينٌ
108
وَنَزَعَ يَدَهُ فَإِذَا هِيَ بَيْضَاءُ لِلنَّاظِرِينَ
109
قَالَ الْمَلَأُ مِن قَوْمِ فِرْعَوْنَ إِنَّ هَذَا لَسَاحِرٌ عَلِيمٌ
110
يُرِيدُ أَن يُخْرِجَكُم مِّنْ أَرْضِكُمْ فَمَاذَا تَأْمُرُونَ
111
قَالُوا أَرْجِهْ وَأَخَاهُ وَأَرْسِلْ فِي الْمَدَائِنِ حَاشِرِينَ
112
يَأْتُوكَ بِكُلِّ سَاحِرٍ عَلِيمٍ
113
وَجَاءَ السَّحَرَةُ فِرْعَوْنَ قَالُوا إِنَّ لَنَا لَأَجْرًا إِن كُنَّا نَحْنُ الْغَالِبِينَ
114
قَالَ نَعَمْ وَإِنَّكُمْ لَمِنَ الْمُقَرَّبِينَ
115
قَالُوا يَا مُوسَى إِمَّا أَن تُلْقِيَ وَإِمَّا أَن نَّكُونَ نَحْنُ الْمُلْقِينَ
116
قَالَ أَلْقُوا فَلَمَّا أَلْقَوْا سَحَرُوا أَعْيُنَ النَّاسِ وَاسْتَرْهَبُوهُمْ وَجَاءُوا بِسِحْرٍ عَظِيمٍ
117
وَأَوْحَيْنَا إِلَى مُوسَى أَنْ أَلْقِ عَصَاكَ فَإِذَا هِيَ تَلْقَفُ مَا يَأْفِكُونَ
118
فَوَقَعَ الْحَقُّ وَبَطَلَ مَا كَانُوا يَعْمَلُونَ
119
فَغُلِبُوا هُنَالِكَ وَانقَلَبُوا صَاغِرِينَ
120
وَأُلْقِيَ السَّحَرَةُ سَاجِدِينَ
121
قَالُوا آمَنَّا بِرَبِّ الْعَالَمِينَ
122
رَبِّ مُوسَى وَهَارُونَ
123
قَالَ فِرْعَوْنُ آمَنتُم بِهِ قَبْلَ أَنْ آذَنَ لَكُمْ إِنَّ هَذَا لَمَكْرٌ مَّكَرْتُمُوهُ فِي الْمَدِينَةِ لِتُخْرِجُوا مِنْهَا أَهْلَهَا فَسَوْفَ تَعْلَمُونَ
124
لَأُقَطِّعَنَّ أَيْدِيَكُمْ وَأَرْجُلَكُم مِّنْ خِلَافٍ ثُمَّ لَأُصَلِّبَنَّكُمْ أَجْمَعِينَ
125
قَالُوا إِنَّا إِلَى رَبِّنَا مُنقَلِبُونَ
126
وَمَا تَنقِمُ مِنَّا إِلَّا أَنْ آمَنَّا بِآيَاتِ رَبِّنَا لَمَّا جَاءَتْنَا رَبَّنَا أَفْرِغْ عَلَيْنَا صَبْرًا وَتَوَفَّنَا مُسْلِمِينَ
127
وَقَالَ الْمَلَأُ مِن قَوْمِ فِرْعَوْنَ أَتَذَرُ مُوسَى وَقَوْمَهُ لِيُفْسِدُوا فِي الْأَرْضِ وَيَذَرَكَ وَآلِهَتَكَ قَالَ سَنُقَتِّلُ أَبْنَاءَهُمْ وَنَسْتَحْيِي نِسَاءَهُمْ وَإِنَّا فَوْقَهُمْ قَاهِرُونَ
128
قَالَ مُوسَى لِقَوْمِهِ اسْتَعِينُوا بِاللَّهِ وَاصْبِرُوا إِنَّ الْأَرْضَ لِلَّهِ يُورِثُهَا مَن يَشَاءُ مِنْ عِبَادِهِ وَالْعَاقِبَةُ لِلْمُتَّقِينَ
129
قَالُوا أُوذِينَا مِن قَبْلِ أَن تَأْتِيَنَا وَمِن بَعْدِ مَا جِئْتَنَا قَالَ عَسَى رَبُّكُمْ أَن يُهْلِكَ عَدُوَّكُمْ وَيَسْتَخْلِفَكُمْ فِي الْأَرْضِ فَيَنظُرَ كَيْفَ تَعْمَلُونَ
130
وَلَقَدْ أَخَذْنَا آلَ فِرْعَوْنَ بِالسِّنِينَ وَنَقْصٍ مِّنَ الثَّمَرَاتِ لَعَلَّهُمْ يَذَّكَّرُونَ
131
فَإِذَا جَاءَتْهُمُ الْحَسَنَةُ قَالُوا لَنَا هَذِهِ وَإِن تُصِبْهُمْ سَيِّئَةٌ يَطَّيَّرُوا بِمُوسَى وَمَن مَّعَهُ أَلَا إِنَّمَا طَائِرُهُمْ عِندَ اللَّهِ وَلَكِنَّ أَكْثَرَهُمْ لَا يَعْلَمُونَ
132
وَقَالُوا مَهْمَا تَأْتِنَا بِهِ مِنْ آيَةٍ لِّتَسْحَرَنَا بِهَا فَمَا نَحْنُ لَكَ بِمُؤْمِنِينَ
133
فَأَرْسَلْنَا عَلَيْهِمُ الطُّوفَانَ وَالْجَرَادَ وَالْقُمَّلَ وَالضَّفَادِعَ وَالدَّمَ آيَاتٍ مُّفَصَّلَاتٍ فَاسْتَكْبَرُوا وَكَانُوا قَوْمًا مُّجْرِمِينَ
134
وَلَمَّا وَقَعَ عَلَيْهِمُ الرِّجْزُ قَالُوا يَا مُوسَى ادْعُ لَنَا رَبَّكَ بِمَا عَهِدَ عِندَكَ لَئِن كَشَفْتَ عَنَّا الرِّجْزَ لَنُؤْمِنَنَّ لَكَ وَلَنُرْسِلَنَّ مَعَكَ بَنِي إِسْرَائِيلَ
135
فَلَمَّا كَشَفْنَا عَنْهُمُ الرِّجْزَ إِلَى أَجَلٍ هُم بَالِغُوهُ إِذَا هُمْ يَنكُثُونَ
136
فَانتَقَمْنَا مِنْهُمْ فَأَغْرَقْنَاهُمْ فِي الْيَمِّ بِأَنَّهُمْ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَكَانُوا عَنْهَا غَافِلِينَ
137
وَأَوْرَثْنَا الْقَوْمَ الَّذِينَ كَانُوا يُسْتَضْعَفُونَ مَشَارِقَ الْأَرْضِ وَمَغَارِبَهَا الَّتِي بَارَكْنَا فِيهَا وَتَمَّتْ كَلِمَتُ رَبِّكَ الْحُسْنَى عَلَى بَنِي إِسْرَائِيلَ بِمَا صَبَرُوا وَدَمَّرْنَا مَا كَانَ يَصْنَعُ فِرْعَوْنُ وَقَوْمُهُ وَمَا كَانُوا يَعْرِشُونَ
138
وَجَاوَزْنَا بِبَنِي إِسْرَائِيلَ الْبَحْرَ فَأَتَوْا عَلَى قَوْمٍ يَعْكُفُونَ عَلَى أَصْنَامٍ لَّهُمْ قَالُوا يَا مُوسَى اجْعَل لَّنَا إِلَهًا كَمَا لَهُمْ آلِهَةٌ قَالَ إِنَّكُمْ قَوْمٌ تَجْهَلُونَ
139
إِنَّ هَؤُلَاءِ مُتَبَّرٌ مَّا هُمْ فِيهِ وَبَاطِلٌ مَّا كَانُوا يَعْمَلُونَ
140
قَالَ أَغَيْرَ اللَّهِ أَبْغِيكُمْ إِلَهًا وَهُوَ فَضَّلَكُمْ عَلَى الْعَالَمِينَ
141
وَإِذْ أَنجَيْنَاكُم مِّنْ آلِ فِرْعَوْنَ يَسُومُونَكُمْ سُوءَ الْعَذَابِ يُقَتِّلُونَ أَبْنَاءَكُمْ وَيَسْتَحْيُونَ نِسَاءَكُمْ وَفِي ذَلِكُم بَلَاءٌ مِّن رَّبِّكُمْ عَظِيمٌ
142
وَوَاعَدْنَا مُوسَى ثَلَاثِينَ لَيْلَةً وَأَتْمَمْنَاهَا بِعَشْرٍ فَتَمَّ مِيقَاتُ رَبِّهِ أَرْبَعِينَ لَيْلَةً وَقَالَ مُوسَى لِأَخِيهِ هَارُونَ اخْلُفْنِي فِي قَوْمِي وَأَصْلِحْ وَلَا تَتَّبِعْ سَبِيلَ الْمُفْسِدِينَ
143
وَلَمَّا جَاءَ مُوسَى لِمِيقَاتِنَا وَكَلَّمَهُ رَبُّهُ قَالَ رَبِّ أَرِنِي أَنظُرْ إِلَيْكَ قَالَ لَن تَرَانِي وَلَكِنِ انظُرْ إِلَى الْجَبَلِ فَإِنِ اسْتَقَرَّ مَكَانَهُ فَسَوْفَ تَرَانِي فَلَمَّا تَجَلَّى رَبُّهُ لِلْجَبَلِ جَعَلَهُ دَكًّا وَخَرَّ مُوسَى صَعِقًا فَلَمَّا أَفَاقَ قَالَ سُبْحَانَكَ تُبْتُ إِلَيْكَ وَأَنَا أَوَّلُ الْمُؤْمِنِينَ
144
قَالَ يَا مُوسَى إِنِّي اصْطَفَيْتُكَ عَلَى النَّاسِ بِرِسَالَاتِي وَبِكَلَامِي فَخُذْ مَا آتَيْتُكَ وَكُن مِّنَ الشَّاكِرِينَ
145
وَكَتَبْنَا لَهُ فِي الْأَلْوَاحِ مِن كُلِّ شَيْءٍ مَّوْعِظَةً وَتَفْصِيلًا لِّكُلِّ شَيْءٍ فَخُذْهَا بِقُوَّةٍ وَأْمُرْ قَوْمَكَ يَأْخُذُوا بِأَحْسَنِهَا سَأُرِيكُمْ دَارَ الْفَاسِقِينَ
146
سَأَصْرِفُ عَنْ آيَاتِيَ الَّذِينَ يَتَكَبَّرُونَ فِي الْأَرْضِ بِغَيْرِ الْحَقِّ وَإِن يَرَوْا كُلَّ آيَةٍ لَّا يُؤْمِنُوا بِهَا وَإِن يَرَوْا سَبِيلَ الرُّشْدِ لَا يَتَّخِذُوهُ سَبِيلًا وَإِن يَرَوْا سَبِيلَ الْغَيِّ يَتَّخِذُوهُ سَبِيلًا ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَكَانُوا عَنْهَا غَافِلِينَ
147
وَالَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَلِقَاءِ الْآخِرَةِ حَبِطَتْ أَعْمَالُهُمْ هَلْ يُجْزَوْنَ إِلَّا مَا كَانُوا يَعْمَلُونَ
148
وَاتَّخَذَ قَوْمُ مُوسَى مِن بَعْدِهِ مِنْ حُلِيِّهِمْ عِجْلًا جَسَدًا لَّهُ خُوَارٌ أَلَمْ يَرَوْا أَنَّهُ لَا يُكَلِّمُهُمْ وَلَا يَهْدِيهِمْ سَبِيلًا اتَّخَذُوهُ وَكَانُوا ظَالِمِينَ
149
وَلَمَّا سُقِطَ فِي أَيْدِيهِمْ وَرَأَوْا أَنَّهُمْ قَدْ ضَلُّوا قَالُوا لَئِن لَّمْ يَرْحَمْنَا رَبُّنَا وَيَغْفِرْ لَنَا لَنَكُونَنَّ مِنَ الْخَاسِرِينَ
150
وَلَمَّا رَجَعَ مُوسَى إِلَى قَوْمِهِ غَضْبَانَ أَسِفًا قَالَ بِئْسَمَا خَلَفْتُمُونِي مِن بَعْدِي أَعَجِلْتُمْ أَمْرَ رَبِّكُمْ وَأَلْقَى الْأَلْوَاحَ وَأَخَذَ بِرَأْسِ أَخِيهِ يَجُرُّهُ إِلَيْهِ قَالَ ابْنَ أُمَّ إِنَّ الْقَوْمَ اسْتَضْعَفُونِي وَكَادُوا يَقْتُلُونَنِي فَلَا تُشْمِتْ بِيَ الْأَعْدَاءَ وَلَا تَجْعَلْنِي مَعَ الْقَوْمِ الظَّالِمِينَ
151
قَالَ رَبِّ اغْفِرْ لِي وَلِأَخِي وَأَدْخِلْنَا فِي رَحْمَتِكَ وَأَنتَ أَرْحَمُ الرَّاحِمِينَ
152
إِنَّ الَّذِينَ اتَّخَذُوا الْعِجْلَ سَيَنَالُهُمْ غَضَبٌ مِّن رَّبِّهِمْ وَذِلَّةٌ فِي الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَكَذَلِكَ نَجْزِي الْمُفْتَرِينَ
153
وَالَّذِينَ عَمِلُوا السَّيِّئَاتِ ثُمَّ تَابُوا مِن بَعْدِهَا وَآمَنُوا إِنَّ رَبَّكَ مِن بَعْدِهَا لَغَفُورٌ رَّحِيمٌ
154
وَلَمَّا سَكَتَ عَن مُّوسَى الْغَضَبُ أَخَذَ الْأَلْوَاحَ وَفِي نُسْخَتِهَا هُدًى وَرَحْمَةٌ لِّلَّذِينَ هُمْ لِرَبِّهِمْ يَرْهَبُونَ
155
وَاخْتَارَ مُوسَى قَوْمَهُ سَبْعِينَ رَجُلًا لِّمِيقَاتِنَا فَلَمَّا أَخَذَتْهُمُ الرَّجْفَةُ قَالَ رَبِّ لَوْ شِئْتَ أَهْلَكْتَهُم مِّن قَبْلُ وَإِيَّايَ أَتُهْلِكُنَا بِمَا فَعَلَ السُّفَهَاءُ مِنَّا إِنْ هِيَ إِلَّا فِتْنَتُكَ تُضِلُّ بِهَا مَن تَشَاءُ وَتَهْدِي مَن تَشَاءُ أَنتَ وَلِيُّنَا فَاغْفِرْ لَنَا وَارْحَمْنَا وَأَنتَ خَيْرُ الْغَافِرِينَ
156
وَاكْتُبْ لَنَا فِي هَذِهِ الدُّنْيَا حَسَنَةً وَفِي الْآخِرَةِ إِنَّا هُدْنَا إِلَيْكَ قَالَ عَذَابِي أُصِيبُ بِهِ مَنْ أَشَاءُ وَرَحْمَتِي وَسِعَتْ كُلَّ شَيْءٍ فَسَأَكْتُبُهَا لِلَّذِينَ يَتَّقُونَ وَيُؤْتُونَ الزَّكَاةَ وَالَّذِينَ هُم بِآيَاتِنَا يُؤْمِنُونَ
157
الَّذِينَ يَتَّبِعُونَ الرَّسُولَ النَّبِيَّ الْأُمِّيَّ الَّذِي يَجِدُونَهُ مَكْتُوبًا عِندَهُمْ فِي التَّوْرَاةِ وَالْإِنجِيلِ يَأْمُرُهُم بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَاهُمْ عَنِ الْمُنكَرِ وَيُحِلُّ لَهُمُ الطَّيِّبَاتِ وَيُحَرِّمُ عَلَيْهِمُ الْخَبَائِثَ وَيَضَعُ عَنْهُمْ إِصْرَهُمْ وَالْأَغْلَالَ الَّتِي كَانَتْ عَلَيْهِمْ فَالَّذِينَ آمَنُوا بِهِ وَعَزَّرُوهُ وَنَصَرُوهُ وَاتَّبَعُوا النُّورَ الَّذِي أُنزِلَ مَعَهُ أُولَئِكَ هُمُ الْمُفْلِحُونَ
158
قُلْ يَا أَيُّهَا النَّاسُ إِنِّي رَسُولُ اللَّهِ إِلَيْكُمْ جَمِيعًا الَّذِي لَهُ مُلْكُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ لَا إِلَهَ إِلَّا هُوَ يُحْيِي وَيُمِيتُ فَآمِنُوا بِاللَّهِ وَرَسُولِهِ النَّبِيِّ الْأُمِّيِّ الَّذِي يُؤْمِنُ بِاللَّهِ وَكَلِمَاتِهِ وَاتَّبِعُوهُ لَعَلَّكُمْ تَهْتَدُونَ
159
وَمِن قَوْمِ مُوسَى أُمَّةٌ يَهْدُونَ بِالْحَقِّ وَبِهِ يَعْدِلُونَ
160
وَقَطَّعْنَاهُمُ اثْنَتَيْ عَشْرَةَ أَسْبَاطًا أُمَمًا وَأَوْحَيْنَا إِلَى مُوسَى إِذِ اسْتَسْقَاهُ قَوْمُهُ أَنِ اضْرِب بِّعَصَاكَ الْحَجَرَ فَانبَجَسَتْ مِنْهُ اثْنَتَا عَشْرَةَ عَيْنًا قَدْ عَلِمَ كُلُّ أُنَاسٍ مَّشْرَبَهُمْ وَظَلَّلْنَا عَلَيْهِمُ الْغَمَامَ وَأَنزَلْنَا عَلَيْهِمُ الْمَنَّ وَالسَّلْوَى كُلُوا مِن طَيِّبَاتِ مَا رَزَقْنَاكُمْ وَمَا ظَلَمُونَا وَلَكِن كَانُوا أَنفُسَهُمْ يَظْلِمُونَ
161
وَإِذْ قِيلَ لَهُمُ اسْكُنُوا هَذِهِ الْقَرْيَةَ وَكُلُوا مِنْهَا حَيْثُ شِئْتُمْ وَقُولُوا حِطَّةٌ وَادْخُلُوا الْبَابَ سُجَّدًا نَّغْفِرْ لَكُمْ خَطِيئَاتِكُمْ سَنَزِيدُ الْمُحْسِنِينَ
162
فَبَدَّلَ الَّذِينَ ظَلَمُوا مِنْهُمْ قَوْلًا غَيْرَ الَّذِي قِيلَ لَهُمْ فَأَرْسَلْنَا عَلَيْهِمْ رِجْزًا مِّنَ السَّمَاءِ بِمَا كَانُوا يَظْلِمُونَ
163
وَاسْأَلْهُمْ عَنِ الْقَرْيَةِ الَّتِي كَانَتْ حَاضِرَةَ الْبَحْرِ إِذْ يَعْدُونَ فِي السَّبْتِ إِذْ تَأْتِيهِمْ حِيتَانُهُمْ يَوْمَ سَبْتِهِمْ شُرَّعًا وَيَوْمَ لَا يَسْبِتُونَ لَا تَأْتِيهِمْ كَذَلِكَ نَبْلُوهُم بِمَا كَانُوا يَفْسُقُونَ
164
وَإِذْ قَالَتْ أُمَّةٌ مِّنْهُمْ لِمَ تَعِظُونَ قَوْمًا اللَّهُ مُهْلِكُهُمْ أَوْ مُعَذِّبُهُمْ عَذَابًا شَدِيدًا قَالُوا مَعْذِرَةً إِلَى رَبِّكُمْ وَلَعَلَّهُمْ يَتَّقُونَ
165
فَلَمَّا نَسُوا مَا ذُكِّرُوا بِهِ أَنجَيْنَا الَّذِينَ يَنْهَوْنَ عَنِ السُّوءِ وَأَخَذْنَا الَّذِينَ ظَلَمُوا بِعَذَابٍ بَئِيسٍ بِمَا كَانُوا يَفْسُقُونَ
166
فَلَمَّا عَتَوْا عَن مَّا نُهُوا عَنْهُ قُلْنَا لَهُمْ كُونُوا قِرَدَةً خَاسِئِينَ
167
وَإِذْ تَأَذَّنَ رَبُّكَ لَيَبْعَثَنَّ عَلَيْهِمْ إِلَى يَوْمِ الْقِيَامَةِ مَن يَسُومُهُمْ سُوءَ الْعَذَابِ إِنَّ رَبَّكَ لَسَرِيعُ الْعِقَابِ وَإِنَّهُ لَغَفُورٌ رَّحِيمٌ
168
وَقَطَّعْنَاهُمْ فِي الْأَرْضِ أُمَمًا مِّنْهُمُ الصَّالِحُونَ وَمِنْهُمْ دُونَ ذَلِكَ وَبَلَوْنَاهُم بِالْحَسَنَاتِ وَالسَّيِّئَاتِ لَعَلَّهُمْ يَرْجِعُونَ
169
فَخَلَفَ مِن بَعْدِهِمْ خَلْفٌ وَرِثُوا الْكِتَابَ يَأْخُذُونَ عَرَضَ هَذَا الْأَدْنَى وَيَقُولُونَ سَيُغْفَرُ لَنَا وَإِن يَأْتِهِمْ عَرَضٌ مِّثْلُهُ يَأْخُذُوهُ أَلَمْ يُؤْخَذْ عَلَيْهِم مِّيثَاقُ الْكِتَابِ أَن لَّا يَقُولُوا عَلَى اللَّهِ إِلَّا الْحَقَّ وَدَرَسُوا مَا فِيهِ وَالدَّارُ الْآخِرَةُ خَيْرٌ لِّلَّذِينَ يَتَّقُونَ أَفَلَا تَعْقِلُونَ
170
وَالَّذِينَ يُمَسِّكُونَ بِالْكِتَابِ وَأَقَامُوا الصَّلَاةَ إِنَّا لَا نُضِيعُ أَجْرَ الْمُصْلِحِينَ
171
وَإِذْ نَتَقْنَا الْجَبَلَ فَوْقَهُمْ كَأَنَّهُ ظُلَّةٌ وَظَنُّوا أَنَّهُ وَاقِعٌ بِهِمْ خُذُوا مَا آتَيْنَاكُم بِقُوَّةٍ وَاذْكُرُوا مَا فِيهِ لَعَلَّكُمْ تَتَّقُونَ
172
وَإِذْ أَخَذَ رَبُّكَ مِن بَنِي آدَمَ مِن ظُهُورِهِمْ ذُرِّيَّتَهُمْ وَأَشْهَدَهُمْ عَلَى أَنفُسِهِمْ أَلَسْتُ بِرَبِّكُمْ قَالُوا بَلَى شَهِدْنَا أَن تَقُولُوا يَوْمَ الْقِيَامَةِ إِنَّا كُنَّا عَنْ هَذَا غَافِلِينَ
173
أَوْ تَقُولُوا إِنَّمَا أَشْرَكَ آبَاؤُنَا مِن قَبْلُ وَكُنَّا ذُرِّيَّةً مِّن بَعْدِهِمْ أَفَتُهْلِكُنَا بِمَا فَعَلَ الْمُبْطِلُونَ
174
وَكَذَلِكَ نُفَصِّلُ الْآيَاتِ وَلَعَلَّهُمْ يَرْجِعُونَ
175
وَاتْلُ عَلَيْهِمْ نَبَأَ الَّذِي آتَيْنَاهُ آيَاتِنَا فَانسَلَخَ مِنْهَا فَأَتْبَعَهُ الشَّيْطَانُ فَكَانَ مِنَ الْغَاوِينَ
176
وَلَوْ شِئْنَا لَرَفَعْنَاهُ بِهَا وَلَكِنَّهُ أَخْلَدَ إِلَى الْأَرْضِ وَاتَّبَعَ هَوَاهُ فَمَثَلُهُ كَمَثَلِ الْكَلْبِ إِن تَحْمِلْ عَلَيْهِ يَلْهَثْ أَوْ تَتْرُكْهُ يَلْهَث ذَّلِكَ مَثَلُ الْقَوْمِ الَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا فَاقْصُصِ الْقَصَصَ لَعَلَّهُمْ يَتَفَكَّرُونَ
177
سَاءَ مَثَلًا الْقَوْمُ الَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا وَأَنفُسَهُمْ كَانُوا يَظْلِمُونَ
178
مَن يَهْدِ اللَّهُ فَهُوَ الْمُهْتَدِي وَمَن يُضْلِلْ فَأُولَئِكَ هُمُ الْخَاسِرُونَ
179
وَلَقَدْ ذَرَأْنَا لِجَهَنَّمَ كَثِيرًا مِّنَ الْجِنِّ وَالْإِنسِ لَهُمْ قُلُوبٌ لَّا يَفْقَهُونَ بِهَا وَلَهُمْ أَعْيُنٌ لَّا يُبْصِرُونَ بِهَا وَلَهُمْ آذَانٌ لَّا يَسْمَعُونَ بِهَا أُولَئِكَ كَالْأَنْعَامِ بَلْ هُمْ أَضَلُّ أُولَئِكَ هُمُ الْغَافِلُونَ
180
وَلِلَّهِ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى فَادْعُوهُ بِهَا وَذَرُوا الَّذِينَ يُلْحِدُونَ فِي أَسْمَائِهِ سَيُجْزَوْنَ مَا كَانُوا يَعْمَلُونَ
181
وَمِمَّنْ خَلَقْنَا أُمَّةٌ يَهْدُونَ بِالْحَقِّ وَبِهِ يَعْدِلُونَ
182
وَالَّذِينَ كَذَّبُوا بِآيَاتِنَا سَنَسْتَدْرِجُهُم مِّنْ حَيْثُ لَا يَعْلَمُونَ
183
وَأُمْلِي لَهُمْ إِنَّ كَيْدِي مَتِينٌ
184
أَوَلَمْ يَتَفَكَّرُوا مَا بِصَاحِبِهِم مِّن جِنَّةٍ إِنْ هُوَ إِلَّا نَذِيرٌ مُّبِينٌ
185
أَوَلَمْ يَنظُرُوا فِي مَلَكُوتِ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَمَا خَلَقَ اللَّهُ مِن شَيْءٍ وَأَنْ عَسَى أَن يَكُونَ قَدِ اقْتَرَبَ أَجَلُهُمْ فَبِأَيِّ حَدِيثٍ بَعْدَهُ يُؤْمِنُونَ
186
مَن يُضْلِلِ اللَّهُ فَلَا هَادِيَ لَهُ وَيَذَرُهُمْ فِي طُغْيَانِهِمْ يَعْمَهُونَ
187
يَسْأَلُونَكَ عَنِ السَّاعَةِ أَيَّانَ مُرْسَاهَا قُلْ إِنَّمَا عِلْمُهَا عِندَ رَبِّي لَا يُجَلِّيهَا لِوَقْتِهَا إِلَّا هُوَ ثَقُلَتْ فِي السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ لَا تَأْتِيكُمْ إِلَّا بَغْتَةً يَسْأَلُونَكَ كَأَنَّكَ حَفِيٌّ عَنْهَا قُلْ إِنَّمَا عِلْمُهَا عِندَ اللَّهِ وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ
188
قُل لَّا أَمْلِكُ لِنَفْسِي نَفْعًا وَلَا ضَرًّا إِلَّا مَا شَاءَ اللَّهُ وَلَوْ كُنتُ أَعْلَمُ الْغَيْبَ لَاسْتَكْثَرْتُ مِنَ الْخَيْرِ وَمَا مَسَّنِيَ السُّوءُ إِنْ أَنَا إِلَّا نَذِيرٌ وَبَشِيرٌ لِّقَوْمٍ يُؤْمِنُونَ
189
هُوَ الَّذِي خَلَقَكُم مِّن نَّفْسٍ وَاحِدَةٍ وَجَعَلَ مِنْهَا زَوْجَهَا لِيَسْكُنَ إِلَيْهَا فَلَمَّا تَغَشَّاهَا حَمَلَتْ حَمْلًا خَفِيفًا فَمَرَّتْ بِهِ فَلَمَّا أَثْقَلَت دَّعَوَا اللَّهَ رَبَّهُمَا لَئِنْ آتَيْتَنَا صَالِحًا لَّنَكُونَنَّ مِنَ الشَّاكِرِينَ
190
فَلَمَّا آتَاهُمَا صَالِحًا جَعَلَا لَهُ شُرَكَاءَ فِيمَا آتَاهُمَا فَتَعَالَى اللَّهُ عَمَّا يُشْرِكُونَ
191
أَيُشْرِكُونَ مَا لَا يَخْلُقُ شَيْئًا وَهُمْ يُخْلَقُونَ
192
وَلَا يَسْتَطِيعُونَ لَهُمْ نَصْرًا وَلَا أَنفُسَهُمْ يَنصُرُونَ
193
وَإِن تَدْعُوهُمْ إِلَى الْهُدَى لَا يَتَّبِعُوكُمْ سَوَاءٌ عَلَيْكُمْ أَدَعَوْتُمُوهُمْ أَمْ أَنتُمْ صَامِتُونَ
194
إِنَّ الَّذِينَ تَدْعُونَ مِن دُونِ اللَّهِ عِبَادٌ أَمْثَالُكُمْ فَادْعُوهُمْ فَلْيَسْتَجِيبُوا لَكُمْ إِن كُنتُمْ صَادِقِينَ
195
أَلَهُمْ أَرْجُلٌ يَمْشُونَ بِهَا أَمْ لَهُمْ أَيْدٍ يَبْطِشُونَ بِهَا أَمْ لَهُمْ أَعْيُنٌ يُبْصِرُونَ بِهَا أَمْ لَهُمْ آذَانٌ يَسْمَعُونَ بِهَا قُلِ ادْعُوا شُرَكَاءَكُمْ ثُمَّ كِيدُونِ فَلَا تُنظِرُونِ
196
إِنَّ وَلِيِّيَ اللَّهُ الَّذِي نَزَّلَ الْكِتَابَ وَهُوَ يَتَوَلَّى الصَّالِحِينَ
197
وَالَّذِينَ تَدْعُونَ مِن دُونِهِ لَا يَسْتَطِيعُونَ نَصْرَكُمْ وَلَا أَنفُسَهُمْ يَنصُرُونَ
198
وَإِن تَدْعُوهُمْ إِلَى الْهُدَى لَا يَسْمَعُوا وَتَرَاهُمْ يَنظُرُونَ إِلَيْكَ وَهُمْ لَا يُبْصِرُونَ
199
خُذِ الْعَفْوَ وَأْمُرْ بِالْعُرْفِ وَأَعْرِضْ عَنِ الْجَاهِلِينَ
200
وَإِمَّا يَنزَغَنَّكَ مِنَ الشَّيْطَانِ نَزْغٌ فَاسْتَعِذْ بِاللَّهِ إِنَّهُ سَمِيعٌ عَلِيمٌ
201
إِنَّ الَّذِينَ اتَّقَوْا إِذَا مَسَّهُمْ طَائِفٌ مِّنَ الشَّيْطَانِ تَذَكَّرُوا فَإِذَا هُم مُّبْصِرُونَ
202
وَإِخْوَانُهُمْ يَمُدُّونَهُمْ فِي الْغَيِّ ثُمَّ لَا يُقْصِرُونَ
203
وَإِذَا لَمْ تَأْتِهِم بِآيَةٍ قَالُوا لَوْلَا اجْتَبَيْتَهَا قُلْ إِنَّمَا أَتَّبِعُ مَا يُوحَى إِلَيَّ مِن رَّبِّي هَذَا بَصَائِرُ مِن رَّبِّكُمْ وَهُدًى وَرَحْمَةٌ لِّقَوْمٍ يُؤْمِنُونَ
204
وَإِذَا قُرِئَ الْقُرْآنُ فَاسْتَمِعُوا لَهُ وَأَنصِتُوا لَعَلَّكُمْ تُرْحَمُونَ
205
وَاذْكُر رَّبَّكَ فِي نَفْسِكَ تَضَرُّعًا وَخِيفَةً وَدُونَ الْجَهْرِ مِنَ الْقَوْلِ بِالْغُدُوِّ وَالْآصَالِ وَلَا تَكُن مِّنَ الْغَافِلِينَ
206
إِنَّ الَّذِينَ عِندَ رَبِّكَ لَا يَسْتَكْبِرُونَ عَنْ عِبَادَتِهِ وَيُسَبِّحُونَهُ وَلَهُ يَسْجُدُونَ
←|→Hamidullah révisée, 2000Contexte X
Al-Araf
1
Alif, Lâm, Mîm, Sâd.
2
C’est un Livre qui t’a été descendu ; qu’il n’y ait, à son sujet, nulle gêne dans ton cœur ; afin que par cela tu avertisses, et (qu’il soit) un Rappel aux croyants.
3
Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d’autres alliés que Lui. Mais vous vous souvenez peu.
4
Que de cités Nous avons détruites ! Or, Notre rigueur les atteignit au cours du repos nocturne ou durant leur sieste.
5
Leur invocation, lorsque leur survint notre rigueur, se limita à ces paroles : « Certes nous étions injustes ».
6
Nous interrogerons ceux vers qui furent envoyés des messagers et Nous interrogerons aussi les envoyés.
7
Nous leur raconterons en toute connaissance (ce qu’ils faisaient) car Nous n’étions pas absent !
8
Et la pesée, ce jour-là, sera équitable. Donc, celui dont les bonnes actions pèseront lourd... voilà ceux qui réussiront !
9
Et quant à celui dont les bonnes actions pèseront léger... voilà ceux qui auront causé la perte de leurs âmes parce qu’ils étaient injustes envers Nos enseignements.
10
Certes, Nous vous avons donné du pouvoir sur terre et Nous vous y avons assigné subsistance. (Mais) vous êtes très peu reconnaissants !
11
Nous vous avons créés, puis Nous vous avons donné une forme, ensuite Nous avons dit aux Anges : « Prosternez-vous devant Adam. » Ils se prosternèrent, à l’exception de Iblis qui ne fut point de ceux qui se prosternèrent.
12
[Allah] dit : « Qu’est-ce qui t’empêche de te prosterner quand Je te l’ai commandé ? » Il répondit : « Je suis meilleur que lui : Tu m’as créé de feu, alors que Tu l’as créé d’argile ».
13
[Allah] dit : « Descends d’ici, Tu n’as pas à t’enfler d’orgueil ici. Sors, te voilà parmi les méprisés. »
14
« Accorde-moi un délai, dit (Satan,) jusqu’au jour où ils seront ressuscités. »
15
[Allah] dit : « Tu es de ceux à qui délai est accordé. »
16
« Puisque Tu m’as mis en erreur, dit [Satan], je m’assoirai pour eux sur Ton droit chemin,
17
puis je les assaillerai de devant, de derrière, de leur droite et de leur gauche. Et, pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants. »
18
« Sors de là », dit (Allah,) banni et rejeté. Quiconque te suit parmi eux... de vous tous, J’emplirai l’Enfer ».
19
« O Adam, habite le Paradis, toi et ton épouse ; et mangez en vous deux, à votre guise ; et n’approchez pas l’arbre que voici ; sinon, vous seriez du nombre des injustes. »
20
Puis le Diable, afin de leur rendre visible ce qui leur était caché - leurs nudités - leur chuchota, disant : « Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que pour vous empêcher de devenir des Anges ou d’être immortels ».
21
Et il leur jura : « Vraiment, je suis pour vous deux un bon conseiller ».
22
Alors il les fit tomber par tromperie. Puis, lorsqu’ils eurent goûté de l’arbre, leurs nudités leur devinrent visibles ; et ils commencèrent tous deux à y attacher des feuilles du Paradis. Et leur Seigneur les appela : « Ne vous avais-Je pas interdit cet arbre ? Et ne vous avais-Je pas dit que le Diable était pour vous un ennemi déclaré ? »
23
Tous deux dirent : « O notre Seigneur, nous avons fait du tort à nous-mêmes. Et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas miséricorde, nous serons très certainement du nombre des perdants ».
24
« Descendez, dit [Allah], vous serez ennemis les uns des autres. Et il y aura pour vous sur terre séjour et jouissance, pour un temps. »
25
« Là, dit (Allah), vous vivrez, là vous mourrez, et de là on vous fera sortir. »
26
O enfants d’Adam ! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement pour cacher vos nudités, ainsi que des parures. - Mais le vêtement de la piété voilà qui est meilleur - C’est un des signes (de la puissance) d’Allah. Afin qu’ils se rappellent.
27
O enfants d’Adam ! Que le Diable ne vous tente point, comme il a fait sortir du Paradis vos père et mère, leur arrachant leur vêtement pour leur rendre visibles leurs nudités. Il vous voit, lui et ses suppôts, d’où vous ne les voyez pas. Nous avons désigné les diables pour alliés à ceux qui ne croient point,
28
et quand ceux-ci commettent une turpitude, ils disent : « C’est une coutume léguée par nos ancêtres et prescrite par Allah. » Dis : « [Non,] Allah ne commande point la turpitude. Direz-vous contre Allah ce que vous ne savez pas ? »
29
Dis : « Mon Seigneur a commandé l’équité. Que votre prosternation soit exclusivement pour Lui. Et invoquez-Le, sincères dans votre culte. De même qu’Il vous a créés, vous retournerez à Lui ».
30
Il guide une partie, tandis qu’une autre partie a mérité l’égarement parce qu’ils ont pris, au lieu d’Allah, les diables pour alliés, et ils pensent qu’ils sont bien-guidés !
31
O enfants d’Adam, dans chaque lieu de Salât portez votre parure (vos habits). Et mangez et buvez ; et ne commettez pas d’excès, car Il [Allah] n’aime pas ceux qui commettent des excès.
32
Dis : « Qui a interdit la parure d’Allah, qu’Il a produite pour Ses serviteurs, ainsi que les bonnes nourritures ? » Dis : « Elles sont destinées à ceux qui ont la foi, dans cette vie, et exclusivement à eux au Jour de la Résurrection. » Ainsi exposons-Nous clairement les versets pour les gens qui savent.
33
Dis : « Mon Seigneur n’a interdit que les turpitudes (les grands péchés), tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l’agression sans droit et d’associer à Allah ce dont Il n’a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allah ce que vous ne savez pas ».
34
Pour chaque communauté il y a un terme. Quand leur terme vient, ils ne peuvent le retarder d’une heure et ils ne peuvent le hâter non plus.
35
O enfants d’Adam ! Si des messagers [choisis] parmi vous viennent pour vous exposer Mes signes, alors ceux qui acquièrent la piété et se réforment, n’auront aucune crainte et ne seront point affligés.
36
Et ceux qui traitent de mensonges Nos signes et s’en écartent avec orgueil, sont les gens du Feu et ils y demeureront éternellement.
37
Quel pire injuste, que celui qui invente un mensonge contre Allah, ou qui traite de mensonges Ses signes ? Ceux là auront la part qui leur a été prescrite ; jusqu’au moment où Nos Envoyés [Nos Anges] viennent à eux pour leur enlever l’âme, en leur disant : « Où sont ceux que vous invoquiez en dehors d’Allah ? » - Ils répondront : « Nous ne les trouvons plus ». Et ils témoigneront contre eux-mêmes qu’ils étaient mécréants.
38
« Entrez dans le Feu », dira [Allah,] « parmi les djinns et les hommes des communautés qui vous ont précédés. » Chaque fois qu’une communauté entrera, elle maudira celle qui l’aura précédée. Puis, lorsque tous s’y retrouveront, la dernière fournée dira de la première : « O notre Seigneur ! Voilà ceux qui nous ont égarés : donne-leur donc double châtiment du feu. » Il dira : « A chacun le double, mais vous ne savez pas ».
39
Et la première fournée dira à la dernière : « Mais vous n’avez sur nous aucun avantage. Goûtez donc au châtiment, pour ce que vous avez acquis ».
40
Pour ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements et qui s’en écartent par orgueil, les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n’entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l’aiguille. Ainsi rétribuons-Nous les criminels.
41
L’Enfer leur servira de lit et, comme couverture, ils auront des voiles de ténèbres. Ainsi rétribuons-Nous les injustes.
42
Et ceux qui croient et font de bonnes œuvres - Nous n’imposons aucune charge à personne que selon sa capacité - ceux-là seront les gens du Paradis : ils y demeureront éternellement.
43
Et Nous enlèverons toute la rancune de leurs poitrines, sous eux couleront les ruisseaux, et ils diront : « Louange à Allah qui nous a guidés à ceci. Nous n’aurions pas été guidés, si Allah ne nous avait pas guidés. Les messagers de notre Seigneur sont venus avec la vérité. » Et on leur proclamera : « Voilà le Paradis qui vous a été donné en héritage pour ce que vous faisiez ».
44
Les gens du Paradis crieront aux gens du Feu : « Certes, nous avons trouvé vrai ce que notre Seigneur nous avait promis. Avez-vous aussi trouvé vrai ce que votre Seigneur avait promis ? » « Oui », diront-ils. Un héraut annoncera alors au milieu d’eux : Que la malédiction d’Allah soit sur les injustes,
45
qui obstruaient le sentier d’Allah, qui voulaient le rendre tortueux, et qui ne croyaient pas à l’au-delà. »
46
Et entre les deux, il y aura un mur, et, sur al-A’râf seront des gens qui reconnaîtront tout le monde par leurs traits caractéristiques. Et ils crieront aux gens du Paradis : « Paix sur vous ! » Ils n’y sont pas entrés bien qu’ils le souhaitent.
47
Et quand leurs regards seront tournés vers les gens du Feu, ils diront ; « O notre Seigneur ! Ne nous mets pas avec le peuple injuste ».
48
Et les gens d’al-A’râf, appelant certains hommes qu’ils reconnaîtront par leurs traits caractéristiques, diront : « Vous n’avez tiré aucun profit de tout ce que vous aviez amassé et de l’orgueil dont vous étiez enflés !
49
Est-ce donc ceux-là au sujet desquels vous juriez qu’ils n’obtiendront de la part d’Allah aucune miséricorde... ? - Entrez au Paradis ! Vous serez à l’abri de toute crainte et vous ne serez point affligés.
50
Et les gens du Feu crieront aux gens du Paradis : « Déversez sur nous de l’eau, ou de ce qu’Allah vous a attribué. » « Ils répondront : Allah les a interdits aux mécréants ».
51
Ceux-ci prenaient leur religion comme distraction et jeu, et la vie d’ici-bas les trompait. Aujourd’hui, Nous les oublierons comme ils ont oublié la rencontre de leur jour que voici, et parce qu’ils reniaient Nos enseignements.
52
Nous leur avons, certes, apporté un Livre que Nous avons détaillé, en toute connaissance, à titre de guide et de miséricorde pour les gens qui croient.
53
Attendent-ils uniquement la réalisation (de Sa menace et de Ses promesses ?). Le jour où sa (véritable) réalisation viendra, ceux qui auparavant l’oubliaient diront : « Les messagers de notre Seigneur sont venus avec la vérité. Y a-t-il pour nous des intercesseurs qui puissent intercéder en notre faveur ? Ou pourrons-nous être renvoyés [sur terre], afin que nous œuvrions autrement que ce que nous faisions auparavant ? » Ils ont certes créé leur propre perte ; et ce qu’ils inventaient les a délaissés.
54
Votre Seigneur, c’est Allah, qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis S’est établi « ’istawâ » sur le Trône. Il couvre le jour de la nuit qui poursuit celui-ci sans arrêt. (Il a créé) le soleil, la lune et les étoiles, soumis à Son commandement. La création et le commandement n’appartiennent qu’à Lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l’Univers !
55
Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n’aime pas les transgresseurs.
56
Et ne semez pas la corruption sur la terre après qu’elle ait été réformée. Et invoquez-Le avec crainte et espoir, car la miséricorde d’Allah est proche des bienfaisants.
57
C’est Lui qui envoie les vents comme une annonce de Sa Miséricorde. Puis, lorsqu’ils transportent une nuée lourde, Nous la dirigeons vers un pays mort [de sécheresse], puis Nous en faisons descendre l’eau, ensuite Nous en faisons sortir toutes espèces de fruits. Ainsi ferons-Nous sortir les morts. Peut-être vous rappellerez-vous.
58
Le bon pays, sa végétation pousse avec la grâce de son Seigneur ; quant au mauvais pays, (sa végétation) ne sort qu’insuffisamment et difficilement. Ainsi déployons-Nous les enseignements pour des gens reconnaissants.
59
Nous avons envoyé Noé vers son peuple. Il dit : « O mon peuple, adorez Allah. Pour vous, pas d’autre divinité que Lui. Je crains pour vous le châtiment d’un jour terrible ».
60
Les notables de son peuple dirent : « Nous te voyons dans un égarement manifeste ».
61
Il dit : « O mon peuple, il n’y a pas d’égarement en moi ; mais je suis un Messager de la part du Seigneur de l’Univers.
62
Je vous communique les messages de mon Seigneur, et je vous donne conseil sincère, et je sais d’Allah ce que vous ne savez pas.
63
Est-ce que vous vous étonnez qu’un rappel vous vienne de votre Seigneur à travers un homme issu de vous, pour qu’il vous avertisse et que vous deveniez pieux et que la miséricorde vous soit accordée ? »
64
Et ils le traitèrent de menteur. Or, Nous le sauvâmes, lui et ceux qui étaient avec lui dans l’arche, et noyâmes ceux qui traitaient de mensonges Nos miracles. C’étaient des gens aveugles, vraiment.
65
Et aux ’Aad, leur frère Hûd : « O mon peuple, dit-il, adorez Allah. Pour vous, pas d’autre divinité que Lui. Ne [Le] craignez-vous donc pas ? »
66
Les notables de son peuple qui ne croyaient pas dirent : « Certes, nous te voyons en pleine sottise, et nous pensons que tu es du nombre des menteurs ».
67
Il dit : « O mon peuple, il n’y a point de sottise en moi ; mais je suis un Messager de la part du Seigneur de l’Univers.
68
Je vous communique les messages de mon Seigneur, et je suis pour vous un conseiller digne de confiance.
69
Quoi ! Vous vous étonnez qu’un rappel vous vienne de votre Seigneur à travers un homme issu de vous, pour qu’il vous avertisse ? Et rappelez-vous quand Il vous a fait succéder au peuple de Noé, et qu’Il accrut votre corps en hauteur (et puissance). Eh bien, rappelez-vous les bienfaits d’Allah afin que vous réussissiez.
70
Ils dirent : « Es-tu venu à nous pour que nous adorions Allah seul, et que nous délaissions ce que nos ancêtres adoraient ? Fais donc venir ce dont tu nous menaces, si tu es du nombre des véridiques ».
71
Il dit : « Vous voilà, frappés de la part de votre Seigneur d’un supplice et d’une colère. Allez vous vous disputer avec moi au sujet de noms que vous et vos ancêtres avez donnés, sans qu’Allah n’y fasse descendre la moindre preuve ? Attendez donc ! Moi aussi j’attends avec vous.
72
Or, Nous l’avons sauvé, (lui) et ceux qui étaient avec lui par miséricorde, de Notre part, et Nous avons exterminé ceux qui traitaient de mensonges Nos enseignements et qui n’étaient pas croyants.
73
Et aux Thamûd, leur frère Sâlih : « O mon peuple, dit-il, adorez Allah. Pour vous, pas d’autre divinité que Lui. Certes, une preuve vous est venue de votre Seigneur : voici la chamelle d’Allah, un signe pour vous. Laissez-la donc manger sur la terre d’Allah et ne lui faites aucun mal ; sinon un châtiment douloureux vous saisira.
74
Et rappelez-vous quand Il vous fit succéder aux Aad et vous installa sur la terre. Vous avez édifié des palais dans ses plaines, et taillé en maisons les montagnes. Rappelez-vous donc les bienfaits d’Allah et ne répandez pas la corruption sur la terre « comme des fauteurs de trouble ».
75
Les notables de son peuple qui s’enflaient d’orgueil dirent aux opprimés, à ceux d’entre eux qui avaient la foi : « Savez-vous si Sâlih est envoyé de la part de son Seigneur ? » Ils dirent : « Oui, nous sommes croyants à son message ».
76
Ceux qui s’enflaient d’orgueil dirent : « Nous, nous ne croyons certainement pas en ce que vous avez cru ».
77
Ils tuèrent la chamelle, désobéirent au commandement de leur Seigneur et dirent : « O Sâlih, fais nous venir ce dont tu nous menaces, si tu es du nombre des Envoyés ».
78
Le cataclysme les saisit ; et les voilà étendus gisant dans leurs demeures.
79
Alors il se détourna d’eux et dit : « O mon peuple, je vous avais communiqué le message de mon Seigneur et vous avais conseillé sincèrement. Mais vous n’aimez pas les conseillers sincères ! »
80
Et Lot, quand il dit à son peuple : « Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n’a commise avant vous ?
81
Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes ! Vous êtes bien un peuple outrancier. »
82
Et pour toute réponse, son peuple ne fit que dire : « Expulsez-les de votre cité. Ce sont des gens qui veulent se garder purs ! »
83
Or, Nous l’avons sauvé, lui et sa famille, sauf sa femme qui fut parmi les exterminés.
84
Et Nous avons fait pleuvoir sur eux une pluie. Regarde donc ce que fut la fin des criminels !
85
Et aux Madyan, leur frère Chu’aïb : « O mon peuple, dit-il, adorez Allah. Pour vous, pas d’autre divinité que Lui. Une preuve vous est venue de votre Seigneur. Donnez donc la pleine mesure et le poids et ne donnez pas aux gens moins que ce qui leur est dû. Et ne commettez pas de la corruption sur la terre après sa réforme. Ce sera mieux pour vous si vous êtes croyants.
86
Et ne vous placez pas sur tout chemin, menaçant, empêchant du sentier d’Allah celui qui croit en Lui et cherchant à rendre ce sentier tortueux. Rappelez-vous quand vous étiez peu nombreux et qu’Il vous a multipliés en grand nombre. Et regardez ce qui est advenu aux fauteurs de désordre.
87
Si une partie d’entre vous a cru au message avec lequel j’ai été envoyé, et qu’une partie n’a pas cru, patientez donc jusqu’à ce qu’Allah juge parmi nous car Il est le Meilleur des juges. »
88
Les notables de son peuple qui s’enflaient d’orgueil, dirent : « Nous t’expulserons certes de notre cité, ô Chu’aïb, toi et ceux qui ont cru avec toi. Ou que vous reveniez à notre religion. » - Il dit : « Est-ce même quand cela nous répugne ? »
89
Certes, nous aurions forgé un mensonge contre Allah si nous revenions à votre religion après qu’Allah nous en a sauvés. Il ne nous appartient pas d’y retourner à moins qu’Allah notre Seigneur ne le veuille. Notre Seigneur embrasse toute chose de Sa science. C’est en Allah que nous plaçons notre confiance. O notre Seigneur, tranche par la vérité, entre nous et notre peuple car Tu es le meilleur des juges. »
90
Et les notables de son peuple qui ne croyaient pas, dirent : « Si vous suivez Chu’aïb, vous serez assurément perdants ».
91
Alors le tremblement (de terre) les saisit ; et les voilà étendus, gisant dans leurs demeures.
92
Ceux qui traitaient Chu’aïb de menteur (disparurent) comme s’ils n’y avaient jamais vécu. Ceux qui traitaient Chu’aïb de menteur furent eux les perdants.
93
Il se détourna d’eux et dit : « O mon peuple, je vous ai bien communiqué les messages de mon Seigneur et donné des conseils. Comment donc m’attristerais-je sur des gens mécréants ? »
94
Nous n’avons envoyé aucun prophète dans une cité, sans que Nous n’ayons pris ses habitants ensuite par l’adversité et la détresse afin qu’ils implorent (le pardon).
95
Puis Nous avons changé leur mauvaise condition en y substituant le bien, au point qu’ayant grandi en nombre et en richesse, ils dirent : « La détresse et l’aisance ont touché nos ancêtres aussi. » Eh bien, Nous les avons saisis soudain, sans qu’ils s’en rendent compte.
96
Si les habitants des cités avaient cru et avaient été pieux, Nous leur aurions certainement accordé des bénédictions du ciel et de la terre. Mais ils ont démenti et Nous les avons donc saisis, pour ce qu’ils avaient acquis.
97
Les gens des cités sont-ils sûrs que Notre châtiment rigoureux ne les atteindra pas la nuit, pendant qu’ils sont endormis ?
98
Les gens des cités sont-ils sûrs que Notre châtiment rigoureux ne les atteindra pas le jour, pendant qu’ils s’amusent ?
99
Sont-ils à l’abri du stratagème d’Allah ? Seuls les gens perdus se sentent à l’abri du stratagème d’Allah.
100
N’est-il pas prouvé à ceux qui reçoivent la terre en héritage des peuples précédents que, si Nous voulions, Nous les frapperions pour leurs péchés et scellerions leurs cœurs, et ils n’entendraient plus rien ?
101
Voilà les cités dont Nous te racontons certaines de leurs nouvelles. [A ceux-là,] en vérité, leurs messagers leur avaient apporté les preuves, mais ils n’étaient pas prêts à accepter ce qu’auparavant ils avaient traité de mensonge. C’est ainsi qu’Allah scelle les cœurs des mécréants.
102
Et Nous n’avons trouvé chez la plupart d’entre eux aucun respect de l’engagement ; mais Nous avons trouvé la plupart d’entre eux pervers.
103
Puis, après [ces messagers,] Nous avons envoyé Moïse avec Nos miracles vers Pharaon et ses notables. Mais ils se montrèrent injustes envers Nos signes. Considère donc quelle fut la fin des corrupteurs.
104
Et Moïse dit : « O Pharaon, je suis un Messager de la part du Seigneur de l’Univers,
105
je ne dois dire sur Allah que la vérité. Je suis venu à vous avec une preuve de la part de votre Seigneur. Laisse donc partir avec moi les Enfants d’Israël. »
106
« Si tu es venu avec un miracle, dit (Pharaon,) apporte-le donc, si tu es du nombre des véridiques. »
107
Il jeta son bâton et voilà que c’était un serpent évident.
108
Et il sortit sa main et voilà qu’elle était blanche (éclatante), pour ceux qui regardaient.
109
Les notables du peuple de Pharaon dirent : « Voilà, certes, un magicien chevronné.
110
Il veut vous expulser de votre pays. » - « Alors, que commandez-vous ? »
111
Ils dirent : « Fais-le attendre, lui et son frère, et envoie des rassembleurs dans les villes,
112
qui t’amèneront tout magicien averti.
113
Et les magiciens vinrent à Pharaon en disant : « Y aura-t-il vraiment une récompense pour nous, si nous sommes les vainqueurs ? »
114
Il dit : « Oui, et vous serez certainement du nombre de mes rapprochés ».
115
Ils dirent : « O Moïse, ou bien tu jetteras (le premier), ou bien nous serons les premiers à jeter ».
116
« Jetez » dit-il. Puis lorsqu’ils eurent jeté, ils ensorcelèrent les yeux des gens et les épouvantèrent, et vinrent avec une puissante magie.
117
Et Nous révélâmes à Moïse : « Jette ton bâton ». Et voilà que celui-ci se mit à engloutir ce qu’ils avaient fabriqué.
118
Ainsi la vérité se manifesta et ce qu’ils firent fût vain.
119
Ainsi ils furent battus et se trouvèrent humiliés.
120
Et les magiciens se jetèrent prosternés.
121
Ils dirent : « Nous croyons au Seigneur de l’Univers,
122
au Seigneur de Moïse et d’Aaron. »
123
« Y avez-vous cru avant que je ne vous (le) permette ? dit Pharaon. C’est bien un stratagème que vous avez manigancé dans la ville, afin d’en faire partir ses habitants. Vous saurez bientôt...
124
Je vais vous couper la main et la jambe opposées, et puis, je vous crucifierai tous. »
125
Ils dirent : « En vérité, c’est vers notre Seigneur que nous retournerons.
126
Tu ne te venges de nous que parce que nous avons cru aux preuves de notre Seigneur, lorsqu’elles nous sont venues. O notre Seigneur ! Déverse sur nous l’endurance et fais nous mourir entièrement soumis. »
127
Et les notables du peuple de Pharaon dirent : « Laisseras-tu Moïse et son peuple commettre du désordre sur la terre, et lui-même te délaisser, toi et tes divinités ? » Il dit : « Nous allons massacrer leurs fils et laisser vivre leurs femmes. Nous aurons le dessus sur eux et les dominerons. »
128
Moïse dit à son peuple : « Demandez aide auprès d’Allah et soyez patients, car la terre appartient à Allah. Il en fait héritier qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et la fin (heureuse) sera aux pieux ».
129
Ils dirent : « Nous avons été persécutés avant que tu ne viennes à nous, et après ton arrivée. » Il dit : « Il se peut que votre Seigneur détruise votre ennemi et vous donne la lieutenance sur terre, et Il verra ensuite comment vous agirez ».
130
Nous avons éprouvé les gens de Pharaon par des années de disette et par une diminution des fruits afin qu’ils se rappellent.
131
Et quand le bien-être leur vint, ils dirent : « Cela nous est dû » et si un mal les atteignait, ils voyaient en Moïse et ceux qui étaient avec lui un mauvais augure. En vérité leur sort dépend uniquement d’Allah ? Mais la plupart d’entre eux ne savent pas.
132
Et ils dirent : « Quel que soit le miracle que tu nous apportes pour nous fasciner, nous ne croirons pas en toi ».
133
Et Nous avons alors envoyé sur eux l’inondation, les sauterelles, les poux (ou la calandre), les grenouilles et le sang, comme signes explicites. Mais ils s’enflèrent d’orgueil et demeurèrent un peuple criminel.
134
Et quand le châtiment les frappa, ils dirent : « O Moïse, invoque pour nous ton Seigneur en vertu de l’engagement qu’Il t’a donné. Si tu éloignes de nous le châtiment, nous croirons certes en toi et laisserons partir avec toi les enfants d’Israël ».
135
Et quand Nous eûmes éloigné d’eux le châtiment jusqu’au terme fixé qu’ils devaient atteindre, voilà qu’ils violèrent l’engagement.
136
Alors Nous Nous sommes vengés d’eux ; Nous les avons noyés dans les flots, parce qu’ils traitaient de mensonges Nos signes et n’y prêtaient aucune attention.
137
Et les gens qui étaient opprimés, Nous les avons fait hériter les contrées orientales et occidentales de la terre que Nous avons bénies. Et la très belle promesse de ton Seigneur sur les enfants d’Israël s’accomplit pour prix de leur endurance. Et Nous avons détruit ce que faisaient Pharaon et son peuple, ainsi que ce qu’ils construisaient.
138
Et Nous avons fait traverser la Mer aux Enfants d’Israël. Ils passèrent auprès d’un peuple attaché à ses idoles et dirent : « O Moïse, désigne-nous une divinité semblable à leurs dieux. » Il dit : « Vous êtes certes des gens ignorants.
139
Le culte, auquel ceux-là s’adonnent, est caduc ; et tout ce qu’ils font est nul et sans valeur. »
140
Il dit : « Chercherai-je pour vous une autre divinité qu’Allah, alors que c’est Lui qui vous a préférés à toutes les créatures [de leur époque] ? »
141
(Rappelez-vous) le moment où Nous vous sauvâmes des gens de Pharaon qui vous infligeaient le pire châtiment. Ils massacraient vos fils et laissaient vivre vos femmes. C’était là une terrible épreuve de la part de votre Seigneur.
142
Et Nous donnâmes à Moïse rendez-vous pendant trente nuits, et Nous les complétâmes par dix, de sorte que le temps fixé par son Seigneur se termina au bout de quarante nuits. Et Moïse dit à Aaron son frère : « Remplace-moi auprès de mon peuple, et agis en bien, et ne suis pas le sentier des corrupteurs ».
143
Et lorsque Moïse vint à Notre rendez-vous et que son Seigneur lui eut parlé, il dit : « O mon Seigneur, montre Toi à moi pour que je Te voie ! » Il dit : « Tu ne Me verras pas ; mais regarde le Mont : s’il tient en sa place, alors tu Me verras. » Mais lorsque son Seigneur Se manifesta au Mont, Il le pulvérisa, et Moïse s’effondra foudroyé. Lorsqu’il se fut remis, il dit : « Gloire à Toi ! A Toi je me repens ; et je suis le premier des croyants ».
144
Et (Allah) dit : « O Moïse, Je t’ai préféré à tous les hommes, par Mes messages et par Ma parole. Prends donc ce que Je te donne, et sois du nombre des reconnaissants ».
145
Et Nous écrivîmes pour lui, sur les tablettes, une exhortation concernant toute chose, et un exposé détaillé de toute chose. « Prends-les donc fermement et commande à ton peuple d’en adopter le meilleur. Bientôt Je vous ferai voir la demeure des pervers.
146
J’écarterai de Mes signes ceux qui, sans raison, s’enflent d’orgueil sur terre. Même s’ils voyaient tous les miracles, ils n’y croiraient pas. Et s’ils voient le bon sentier, ils ne le prennent pas comme sentier. Mais s’ils voient le sentier de l’erreur, ils le prennent comme sentier. C’est qu’en vérité ils traitent de mensonges Nos preuves et ils ne leur accordaient aucune attention.
147
Et ceux qui traitent de mensonges Nos preuves ainsi que la rencontre de l’au-delà, leurs œuvres sont vaines. Seraient-ils rétribués autrement que selon leurs œuvres ? »
148
Et le peuple de Moïse adopta après lui un veau, fait de leurs parures : un corps qui semblait mugir. N’ont-ils pas vu qu’il ne leur parlait point et qu’il ne les guidait sur aucun chemin ? Ils l’adoptèrent [comme divinité], et ils étaient des injustes.
149
Et quand ils éprouvèrent des regrets, et qu’ils virent qu’ils étaient bel et bien égarés, ils dirent : « Si notre Seigneur ne nous fait pas miséricorde et ne nous pardonne pas, nous serons très certainement du nombre des perdants ».
150
Et lorsque Moïse retourna à son peuple, fâché, attristé, il dit : « Vous avez très mal agi pendant mon absence ! Avez-vous voulu hâter le commandement de votre Seigneur ? » Il jeta les tablettes et prit la tête de son frère, en la tirant à lui : « O fils de ma mère, dit (Aaron), le peuple m’a traité en faible, et peu s’en est fallu qu’ils ne me tuent. Ne fais donc pas que les ennemis se réjouissent à mes dépens, et ne m’assigne pas la compagnie des gens injustes ».
151
Et (Moïse) dit : « O mon Seigneur, pardonne à moi et à mon frère et fais-nous entrer en Ta miséricorde, car Tu es Le plus Miséricordieux des miséricordieux ».
152
Ceux qui prenaient le veau (comme divinité), bientôt tombera sur eux de la part de leur Seigneur, une colère, et un avilissement dans la vie présente. Ainsi, Nous rétribuons les inventeurs (d’idoles).
153
Ceux qui ont fait de mauvaises actions et qui ensuite se sont repentis et ont cru... ton Seigneur, après cela est sûrement Pardonneur et Miséricordieux.
154
Et quand la colère de Moïse se fut calmée, il prit les tablettes. Il y avait dans leur texte guide et miséricorde à l’intention de ceux qui craignent leur Seigneur.
155
Et Moïse choisit de son peuple soixante-dix hommes pour un rendez-vous avec Nous. Puis lorsqu’ils furent saisis par le tremblement (de terre), il dit : « Mon Seigneur, si Tu avais voulu, Tu les aurais détruits avant, et moi avec. Vas-Tu nous détruire pour ce que des sots d’entre nous ont fait ? Ce n’est là qu’une épreuve de Toi, par laquelle Tu égares qui Tu veux, et guides qui Tu veux. Tu es notre Maître. Pardonne-nous et fais-nous miséricorde, car Tu es le Meilleur des pardonneurs.
156
Et prescris pour nous le bien ici-bas ainsi que dans l’au-delà. Nous voilà revenus vers Toi, repentis. » Et (Allah) dit : « Je ferai que Mon châtiment atteigne qui Je veux. Et Ma miséricorde embrasse toute chose. Je la prescrirai à ceux qui (Me) craignent, acquittent la Zakât, et ont foi en Nos signes,
157
Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants.
158
Dis : « O hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d’Allah, à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Allah, en Son messager, le Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés ».
159
Parmi le peuple de Moïse, il est une communauté qui guide (les autres) avec la vérité, et qui, par là, exerce la justice.
160
Nous les répartîmes en douze tribus, (en douze) communautés. Et Nous révélâmes à Moïse, lorsque son peuple lui demanda de l’eau : « Frappe le rocher avec ton bâton. » Et voilà qu’en jaillirent douze sources. Chaque tribu sut son abreuvoir. Nous les couvrîmes de l’ombre du nuage, et fîmes descendre sur eux la manne et les cailles : « Mangez des bonnes choses que Nous vous avons attribuées. » Et ce n’est pas à Nous qu’ils ont fait du tort, mais c’est à eux-mêmes qu’ils en faisaient.
161
Et lorsqu’il leur fut dit : « Habitez cette cité et mangez [de ses produits] à votre guise, mais dites : rémission [à nos péchés] et entrez par la porte en vous prosternant. Nous vous pardonnerons vos fautes ; et aux bienfaisants (d’entre vous,) Nous accorderons davantage ».
162
Puis, les injustes parmi eux changèrent en une autre, la parole qui leur était dite. Alors, Nous envoyâmes du ciel un châtiment sur eux, pour le méfait qu’ils avaient commis.
163
Et interroge-les au sujet de la cité qui donnait sur la mer, lorsqu’on y transgressait le Sabbat ! Que leurs poissons venaient à eux faisant surface, au jour de leur Sabbat, et ne venaient pas à eux le jour où ce n’était pas Sabbat ! Ainsi les éprouvions-Nous pour la perversité qu’ils commettaient.
164
Et quand parmi eux une communauté dit : « Pourquoi exhortez-vous un peuple qu’Allah va anéantir ou châtier d’un châtiment sévère ? » Ils répondirent : « Pour dégager notre responsabilité vis-à-vis de votre Seigneur ; et que peut-être ils deviendront pieux ! »
165
Puis, lorsqu’ils oublièrent ce qu’on leur avait rappelé, Nous sauvâmes ceux qui (leur) avaient interdit le mal et saisîmes par un châtiment rigoureux les injustes pour leurs actes pervers.
166
Puis, lorsqu’ils refusèrent (par orgueil) d’abandonner ce qui leur avait été interdit, Nous leur dîmes : « Soyez des singes abjects ».
167
Et lorsque ton Seigneur annonça qu’Il enverra certes contre eux quelqu’un qui leur imposera le pire châtiment jusqu’au Jour de la Résurrection. En vérité ton Seigneur est prompt à punir mais Il est aussi Pardonneur et Miséricordieux.
168
Et Nous les avons répartis en communautés sur la terre. Il y a parmi eux des gens de bien, mais il y en a qui le sont moins. Nous les avons éprouvés par des biens et par des maux, peut-être reviendraient-ils (au droit chemin).
169
Puis les suivirent des successeurs qui héritèrent le Livre, mais qui préférèrent ce qu’offre la vie d’ici-bas en disant : « Nous aurons le pardon. » Et si des choses semblables s’offrent à eux, ils les acceptent. N’avait-on pas pris d’eux l’engagement du Livre, qu’ils ne diraient sur Allah que la vérité ? Ils avaient pourtant étudié ce qui s’y trouve. Et l’ultime demeure est meilleure pour ceux qui pratiquent la piété, - Ne comprendrez-vous donc pas ? -
170
Et ceux qui se conforment au Livre et accomplissent laSalât, [en vérité], Nous ne laissons pas perdre la récompense de ceux qui s’amendent.
171
Et lorsque Nous avons brandi au-dessus d’eux le Mont, comme si c’eût été une ombrelle. Ils pensaient qu’il allait tomber sur eux. « Tenez fermement à ce que Nous vous donnons et rappelez-vous son contenu. Peut-être craindrez vous Allah ».
172
Et quand ton Seigneur tira une descendance des reins des fils d’Adam et les fit témoigner sur eux-mêmes : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ? » Ils répondirent : « Mais si, nous en témoignons... » - afin que vous ne disiez point, au Jour de la Résurrection : « Vraiment, nous n’y avons pas fait attention »,
173
ou que vous auriez dit (tout simplement): « Nos ancêtres autrefois donnaient des associés à Allah, et nous sommes leurs descendants, après eux. Vas-Tu nous détruire pour ce qu’ont fait les imposteurs ? »
174
Et c’est ainsi que Nous expliquons intelligemment les signes. Peut-être reviendront-ils !
175
Et raconte-leur l’histoire de celui à qui Nous avions donné Nos signes et qui s’en écarta. Le Diable, donc, l’entraîna dans sa suite et il devint ainsi du nombre des égarés.
176
Et si Nous avions voulu, Nous l’aurions élevé par ces mêmes enseignements, mais il s’inclina vers la terre et suivit sa propre passion. Il est semblable à un chien qui halète si tu l’attaques, et qui halète aussi si tu le laisses. Tel est l’exemple des gens qui traitent de mensonges Nos signes. Eh bien, raconte le récit. Peut-être réfléchiront-ils !
177
Quel mauvais exemple que ces gens qui traitent de mensonges Nos signes, cependant que c’est à eux-mêmes qu’ils font du tort.
178
Quiconque Allah guide, voilà le bien guidé. Et quiconque Il égare, voilà les perdants.
179
Nous avons destiné beaucoup de djinns et d’hommes pour l’Enfer. Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n’entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels sont les insouciants.
180
C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms et laissez ceux qui profanent Ses noms : ils seront rétribués pour ce qu’ils ont fait.
181
Parmi ceux que Nous avons créés, il y a une communauté qui guide (les autres) selon la vérité et par celle-ci exerce la justice.
182
Ceux qui traitent de mensonges Nos enseignements, Nous allons les conduire graduellement vers leur perte par des voies qu’ils ignorent.
183
Et Je leur accorderai un délai, car Mon stratagème est solide !
184
Est-ce qu’ils n’ont pas réfléchi ? Il n’y a point de folie en leur compagnon (Muhammad): il n’est qu’un avertisseur explicite !
185
N’ont-ils pas médité sur le royaume des cieux et de la terre, et toute chose qu’Allah a créée, et que leur terme est peut-être déjà proche ? En quelle parole croiront-ils après cela ?
186
Quiconque Allah égare, pas de guide pour lui. Et Il les laisse dans leur transgression confus et hésitants.
187
Ils t’interrogent sur l’Heure : « Quand arrivera-t-elle ? » Dis : « Seul mon Seigneur en a connaissance. Lui seul la manifestera en son temps. Lourde elle sera dans les cieux et (sur) la terre et elle ne viendra à vous que soudainement. » Ils t’interrogent comme si tu en étais averti. Dis : « Seul Allah en a connaissance. » Mais beaucoup de gens ne savent pas.
188
Dis : « Je ne détiens pour moi-même ni profit ni dommage, sauf ce qu’Allah veut. Et si je connaissais l’Inconnaissable, j’aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m’aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu’un avertisseur et un annonciateur ».
189
C’est Lui qui vous a créés d’un seul être dont il a tiré son épouse, pour qu’il trouve de la tranquillité auprès d’elle ; et lorsque celui-ci eut cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse, avec quoi elle se déplaçait (facilement). Puis lorsqu’elle se trouva alourdie, tous deux invoquèrent leur Seigneur : « Si Tu nous donnes un (enfant) sain, nous serons certainement du nombre des reconnaissants ».
190
Puis, lorsqu’Il leur eût donné un (enfant) sain, tous deux assignèrent à Allah des associés en ce qu’Il leur avait donné. Mais Allah est bien au-dessus des associés qu’on Lui assigne.
191
Est-ce qu’ils assignent comme associés ce qui ne crée rien et qui eux-mêmes sont créés,
192
et qui ne peuvent ni les secourir ni se secourir eux-mêmes ?
193
Si vous les appelez vers le chemin droit, ils ne vous suivront pas. Le résultat pour vous est le même, que vous les appeliez ou que vous gardiez le silence.
194
Ceux que vous invoquez en dehors d’Allah sont des serviteurs comme vous. Invoquez-les donc et qu’ils vous répondent, si vous êtes véridiques.
195
Ont-ils des jambes pour marcher ? Ont-ils de mains pour frapper ? Ont-ils des yeux pour observer ? Ont-ils des oreilles pour entendre ? Dis : « Invoquez vos associés, et puis, rusez contre moi ; et ne me donnez pas de répit.
196
Certes mon Maître, c’est Allah qui a fait descendre le Livre (le Coran). C’est Lui qui se charge (de la protection) des vertueux.
197
Et ceux que vous invoquez en dehors de Lui ne sont capables ni de vous secourir, ni de se secourir eux-mêmes. »
198
Et si tu les appelles vers le chemin droit, ils n’entendent pas. Tu les vois qui te regardent, (mais) ils ne voient pas.
199
Accepte ce qu’on t’offre de raisonnable, commande ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants.
200
Et si jamais le Diable t’incite à faire le mal, cherche refuge auprès d’Allah. Car Il entend, et sait tout.
201
Ceux qui pratiquent la piété, lorsqu’une suggestion du Diable les touche se rappellent [du châtiment d’Allah]: et les voilà devenus clairvoyants.
202
(Quant aux méchants), leurs partenaires diaboliques les enfoncent dans l’aberration, puis ils ne cessent (de s’enfoncer).
203
Quand tu ne leur apportes pas de miracle, ils disent : « Pourquoi ne l’inventes-tu pas ? » Dis : « Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé de mon Seigneur. Ces [versets coraniques] sont des preuves illuminantes venant de votre Seigneur, un guide et une grâce pour des gens qui croient.
204
Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l’oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde (d’Allah).
205
Et invoque ton Seigneur en toi-même, en humilité et crainte, à mi-voix, le matin et le soir, et ne sois pas du nombre des insouciants.
206
Ceux qui sont auprès de ton Seigneur [les anges] ne dédaignent pas de L’adorer. Ils Le glorifient et se prosternent devant Lui.
←|→Blachère, 1957Contexte X
Sourate VII.
Les ’A‛râf.
(Al-’A‛râf.)
Titre tiré du vt. 44 ; v. la note.L’exégèse considère cette sourate comme mekkoise et immédiatement postérieure à la sourate XXXVIII ; elle admet que les vt. 163 à 169/170 sont médinois. En fait, les problèmes posés par cette sourate sont des plus complexes qui soient. Nöldeke et Schwally ont proposé de diviser cet ensemble en cinq parties, mais les idées centrales retenues comme rubriques, pour chacune d’elles, ne recouvrent pas la multiplicité des thèmes qu’elles renferment. Pour plus de simplicité, on distinguera quatre séries de révélations.
1
A.L.M.S.
Note [édition originale] : Sur ces sigles, v. Introd., 144.
2
[1] [Ceci est] une Écriture qu’on a fait descendre vers toi — que nulle gêne (ḥaraj) ne soit en ta poitrine, à son égard — afin que, grâce à elle, tu avertisses et [qu’elle soit] une Édification (ḏikrā) pour les Croyants.
[Menaces aux Impies. Rétribution selon les œuvres.]
3
[2] Suivez ce que, vers vous, on a fait descendre de votre Seigneur ! Ne suivez point des patrons (’awliyâ’) en dehors de Lui ! Combien peu vous réfléchissez !
4
[3] Que de cités Nous avons fait périr sur lesquelles Notre rigueur s’est abattue de nuit ou de jour !
Note [édition originale] : De jour. Text. : alors qu’ils (= les habitants de ces cités) sont à la méridienne.
5
[4] Quand Notre rigueur s’est abattue sur les habitants de ces cités, ils n’ont pu que crier : « Nous avons été injustes ! »
Note [édition originale] : Text. : Et leur appel n’a été, quand Notre rigueur s’est abattue sur eux, que de dire etc.
6

Facsimile Image Placeholder
[5] Certes, Nous interrogerons ceux à qui il a été envoyé [des Apôtres] ! Certes, Nous interrogerons les Envoyés !
Note [édition originale] : Le verbe sa’ala paraît bien avoir ici son sens primitif, « interroger », et non celui de « demander compte ». Les commt. précisent que les Impies sont interrogés ainsi que les Prophètes pour savoir si le message divin a été ou non entendu.
7
[6] Certes, Nous leur rapporterons, en [toute] connaissance, [leurs actions], alors que Nous étions à leurs côtés.
Note [édition originale] : Alors que Nous étions à leurs côtés. Text. : alors que Nous n’étions pas absents.
8
[7] La pesée aura lieu ce jour-là. [C’est là] la vérité. Ceux dont lourdes seront les œuvres, ceux-là seront les Bienheureux,
Note [édition originale] : Autre sens possible : La pesée, ce jour-là, sera juste. Mais le sens de alḥaqqu « juste » est très discutable.
9
[8] tandis que ceux dont légères seront les œuvres, ceux-là se seront perdus eux-mêmes parce qu’ils étaient injustes envers Nos signes.
10
[9] Nous vous avons certes établis sur la terre et vous y avons donné des moyens de vivre. Combien peu vous êtes reconnaissants !
[Rébellion d’Iblis ; chute d’Adam et d’Ève. Rôle du Démon parmi les Fils d’Adam.]
11
[10] Nous vous avons certes créés, puis vous avons formés [à partir d’une seule personne], puis Nous avons dit aux Anges : « Prosternez-vous devant Adam ! » et ils se prosternèrent, sauf Iblis [qui] ne fut point parmi ceux qui se prosternèrent.
Note [édition originale] : Nous vous avons créés etc. Sans doute faut-il suppléer ici à l’ambiguïté du passage en se reportant aux divers textes où l’on a : Nous vous avons créés à partir d’une seule personne (nafs), comme dans cette même sourate vt. 189 et dans la sourate IV, 1. C’est aussi l’interprétation des commt.
12
[11] [Dieu] dit [alors] : « Qu’est-ce qui t’a empêché de te prosterner quand Je te [l’]ai ordonné ? » [Iblis] dit : « Je suis meilleur que ce que Tu as créé. Tu m’as créé de feu, alors que Tu l’as créé d’argile. »
13
[12] [Allah] dit : « Descends d’ici car tu ne saurais t’y montrer orgueilleux ! Sors ! car tu es parmi les humiliés. »
14
[13] — « Fais-moi attendre », dit [Iblis], « jusqu’au jour où l’on sera rappelé. »
15
[14] [Le Seigneur] dit : « Tu es parmi ceux à qui il est donné d’attendre. »
16
[15] [Iblis] répondit : « Par ce que Tu as mis en moi d’aberration, je me tiendrai certes, sur Ta Voie Droite, épiant les Hommes,
Note [édition originale] : Épiant les Hommes. Text. : pour eux.
17
[16] puis je les harcèlerai certes, devant eux, derrière eux, sur leur
Facsimile Image Placeholder
droite, sur leur gauche, et Tu ne trouveras point reconnaissants la plupart d’entre eux. »
18
[17] [Le Seigneur] répéta : « Sors d’ici honni, rejeté ! De ceux qui t’auront suivi, d’eux tous, J’emplirai certes la Géhenne ! »
Note [édition originale] : Le texte porte min-kum « de vous tous ».
19
[18] « O Adam !, habite ce Jardin, toi et ton épouse ! Mangez de [ses fruits], partout où vous voudrez, [mais] n’approchez point de cet Arbre-ci, sans quoi vous serez parmi les Injustes ! »
Note [édition originale] : suiv. Passage correspondant parfois textuellement à la sourate II, 32 sqq. — Mangez de [ses fruits] etc. Le texte porte kulâ min ḥayṯu ši’tumâ « mangez d’où vous voulez ». On a pensé préférable de lire kulâ min-hâ ḥayṯu etc., comme dans la sourate II, 33.
20
[19] [Mais] le Démon les induisit en tentation pour leur rendre visible leur nudité qui leur était dérobée et il dit : « Votre Seigneur ne vous interdit [de toucher aux fruits de] cet arbre que [par crainte] que vous ne soyez des Anges et ne soyez parmi les Immortels ! »
Note [édition originale] : su’ati-himâ « leur nudité ». Text. : leurs parties honteuses.
21
[20] « En vérité », leur jura-t-il [encore], « je suis pour vous un conseiller sûr. »
22
[21] [Iblis] les conduisit à leur chute, par [sa] perfidie, et [Adam et sa femme] ayant goûté [du produit] de l’Arbre, leur nudité leur apparut et ils disposèrent sur eux des feuilles [d’arbres] du Jardin. Alors leur Seigneur leur cria : « Ne vous avais-Je point interdit [d’approcher de] cet Arbre ? Ne vous avais-Je pas dit que le Démon est pour vous un ennemi déclaré ? »
23
[22] — « Seigneur ! », répondirent [Adam et son épouse], « nous nous sommes lésés nous-mêmes et si Tu ne nous pardonnes et ne nous fais miséricorde, nous serons certes parmi les Perdants. »
24
[23] [Le Seigneur] répondit : « Descendez [du Jardin] ! Les uns pour les autres vous êtes un ennemi. Vous aurez sur la terre séjour et [brève] jouissance jusqu’à un terme. »
Note [édition originale] : Les uns pour les autres etc. Ce pluriel, dans les commt., est justifié par le ait que le texte évoque l’idée des descendants d’Ève et d’Adam. ǁ Jusqu’à un terme. Text. : jusqu’à un moment.
25
[24] [Le Seigneur] dit [encore] : « Là vous vivrez et là vous mourrez et de là vous serez retirés. »
26
[25] O, Fils d’Adam ! Nous avons fait descendre sur vous un vêtement qui dérobe votre nudité ainsi que des atours. [Mais] le vêtement
Facsimile Image Placeholder
de la piété, celui-là vaut mieux. C’est là [un] des signes d’Allah. Peut-être [les Fils d’Adam] s’amenderont-ils.
Note [édition originale] : O fils d’Adam ! Cette locution revient plusieurs fois dans la présente sourate et ne se rencontre que deux ou trois fois ailleurs. Il est visible qu’elle remplace ’ayyahâ n-nâsu « ô hommes ! » d’un emploi usuel à partir de la troisième période mekkoise. Est-il permis de conclure que la locution Fils d’Adam — si usitée aujourd’hui en arabe — ne l’était point à l’époque de Mahomet et qu’elle est, en cette langue, une création coranique parallèle à l’expression biblique bèn Adam ? Ce n’est pas impossible et l’on aurait alors un nouvel indice que ce vt. et les suiv. sont une révélation de peu postérieure à l’Émigration à Médine, c.-à-d. : proche du temps où Mahomet conserve l’espoir de rallier les Juifs à sa prédication.
27
[26] O Fils d’Adam ! que le Démon ne vous tente point, de même qu’il fit sortir du Jardin votre père et votre mère [primitifs], leur arrachant leur vêtement pour leur faire voir leur nudité ! [Le Démon], lui, ainsi que sa cohorte, vous voient d’où vous ne les voyez point. Nous avons fait des Démons des patrons (’awliyâ’) pour ceux qui ne croient point.
28
[27] Quand ceux-ci commettent une turpitude, ils disent : « Nous avons trouvé nos pères commettant [cette turpitude] et Allah nous l’a ordonnée [à nous aussi]. » Réponds [-leur] : « Allah n’ordonne point la turpitude. Direz-vous contre Allah ce que vous ne savez point ? »
Note [édition originale] : fâḥišatan « une turpitude ». Selon Tab., il s’agirait de l’accomplissement, absolument nu, du rite circumambulatoire autour de la Kaaba.
29
[28] Dis[-leur] : « Mon Seigneur a ordonné l’équité. Acquittez-vous [du Culte] dans tout lieu de prière (masjid) et priez [le Seigneur], Lui vouant le Culte ! De même que vous avez été créés une première fois, vous reviendrez.
Note [édition originale] : ’aqîmû wujûha-kum « acquittez-vous [du Culte] ». Text. : dressez vos visages. Il n’est pas possible, comme le proposent les commt., de prendre l’expression ’aqîmû wujûha-kum avec le sens de « tournez vos visages vers » ; cette interprétation résulte d’un passage de la sourate II, 139, 144, où il est parlé de la direction vers laquelle l’orant doit se tourner, lors de la Prière. ǁ ‛inda kulli masjidin « dans tout lieu de prière ». C’eût été dangereusement restreindre et fausser le sens que de rendre ici le terme arabe masjid par son correspondant français « mosquée ». Les commt. ont senti la difficulté du passage et proposé trois interprétations : 1° le thème masjid équivaudrait à sujûd « prosternation », par extension « prière », et la préposition ‛inda serait temporelle « lors de » ; le sens serait donc : Acquittez-vous du Culte lors de la prière ou dans la prière. — 2° le thème masjid indiquerait ici le « moment de la prosternation » : le sens serait alors : Acquittez-vous du Culte à chaque moment [fixé] de la prosternation ; — 3° le terme masjid désignerait un sanctuaire, un lieu de dévotion ; il n’est pas douteux que seul ce sens convient ici, étant bien entendu qu’il s’agit d’un lieu sacralisé, en général, où le Croyant converti à l’Islam peut célébrer le culte d’Allah. Si cette interprétation est correcte, le passage est très important, car il montre qu’à l’époque où il est transmis à Mahomet, la Mosquée Sacrée de la Mekke n’est pas l’unique sanctuaire de la nouvelle religion, mais que la Mosquée de Médine est mise sur le même pied qu’elle.
30

Facsimile Image Placeholder
[28] [Il a mis] une fraction d’entre vous dans [la] Direction, tandis qu’une fraction devra être dans l’Égarement. Ceux-ci ont pris en effet les Démons comme patrons (’awliyâ’), en dehors d’Allah, pensant être dans la bonne direction.
Note [édition originale] : Devra être. Text. : sur eux se réalisera l’Égarement.
[Admonestation aux Hommes. Jugement Dernier et rétribution selon les œuvres.]
31
[29] O Fils d’Adam ! prenez votre parure en tout lieu de culte (masjid) ! Mangez et buvez, mais ne soyez pas excessifs ! Allah n’aime point les excessifs (musrif).
Note [édition originale] : ḫuḏû zînata-kum « prenez votre parure » etc., a été rendu textuellement. Tab., nous apprend que ce vt. vise les Pèlerins qui, à la Mekke, à l’époque du Paganisme, accomplissaient, nus, le rite circumambulatoire autour de la Kaaba. Ce texte prescrirait donc d’accomplir, vêtu, ce rite du Pèlerinage et le mot masjid équivaudrait ici, selon Tab., à al-Masjid al-ḥarâm « la Mosquée Sacrée » (= celle de la Mekke). Mais, dans cette hypothèse, on ne voit pas du tout pourquoi le texte arabe porte ‛inda kulli masjid « en tout masjid ». D’autre part si l’expression zînata-kum, comme le dit Tab., signifie libâsa-kum « vos vêtements », il ne pourrait s’agir que de vêtements d’apparat ou de fête. Or nous savons parfaitement que le vêtement du Pèlerin n’est rien moins qu’un vêtement de ce genre. Faut-il prendre le mot zîna(t) dans un sens métaphorique : vêtement sacralisé ? Nulle part la langue coranique n’autorise à le faire, car partout elle offre zîna(t) = parure (des femmes, de la terre, du monde). Il reste donc à conclure que les interprétations de Tab. sont fort peu recevables. Peut-être l’expression : Prenez votre parure etc., signifie-t-elle, tout simplement, que le Croyant ne doit pas fréquenter les lieux du culte dans une tenue négligée ou trop austère.
32
[30] Dis : « Qui donc a déclaré illicites la parure qu’Allah a produite pour Ses serviteurs ainsi que les [nourritures] excellentes [venant] de Son attribution ? » Dis : « Cela appartient à ceux qui ont cru, dans la Vie Immédiate, [et cela sera déclaré] pur au Jour de la Résurrection. » Ainsi Nous exposons intelligiblement les aya à un peuple qui sait.
33
[31] Dis [encore] : « Mon Seigneur a seulement déclaré illicites les turpitudes tant extérieures que cachées, ainsi que le péché, l’insolence par la Non-Vérité, le fait d’associer à Allah ce avec quoi Il n’a pas fait descendre de probation (sulṭân) et le fait de dire contre Allah ce que vous ne savez point.
34
[32] A chaque communauté est un terme et quand vient son terme, elle ne peut [le] reculer ni [l’]avancer d’une heure. »
35

Facsimile Image Placeholder
[33] O Fils d’Adam ! assurément viennent à vous des Apôtres [issus] de vous qui vous rapportent Mes signes. Ceux qui auront été pieux et se seront réformés (’aṣlaḥa), nulle crainte pour eux, et ils ne seront point attristés.
Note [édition originale] : ’immâ ya’tiyanna-kum « assurément viennent à vous ». On suit ici le sens qui, seul, peut s’offrir à l’esprit des commt. : Mahomet étant le dernier des Prophètes, le trait vise donc ici l’ensemble des Prophètes qui, depuis les origines, sont venus apporter la vérité aux Hommes.
36
[34] Ceux qui [, au contraire,] auront traité Nos signes de mensonges et qui, gonflés d’orgueil, [se seront détournés] d’eux, ceux-là seront les Hôtes du Feu où ils resteront, immortels.
37
[35] Qui donc est plus injuste que ceux qui ont forgé contre Allah un mensonge et traité Ses signes de mensonges ? Ceux-là auront la part [de bonheur] qui leur est destinée. [Mais] quand enfin Nos émissaires viendront à [ces Impies], les rappelant [à Nous] (tawaffā) [ces émissaires] demanderont : « Où sont [les Faux Dieux] que vous priiez en dehors d’Allah ? » [Les Impies alors] répondront : « Ils nous ont abandonnés » et [les Impies] témoigneront contre eux-mêmes de leur infidélité.
Note [édition originale] : Ceux-là auront la part. Text. : ceux-là les touchera leur part. ǁ [De bonheur]. L’addition provient des commt. et se confirme dans la suite du vt. ǁ al-kitâbi « qui leur est assignée ». Text. : de l’écriture. Ce terme doit désigner le livre du Destin. ǁ Nos émissaires = Nos Archanges. ǁ Où sont [les Faux Dieux] etc. Text. : où est ce que vous priez.
38
[36] [Allah] dira [alors] : « Entrez dans le Feu, parmi des communautés de Djinns et de Mortels qui, avant vous, ont disparu ! » Chaque fois qu’une communauté entrera [], elle maudira sa sœur. Quand enfin, elles s’y retrouveront toutes, la dernière dira de la première [entrée] : « Seigneur ! ceux-ci nous ont égarés ! Donne-leur double tourment du Feu ! » Et [le Seigneur] répondra : « A chacun le double, [mais] vous ne savez pas. »
39
[37] Et la première [communauté] expliquera à la dernière : « Il n’est pour vous nulle faveur par rapport à nous. Goûtez le Tourment en prix de ce que vous vous êtes acquis ! »
40
[38] A ceux qui auront traité Nos signes de mensonges et qui, s’écartant d’eux, se seront gonflés d’orgueil, les portes du ciel ne seront point ouvertes et ils n’entreront point dans le Jardin [avant]
Facsimile Image Placeholder
qu’un chameau pénètre dans le trou d’une aiguille. Ainsi Nous « récompensons » les Coupables.
Note [édition originale] : Les portes du ciel. L’expression est très insolite dans le Coran qui n’utilise que deux fois cette périphrase pour désigner le Paradis. ǁ [Avant] qu’un chameau pénètre dans le trou d’une aiguille. Le verbe yaliju signifie bien « pénétrer dans » et non point « passer par ». Il est évident que le trait coranique découle de l’Évangile de Matthieu, XIX, 24 : Il est plus aisé qu’un chameau passe par le trou d’une aiguille qu’il ne l’est à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.
41
[39] Ceux-ci, dans la Géhenne, auront des couches et auront, au-dessus d’eux, des couvertures [de feu]. Ainsi Nous « récompensons » les Injustes.
42
[40] Ceux qui [, au contraire,] auront cru et accompli des œuvres pies — Nous n’imposons à toute âme que sa capacité, — ceux-là seront les Hôtes du Jardin où ils seront immortels.
43
[41] Nous aurons arraché de leurs poitrines ce qui s’y trouve de haine. A leurs pieds couleront des ruisseaux. Ils diront : « Louange à Allah qui nous a dirigés ici. Nous n’aurions pas été à même de nous diriger si Allah ne nous avait pas dirigés. Certes, les Apôtres de notre Seigneur sont venus avec la Vérité. » Et il leur sera crié : « Ce Jardin vous a été donné en apanage pour prix de ce que vous faisiez [sur terre]. »
Note [édition originale] : Ici. Text. : à ceci. Un autre sens est donc possible : Louange à Allah qui nous a dirigés vers des œuvres qui nous ont conduits à cette béatitude-ci.
44
[42] Les Hôtes du Jardin diront aux Hôtes du Feu : « Nous avons trouvé vrai ce que notre Seigneur nous a promis. Trouvez-vous vrai ce que votre Seigneur vous a promis ? » — « Oui ! », répondront-ils. Alors un héraut clamera parmi eux : « La malédiction d’Allah sur les Injustes
Note [édition originale] : Ce vt. introduit un développement qui s’achève avec le vt. 49. Toutefois, comme on va le voir, l’ordre des idées du texte primitif semble avoir été troublé par l’introduction des vt. 44 et 47.
45
[43] qui écartaient, du Chemin d’Allah, qui voulaient tortueux [ce Chemin] et étaient incrédules en la [Vie] Dernière ! »
46
[44] Entre les deux est un voile et, sur les ’A‛râf, seront des hommes [les] connaissant tous par leurs marques distinctives et [ces hommes] crieront
Facsimile Image Placeholder
aux Hôtes du Jardin : « Salut sur vous ! [Les Réprouvés] n’y sont point entrés alors qu’ils [le] convoitaient ! »
Note [édition originale] : Ce vt. et les deux suiv. constituent un tout dont les obscurités ne peuvent être élucidées que si on les prend en bloc. L’expression : entre les deux = entre le Paradis et l’Enfer ǁ ḥijâbun « un voile ». C’est le seul sens qu’autorisent le Coran et l’arabe en général. Mais il gêne les commt. qui glosent par ḥâjiz « barrière » ou par sûr « muraille ». Il est toutefois hasardeux d’accepter cette dernière interprétation. ǁ ‛alā l-’A‛râfi « sur les ’A‛râf ». On a préféré ne point traduire ce mot pour ne pas en fausser le sens. Une étymologie populaire le fait dériver de ‛arafa « connaître », verbe qui, précisément, est employé aussitôt après. Mais le problème est plus complexe. Le thème ’a‛râf doit en effet être rapproché du nom sing. ‛urf « crinière », « crête du coq », « crête, élévation du sol » et enfin « frange, bordure d’un vêtement ». On peut donc se demander si ’A‛râf « frange » ne recouvre point l’idée du latin limbus « bordure d’un vêtement » et, dans la langue de l’Église « les bords du Paradis », les « Limbes ». L’exégèse islamique fournit, sur ce point, des données intéressantes. Le terme ’A‛râf y évoque la notion d’un obstacle ou d’un espace formant barrière entre le séjour des Élus et celui des Damnés. Ici, le royaume des morts nous apparaît donc divisé en trois régions, comme dans la conception chrétienne, et non plus seulement en deux, comme partout ailleurs dans le Coran. Le second point qui arrête les commt. est relatif aux occupants des ’A‛râf. Tab. fournit quatre réponses. Les « Hôtes des ’A‛râf » sont soit des Musulmans morts à la Guerre Sainte mais partis sans le consentement des leurs ; — soit de saints Docteurs ; — soit des Anges du sexe masculin ; — soit « des hommes dont les bonnes actions et les mauvaises actions se contrebalancent en sorte qu’ils ont été placés là jusqu’à ce qu’Allah décide pour eux ce qu’Il voudra et les fasse entrer au Paradis ». De ces quatre interprétations, seule la dernière s’est imposée en Islam. Il saute aux yeux qu’elle force cependant le texte coranique. Celui-ci, en effet, met simplement en scène des hommes qui, après avoir vu le châtiment des Damnés et les délices des Élus, implorent le Seigneur de leur accorder leur place au Paradis. Il convient toutefois de noter qu’elle ne dépasse point la donnée coranique qui nous montre seulement dans les ’A‛râf un lieu intermédiaire entre le Paradis et l’Enfer où quelques défunts se tiennent, incertains de leur sort final. Les ’A‛râf sont donc un lieu d’attente.
47
[45] [Puis], quand leurs regards seront dirigés vers les Hôtes du Feu, [ces hommes] crieront : « Seigneur ! ne nous place point avec le peuple des Injustes ! »
48
[46] Les Hôtes des ’A‛râf crieront à des hommes qu’ils connaîtront par leurs signes distinctifs : « Votre thésaurisation ne vous a servi de rien non plus que ce que vous amassiez.
49
[47] [Ces Élus,] ne sont-ils point ceux-là à propos de qui vous juriez qu’Allah ne leur accordait point Sa Grâce ? [Bienheureux !] entrez dans ce Jardin ! Nulle crainte sur vous et vous ne vous attristerez point ! »
50
[48] Et les Hôtes du Feu crieront aux Hôtes du Jardin : « Répandez sur nous de l’eau et de ce qu’Allah vous a attribué ! » [Mais les Hôtes du Jardin] répondront : « Allah les a interdits aux Impies
Note [édition originale] : Et les Hôtes du Feu crieront etc. Ce passage rétablit le parallélisme avec le vt. 42 dont il semble avoir été séparé lors de l’insertion des vt. 44 sqq.
51
[49] qui ont pris leur religion comme distraction et jeu, et que la Vie
Facsimile Image Placeholder
Immédiate a trompés. » En ce jour, Nous les oublierons comme ils ont oublié qu’ils rencontreraient ce jour que voici et [parce qu]’ils récusaient Nos aya.
52
[50] Certes, Nous leur avons apporté une Écriture que Nous avons rendue intelligible, en [pleine] connaissance, [afin qu’elle soit] une Direction et une grâce (raḥma) pour un peuple qui croit.
53
[51] Qu’attendent-ils sinon l’interprétation (ta’wîl) [de cette Écriture] ? [Mais] au jour où leur arrivera l’interprétation [de cette Écriture], ceux qui antérieurement l’auront oubliée, s’écrieront : « Les Apôtres de notre Seigneur sont venus avec la Vérité [mais en vain]. Aujourd’hui, avons-nous des intercesseurs qui intercèdent pour nous, ou bien pourrions-nous être renvoyés [sur terre] afin de faire autre chose que ce que nous faisions ? » [Non !] ils se sont perdus eux-mêmes et ont été abandonnés par les Faux Dieux qu’ils forgeaient.
Note [édition originale] : Par les Faux Dieux etc. Text. : par ce qu’ils forgeaient.
[Omnipotence divine et humilité humaine.]
54
[52] Votre Seigneur est Allah qui créa les cieux et la terre en six jours, puis s’assit en majesté sur le Trône. Il couvre le jour de la nuit qui le poursuit, avide, tandis que le soleil, la lune et les étoiles sont soumis à Son Ordre. N’a-t-Il point la Création et l’Ordre ? Béni soit Allah, Seigneur des Mondes !
55
[53] Priez votre Seigneur, humblement, en secret ! Il n’aime point les Transgresseurs.
56
[54] Ne semez point le scandale sur la terre après réforme (’iṣlâḥ) de celle-ci. Priez-Le avec crainte et convoitise [d’obtenir Son pardon] ! La miséricorde d’Allah est proche des Bienfaisants.
57
[55] C’est Lui qui déchaîne les vents, largement, en signes avant-coureurs de Sa grâce (raḥma). Quand enfin ils sont chargés de lourdes nuées, Nous poussons cette pluie vers un pays mort. Nous y faisons descendre de l’eau par laquelle Nous faisons sortir toutes sortes de fruits. Ainsi, Nous ferons sortir les Morts [de leurs sépulcres]. Peut-être réfléchirez-vous.
58
[56] [Dans] un bon pays, les plantes sortent [, abondantes,] avec la permission d’Allah, tandis que [dans] un mauvais, elles ne sortent
Facsimile Image Placeholder
que clairsemées. Nous adressons [Nos] signes à un peuple qui est reconnaissant.
Note [édition originale] : nakidan « clairsemées ». Autre sens possible : chétives. Cf. Évangile de Matthieu, XIII, 1 sqq. (parabole du semeur).
[Rappel des missions de Noé, de Houd, de Salih, de Loth et de Cho‛aïb.]
59
[57] Nous avons certes envoyé Noé à son peuple et il [lui] dit : « O mon peuple ! adorez Allah ! Vous n’avez point de divinité autre que Lui. Je crains pour vous le tourment d’un jour terrible. »
60
[58] Le Conseil (malâ’) de son peuple répondit : « En vérité, nous te voyons, certes, dans un égarement évident. »
61
[59] — « O mon peuple ! », reprit [Noé], « il n’est point en moi d’égarement, mais je suis un Apôtre du Seigneur des Mondes. »
62
[60] Je vous fais parvenir les messages de mon Seigneur. Je suis [bon] conseiller pour vous et je sais, de par Allah, ce que vous ne savez point.
63
[61] Eh quoi ! êtes-vous étonnés qu’une Édification de votre Seigneur soit venue à vous, par un homme [issu] de vous, afin que [cet homme] vous avertisse, afin que vous soyez pieux et [que] peut-être il vous soit fait miséricorde ? »
64
[62] [Le peuple] l’ayant traité d’imposteur, Nous sauvâmes [Noé], dans l’Arche, ainsi que ceux qui étaient avec lui, et Nous engloutîmes ceux qui avaient traité Nos signes de mensonges. Ce fut un peuple aveugle.
65
[63] [Nous avons certes envoyé] aux ‛Ad leur contribule Houd [qui] dit : « O mon peuple ! adorez Allah ! Vous n’avez point de divinité autre que Lui. Eh quoi ! ne serez-vous point pieux ? »
66
[64] Le Conseil, ceux qui étaient incrédules parmi son peuple, répondit : « En vérité, nous te voyons certes [plongé] dans une folie (safâha). En vérité, nous pensons certes que tu es parmi les imposteurs ! »
67
[65] — « O mon peuple ! », répondit Houd, « il n’est point en moi de folie, mais je suis un Apôtre du Seigneur des Mondes.
68
[66] Je vous fais parvenir les messages de mon Seigneur et je suis pour vous un conseiller sûr.
69
[67] Eh quoi ! êtes-vous étonnés qu’une Édification de votre Seigneur
Facsimile Image Placeholder
soit venue à vous, par un homme [issu] de vous, afin que [cet homme] vous avertisse ? Souvenez-vous que [le Seigneur] a fait de vous les derniers détenteurs [de la terre], après le peuple de Noé, et qu’Il a accru votre expansion parmi les créatures ! Souvenez-vous des bienfaits d’Allah ! Peut-être serez-vous des Bienheureux. »
Note [édition originale] : Et qu’il a accru votre expansion etc. Le mot bas ṭatan « expansion » est cependant pris par les commt. dans un sens purement matériel, ce qui amène, par conséquence, à donner au nom al-ḫalqi « les créatures » le sens d’« être physique ». Il faudrait alors traduire : Il a accru votre être physique en ampleur. C’est en partant de cette interprétation que l’exégèse populaire, reproduite par Tab., dit que les ‛Ad avaient une taille gigantesque. Il est naturellement très possible que la génération de Mahomet ait eu une conception identique.
70
[68] [Son peuple] répliqua : « Es-tu venu à nous afin que nous adorions Allah, en son unicité, et que nous délaissions ce qu’adoraient nos pères ? Apporte-nous donc ce que tu nous promets, si tu es parmi les véridiques ! »
Note [édition originale] : Ce que tu nous promets. Autre sens possible : Ce dont tu nous menaces.
71
[69] — « Que de votre Seigneur s’abattent sur vous courroux (rijs) et colère ! », répondit Houd. « Disputerez-vous avec moi sur des noms dont vous et vos pères avez nommé [vos Faux Dieux] ? Allah n’a fait descendre nulle probation (sulṭân) avec [ces Faux Dieux]. Attendez-moi ! moi ! je suis avec ceux qui attendent. »
Note [édition originale] : Courroux. Le texte porte ici aussi rijs « souillure ». Cf. sourate VI, 125 et la note. ǁ Dont vous et vos pères… [vos Faux Dieux]. Text. : dont vous les avez nommés.
72
[70] Nous le sauvâmes, par une miséricorde [venue] de Nous, ainsi que ceux qui étaient avec lui. Nous exterminâmes ceux qui traitèrent Nos signes de mensonges. Ils n’avaient pas été des croyants.
73
[71] [Nous avons certes envoyé] aux Thamoud leur contribule Salih [qui] dit : « O mon peuple ! adorez Allah ! Vous n’avez point de divinité autre que Lui. Une Preuve est venue à vous de votre Seigneur. Voici la Chamelle d’Allah : un signe pour vous. Laissez-la paître sur la terre d’Allah ! Ne lui faites point de mal sans quoi un tourment cruel vous emportera !
74
[72] Souvenez-vous que [le Seigneur] a fait de vous les derniers détenteurs [de la terre], après les ‛Ad, qu’il vous a installés sur la terre, des plaines de laquelle vous élevez des châteaux, tandis que vous creusez des demeures dans les montagnes. Souvenez-vous des bienfaits d’Allah et ne vous répandez point sur la terre en Semeurs de scandale !
75

Facsimile Image Placeholder
[73] Le Conseil (malâ’), ceux qui s’étaient enflés de superbe parmi son peuple, dit à ceux qui avaient été abaissés — à ceux qui parmi eux avaient cru — : « Savez-vous [de science sûre] que Salih est un envoyé de son Seigneur ? » — « Nous croyons à ce dont il est chargé », répondirent [les convertis].
Note [édition originale] : Nous croyons etc. Text. : à ce avec quoi il a été envoyé, nous [sommes] croyants. La tournure arabe, avec phrase sans verbe « être », exclut toute incertitude chez les convertis et est symétrique à la déclaration des Incrédules, dans le vt. suivant.
76
[74] Ceux qui s’étaient enflés de superbe répliquèrent : « En ce que vous croyez, nous sommes incrédules »
77
[75] et ils sacrifièrent la Chamelle et ils désobéirent à l’ordre de leur Seigneur. « O Salih ! », dirent-ils, « apporte-nous ce que tu nous promets, si tu es parmi les Envoyés ! »
78
[76] Et le Cataclysme (rajfa) les emporta et, au matin, dans leurs demeures, ils se trouvèrent gisants.
79
[77] Salih se détourna d’eux et dit : « O mon peuple ! [en vain] je vous ai certes fait parvenir le message de mon Seigneur ; je vous ai [bien] conseillés, [mais] vous n’aimiez pas les [bons] conseillers. »
Note [édition originale] : Ce vt., à première vue, semble devoir venir avant le vt. 76. Mais, plus loin, vt. 89 à 91, on a exactement la même séquence. Ce vt. 77 contient donc l’énoncé d’actions postérieures à la destruction des Impies. Il est une allusion à ce que sera l’attitude qu’aura Mahomet vis-à-vis des Mekkois quand, eux aussi, auront été anéantis pour leur incrédulité.
80
[78] [Rappelle] Loth quand il dit à son peuple : « Vous livrez-vous à cette Turpitude ? Nul de [ce] monde ne l’a commise avant vous.
81
[79] En vérité, par concupiscence, vous commettez l’acte de chair avec des hommes et non avec des femmes. Vraiment vous êtes un peuple impie (musrif). »
82
[80] La seule réponse de son peuple fut : « Expulsez la famille de Loth, de votre cité ! Ce sont des gens qui affectent la pureté. »
83
[81] Nous le sauvâmes, lui et les siens, sauf sa femme qui fut parmi ceux restés en arrière.
84
[82] Sur eux, Nous fîmes tomber une pluie [maléfique]. Considère donc quelle fut la fin des Coupables !
85

Facsimile Image Placeholder
[83] [Nous avons certes envoyé] aux Madian leur contribule Cho‛aïb [qui] dit : « O mon peuple ! adorez Allah ! Vous n’avez point de divinité autre que Lui. Une Preuve de votre Seigneur est venue à vous. Faites bonne mesure et bon poids ! Ne causez point de dol aux gens, dans leurs biens ! Ne semez point le scandale sur la terre après sa réforme. C’est un bien pour vous, si vous êtes croyants.
86
[84] Ne vous placez point sur toute voie, écartant du Chemin d’Allah ceux qui croient en Lui, [les] menaçant et désirant tortueux [ce Chemin] ! Rappelez-vous, quand vous étiez peu et qu’Il vous a rendus nombreux ! Considérez quelle fut la fin des Semeurs de scandale !
87
[85] Si un parti, parmi vous, se trouve avoir cru tandis qu’un parti n’a point cru, soyez constants jusqu’à ce qu’Allah juge entre [ces Infidèles et] nous. Il est le meilleur des Juges. »
88
[86] Le Conseil (malâ’), ceux du peuple de Cho‛aïb qui s’étaient enflés d’orgueil, s’écria : « Certes, nous t’expulserons, ô Cho‛aïb !, ainsi que ceux de notre cité qui, avec toi, ont cru ! — ou bien vous réintégrerez notre religion (milla). » — « Eh ! quoi ! [le feriez-vous] même à notre corps défendant ? », demanda [Cho‛aïb].
89
[87] « Nous forgerons un mensonge contre Allah, si nous retournons à votre religion (milla) après qu’Allah nous a sauvés d’elle. Il ne nous appartiendra de retourner à [votre religion] qu’autant qu’Allah, notre Seigneur, [le] voudra. Notre Seigneur enferme toute chose en [Sa] science. Sur Allah nous nous appuyons. Seigneur ! tranche, par la Vérité, entre nous et notre peuple, car Tu es le meilleur de ceux qui tranchent ! »
90
[88] Le Conseil, ceux qui ne croyaient point parmi le peuple de [Cho‛aïb], s’écria : « Certes, si vous suivez Cho‛aïb, en vérité, vous serez alors les Perdants. »
91
[89] Le Cataclysme (rajfa) les emporta et au matin, dans leurs demeures, ils se trouvèrent gisants.
92
[90] Ceux qui traitèrent Cho‛aïb d’imposteur furent comme s’ils n’avaient point vécu dans [ces demeures]. Ceux qui traitèrent Cho‛aïb d’imposteur furent les Perdants.
93
[91] Cho‛aïb se détourna d’eux et dit : « O mon peuple ! [en vain] je vous ai certes fait parvenir les messages de mon Seigneur ! Je vous ai [bien] conseillés. Comment pâtirais-je pour un peuple infidèle ? »
Note [édition originale] : V. ci-dessus vt. 77 et la note.
[Rappel de l’attitude du Seigneur envers les peuples impies.]
94
[92] Nous n’avons envoyé dans une cité aucun Prophète sans frapper la population [de cette cité] de calamité et de malheur, [espérant que] peut-être ils s’humilieraient,
95
[93] et [sans] ensuite remplacer si bien l’infortune par la bonne fortune que [ces gens] effacèrent [ce fait de leur mémoire] et s’écrièrent : « Nos pères [aussi] ont été touchés [successivement] par le malheur et le bonheur ! » Nous emportâmes [ces Impies] brusquement, alors qu’ils ne [le] pressentaient point.
Note [édition originale] : L’idée est la suivante : Nous avons frappé d’abord les hommes d’un malheur, pour les avertir. Ensuite nous leur avons redonné le bonheur pour les amener à être reconnaissants envers Dieu. Or, loin de se convertir à la suite de ce changement de fortune, les Impies déclarèrent : « Nos aïeux aussi ont connu ces deux aspects du sort. Pourtant ils ne se sont pas convertis. Pourquoi ferions-nous autrement qu’eux ? »
96
[94] Si les populations des Cités avaient cru et avaient été pieuses, Nous leur aurions octroyé des dons (barakât) du ciel et de la terre. Mais elles ont crié au mensonge et Nous les avons emportées en prix de ce qu’elles se sont acquis.
97
[95] Eh quoi ! les populations des Cités sont-elles à l’abri que Notre rigueur les frappe la nuit, alors qu’elles sont endormies ?
98
[96] Eh quoi ! les populations des Cités sont-elles à l’abri que Notre rigueur les frappe, à la clarté [du ciel], alors qu’elles s’amusent ?
99
[97] Eh quoi ! sont-elles à l’abri de la machination d’Allah ? Seul le peuple des Perdants est-il à l’abri de la machination d’Allah ?
Note [édition originale] : Seul le peuple des Perdants etc. Text. : n’échappera au stratagème d’Allah que le peuple des Perdants. La locution lâ… ’illâ « ne… que » fait difficulté et oblige à voir dans cette phrase une interrogation. Peut-être faut-il supprimer ’illâ et comprendre : Le peuple des Perdants n’est pas à l’abri du stratagème d’Allah.
100
[98] N’est-ce point une Direction, pour ceux qui héritent la terre après ses [premiers] occupants, que [de voir que], si Nous voulions, Nous les frapperions, en prix de leurs péchés et [que] Nous scellerions leurs cœurs en sorte qu’ils n’entendraient point ?
101
[99] [Prophète !,] Nous te faisons une partie des récits (nabâ’) [sur] ces Cités. Nos Apôtres sont venus [aux habitants de ces cités] avec les Preuves, [mais] ils n’étaient pas à même de croire en ce qu’ils avaient traité de mensonge précédemment. Ainsi, Nous scellons les cœurs des Infidèles.
Note [édition originale] : [Aux habitants de ces cités]. Text. : à eux. ǁ al-kâfirîna « des Infidèles ». Mais il peut s’agir aussi, rappelons-le, des Incrédules ou de ceux qui sont ingrats envers Dieu.
102

Facsimile Image Placeholder
[100] Nous n’avons trouvé à l’actif de la plupart d’entre eux aucun [respect d’un] pacte. En vérité, Nous avons trouvé que la plupart d’entre eux sont pervers (fâsiq).
103
[101] Ensuite, après [ces Prophètes], Nous envoyâmes Moïse, avec Nos signes, vers Pharaon et son Conseil (malâ’). Ils furent injustes envers [Nos signes]. Considère donc quelle fut la fin des Semeurs de scandale.
[Moïse, Pharaon et les magiciens. Persécution des Hébreux ; les cinq plaies d’Égypte.]
104
[102] Et Moïse dit : « O Pharaon ! je suis un Apôtre du Seigneur des Mondes.
105
[103] [Je suis] digne de ne dire sur Allah que la Vérité. Je suis venu à vous avec une Preuve de votre Seigneur. Renvoie avec moi les Fils d’Israël ! »
106
[103] — « Si tu es venu avec un signe », dit [Pharaon], « apporte-le, si tu es parmi les véridiques ! »
107
[104] [Moïse] jeta donc son bâton : et soudain ce fut un dragon véritable !
108
[105] Il tira sa main : et soudain elle fut blanche pour les assistants !
109
[106] Le Conseil (malâ’) du peuple de Pharaon s’écria : « En vérité, celui-ci est certes un magicien très savant
110
[107] [qui] veut vous expulser de votre terre ! Que prescrivez-vous ? »
111
[108] Ils répondirent : « Remets-le à plus tard, avec son frère, et envoie dans les cités des sergents
112
[109] qui t’amèneront chaque magicien très savant ! »
113
[110] Les magiciens vinrent à Pharaon et dirent : « En vérité, nous aurons certes une récompense si nous sommes les vainqueurs. »
114
[111] — « Assurément ! », répondit [Pharaon], « et vous serez certes alors parmi ceux admis près [de nous] ! »
115
[112] [Les magiciens] dirent : « O Moïse ! ou bien jette, ou bien soyons ceux qui, [les premiers], jetteront ! »
116
[113] Il répondit : « Jetez [les premiers] ! » Quand ils eurent jeté [leurs bâtons], ils fascinèrent les yeux des gens, emplirent ceux-ci d’épouvante et déployèrent une grande magie.
117

Facsimile Image Placeholder
[114] [Alors] Nous révélâmes à Moïse : « Jette ton bâton ! », et voici que celui-ci happait ce que [les magiciens] avaient imaginé.
118
[115] La Vérité éclata et faux fut ce que [les magiciens] faisaient.
119
[116] Ils furent vaincus alors et se trouvèrent humiliés.
120
[117] Les magiciens tombèrent prosternés
121
[118] et dirent : « Nous croyons au Seigneur des Mondes,
122
[119] au Seigneur de Moïse et d’Aaron ! »
123
[120] Pharaon dit : « Vous avez cru en lui avant que je vous le permette. En vérité, c’est là certes une machination que vous avez machinée dans la ville, pour en expulser la population. Bientôt vous saurez !
124
[121] Certes, je vous ferai trancher la main droite et le pied gauche ! Certes, je vous ferai tous crucifier ! »
125
[122] [Mais les magiciens] répondirent : « Vers notre Seigneur nous allons retourner.
126
[123] Tu ne nous châties que parce que nous avons cru aux signes de notre Seigneur, quand ils furent venus à nous. Seigneur ! verse en nous constance et rappelle-nous (tawaffā), soumis [à Toi] (muslim) ! »
127
[124] Le Conseil (malâ’) du peuple de Pharaon dit : « Laisserez-vous Moïse et son peuple semer le scandale sur la terre et te délaisser [-Pharaon !], ainsi que tes divinités ? » [Pharaon] répondit : « Nous tuerons leurs fils et couvrirons leurs femmes de honte. Nous sommes au-dessus d’eux, invincibles. »
128
[125] Moïse dit à son peuple : « Demandez aide à Allah et soyez constants ! La terre est à Allah et Il en fait hériter qui Il veut parmi Ses serviteurs. La Fin [heureuse] est aux Pieux ! »
129
[126] [Mais son peuple] répondit : « Nous avons pâti avant que tu viennes à nous et après que tu es venu à nous ! » — « Peut-être que votre Seigneur fera périr votre ennemi », répliqua [Moïse]. « [Peut-être] fera-t-Il de vous les derniers détenteurs de la terre, en sorte qu’Il attend comment vous agirez. »
Note [édition originale] : fa-yanẓura « en sorte qu’Il attend ». Autre sens possible : En sorte qu’Il observe. Razi pose que seule cette dernière interprétation est compatible avec l’omniscience divine. De toute façon, le trait est fort important pour la définition du libre arbitre.
130
[127] Certes, Nous avons frappé les gens (’âl) de Pharaon d’années
Facsimile Image Placeholder
de disette et de pénurie de fruits, [espérant que] peut-être ils s’amenderaient.
131
[128] [Mais] quand la bonne fortune fut revenue à [ces gens], ils s’écrièrent : « Ceci nous revient ! » et si une infortune les frappait, ils tiraient [mauvais] augure de Moïse et de ceux qui étaient avec lui. Eh quoi ! leur sort a seulement été défini par Allah. Mais la plupart d’entre eux ne [le] savaient pas.
132
[129] [Ces Infidèles] ont dit : « Quelque signe que tu nous apportes pour nous ensorceler, nous ne croirons pas en toi [, ô Moïse !] »
133
[130] Nous envoyâmes donc contre eux le Déluge, les Sauterelles, les Poux, les Grenouilles et le Sang, comme signes intelligibles. [Mais] ils s’enflèrent de superbe et furent un peuple coupable.
Note [édition originale] : aṭ-ṭûfâna « le Déluge ». Il est possible que ce terme résume Exode, IX, 22 sq. : L’Éternel dit à Moïse : « Étends ta main vers le ciel ; et qu’il tombe de la grêle dans tout le pays d’Égypte sur les hommes, sur les animaux, et sur toutes les herbes des champs, dans le pays d’Égypte. » Moïse étendit sa verge vers le ciel ; et l’Éternel envoya des tonnerres et de la grêle, et le feu se promenait sur la terre. — On remarquera que le Coran énumère cinq et non « dix Plaies d’Égypte ».
134
[131] Quand le courroux (rijz) se fut sur eux abattu, ils s’écrièrent : « O Moïse ! prie pour nous ton Seigneur, en vertu du pacte qu’Il a conclu avec toi ! Certes, si tu écartes de nous le courroux, nous croirons en toi et renverrons avec toi les Fils d’Israël. »
135
[132] [Mais] quand Nous eûmes écarté d’eux le courroux jusqu’à un terme [fixé] qu’ils devaient atteindre, voici qu’ils se parjurèrent.
Note [édition originale] : De même dans Exode, VIII, 4 sqq., Pharaon prie Moïse d’intercéder auprès de Dieu pour que cesse l’invasion des grenouilles. Mais il se parjure une fois le fléau écarté.
136
[132] Nous nous vengeâmes d’eux et les engloutîmes dans l’Abîme pour prix d’avoir traité Nos signes de mensonges et d’avoir été insoucieux à leur égard,
137
[133] et, au peuple de ceux qui avaient été abaissés, Nous donnâmes en héritage les contrées orientales et occidentales de la terre que Nous avions bénies. [Ainsi] s’accomplit le très bel arrêt (kalima) de ton Seigneur, sur les Fils d’Israël, pour prix que ceux-ci avaient été constants, et Nous détruisîmes ce que Pharaon et son peuple avaient fait et avaient édifié.
Note [édition originale] : Il faut comprendre : Aux Hébreux, nous donnâmes la possession de toute la Terre Promise.
[Passage de la Mer Rouge.]
138
[134] Nous fîmes passer la mer aux Fils d’Israël et ils arrivèrent à un peuple qui faisait retraite pieuse (?) (‛akafa) devant des idoles qu’il s’était données. « O Moïse ! », dirent [les Fils d’Israël], « donne-nous une divinité semblable à celles qu’ils ont ! » — « Vous êtes un peuple de Sans-Loi », répondit Moïse.
139
[135] « Caduc est l’état où ces gens se trouvent. Faux est ce qu’ils font. »
140
[136] Et Moïse ajouta : « Vous chercherai-je une divinité autre qu’Allah, alors qu’Il vous a préférés à [tout] le monde (‛âlamîn)
141
[137] et que [, Lui et moi,] nous vous avons sauvés des gens (’âl) de Pharaon qui vous infligeaient le pire tourment, tuaient vos fils et couvraient de honte vos femmes ? En cela est une grande épreuve de votre Seigneur. »
[Moïse au Sinaï. Les Tables de la Loi. Épisode du Veau d’Or.]
142
[138] Nous fîmes pacte avec Moïse durant trente jours que Nous complétâmes par dix [autres], en sorte que le temps [de rencontre] (mîqât) de son Seigneur fut de quarante jours. [Avant de se présenter au Seigneur], Moïse dit à son frère Aaron : « Remplace-moi parmi mon peuple ! Réforme[-le] (’aṣlaḥa) et ne suis point le chemin des Semeurs de scandale ! »
Note [édition originale] : Trente jours. Text. : trente nuits.
143
[139] Quand Moïse fut venu à Notre temps [de rencontre] (mîqât) et que son Seigneur lui eut parlé, [Moïse] dit : « Seigneur !, donne-moi possibilité de Te regarder ! » — « Tu ne Me verras point », répondit [le Seigneur], « mais regarde vers la Montagne ! Si elle s’immobilise en sa place, tu Me verras ». [Mais] quand son Seigneur se manifesta à la Montagne, Il la mit en miettes et Moïse tomba foudroyé.
Note [édition originale] : Donne-moi possibilité etc. Text. : fais-moi voir [que] je te regarde. ǁ Si elle s’immobilise en sa place signifie : Tu ne pourras me voir que si le Sinaï n’est pas ébranlé par ma présence. Or le Sinaï sera ébranlé par ma venue. Donc tu ne pourras jamais me voir. ǁ Moïse tomba foudroyé. A en croire les commt., l’expression doit être prise littéralement, car Allah dut redonner la vie à Moïse effectivement.
143
[140] Quand il revint à lui, il s’écria : « Gloire à Toi [, Seigneur !,] Je reviens à Toi et suis le premier des Croyants ! »
144

Facsimile Image Placeholder
[141] — « Moïse ! », dit [le Seigneur], « Je t’ai choisi, sur [tous] les Hommes, [pour te charger] de Mon message et de Mon verbe (?) (kalâm). Prends ce que Je te donne et sois parmi les Reconnaissants ! »
145
[142] Pour lui, Nous écrivîmes, sur les Tables, pour toute chose, une Exhortation et, sur toute chose, un Exposé intelligible. « Prends [ces Tables], avec force, et ordonne à ton peuple de prendre le meilleur d’elles ! Je vous ferai voir le Séjour des Pervers.
Note [édition originale] : Vt. traduit littéralement, pour ne point en fausser le sens. Ḫuḏ-hâ-biquwwatin « prends [ces Tables] avec force ». L’expression doit être prise au figuré et semble signifier : Attache-toi à observer le contenu de ces Tables.
146
[143] De Mes signes, Je détournerai ceux qui, sur la terre, seront superbes grâce à la Non-Vérité. S’ils voient quelque signe, ils ne croient point à lui. S’ils voient le Chemin de la Rectitude, ils ne le prennent point. S’ils voient le Chemin de l’Aberration, ils le prennent.
146
[144] Tout ceci viendra de ce qu’ils auront traité Nos signes de mensonges et auront été insoucieux de [ces signes].
147
[145] Vaines seront les œuvres de ceux qui auront traité de mensonges Nos signes et la venue de la [Vie] Dernière. Seront-ils « récompensés » [d’autre chose] que de ce qu’ils faisaient ? »
Note [édition originale] : La venue. Text. : la rencontre.
148
[146] Moïse étant parti, [les Fils d’Israël], de leurs parures, firent un Veau, masse qui poussait un mugissement. Ne virent-ils point que [ce Veau] ne leur parlait point ni ne les dirigeait dans le Chemin ?
148
[147] Ils le prirent [comme idole] et furent injustes.
149
[148] Quand ils se trouvèrent sans excuse et qu’ils virent qu’ils étaient égarés, ils s’écrièrent : « Certes, si Notre Seigneur ne nous fait pas miséricorde et [s’]Il ne nous pardonne pas, nous serons parmi les Perdants ! »
Note [édition originale] : lammâ suqiṭa fi- ’aydî-him « quand ils se trouvèrent sans excuse ». Text. : quand il fut tombé dans leurs mains. L’image n’est pas sûrement comprise des commt.
150
[149] Quand Moïse revint, en courroux, désolé, il s’écria : « Combien détestable est ce que vous avez fait, après mon départ ! Avez-vous [désiré] hâter l’ordre de votre Seigneur ? » [Puis] il jeta [à terre] les Tables et, prenant son frère par la tête, il le tira vers lui. « O fils de ma mère ! », cria [Aaron], « les Fils d’Israël m’ont abaissé et ont failli me tuer. Ne fais point que mes ennemis
Facsimile Image Placeholder
se réjouissent de mon malheur ! Ne me mets point parmi le peuple des Injustes ! »
151
[150] — « Seigneur ! », dit [Moïse], « pardonne-moi ainsi qu’à mon frère, et fais-nous entrer en Ta miséricorde, car Tu es le plus miséricordieux des Miséricordieux !
152
[151] Ceux qui ont pris le Veau d’Or [comme idole] seront atteints par [la] colère de leur Seigneur et par une humiliation dans la Vie Immédiate. » Ainsi Nous « récompensons » ceux qui forgent le mensonge.
Note [édition originale] : Au lieu de najzî « Nous récompensons », on serait tenté de lire yajzî « il (= Dieu) récompense. » Le discours serait alors à mettre dans la bouche de Moïse. Mais aucun commt. ne donne la var. yajzî.
153
[152] Ceux qui auront fait de mauvaises actions puis qui, par la suite, seront revenus [de leur erreur] et auront cru, [ceux-là seront pardonnés]. En vérité, Allah, par la suite, sera absoluteur et miséricordieux.
154
[153] Quand la colère se fut tue en Moïse, il [re]prit les Tables et, dans la copie de celles-ci, se trouvaient Direction et Grâce (raḥma) pour ceux qui, eux, redoutent leur Seigneur.
155
[154] Et Moïse choisit, parmi son peuple, soixante-dix hommes pour le temps [de rencontre] avec Nous (mîqât). Quand le Cataclysme (rajfa) les eut emportés, [Moïse] s’écria : « Seigneur ! si tu avais voulu, Tu les aurais fait périr antérieurement ainsi que moi. [Pourtant], nous feras-Tu périr à cause de ce qu’ont fait les fous parmi nous ? Ce n’est que tentation de Toi par laquelle Tu diriges qui Tu veux et égares qui Tu veux. Tu es notre patron (wali). Pardonne-nous donc et fais-nous miséricorde, car Tu es le meilleur des Absoluteurs !
Note [édition originale] : Tab. relie le développement qui suit à ce qui précède, en sous-entendant que Moïse choisit soixante-dix Hébreux, parmi les plus purs de son peuple, pour aller demander pardon au Seigneur, du culte rendu au Veau d’Or. Toutefois ces soixante-dix hommes voulurent, eux aussi, voir la face du Seigneur et se rapprochèrent de Moïse qui, lui, avait été admis à la contempler. C’est alors que Dieu les foudroya pour les punir de leur témérité. Cf. Trad. Cor., p. 641, note.
156
[155] … et inscris pour nous une belle [existence], en la [Vie] Immédiate et en la [Vie] Dernière. Nous pratiquons le Judaïsme, envers Toi. »
Facsimile Image Placeholder
[Le Seigneur] répondit : « Que Mon tourment atteigne qui Je veux et que Ma miséricorde s’étende à toute chose ! J’inscrirai une belle [existence] pour ceux qui sont pieux et donnent l’Aumône (zakât), ainsi que pour ceux qui croient à Nos signes
Note [édition originale] : Ce vt., grammaticalement, continue le discours de Moïse au Seigneur. Mais on a très certainement ici une addition ou une retouche postérieure à l’Émigration à Médine.
157
[156] et qui suivent l’Apôtre, le Prophète des Gentils qu’ils trouvent annoncé chez eux dans la Thora et l’Évangile, [ce Prophète] qui leur ordonne le Convenable et leur interdit le Blâmable, qui déclare licites pour eux les excellentes [nourritures], et illicites les immondes, leur ôte le lien et les entraves qui pesaient sur eux. Ceux qui auront cru en lui, l’auront soutenu, l’auront secouru et auront suivi la Lumière qu’on a fait descendre avec lui, ceux-là seront les Bienheureux. »
Note [édition originale] : Ce vt. et les trois suiv. sont incontestablement une addition ultérieure, car ils dénoncent une attitude pressante pour amener les Juifs et les Chrétiens à se rallier à l’Islam. ǁ al-ummiyya « des Gentils ». Sur cette interprétation, v. sourate III, 69. ǁ al-ḫabâ’iṯa « les immondes ». Ce sens est confirmé par Tab. qui comprend que ce mot vise le sang des victimes, la chair du porc et le vin ; le même ajoute toutefois que ce terme vise aussi l’usure et le jeu de maysir. Razi est plus imprécis et voit dans al-ḫabâ’iṯa un terme désignant « tout ce que la nature humaine trouve ignoble ». ǁ Qui leur ôte le lien etc. Tab. propose deux interprétations : 1° Mahomet est venu pour remplacer par l’Islam l’alliance conclue antérieurement par Dieu avec les Juifs et les Chrétiens ; — 2° Mahomet est venu pour alléger les rigueurs de la Loi mosaïque. En fait, les deux interprétations ne s’excluent nullement.
158
[157] Dis : « Hommes ! je suis l’Apôtre d’Allah [envoyé] vers vous tous
158
[par Allah] qui a la royauté des cieux et de la terre. Nulle divinité excepté Lui ! Il est [celui qui] fait vivre et fait mourir. Croyez en Allah et en Son Apôtre, le Prophète des Gentils qui croit en Allah et en Ses arrêts (kalima) ! Suivez-le ! Peut-être serez-vous dans la bonne direction. »
159
Parmi le peuple de Moïse, il est une communauté qui se dirige [bien], grâce à la Vérité et qui, grâce à elle, est dans le juste.
Note [édition originale] : Ce vt. semble dépendre du développement précédent, mais ce n’est peut-être qu’un vt. « flottant » car il se retrouve, avec une var., plus bas vt. 180.
160
Et nous avons partagé [les fils d’Israël] en douze tribus (’asbâṭ) — [en douze] communautés —, et Nous avons révélé à Moïse, quand son peuple lui eut demandé de l’eau : « Frappe le Rocher
Facsimile Image Placeholder
de ton bâton ! » Douze sources jaillirent [du Rocher] ; tous les gens surent où ils devaient boire ; Nous fîmes planer sur eux la Nuée et fîmes descendre sur eux la Manne et les Cailles. « Mangez des excellentes [nourritures] que Nous vous avons attribuées ! » Ils ne Nous ont point lésé mais ils se lésèrent eux-mêmes.
161
… Et [rappelle] quand il leur fut dit : « Habitez cette Cité et mangez de ses produits partout où vous voudrez ! Dites : « Pardon ! » et franchissez la porte, prosternés ! Nous vous pardonnerons vos erreurs et Nous donnerons davantage aux Bienfaisants.
Note [édition originale] : Grammaticalement ce vt. ne se relie ici à rien. C’est une reprise de la sourate II, 55. — Il leur fut dit = il fut dit aux Fils d’Israël ǁ Cette Cité = Jérusalem, selon les commt. ǁ ḥiṭṭatan « pardon ! » Cette exclamation ne se trouve que deux fois et est si insolite que des exégètes musulmans ont admis d’y voir un emprunt ; cf. l’hébreu ḫeṭṭa « péché ».
162
Or ceux d’entre eux qui furent injustes substituèrent [à Notre parole] un dire autre que ce qui leur avait été dit et Nous envoyâmes contre eux un courroux (rijz) du [ciel], en prix de ce qu’ils étaient injustes.
163
Et interroge-les sur la Cité qui était riveraine de la mer, A Quand ils célébraient le sabbat, alors les poissons [nécessaires à leur nourriture] venaient à eux, en leur jour de sabbat, sans qu’on les péchât, alors que le jour où ils ne faisaient point sabbat, [ces poissons] ne venaient point à eux. B quand les poissons [nécessaires à leur nourriture] venaient à eux, en leur jour de sabbat, sans qu’on les pêchât, alors que le jour où ils ne faisaient point sabbat — quand ils transgressaient le sabbat —, [ces poissons] ne venaient point à eux. Ainsi nous les éprouvions pour prix de ce qu’ils étaient pervers.
Note [édition originale] : Cette cité riveraine de la mer serait Aïla, sur le Golfe d’Aqaba, ou Tibériade, selon les commt. Sur cette double interprétation, voir Trad. Cor. p. 646, note. ǁ Les poissons [nécessaires à leur nourriture]. Text. : leurs poissons. ǁ yawma lâ yasbitûna « le jour où ils ne faisaient pas sabbat ». Tab. glose : « Les jours autres que celui du sabbat, les six autres jours de la semaine. » Mais cette interprétation contredit la dernière phrase du vt. qui fait mention d’une transgression, sans doute celle du sabbat.
164
Et [rappelle] quand une communauté, parmi eux, demanda [à des serviteurs de Dieu] : « Pourquoi exhortez-vous un peuple qu’Allah
Facsimile Image Placeholder
va faire périr ou va tourmenter avec rigueur ? » [Ces serviteurs] répondirent : « Excuse à votre Seigneur ! [Nous le faisons espérant que] peut-être ils seront pieux. »
Note [édition originale] : [A des serviteurs de Dieu]. Ce membre de phrase est restitué en s’appuyant sur Tab. ǁ Un peuple. Ce mot désigne les gens mêmes de cette communauté qu’interrogent les justes préoccupés de les ramener à Dieu.
165
Quand [les Infidèles] eurent oublié ce qui leur avait été rappelé, Nous sauvâmes ceux qui leur avaient interdit le mal et frappâmes d’un tourment funeste, en prix de ce qu’ils avaient été pervers, ceux qui avaient été injustes.
166
Quand [en effet] ils eurent désobéi à ce qui leur avait été interdit, Nous leur dîmes : « Soyez des singes abjects ! »
167
[166] [Rappelle-leur] quand ton Seigneur proclama qu’il enverrait certes contre eux quelqu’un qui, jusqu’au Jour de la Résurrection, leur imposera le mal du Tourment. En vérité, ton Seigneur est certes prompt à châtier. En vérité, Il est certes absoluteur et miséricordieux.
Note [édition originale] : Soyez des singes. La littérature rabbinique mentionne des métamorphoses d’impies en singes ou en pourceaux. ǁ Qu’il enverrait certes contre eux etc. Des Traditions rassemblées par Tab. posent que ce passage annonce la domination des Arabes sur les Juifs qui seront astreints à payer la jizya ou capitation.
168
[167] Nous les avons partagés, sur terre, en communautés. [Certains] d’entre eux sont saints (ṣâliḥ) alors que [certains] d’entre eux ne le sont point. Nous les avons éprouvés par de bonnes et de mauvaises [fortunes, espérant que] peut-être ils reviendraient [de leur erreur].
Note [édition originale] : Nous les avons partagés. Le pronom les représenterait les Fils d’Israël. ǁ Ne le sont point. Text. : sont en deçà (ou en dessous) d’eux [en sainteté].
169
[168] Après eux, [leur] ont succédé des successeurs qui, ayant hérité l’Écriture, prennent ce qu’offre ce [monde] immédiat et disent : « Il nous sera pardonné ! » S’il leur échoit autant que [leur] offre [ce monde], ils le prennent [encore]. Eh quoi ! l’Alliance (mîṯâq) de l’Écriture n’a-t-elle pas été prise à leur encontre, de ne dire à l’égard d’Allah que la vérité ? Ils ont étudié (darasa) ce qui est dans [l’Écriture]. La Demeure Dernière — eh quoi ! ne raisonnerez-vous point ? — est meilleure pour ceux qui sont pieux,
Note [édition originale] : Après eux = après ces premières générations de Fils d’Israël. Selon les commt., ce vt., vise les Juifs de Médine. ǁ Ils ont étudié etc. L’idée semble être : Ces fils d’Israël ont sans doute une connaissance de l’Écriture, mais le souci de la vie future qui leur est prescrit par la nouvelle Prédication leur serait plus profitable.
170
[169] [pour] ceux qui s’attachent à l’Écriture et accomplissent la Prière. Nous ne laissons point perdre la rétribution des Réformateurs.
171

Facsimile Image Placeholder
[170] Et [rappelle-leur] quand Nous projetâmes la Montagne [du Sinaï] au-dessus d’eux comme si elle avait été un dais, et [quand] ils pensèrent qu’elle allait tomber sur eux. « Prenez avec force ce que Nous vous avons donné et souvenez-vous de ce qui s’y trouve ! Peut-être serez-vous pieux. »
Note [édition originale] : Prenez avec force. V. ci-dessus vt. 142 et la note. Il s’agit naturellement ici des Tables de la Loi.
172
[171] Et [rappelle-leur] quand ton Seigneur tira une descendance, des reins des Fils d’Adam, et qu’Il les fit témoigner à l’encontre d’eux-mêmes : « Ne suis-Je point votre Seigneur ? » [Les descendants des Fils d’Adam] répondirent : « Oui ! nous [en] témoignons ! » [Nous fîmes cela] de crainte que vous ne disiez, au Jour de la Résurrection, que Nous avons été insoucieux de cela,
Note [édition originale] : Une série de Traditions disent qu’Allah fit surgir des reins d’Adam, après sa chute, toutes les générations humaines, jusqu’au Jour de la Résurrection, et qu’il détermina le destin de toutes, sans exception.
173
[172] ou [de peur] que vous ne disiez : « Nos ancêtres ont donné des Associés [à Allah] antérieurement : nous sommes leur descendance. Eh quoi ! nous feras-Tu périr pour prix de ce qu’ont fait les Tenants du Faux ? »
174
[173] Ainsi Nous exposons intelligiblement les signes. Peut-être reviendront-ils [de leur erreur].
175
[174] Communique-leur l’histoire (nabâ’) de celui à qui Nous donnâmes Nos signes et qui s’en défit en sorte que, pris à sa suite par le Démon, il fut parmi les Errants.
Note [édition originale] : Communique-leur. Selon les commt. le pronom leur désigne les Fils d’Israël = les Juifs de Médine. Ce n’est rien moins que sûr. Si en effet certaines données découvrent une allusion à Balaam, dans ce vt., d’autres données posent que l’impie ici visé est le poète Umayya, contemporain de Mahomet.
176
[175] Si Nous avions voulu, Nous aurions élevé [cet impie] grâce à [ces signes], mais il s’attacha à la terre et suivit son penchant pernicieux. Il fut à la ressemblance du chien. Si tu fonds sur celui-ci, il grogne, et si tu le laisses, il grogne [encore]. Tel fut le peuple qui traita Nos signes de mensonges. Refais-leur ces récits ! Peut-être réfléchiront-ils.
[Allah directeur des Hommes.]
177
[176] Combien mauvaise est l’image du peuple qui traita Nos signes de mensonges ! Ce sont eux-mêmes qu’ils ont lésés.
178

Facsimile Image Placeholder
[177] Celui qu’Allah dirige est dans la bonne direction. Ceux qu’il égare, ceux-là sont les Perdants.
179
[178] Nous avons destiné à la Géhenne beaucoup de Djinns et de Mortels qui ont des cœurs avec lesquels ils ne comprennent point, — des yeux avec lesquels ils ne voient point, — des oreilles avec lesquelles ils n’entendent point. Ceux-là sont comme des bêtes de troupeaux (’an‛âm) ou plus égarés encore. Ceux-là sont les Insoucieux.
Note [édition originale] : Le passage coranique est identique à Évangile de Matthieu, XIII, 13 : Je leur parle en paraboles, parce qu’en regardant, ils ne voient pas, et qu’en écoutant, ils n’entendent ni ne comprennent, et que pour eux s’accomplit cette prophétie d’Esaïe : Vous entendrez de vos oreilles et vous ne comprendrez pas ; vous regarderez de vos yeux, et vous ne verrez pas.
180
[179] Allah possède les noms les plus beaux. Priez-Le avec [ces noms] et laissez ceux qui blasphèment au sujet de Ses noms : ils seront « récompensés » de ce qu’ils font.
Note [édition originale] : Les noms les plus beaux c.-à-d. : les appellatifs comme le Bienfaiteur, l’Audient, l’Omniscient, etc., dans lesquels, plus tard, la théologie islamique trouvera l’origine des attributs divins ; leur nombre s’élève à plus de 500. ǁ yulḥidûna « qui blasphèment ». Le verbe exprime seulement l’idée que ces impies s’écartent de ce qui est vrai à propos de ces noms. ǁ De ce qu’ils font. Text. : de ce qu’ils faisaient.
181
[180] Parmi ceux que Nous avons créés, se trouve une communauté qui se dirige [bien], grâce à la Vérité, et qui, grâce à elle, est dans le juste.
Note [édition originale] : Ce vt. reprend presque textuellement le vt. 159. Est-il mieux à sa place ici ? Est-ce une simple incidente ?
182
[181] [Laissez] ceux qui traitèrent Nos signes de mensonges ! Nous les toucherons par où ils ne savent point.
183
[182] Je leur laisse [cependant] un répit. En vérité, Mon stratagème est sûr.
184
[183] Eh quoi ! ne réfléchissent-ils point ! Leur contribule n’est aucunement possédé. C’est seulement un avertisseur explicite.
185
[184] Eh quoi ! n’ont-ils point considéré la royauté (malakût) des cieux et de la terre, ainsi que toute chose créée par Allah ? [N’ont-ils point considéré] que leur terme, peut-être, est déjà proche ? A quel discours, après celui-ci, croiront-ils ?
186
[185] Nul directeur, à celui qu’Allah égare ! et [Allah] les laisse (sic), dans leur rébellion, marcher en aveugles.
[Réponse aux Infidèles au sujet de l’Heure.]
186
Ils t’interrogent sur l’Heure. A quand sa venue ? Réponds[-leur] : « La connaissance n’en est qu’auprès de Mon Seigneur. Lui seul la manifestera, en son temps. Lourde elle sera dans les cieux et [sur] la terre ! Elle ne viendra à vous qu’à l’improviste. »
187
Ils t’interrogent comme si tu en étais averti. Réponds[-leur] : « La connaissance n’en est qu’auprès d’Allah ! » Mais la plupart des Hommes ne savent pas.
188
Dis[-leur encore] : « Je ne détiens, pour moi, profit ou dommage qu’autant qu’Allah [le] veut. Si je connaissais l’Inconnaissable, je me trouverais en abondance de bien, et le mal ne me toucherait point. [Mais] je ne suis qu’un Avertisseur et un Annonciateur pour un peuple qui peut croire. »
[Allah, créateur du Couple Primitif. Chute de ce Couple.]
189
C’est Lui qui vous a créés [à partir] d’une personne (nafs) unique dont Il a tiré son épouse afin que [cette personne] se trouvât en sécurité auprès d’elle. Quand [cette personne] eut couvert [cette épouse], elle porta [d’abord] un fardeau léger et alla sans peine. [Mais] quand elle se sentit alourdie, [tous] deux prièrent Allah leur Seigneur : « En vérité, si Tu nous donnes un [fils] saint, nous serons certes parmi les reconnaissants. »
190
Or quand [le Seigneur] leur eut donné un [fils] saint, ils donnèrent [au Seigneur] des Associés en reconnaissance de ce qu’Il leur avait donné. Combien Allah est plus auguste que ce qu’ils [Lui] associent (sic) !
[Folie des Infidèles.]
191
Lui associeront-ils ce qui ne crée rien, alors que ce sont [ces Faux Dieux] qui sont créés
192
[191] [et que ces Faux Dieux] ne peuvent ni secourir [ceux qui les adorent], ni se secourir eux-mêmes ?
193
[192] Si vous les appelez à la Direction, ils ne vous suivent pas. Égal est pour eux que vous les appeliez à cela ou que vous restiez silencieux !
194
[193] [Infidèles !] ceux que vous priez, en dehors d’Allah, comme
Facsimile Image Placeholder
vous sont des Serviteurs [du Seigneur]. Priez-les ! Qu’ils vous exaucent si vous êtes véridiques !
195
[194] Ont-ils des jambes avec lesquelles ils marchent, — ou des mains avec lesquelles ils luttent, — ou des yeux avec lesquels ils voient, — ou des oreilles avec lesquelles ils entendent ? Dis : « Priez vos Associés, puis formez un stratagème contre moi et ne me faites point attendre !
Note [édition originale] : Trait parallèle au Psaume cxv, 5 sqq. : [Leurs idoles] ont une bouche et ne parlent point ; elles ont des yeux et ne voient point ; elles ont des oreilles et n’entendent point ; elles ont un nez et ne sentent point ; elles ont des mains et ne touchent point, des pieds et ne marchent point.
196
[195] [Moi], mon patron (wali) est Allah qui a fait descendre l’Écriture et qui se charge des Saints.
197
[196] Ceux que vous priez, en dehors de Lui, ne peuvent ni vous secourir ni se secourir eux-mêmes. »
198
[197] Si tu appelles [ces infidèles] à la Direction, ils n’entendent point. Tu les vois te regarder, [mais] ils ne [te] voient point.
[Commandements a Mahomet ou aux Croyants.]
199
[198] Pratique le pardon ! Ordonne le Bien (‛urf) ! Écarte-toi des Sans-Loi !
Note [édition originale] : ḫuḏi l-‛afwa « pratique le pardon ». On garde cette traduction textuelle. Mais peut-être l’expression signifie-t-elle : Sois indulgent ! Ne t’opiniâtre point.
200
[199] Assurément, quelque incitation du Démon t’animera : cherche alors refuge en Allah, car Il est audient et omniscient.
201
[200] Quand ceux qui sont pieux sont touchés par une légion du Démon, ils réfléchissent et voici qu’ils sont clairvoyants,
202
[201] alors que [la légion du Démon] maintient les frères [de ces Purs] dans l’aberration où, ensuite, ils ne cessent [de s’enfoncer].
203
[202] Quand tu viens à eux avec une aya, ils s’écrient : « Ne l’aurais-tu point inventée ? » Réponds[-leur] : « Je suis simplement ce qui m’est révélé, de mon Seigneur. » Ce sont là des appels à la clairvoyance [venus] de votre Seigneur, une Direction, une Grâce (raḥma) pour un peuple qui croit.
Note [édition originale] : law lâ jtabayta-hâ « ne l’aurais-tu etc. » Le sens du verbe est incertain pour les commt. et j’ai traduit par intuition.
204
[203] Quand la Prédication est récitée, écoutez-la et taisez-vous ! Peut-être vous sera-t-il fait miséricorde.
Note [édition originale] : Trait important : la récitation à haute voix de la parole révélée a une influence miraculeuse sur les assistants.
205

Facsimile Image Placeholder
[204] Invoque (ḏakara) le Seigneur en ton âme, avec humilité et crainte, à mi-voix, le matin et le soir, et ne sois point parmi les Insoucieux.
206
[205] Ceux qui sont proches de ton Seigneur ne se sentent point trop grands pour Le prier ; ils Le glorifient et devant Lui, ils se prosternent.
←|→Du Ryer, 1647Contexte X
LE CHAPITRE DES LIMBES,
contenant cent six versets, escrit à la Meque.
Lecteur, Mahomet a intitulé ce Chapitre, le Chapitre d’Aaraf, qui est un lieu entre le Paradis & l’Enfer, où les hommes ne souffrent point de douleur. Voy le Mokari, le Bedaoi, & Kitab el tenoir. AU nom de Dieu Clement & Misericordieux.
1
Je suis Dieu tres-Sage, tres-veritable.
Note [Coran 12-21, MKW] :

  • Alīf, lām, mīm, ṣād (المص)
La sourate vii est la seule qui commence par ces quatre lettres : on notera que les trois premières lettres sont identiques à celles évoquées dans le paragraphe ci-dessus. Du Ryer traduit ces quatre lettres par « Je suis Dieu tres-Sage, tres-veritable ». En symétrie avec les sourates ii, iii, xxix, xxx, xxxi et xxxii, où il rend alif, lām, mīm par « Je suis Dieu très-sage », Du Ryer reste cohérent et reprend la même traduction. Mais compte tenu du fait qu’une nouvelle lettre apparaît dans cette sourate, à savoir le ṣād (ص), Du Ryer lui attribue cette signification, « tres-veritable », ce qui renverrait au terme arabe ṣādiq (صادق, « véritable » ou « véridique »). Cette interprétation ne figure pas dans les trois commentaires que nous avons présentés ci-dessus. Mais le Tanwīrpropose quelques interprétations dont les suivantes :
  • alif et lām (ال) sont mises pour anā Allāh (أنا الله, je suis Dieu), le mīm pour a‘lam (أعلم, qui sait le mieux), et ṣād pour afṣil (أفصل, je distingue ou tranche entre le bien et le mal).
  • ṣād pour uṣliḥ (أصلح, je réforme).
  • ṣād pour muṣawwir (المصور, celui qui met en forme les choses).
Toutefois al-Suyūṭī dans son principal ouvrage de tafsīr, al-Durr manṯūr fī l-tafsīr b-l-maṯ’ūr, rapporte que le traditionniste et contemporain des compagnons du Prophète al-Daḥḥāk (vii e siècle) interprète ce verset par anā Allāh al-ṣādiq (أنا الله الصادق, Je suis Dieu le Véridique): ce qui donne sens au choix de Du Ryer. Cela suggère que Du Ryer ne s’en tient pas aux ouvrages qu’il mentionne dans sa glose, mais en consulte aussi d’autres.
2
Ce livre t’a esté envoyé pour prescher les vray-croyans, ne doute pas de ce qu’il contient ;
3
Dis leur, croyez en ce qui vous a esté envoyé de la part de vostre Seigneur, & n’adorez point d’autre Dieu que luy, il y a peu de personnes entre vous qui y pensent.
4
Combien avons nous ruiné de villes ? combien de fois avons nous envoyé nostre punition à leurs habitans de jour & de nuit lors qu’ils reposoient ?
5
neantmoins ils n’ont dit autre chose sinon qu’ils avoient grand tort.
6
Nous interrogerons le peuple à qui nous avons envoyé nos Prophetes, & luy demanderons compte de ce qu’il aura apris, & de tout ce qu’il aura fait ; nous interrogerons nos Prophetes, & leurs demanderons compte de ceux qui les auront suivis, & qui leur auront obey,
7
je les feray souvenir de ce qu’ils
Facsimile Image Placeholder
auront fait pour en estre remunerez. Nous n’estions pas esloignés de nos Prophetes lors qu’ils leur preschoient la verité,
8
leurs actions seront pesées dans la balance d’équité, la balance des bien-heureux sera pesante de bonnes œuvres,
9
& ceux desquels la balance sera legere de bonnes œuvres, seront damnez pour avoir méprisé nos commandemens.
10
Nous vous avons donné vostre habitation sur la terre, & vous y avons donné ce qui est necessaire pour vous nourrir, mais peu de personnes d’entre vous m’en remercient,
11
nous vous avons creé & formé, & avons ordonné aux Anges d’adorer Adam, ce qu’ils ont fait, excepté le Diable,
12
nous luy avons dit ; Qui t’a empesché d’adorer Adam lors que nous te l’avons commandé ? Il a respondu, je suis plus que luy, tu m’as creé de feu, & tu as creé l’homme de la boüe de la terre ;
13
Alors nous luy avons dit, sors du Paradis, il n’est pas l’habitation des orgueilleux, tu seras au nombre de ceux qui seront remplis d’ignominie.
14
Le Diable respondit, laisse moy jusques au jour de la resurrection des morts ;
16
pourquoy m’as tu tenté ? Je dévoieray les hommes du droict chemin,
17
je les empescheray à droict, à gauche, & de tous costez de croire en ta loy, & la plus grande partie d’entr’eux seront ingrats :
18
Nous luy avons dit, sors du Paradis, tu seras abhorré de tout le monde, & privé de ma misericorde, je rempliray l’Enfer de ceux qui te suivront.
19
O Adam habite avec ta femme dans le Paradis, & y mange de
Facsimile Image Placeholder
tout ce qui t’agréera, mais n’approche pas cét arbre autrement tu seras toy & ta femme au nombre des injustes,
20
le Diable les a tentés, & a dépoüillé leurs corps de leurs vestemens de grace, il leur a dit, Dieu vous a deffendu de manger du fruict de cét arbre, afin que vous ne soyez pas Anges ou eternels,
21
il a juré qu’il leur disoit la verité,
22
& les a remply d’ignominie à cause de leur superbe ; ils ont cognu leur nudité apres avoir mangé de ce fruict, & ont pris des fueilles du Paradis pour se couvrir ; leur Seigneur les a appellez, & a dit : Ne vous ay-je pas fait deffense d’approcher de cét arbre ? Je vous dis à tous deux que le Diable est vostre ennemy decouvert,
23
ils ont dit, Seigneur nous t’avons offensé, & fait tort à nos ames, si tu n’as pitié de nous, nous serons au nombre des damnez,
24
il a dit : Sortez du Paradis ennemis les uns des autres, vous habiterez en terre jusques au temps ordonné,
25
vous y vivrez & mourrez, & sortirez de la terre au jour du Jugement.
26
O enfans d’Adam, nous vous avons donné des vestemens de graces signes de nostre toute-Puissance, peut-estre que vous vous en souviendrez.
27
O enfans d’Adam, prenez garde que le Diable ne vous seduise comme il a seduit vos pere & mere, lors qu’il les a fait sortir du Paradis, il les a depoüillé de leurs vestemens, & leur a fait cognoistre leur laideur, il vous apparoistra avec ceux qui les suivent, & vous le verrez quand vous y penserez le moins, il protege les infidelles ;
28
lors qu’ils commettent quelque faute, ils disent :
Facsimile Image Placeholder
Nous suivons la loy de nos peres, Dieu nous l’a ainsi commandé ; Dis leur, Dieu commande-t’il de l’offenser ? direz-vous de Dieu ce que vous ne sçavez pas,
29
il vous a ordonné la justice, de l’adorer, & d’embrasser sa loy ; plusieurs ressusciteront comme vous les avés veus ;
30
une partie sera dans le droict chemin, & l’autre partie sera damnée, parce qu’ils ont obey au Diable, & ont cru qu’ils estoient dans le droict chemin.
31
O enfans d’Adam, vestez vous honnestement lors que vous irez aux Temples, mangez & beuvez de ce qui vous agréera, ne soyez pas prodigues, Dieu n’ayme pas ceux qui dépensent leurs biens inutilement ;
32
Dis leur, qui a fait deffense de se vestir proprement lorsqu’on va au Temple pour adorer Dieu ? Qui a deffendu de manger des biens que Dieu vous a donnés ? cela est permis aux vray-croyans. Dieu expliquera ainsi ses commandemens au jour du Jugement.
33
Dis leur, Dieu vous deffend la paillardise secrette & publique, la desobeïssance, l’injustice, l’envie d’adorer un autre Dieu que luy, & de dire de sa divine Majesté ce que vous ne sçavez pas,
34
chacun
a
Correction de : à
sa predestination, & personne ne la peut advancer ny retarder.
35
O enfans d’Adam, les Prophetes ne vous ont-ils pas enseigné mes commandemens ? Ceux qui me craindront & feront de bonnes œuvres seront delivrez d’affliction au jour du Jugement,
36
& ceux qui desobeïront à mes commandemens, qui s’esleveront contre la foy demeureront eternellement dedans le feu d’Enfer.
37
Qui est
Facsimile Image Placeholder
plus injuste que celuy qui blaspheme contre Dieu & contre ses commandemens ? telles gens seront punis conformément à l’escriture ; Lors que les Anges de la mort les feront mourir, ils leur diront ; où sont les Idoles que vous avez adorez au lieu de Dieu ? Ils respondront, que ces faux Dieux les ont abandonnez, & cognoistront leur idolatrie :
38
mais Dieu leur dira, entrez dedans l’Enfer avec les hommes & les Diables qui sont condamnez ; Ils maudiront les sectes qui les ont precedez ; & lors qu’ils seront assemblez, ils diront, Seigneur, arreste ceux là ils nous ont dévoyez, augmente leurs miseres dedans l’Enfer ; Dieu dira, nous accroistrons leurs peines & les vostres, mais vous ne le cognoissez pas.
39
Ils diront entr’eux, nous ne sommes pas cause que vous avez esté infidelles, vous ne l’avez pas esté pour nous complaire, souffrez avec nous les peines que vous avez meritées.
40
Je n’ouvriray pas la porte du Ciel à ceux qui desobeïront à mes commandemens jusques à ce que le chameau passe par le trou d’une esguille, ainsi je chastieray les pecheurs,
41
l’Enfer sera leur lict, le feu sera leur couverture ;
42
& ceux qui auront fait de bonnes œuvres selon leur pouvoir, demeureront eternellement dedans le Paradis,
43
j’esloigneray la tromperie de leur cœur, les ruisseaux couleront dans leurs champs avec delices, & diront ; loüé soit Dieu qui nous a conduit jusques icy, autrement nous serions au nombre des dévoyez ; certainement les Prophetes Messagers de Dieu nous
Facsimile Image Placeholder
ont enseigné la verité, ils ont dit que l’observance des commandemens de sa divine Majesté, nous rendroit heritiers du Paradis.
44
Ceux qui seront sauvez diront aux damnez qu’ils ont trouvé la grace que Dieu leur avoit predite, & leur demanderons s’ils ont rencontré la punition que sa divine Majesté leur avoit promise ; ils diront hautement qu’oüy, & que la malediction de Dieu est sur les injustes
45
qui ont devoyé les hommes de sa loy, & seront eternellement au nombre des mal-heureux.
46
Entre les bien heureux & les damnez il y a une separation & un lieu appellé Aaraf
Note [édition originale] : Les Docteurs Mahometans croyent que ceux qui auront autant fait de bien que de mal, & desquels la balance ne trébuchera pas du costé des bonnes œuvres ny du costé des mauvaises, demeureront en ce lieu appelé Aaraf, avec ceux qui n’auront fait ny bien ny mal, & que ce lieu est entre le Paradis & l’Enfer.
ou Limbes, où sont plusieurs personnes qui cognoissent les bien-heureux & les damnez à leurs visages, ils appellent les bien-heureux & les salüent, neantmoins ils n’entrent pas dans le Paradis, encore qu’ils ayent tres-grand desir d’y entrer ;
47
Lors qu’ils tournent les yeux du costé des damnez ils disent, Seigneur, ne nous mets pas au nombre des injustes.
48
Ceux qui sont en ce lieu appellent les damnez, ils les cognoissent à leur visages, & leur disent, à quoy vous ont servy vos richesses ? & de vous estre eslevez contre la foy & contre les commandemens de Dieu ?
49
voila les fidelles (que vous mesprisiez) vous juriez qu’ils seroient privez de misericorde, Dieu leur a parlé, & leur a dit, Entrez dans le Paradis, & n’ayez point de peur, vous serez à jamais exempts d’affliction :
50
Les damnez crieront aux bien-heureux ; Donnez-nous de l’eau que vous beuvez, & de la viande que vous
Facsimile Image Placeholder
mangez, ils respondront : La boisson & le pain du Paradis sont prohibez aux infidelles
51
qui se sont joüés de leur foy, qui se sont enorgueillis des biens de la terre, & qui se sont moquez des commandemens de Dieu, il les a oubliez par ce qu’ils ont oublié la venuë du jour du Jugement ; & qu’ils ont blasphemé contre ses commandemens.
52
Nous sommes venus aux habitans de la Meque pour leur enseigner l’Alcoran, nous l’enseignons aux hommes pour leur faire cognoistre le droict chemin, & acquerir la misericorde de Dieu, s’ils croyent en ce livre :
53
Attendront-ils de croire jusques à ce qu’ils sçachent son explication ? son explication paroistra au jour du Jugement, ce jour ceux qui auront vescu sans foy diront ; Certainement les Prophetes ont dit la verité, aurons nous part en leurs prieres ? intercederont-ils pour nous à ce que nous retournions au monde pour faire mieux que nous n’avons fait ? & pour obeyr aux commandemens de Dieu : mais ils seront damnez à cause de leurs blasphemes.
54
Dieu est vostre Seigneur, il a creé les Cieux & la Terre en six jours, & s’est assis en son throsne, il fait que la nuit suit promptement le jour, le Soleil, la Lune & les Estoiles se meuvent par son commandement, & tout le monde luy obeït, loüé soit Dieu Seigneur de l’Univers ;
55
Priez Dieu secrettement & publiquement, il n’ayme pas les injustes,
56
ne salissez pas la terre apres que les ordures en ont esté ostées, priez Dieu pour eviter ses chastimens, & pour obtenir sa
Facsimile Image Placeholder
misericorde
, elle est pour les gens de bien :
57
C’est Dieu qui envoye les vents pour separer la pluye ; Lors qu’ils portent les nuës nous les poussons chargées d’eau dans les lieux arides, morts & ruynez, & y faisons tomber la pluye pour leur faire produire des herbes & des fruicts, ainsi nous ferons ressusciter les morts, peut-estre que le peuple s’en souviendra,
58
la bonne terre produit de bons fruicts par permission de son Seigneur, & la mauvaise terre ne produit que de l’juroye. I’enseigne mes commandemens à ceux qui ne sont pas ingrats :
59
Certainement nous avons envoyé Noé pour instruire les hommes, il a dit : O peuple, adorez un seul Dieu, si vous adorez autre que luy, vous serez chastiez au jour du Jugement,
60
leurs Chefs ont respondu : O Noé, tu es en une grande erreur,
61
il leur a dit, Je n’erre pas, je suis Messager envoyé de Dieu
62
pour vous prescher sa volonté, je vous donne des advis tres-salutaires, Dieu m’a enseigné ce que vous ne sçavez pas ;
63
trouvez-vous estrange qu’il vous envoye ses commandemens par la langue d’un homme comme vous pour vous annoncer les tourmens de l’Enfer ? craignez Dieu il vous pardonnera vos pechez :
64
Mais ils ont dementy Noé, nous l’avons sauvé dans l’Arche avec sa suitte, & avons submergé ceux qui ont mesprisé nostre loy, ils estoient entierement aveuglés.
65
Nous avons envoyé Hod à son frere Aad, & à ceux de sa suite, il a dit : O peuple, adorez un seul Dieu, qu’adorerez-vous & que craindrez-vous autre que Dieu ?
Facsimile Image Placeholder
66
Leurs Docteurs ont respondu, tu es dans une tres-grande ignorance, nous croyons que tu es au nombre des menteurs ;
67
Il a repliqué, je ne suis pas un menteur, je suis Messager envoyé de Dieu
68
pour prescher ses commandemens, je vous donne de bons & salutaires advis,
69
ne vous esmerveillez pas de ce que Dieu vous enseigne ses commandemens par la langue d’un homme comme vous qui vous annonce sa volonté ; souvenez-vous qu’il vous a laissé en terre apres Noé, qu’il vous a accru en nombre en force & puissance ; Souvenez-vous de sa grace vous serez bien-heureux ;
70
Ils ont respondu, sommes nous venus jusques icy pour adorer un seul Dieu, & pour delaisser ce que nos peres ont adoré ? faits nous paroistre la verité de ce que tu nous presches si tu es veritable,
71
il a dit, la colere & l’indignation de Dieu tomberont sur vous, disputerez-vous avec nous des noms que vous & vos peres avez donnez à vos Idoles ? Dieu ne vous a pas ordonné de les adorer, vous n’avez point de raison de ce faire, attendez vostre punition, je l’attendray avec perseverance ;
72
Alors nous l’avons delivré de leur malice, & tous les vray-croyans qui estoient avec luy, & avons exterminé ces infidelles à cause de leur impieté.
73
Nous avons envoyé Salhé
Note [édition originale] : Les Turcs croyent que Salhé par la permission de Dieu, metamorphosa un rocher en chameau.
à Temod & à ses gens, il leur a dit, O peuple n’adorez qu’un seul Dieu, il vous fait paroistre un miracle en ce chameau, laissez-le paistre en terre, & ne luy faites point de mal ; autrement vous serez chastiez :
74
Souvenez-vous comme
Facsimile Image Placeholder
Dieu vous a laissé en terre apres Aad, il vous a fait habiter dans les valées, dans les plaines, & dans les montagnes ; Souvenez-vous de Dieu, & ne salissez plus la terre :
75
Leurs Chefs qui estoient orgueilleux ont demandé aux pauvres s’ils croyoient que Salhé fut veritablement Messager envoyé de Dieu, ils ont respondu, Nous croyons en ses paroles & en sa doctrine,
76
Alors ces superbes ont dit, nous abjurons ce que vous croyez ; nous le condamnons,
77
& ont tué le chameau de Salhé par derision, ils ont desobey aux commandemens de Dieu, & ont dit, O Salhé, faits nous maintenant paroistre la punition que tu nous presche, si tu és un des Prophetes ;
78
en mesme temps le tremblement de terre & le tonnerre les ont surpris, & sont demeurez morts comme charognes dans leurs maisons,
79
Salhé les avoit abandonnés, & leur avoit dit ; O peuple je vous ay presché la volonté de Dieu avec fidelité, mais vous n’aymez pas ceux qui vous sont affectionnez, & qui vous donnent de bons conseils.
80
Souviens-toy, comme Loth parla au peuple, & luy dit, vous salirez vous tousjours par une paillardise ? & dans une ordure qui n’a encore esté veüe de personne du monde de ceux qui vous ont precedé ?
81
aymerez-vous les hommes plus que les femmes ? aymerez-vous le peché plus que la pieté ?
82
ils ont dit, chassons Loth & sa famille de nostre ville, puis qu’ils ne se veulent pas salir avec nous,
83
mais Dieu l’a delivré de leurs mains & ceux de sa maison, excepté sa femme, qui est demeurée avec ceux qui ont esté
Facsimile Image Placeholder
chastiez, n
84
ous avons fait pleuvoir sur eux une pluye qui les a tous exterminés. Considere qu’elle est la fin des meschans.
85
Nous avons. envoyé Chaib au pays de Madian, il a dit, ô peuple n’adorez qu’un seul Dieu, pesez à bon poids, mesurez à bonne mesure, & ne retenez rien de vostre prochain ;
86
ne tenez pas les grands chemins pour faire peur au peuple, ne destournez pas les vray-croyans de la loy de Dieu ; Souvenez-vous que vous n’estiez qu’une petite poignée de gens, & qu’il vous a fait multiplier, considerez la fin des meschans ;
87
Si quelqu’un d’entre vous embrasse la foy, & que les autres l’a mesprisent prenez patience jusques à ce que Dieu Juge vos differents, il n’y a point de meilleur Juge que luy ;
88
Leurs Docteurs ont dit, ô Chaib, nous te chasserons de Madian toy & ceux qui croient comme toy, si tu n’és de nostre Religion, il a respondu, si je n’abhorrois pas vostre Religion,
89
je blasphemerois contre Dieu qui m’en a delivré, je ne la veux pas suivre s’il plaist à Dieu, il sçait tout, je me suis entierement resigné à la volonté de sa divine Majesté, Seigneur juge nostre different, tu és le meilleur Juge du monde ;
90
Alors leurs Docteurs ont dit au peuple, si vous suivez Chaib vous serez damnez ;
91
peu de temps apres le tremblement de terre & le tonnerre les ont surpris, & ont esté trouvez morts le matin dans leurs maisons,
92
ceux qui ont dementy Chaib, n’ont point trouvé de seureté dans leurs habitations, ils sont gens perdus,
93
il les avoit abandonnés, & leur avoit
Facsimile Image Placeholder
dit, ô peuple, je vous ay presché la volonté de Dieu avec fidelité, je ne m’affligeray plus de la malice des impies.
94
Nous avons affligé de maladie & de pauvreté ceux qui n’ont pas obey aux Prophetes que nous avons envoyés aux habitans de Madian, peut-estre qu’ils se convertiront ;
95
Nous les avons esprouvés par les maladies & par la santé, & les avons gratifiez en plusieurs occurrences, neantmoins ils ont dit, nos peres ont esté affligez de maladie & de pauvreté, nous serons comme eux ; mais nous les avons chastiez de leur peché lors qu’ils y pensoient le moins.
96
Si les habitans de la Meque eussent eu nostre crainte devant les yeux, & eussent obey à nos commandemens, nous leurs aurions ouvert la benediction du Ciel & de la terre, nous les chastierons parce qu’ils sont impies :
97
Il y en a qui seront chastiez la nuit lors qu’ils dormiront,
98
& d’autres qui seront chastiez de jour lors qu’ils joüeront & qu’ils se divertiront,
99
ils ont crû que Dieu estoit un trompeur, & sont gens perdus,
100
Dieu conduit au droict chemin les vray-croyans, & les fait heritiers de la terre apres leurs parens, s’il eut voulu il auroit exterminé tout le monde, il auroit endurcy le cœur du peuple & personne n’auroit oüy sa parole.
101
Je te raconte les choses arrivées à cette ville
Note [édition originale] : C’est la ville de la Meque.
, nombre de Prophetes ont esté envoyez à ses habitans, & ont fait plusieurs miracles, neantmoins ils n’ont pas voulu quitter leur premiere impieté, ainsi nous avons endurcy le cœur des infidelles,
102
ils n’ont pas effectué leurs promesses, & avons
Facsimile Image Placeholder
trouvé la plus grande partie d’entr’eux meschants & desobeïssans.
103
Nous avons envoyé Moyse à Pharaon & à son peuple, il leur a fait paroistre des miracles qu’ils ont mesprisez par leur malice, mais considere qu’elle a esté la fin de ces impies ;
104
Moïse dit à Pharaon, je suis Messager envoyé du Dieu de l’Univers,
105
quand je parle de Dieu je ne dits que la verité ; Je suis venu par son commandement, pour te dire qu’il faut que tu congedie avec moy les enfans d’Israël, & que tu ne les arreste plus dans tes estats ;
106
Pharaon luy dit, si tu es venu de la part de Dieu, & si tu est veritable en tes paroles, faits nous paroistre quelques miracles,
107
alors il a jetté son baston en terre qui a esté changé en serpent,
108
il a monstré sa main qui a paru tres-blanche aux yeux des spectateurs
Note [édition originale] : Gelaldin dit que la main de Moyse estoit brune.
.
109
Les Docteurs de Pharaon luy ont dit, cét homme est Magicien,
110
il nous veut faire abandonner nostre pays, quel est vostre sentiment ?
111
mettez-le prisonnier luy & son frere, & envoyez dans vos villes assembler
112
des Magiciens.
113
Lors que les Magiciens de Pharaon ont esté devant luy, ils ont dit, quelle recompense aurons-nous si nous sommes victorieux ?
114
il leur a respondu, vous serez bien recompensez, & serez de ceux qui approcheront ma personne,
115
ils ont dit, ô Moyse, veux-tu jetter le premier ton baston en terre, ou si nous jetterons les nostres,
116
Moyse leur a dit de jetter leurs bastons, ce qu’ils ont fait, ils ont enchanté les yeux des spectateurs, & les ont effrayés par un enchantement
Facsimile Image Placeholder
extraordinaire
,
117
Dieu a inspiré à Moyse de jetter sa verge en terre qui a devoré les bastons des autres,
118
la verité a paru par dessus le mensonge, & par dessus la vanité de leurs actions,
119
ils ont esté vaincus à leur confusion,
120
ils ont quitté leur magie, & se sont prosternez en terre,
121
proferant ces paroles, Nous croyons au
Seigneur
Correction de : Seigneurs
de l’Univers,
122
Seigneur de Moyse & d’Aaron.
123
Pharaon leur a dit, Vous croyez au Dieu de Moïse sans ma permission, c’est une tromperie que vous avez controuvée pour chasser le peuple de mes estats, mais vous cognoistrez bien-tost la punition que je vous donneray,
124
je vous feray coupper les pieds & les mains, ou je vous feray tous crucifier.
125
Ils ont respondu, nous sommes entierement resignez à la volonté de Dieu,
126
quelle vengeance que tu prenne de nous, tu ne nous empescheras pas de croire aux miracles que nous voyons, ny d’obeyr aux commandemens de sa divine Majesté, Seigneur donne-nous patience, & nous faits mourir au nombre des vray-croyans :
127
Alors les Docteurs de Pharaon luy ont dit, donne congé à Moyse & à son peuple qu’ils aillent où bon leur semblera salir la terre, afin qu’ils te laissent en repos avec tes Dieux ; Il a dit, je feray tuer leurs enfans, je feray mal traiter leurs femmes, & leur feray endurer mille tourmens ;
128
Moyse a dit à son peuple. Demandez secours à Dieu avec patience & oraisons, toute la terre est à Dieu, il en fait heritier qui bon luy semble ; l’autre monde est pour les gens de bien.
129
Ils ont dit, ô Moyse nous avons
Facsimile Image Placeholder
souhaité la mort de nos ennemis auparavant ta venuë, il leur a respondu, Dieu n’exterminera pas vos ennemis pour vous laisser seuls en terre, il verra ce que vous ferez.
130
Nous avons affligé Pharaon & ses subjets par la famine, peut-estre que les infidelles y penseront ;
131
lors qu’il leur est arrivé quelque bonheur, ils ont dit qu’ils le meritoient bien, & lors qu’il leur est arrivé du mal, ils ont dit que Moyse & ses gens en estoient cause, c’est Dieu qui les punissoit, mais la plus grande partie d’entr’eux ne le cognoissoit pas.
132
Ils ont dit à Moïse, cesse de nous faire voir tes miracles pour nous enchanter, nous ne te
voulons
Correction de : voulous
pas obeïr,
133
nous leur avons envoyé le déluge, les sauterelles, les poüils, les grenoüilles, & le sang l’un apres l’autre, neantmoins ils se sont enorgueillis, & ont esté au nombre des meschans ;
134
Lors que nostre ire est tombée sur eux, ils ont dit, ô Moyse, appelle ton Seigneur, qu’il nous donne ce qu’il ta promis, esloigne sa colere de nous, nous te croirons & congedierons les enfans d Israël avec toy ;
135
Lors que nous les avons delivrés d’affliction, ils ont éguisé leurs langues, ils ont murmuré, & ont contrevenu à leurs promesses,
136
nous nous sommes vengez d’eux, nous les avons submergez dans la mer, parce qu’ils mesprisoient nos miracles,
137
& avons donné le Ponant & le Levant aux enfans d’Israël qui se sont humiliez devant nous, nous leur avons donné nostre benediction, nostre parole a esté accomplie sur eux à cause de leur perseverance, & avons exterminé les
Facsimile Image Placeholder
armées de Pharaon.
138
Les enfans d’Israël apres avoir passé la mer, ont rencontré des personnes qui adoroient les Idoles, ils ont dit, ô Moyse, faits nous des Dieux semblables aux Dieux de ce peuple, il a respondu, vous estes des ignorans,
139
ces gens sont gens perdus, ce qu’ils font n’est qu’ignorance & vanité,
140
desiré je que vous adoriez autre Dieu que Dieu qui vous a preferé à tout le monde ?
141
Nous vous avons delivrés des gens de Pharaon qui vous faisoient souffrir des grands tourmens, ils assassinoient vos enfans, ils mal-traittoient vos femmes, & souffriez de grands tourmens pour punition de vos pechez.
142
Nous avons arresté Moyse sur la montagne trente nuits & dix autres nuits, qui est en tout quarante nuits, quand il y est allé, il a dit à son frere Aaron, sois mon Lieutenant, commande à ce peuple en mon absence, & ne suis pas le sentier des meschants.
143
Lors que Moyse est arrive sur la montagne au temps ordonné, & que son Seigneur luy a parlé, il a dit, Seigneur permets moy de te voir, il a dit, tu ne me verras pas, regarde contre cette montagne, si elle demeure ferme en cette place, tu me pourras voir, lors que le Seigneur parut sur la montagne avec sa lumiere, elle a esté reduite en cendre, & Moyse confus est tombé en terre comme mort ; apres qu’il a esté relevé, il a dit, loüé soit le nom de Dieu, je luy veux obeyr, & croy que personne vivante ne le peut voir ;
144
Il
Correction de : I
a dit à Moyse, je t’ay esleu & prefere à tout le monde, je t’ay fait Prophete, tu as parle à moy, re-
Facsimile Image Placeholder
çois la grace que je te donne & n’en sois pas ingrat,
145
Nous luy avons donné les tables sur lesquelles estoit escrit ce qui est necessaire pour le salut des hommes, & luy avons dit, reçois avec affection ce que je te donne, & ordonne à ton peuple d’observer le contenu de ces tables, Je precipiteray dedans l’Enfer, ceux qui contreviendront à mes commandemens,
146
je priveray les orgueilleux de mes graces, ils ne croiront pas en ma loy encore qu’ils verroient tous les miracles du monde ; s’ils voyent le droict chemin ils ne le suivront pas, s’ils voyent le chemin de fourvoyement ils le suivront, parce qu’ils ont abjurez mes commandemens, & ont mesprisé ma grace,
147
les bonnes œuvres de ceux qui me desobeïssent & qui ne croyent pas en la resurrection sont inutiles, ils seront chastiez selon leurs démerites.
148
Le peuple de Moyse apres son trespas, a adoré le veau Dieu mugissant, ne voyoient-ils pas qu’il ne parloit pas à eux ? & qu’il ne les pouvoit pas conduire au droict chemin ? Neantmoins ils l’ont adoré enquoy ils ont eu tres-grand tort ;
149
lors que ce veau est tombé en terre, & qu’ils ont cognu leur erreur, ils ont dit, si Dieu n’a pitié de nous, nous serons au nombre des gens perdus ;
150
Lors que Moyse est retourné, il leur a dit, A qui avez vous obey apres mon depart ? vous vous estes trop hastés d’adorer cét Idole, il a de colere jetté contre terre les tables que Dieu luy avoit données, il a pris son frere par la teste, & la tiré à luy disant, fils de ma mere, comme as tu gouverné ce
Facsimile Image Placeholder
peuple
? I’ay manqué de pouvoir, respondit-il, & ne l’ay pas pû detourner de sa volonté, peu s’en est fallu qu’il ne m’aye tué, ne me faits point de mal, ne resioüy pas mes ennemis de mon malheur, & ne me mets pas au nombre de ceux qui ont adoré les Idoles,
151
Moyse a dit, Seigneur, pardonne à mon frere & à moy, donne-nous ta misericorde, tu es le misericordieux des misericordieux,
152
L’ire de Dieu & l’infamie du monde tomberont sur ceux qui ont adoré le veau, & qui ont blasphemé contre Dieu,
153
il sera clement à ceux qui se convertiront, & qui croiront en sa divine Majesté ;
154
Lors que la colere de Moyse fut adoucie, il reprit les tables sur lesquelles estoit escrit le chemin de salut pour ceux qui ont la crainte de leur Seigneur devant les yeux,
155
il fit au temps ordonné separer entre son peuple soixante & dix personnes qui furent surprises d’un tremblement de terre & du tonnerre, & dit, Seigneur, tu les pouvois exterminer avant qu’avoir adoré le veau, nous extermineras-tu tous à cause du peché des ignorans qui sont entre nous ? Tu as voulu esprouver ce peuple, tu conduits & devoye qui bon te semble, tu es nostre Protecteur, pardonne-nous nos pechez, puisque tu es tout misericordieux,
156
donne nous ta grace en ce monde, & nous conduits au jour du Jugement auprés de ta divine Majesté, il a dit, je puniray qui bon me semblera, ma misericorde embrasse tout le monde, elle est pour ceux qui ont ma crainte devant les yeux, qui payent les
Facsimile Image Placeholder
dixmes
, qui obeïssent à mes commandemens,
157
qui suivent le droit chemin, qui croyent au Prophete qui ne sçait ny lire ny escrire
Note [édition originale] : C’est Mahomet. Voy Kitab el tenoir.
, & en ce qui est escrit de luy dans l’ancien Testament, & dans l’Evangile, il leur commandera les choses honnestes, il leur deffendra les choses inciviles, il leur enseignera les viandes qui sont mondes, & leur deffendra de manger celles qui sont immondes, il les delivrera des ceremonies pesantes & fâcheuses, & des chaisnes qui les tiendront étroitement liez ; ceux qui croiront en luy, qui l’honnoreront, qui le deffendront de ses ennemis, & qui suivront la lumiere que nous luy envoyerons, seront tous bien-heureux.
158
Dis au peuple, je suis veritablement Messager envoyé de Dieu à qui appartient le Royaume des Cieux & de la Terre, il n’y a qu’un seul Dieu, il fait vivre & mourir qui bon luy semble ; Croyez en Dieu & en son Prophete qui ne sçait ny lire ny escrire
Note [édition originale] : Les Turcs croyent que Mahomet ne sçavoit ny lire ny escrire.
; ceux qui croiront en Dieu en ses paroles, & qui suivront le Prophete seront bien conduits, ils suivront un tres-bon chemin.
159
Il y a des personnes entre les enfans d’Israël qui sçavent la verité, & jugent avec equité ?
160
nous les avons separez en douze tributs, lors que Moyse a demandé à boire pour son peuple nous luy avons inspiré de frapper de sa verge le rocher, dont sont sorties douze fontaines, & chacun a sçeu le lieu où il devoit boire, nous les avons couverts de l’ombrage des nuës, nous avons fait descendre sur eux la mane & les cailles, & leur avons commandé de
Facsimile Image Placeholder
manger des biens que nous leur avons donnez ; ils ne nous ont pas fait tort (lors qu’ils ont murmuré) ils n’ont fait tort qu’à eux-mesmes ;
161
on leur a dit, habitez en cette ville
Note [édition originale] : C’est la terre Saincte. Voy Gelaldin.
& y mangez de ce qui vous agréera, entrez à la porte avec adoration, & demandez pardon de vos pechez, je vous pardonneray & augmenteray les graces des gens de bien :
162
Neantmoins les impies qui estoient entr’eux ont alteré les paroles qu’on leur avoit dites, ils les ont perverties, & nous leur avons envoyé nostre indignation du Ciel à cause de leur impieté.
163
Demande-leur des nouvelles du village qui estoit sur le bord de la Mer dont les habitans n’observoient pas le Sabat, & preschoient le jour du repos, ils ont veu ce jour paroistre des serpens sur l’eau, & les autres jours ils n’en ont point veu ; nous les avons ainsi esprouvez à cause de leur desobeissance ;
164
Une partie d’entr’eux
a
Correction de : à
dit, ne preschez pas ce peuple c’est peine perduë, Dieu les exterminera & les chastiera par de griefs tourmens, alors leurs Docteurs ont dit, ils demanderont pardon au Seigneur, peut estre qu’ils auront peur de l’offenser une autre fois ;
165
Lors qu’ils ont mesprisé ce que nous leur avons enseigné, nous avons sauvé ceux d’entr’eux qui se sont abstenus de mal faire, & avons griefuement chastiez les impies à cause de leur desobeïssance,
166
lors qu’ils se sont glorifiez de leur peché nous leur avons dit ; Soyez mesprisez & abhorrez comme des singes,
167
ton Seigneur leur envoyera au jour du Jugement des
Facsimile Image Placeholder
personnes
qui les tourmenteront, il est exact à chastier les meschans, & misericordieux aux gens de bien :
168
Nous les avons divisez sur la terre, il y en a entr’eux qui sont gens de bien, & d’autres qui sont impies ; Nous leurs avons envoyé du bien & du mal pour les esprouver, peut-estre qu’ils se convertiront.
169
Leur posterité a delaissé une posterité heritiere de leurs doctrine, neantmoins ils retournent en leurs pechez, & disent que Dieu leur pardonnera
Note [édition originale] : Voy Gelaldin.
, ils luy en demandent pardon, & retournent tousjours en leur peché ; ne leur demandera-t’on pas compte de ce qui est ordonné en l’escriture ? à sçavoir de ne parler de Dieu qu’avec verité ? ils ont leu la verité, mais ils ne la comprennent pas,
170
le Paradis n’est que pour les gens de bien : Je ne priveray pas de recompense ceux qui font leurs oraisons au temps ordonné, & qui observent ce qui est contenu dans l’escriture.
171
Souviens toy comme nous avons eslevé la montagne sur eux pour les tenir à l’ombre, & comme ils croyoient qu’elle tomboit sur leurs testes, nous leur avons dit, comprenez avec affection ce que nous vous enseignons, & vous en souvenez, peut-estre que vous craindrez la desobeïssance.
172
Ton Seigneur a fait sortir des reins d’Adam toute sa posterité, & l’a interrogé disant, Ne suis-je pas vostre Seigneur ? ils ont respondu, oüy tu és nostre Seigneur, nous le sçavons bien : Ils ne pourront donc pas dire au jour du Jugement qu’ils n’ont pas cognu son unité,
173
ils diront pour s’excuser, nos peres ont adore
Facsimile Image Placeholder
plusieurs
Dieux auparavant nous, nous sommes leur posterité, nous exterminera-tu à cause de leur peché ?
174
I’explique ainsi mes mysteres aux hommes, peut-estre qu’ils se convertiront.
175
Raconte leur l’histoire de celuy qui a veu nos miracles, il a esté dépoüillé de sa science, le Diable la suivy, & a esté au nombre des gens perdus,
176
si nous eussions voulu nous l’aurions eslevé par la cognoissance de nos merveilles entre les Docteurs, mais il a croupy en terre, & a suivy ses appetits, semblable au chien eschauffé, si tu le chasse avec colere il tire la langue, si tu le laisse en repos il tire tousjours la langue, semblable aux infidelles qui mesprisent nos instructions, si tu leur raconte nos miracles, ou si tu ne les raconte pas, peut-estre qu’ils se convertiront,
177
peut-estre qu’ils ne se convertiront pas, & seront semblables à ceux qui ont abjuré nos commandemens, & ont fait tort à leurs ames ;
178
celuy que Dieu conduit est bien conduit, & celuy que Dieu dévoye est au nombre des gens perdus.
179
Nous avons creé l’Enfer pour chastier les Diables & les hommes, ils ont des cœurs & ne comprennent pas la verité, ils ont des yeux & ne la voyent pas, ils ont des oreilles & ne l’entendent pas, ils sont semblables aux animaux & pire que les animaux, ils sont entierement ignorans.
180
Les plus beaux noms du monde appartiennent à Dieu ; priez-le par la beauté de son nom, & vous esloignez de ceux qui s’esloignent de la verité par les noms qu’ils donnent à leurs Idoles, ils
Facsimile Image Placeholder
seront chastiez selon leurs demerites.
181
Il y a des personnes qui suivent la verité, & jugent avec équité,
182
je chastieray peu à peu ceux qui mespriseront mes commandemens lors qu’ils y penseront le moins,
183
je differeray leur punition quelque temps, parce que ma colere est violente,
184
ne se souviennent ils pas qu’ils ont dit que Mahomet est possedé du Diable ? au contraire, il annonce les joyes du Paradis, & presche les tourmens de l’Enfer.
185
Ne considerent-t’il pas le Royaume du Ciel & de la Terre que Dieu a creé de rien ? l’heure de leur mort arrivera avant qu’ils ayent recognu leurs pechez, en quoy croiront ils s’ils ne croyent en l’Alcoran ?
186
Celuy que Dieu dévoyera ne trouvera personne qui le conduise, il delaissera les infidelles confus dans leur desobeïssance.
187
Ils t’interrogeront de l’heure & du jour du Jugement, Dis leur, personne ne le sçait que Dieu, le jour sera formidable au Ciel & en la Terre, & viendra à l’impourveu ; Ils t’en interrogeront comme s’il t’estoit incognu, Dis leur, personne ne sçait le jour du Jugement que Dieu ; mais la plus grand’partie du monde ne le croit pas ;
188
Je n’ay pas le pouvoir de faire ny bien ny mal à moy mesme, si Dieu ne le permet, si je sçavois le futur je ferois provision de bien pour me garder de la pauvreté, je ne suis envoye que pour annoncer les joyes du Paradis, & pour prescher les tourmens de l’Enfer à ceux qui croyent en Dieu,
189
c’est luy qui vous a creé d’une seule personne, & a creé son espouse de sa
Facsimile Image Placeholder
coste pour habiter avec elle ; lors qu’elle a esté en doute d’estre grosse, elle n’a pas laissé de cheminer à son ordinaire, mais lors que sa grossesse la renduë pesante ils ont tous deux prie Dieu leur Seigneur & ont dit, Seigneur, donne-nous une heureuse lignée afin que nous soyons au nombre de ceux qui te remercient de tes graces,
190
Lors que Dieu leur a donné un fils homme de bien, ils l’ont associé en ce qu’il leur avoit donné, & tous
deux
Correction de : d’eux
ont exalté la gloire de sa divine Majesté pardessus les Idoles des infidelles
191
qui adorent des choses qui ne peuvent rien créer, qui sont choses crées,
192
& qui ne leur peuvent faire ny bien ny mal.
193
Si vous appellez les idolatres au droict chemin, ils ne vous suivront pas, si vous invoquez les Idoles malheur vous arrivera, serez vous muets pour professer l’unité de Dieu ?
194
Adorerez-vous les creatures au lieu du Createur ? allez adorez vos Idoles, & qu’ils exaucent vos prieres si vous croyez qu’ils soient Dieux ;
195
Ont ils des pieds pour marcher, des mains pour toucher, des yeux pour voir, & des oreilles pour oüir ? Dis leur, si vous invoquez vos Idoles, & si vous conspirez contre moy, vous ne trouverez personne qui vous protege,
196
Dieu est mon Protecteur, il a fait descendre l’Alcoran du Ciel, il est protecteur des gens de bien,
197
ce que vous adorez ne vous-peut faire ny bien ny mal ;
198
Si tu invoques les Idoles, ils ne t’exauceront pas, ils te regarderont & ne te verront pas
faire
Correction de : faits
199
ce qui est permis de faire, commande les choses qui sont
Facsimile Image Placeholder
honnestes
, & t’esloigne des ignorans,
200
si le Diable te veut seduire, confie-toy en Dieu, il entend tout & sçait tout,
201
ceux qui le craignent se souviennent de ses graces & de ses chastimens lors qu’ils sont tentez du Diable.
202
Encore que les infidelles cognoissent la verité, le Diable ne laisse pas de les prolonger en leur peché, ils suivent tousjours leur impieté ;
203
Si tu vas à eux pour les instruire, ils disent que tu chante une vieille chanson, Dis leur, je faits ce que mon Seigneur m’a inspiré, ce que je vous enseigne est la lumiere de la foy, le droict chemin, & la grace de Dieu pour ceux qui croyent en sa divine Majesté,
204
pour ceux qui escoutent l’Alcoran & qui l’estudient, peut-estre que Dieu vous donnera sa misericorde.
205
Souviens-toy de Dieu en ton ame, adore-le publiquement & secrettement, prie-le soir & matin, & ne sois pas au nombre des ignorans.
206
Les Anges qui sont auprès de ton Seigneur, ne mesprisent pas de l’adorer, ils le loüent & l’adorent avec humilité.
←|→ Bibliander, 1550Contexte X
AZOARA XVII
2
Note [édition originale] : Alcoran tenendus constanter.
Nec sit tibi graue, neque molestum, hunc librum tibi coelitus missum penitus sequi, uerba brutorum et insciorum minime curando, et per ipsum bonos homines castigare, et ad boni memoriam rectamque uiam producere.
4
Quoties enim uillis uestra confusio noctu superuenit, illi bruti malo laesi nil aliud respondent, nisi quod nos male fecimus.
8
Nos uero illa die, qua uerax aequilibritas omne pondus examinabit,
Note [édition originale] : Stathera iudicii diuini : ex Daniele accepta.
6
perscrutabimur, quod illi nunciis uel e conuerso dixerint :
7
uide utrum nostra praecepta nunciata fuerint, me tamen omnia sciente.
9
Erunt autem boni, quorum pondus maximum fuerit : mali uero, quibus minimum, quia nostris praeceptis non crediderint.
11
Ego quidem uos formans,
10
terram uestrae uoluntati, licet cum minima reditione gratiarum, supposui :
11
Note [édition originale] : Diaboli ruina.
et ut angeli se patri uestro Adae
Facsimile Image Placeholder
protoplasto humiliarent, iniunxi : praeceptoque meo cuncti, Belzebub excepto, paruerunt.
12
Note [édition originale] : Fabula de adoratione Adae, ex dignitate Christi et ministerio angelorum deducta. Zabulos, id est, malorum consiliorum suggestor.
¶ Deo quidem illic quaerenti, qua de causa minime pareret, inquit : Quia ego factus sum ex igne, illi de terrae limo plasmato : praeualeo.
13
Inquit Deus : Hinc igitur, ut minimus efficiaris, descende : cum tibi super me sublimari sit impossibile.
14
Ei deinceps terminum a Deo ante diem ueracissimum postulanti,
15
respondit Deus : Terminus quidem est positus.
16
Cui ipse : Quoniam tu mihi sic molestus, malum hoc ingeris, ipsi suaeque posteritati rectam uiam sequentibus,
17
circumquaque suggestiones et assultus inferens, efficiam quod eorum nemo tibi grates persoluat.
18
Quem Deus sic increpans, inquit : Tu minime, tuque repulse, descensum accelera, et de te tuisque sequacibus gehennam prorsus implebo.
19
Note [édition originale] : Lapsus hominis iterum narratur, historia Geneseos fabulis contaminata.
Adae uero, suaeque mulieri praecepit, ut in paradiso manentes, quod sibi placeret comederent : una tantum arbore minus, nisi se malos esse mallent.
20
His itaque diabolus, sugestionem faciens, et ad membrorum uirilium atque pudendorum detectionem nitens. Deum eis illam arborem uetuisse fallaciter insinuauit, non ob aliud, nisi ut uel illi nequaquam angeli fierent, uel ibi perpetuo manerent.
21
¶ Diabolus itaque iurans se nequaquam illis suo nociturum alloquio,
22
eos in uiam prauam atque peruersam distorsit. Gustantibus igitur illis de arbore, sexus atque pudenda membra apparere coeperunt. Quae ipsis e paradisi foliis tegentibus, Deus inquit : Nonne uobis hanc arborem interdixi, uobis hostilitatem atque maliciam diabolicam enodans ? Responderunt illi : o Deus, nos nostris animabus nocuisse confitemur.
23
Unde nisi per te data uenia, perdendi peribimus.
24
Quibus ipse : Aduersantes alter alteri, ad terram usque descendite, moram horalem illic habituri, ibique uitae uestrae peracto spacio
25
moriemini. et deinde uos resuscitabo,
26
uobisque uestraeque proli uestes daturus, unde membra genitalia tegatis. Horum itaque recordando, Deum uobis diuitias daturum timete. Et hoc est praeceptum dei optimum.
27
Note [édition originale] : Cauendus diabolus astutissimus.
O filii Adae, nullatenus aurem seu mentem diabolo uelitis adhibere, qui patres uestros e paradiso proiecit, uestes, apparere faciendo quae prius operta uidebantur, abstulit. Hoc quidem bellum uobis summe cauendum, cum uos diabolo suaeque genti sitis uisibiles, illi uero uobis inuisibiles. Diabolis incredulorum consiliatoribus effectis,
28
cum ipsi
scelesta
Correction de : scelestam
nefandaque gerant, aiunt patres suos illiusmodi facta gessisse, et Deum hoc sibi praecepisse. Sed Deo nil nisi rectum praecipienti, mendacium imponunt :
30
et uiam rectam delinquentes, falsam sequuntur, extimantes tamen se recte facere.
31
O filii Adae, ad templum tendentes, uestros optimos ornatus sumite.
29
Note [édition originale] : Orandum uersus templum.
Versus templum quoque facie uersa orationes fundite, et Deum corde puro inuocate.
31
Note [édition originale] : Temperantiae
In cibis et potibus uestris superfluitatem euitate.
32
Quis constituit uestes et ornatus, cibosque bonos et sapidos, uobis illicitos ? Illi quidem liciti sunt bonis huius saeculi, et puris ac emundatis alterius. Tali ratione discerno res hominibus, ut ipsi percipiant et intelligant.
33
Note [édition originale] : Peccata quae Deus imputat.
¶ Deus ipse nil nisi criminalia modicaque peccata, ut falsas rapinas et iniurias, positionemque societatis et participationis in deitate, ipsique Deo falsum imponere, et his similia, statuit cuique uestrum illicita :
34
nec cuiquam est possibile, terminum a Deo sibi praescriptum transgredi.
35
Note [édition originale] : Machumet audiendus.
Filii Adae, uobis iam aduenit de uobis nuncius, mea praecepta laturus :
36
quibus omnis contradicens, et se retrahens, igne perpetuo punietur.
35
Timens autem, et obediendo benefaciens, expers timoris atque molestiae paradisi gaudio perfruetur.
37
Quis uero peior imponente Deo mendacium, aut suis contradicente
Facsimile Image Placeholder
praeceptis ? Horum quidem quisque libri partem habebit, usque ad nostrorum angelorum aduentum, qui ducentes eos extra lumen uitae, dicent : Ubi est, quem adorauistis in Dei loco ? Respondebunt, eum aufugisse, tuncque suarum animarum testimonio perhibebunt, se incredulos fuisse.
38
Tunc Deo eis iniungente, ut cum diaboli clientibus prae caeteris ignem ingrediantur, non desinent ipsi gentem prius ingressam increpare, usquequo omnes in igne depositae fuerint, dicentque : O Deus, isti nos aberrare fecerunt, unde tuo praecepto ignis eis duplicetur. Respondens quidem Deus dicet : Ita esse, licet ipsi nesciant.
Note [édition originale] : Si caecus caeco dux fuerit, ambo caedent in foueam.
39
Primi uero succedentibus inquient : Bonoque gaudio carentes, gustate nobiscum malum, quod fecistis.
40
Nulli namque contradicenti mandatis nostris, aut se inde retrahenti, aperietur coeli ianua, paradisiue patebit aditus, usquequo camelo peruius per acus foramen gressus pateat :
Note [édition originale] : Alludit inepte ad illud Mat. 19. Facilius camelum , etc.
41
Sed eis in gehennam praeparatur lectus igneus, et simile coopertorium, ut mali merentur.
42
¶ Credentibus, et benefacientibus uos, nemini nisi quam post iniungentes paradisum aquarum fluxu iocundissimam dabimus mansionem perpetuam :
43
ubi ipsi per me prorsus malicia suorum cordium emundati dicent, Deo grates referimus, qui nos uias rectas nemini nisi per ipsum compraehensibiles docuit.
Note [édition originale] : Paradisus.
Tunc accedentes ueraces Dei nuncii dicent : Haec est paradisus, quam uobis pro factis uestris haereditatem polliciti sumus.
44
Ipsique paradisi haeredes, hominibus igni deputatis, sibi Deum uerum dixisse confitentes quaerent, an ipsi similiter inuenerint. Quod et ipsis testantibus exclamabitur uoce magna,
45
Note [édition originale] : Inferi.
Deum omnes suam uiam reiicientes, malumque gerentes, aliique saeculo minime credentes
44
perditurum, et summis poenis afflicturum.
46
Note [édition originale] : Incerti quidam paradisum expectantes, inter beatos et damnatos medii.
Inter hos quidem, et illos, in quodam quasi limite sublimi stabunt quidam, discrete scientes horum et illorum facies, qui nequaquam paradisum ingredientes, sed illud sperando expectantes, paradiso uisis inquient, Saluet uos Deus : oculos suos deuergendo.
47
Illis uero apud inferos dicent :
48
Nonne ualuit uobis numerus uester ad resistendum ?
47
Tu Deus, nunquam nos illis malis associa.
49
Dicent illi : Ecce quibus Deus non mandauit misericordiam suam. Sed uos confidenter paradisum intrate, nil timentes.
50
Malis quidem in paradiso manentes deprecantibus, ut eos aquarum suarum caeterorumque bonorum a Deo sibi datorum participes efficiant : respondebunt illi,
51
Deus hic incredulis suam legem in ludo ridiculoque tenentibus, et suas uoluptates in hoc saeculo perficientibus, illicita statuit. Nos enim ibi nostris praeceptis contradicentes, et irridentes obliuiscemur.
52
¶ Iam illis libro coelitus misso, qui rectam uiam sapienter credentibus discrepat, omnes suam explanationem expectantes,
Note [édition originale] : Fili, accepisti bona tua in terris , etc. Luc. 16.
53
sciant, quod die qua uenient omnes, una uoce confitebuntur, iam dei nuncios cum ueritate aduenisse, dicentque prius increduli, tunc ob errorem suum animas perditi : Si quis pro nobis intercessor reditum exorasset, melius quam primo faceremus,
54
Note [édition originale] : Dei maiestas.
Nunc autem dominum Deum nostrum, qui coelum et terram et uniuersa sex diebus creauit, et thronum ascendit, qui diem nocte cooperit, lunam et solem ac stellas suo praecepto promouet,
57
uentis imperat, nubes subleuat, et inde ad arborum ortum et herbarum aquas ad terram mortuam demittit, qui et mortuos resuscitabit :
55
Ipsum inquam omnium piissimum, cum omnes suis praeceptis obedientes diligat,
56
cum timore et spe inuocantes adorate atque diligite :
Facsimile Image Placeholder
52
huiusmodi rerum semper memores estote.
58
Terra quidem bona Dei praecepto germen bonum pariet, mala uero nil praeter malum et insipidum.
Note [édition originale] : Terrae allegoria de hominibus, ut ad Hebraeos 5. Noë. Gen. 6. 7
59
Noë, suaeque genti olim iam iniunximus, haec hominibus dicere :
Note [édition originale] : Unus Deus timendus.
Unum solum Deum, et non alium, ut debetis, inuocate. Aliter enim summe timendum est uobis, die magna.
60
Pars uero plurima suae gentis respondens, ait : In errore manifesto te uidemus.
61
Sed ille dixit, hoc non esse errorem, sed Domini mundi mandatum.
62
¶ Dei mandatum inde quod minime percipitis, libenter atque
deuote
Correction de : deuo e
uobis nuncio.
63
Nec uos miremini, quod uobis a Deo uenit natiuus nuncius, uos castigans atque docens uiam Dei, uobis ueniam daturi.
64
Cumque Noë contradicerent, eum suosque fautores in arca proteximus : Caeteros omnes uelut caecos summersimus.
65
Note [édition originale] : Hut missus ad Hath.
Hut ad Hath gentemque suam mittens, inquit : Inuocate Deum, alius enim non est adorandus. Nonne timetis eum ?
66
Sed eorum plures increduli, dixerunt : Te uiam erroneam sequi cernimus, atque te mendacem aestimamus.
67
Quibus ipse : Non sum erroneus, sed Dei nuncius,
68
uobis suum mandatum nil addendo seu minuendo ferens.
69
An admiramini Deum uobis nuncium et castigatorem misisse, natiuum hominem ? Reminiscamini quaeso, quomodo Deus Noë, suaeque gentis uicarios constituens, uobis augmentum uirium atque staturae praebuit. Ipsum igitur ut praecedatis, adorate.
70
Responderunt : Praecipisne, quod unum solum Deum adoremus, et morem atque culturam patrum nostrorum omittamus ? Aequum est igitur, ut tu dicti tui probationem praebens ostendas, quid Deum facturum nobis polliceris.
71
Ille uero dixit : Vos iam iram odiumque Dei promeriti, mecum de nominibus impositis a patribus uestris, quae Deus nunquam praecepit, non disceptabitis : sed ipsum Deum discussorem expectate. En ego uobiscum expecto.
72
¶ Eum, suosque factores, nostra pietate liberauimus : Praeceptis uero nostris resistentes, et incredulos, a summo ad infimum destruximus.
73
Note [édition originale] : Schale propheta missus ad Zeuth.
Schale ad Zeuth a nobis missus, inquit : Tu hominesque tui Deum unum, quia non est alius, adorate : Et ego uobis uirtutes atque miracula sua, mihi nota, uobis patefaciam.
74
Vos recordantes, qualiter Deus uos uicarios Hath suaeque gentis posuit, ipsius praecepto in plana terra domos aedificate, et similiter in rupibus uobis mansiones excidite : nec ulterius terras uastatum eatis, inuocantes nomen Dei.
73
Camelae libera pascua permittite, nullam ei molestiam inferentes : Sin autem, graue uobis malum incumbet.
75
Eorum quidem plurima pars incredula, credentibus debilibus et paucis inquit : Scitisne Schale Dei nuncium esse ? Inquiunt, Ita : Nos scimus, et ei credimus.
76
Quibus e contra illi plures increduli responderunt : Vestrae fidei nos sumus increduli.
77
Mandatum itaque Dei spernentes, camelam interfecerunt, et ipsum Schale sic affati sunt : Si tu es nuncius, tua dicta nobis comproba, faciendo uidere quod promittis.
Note [édition originale] : Nugatur, ut et alias, de cameli occisione.
79
Quibus ipse : Vobis Dei mandatum beniuole, uelut bonus consiliarius, attuli : quod uos abhorrentes, minime curatis.
78
Unde ipso Schale se conuentibus eorum subtrahente, terraemotus superueniens, suas domos funditus diruit.
80
Note [édition originale] : Loth Sodomitas increpuit ob nefandum scelus.
¶ Loth rursum increpante suam gentem ob scelus inauditum, et nefas a nemine perpetratum,
81
cum nemo prius uiris abuteretur,
82
respondit ipsa : E uilla tua cunctos incredulos eiice.
83
Ipsum quidem Loth, sibique credulos, praeter mulierem suam uetulam, quoniam suam non liquit maliciam,
Facsimile Image Placeholder
saluauimus,
84
et imbre salubri sufficienter irrigauimus. Quisque prouidus, illorum malorum finem consideret.
85
Note [édition originale] : Schaibh Middenam missus.
Schaibh rursum Middenae mittens inquit : Mihi mandata Dei ferenti parentes estote : Deum unum, cum non sit alius, adorando, nulli quicquam mensurae ponderisue dolose subtrahendo, nec terram bonam uastando.
86
Vobis item cauete, ne qualibet uia morando, credentes in Deum a uia recta diuertatis. Debetis enim tum commemorare, Deum fecisse uos multos e paucis : tum quis sit finis incredulorum, perpendite.
87
Licet ei nequaquam omnes fidem adhibeant, credentes tolerando sustineant, usquequo Deus optimus iudex uenturus litem discutiat.
88
¶ Primatum conuentus incredulorum illius gentis respondit Scaibeh : Te, tibique credentes e uilla nostra proiiciemus, nisi more nostro uixeritis.
89
Quibus ille : Nulla uis, nullaque coactio nos ad haec deducet, ut Deo mentientes, suamque legem linquendo, ad uestram transeamus : ex quo nos ille liberauit ab ea, et nos ipsi sponte nostra subiicimur. Quem supplici uoto precamur, ut ipse ueritatem inter nos patefaciat, cum sit ueracissimus, et omnia sciens.
90
Increduli uero gentem suam increpando inquiunt : Si Schaibe sequaces sitis, perdemini.
92
Contradicentes autem illi, pessundati perditi sunt,
91
suaeque domus per terraemotum diruptae.
93
¶ Ipse Schaib iam retractus ab illis, residuis solatium praebens, inquit : Ego uobis mandata Dei beneuole, beneque consulens, applicui. Quid curandum de incredulis ?
94
Omnes uillas ad quas nostros prophetas misimus, prius poenis et anxietatibus, ut conuerterentur, pressimus :
95
deinceps peccatorum ueniam facientes, ut augmentarentur et sublimarentur, usque dum bonum et malum perpessae fuissent, sicque secure fierent,
97
quod nec eis noctu sopitis,
98
nec die uigilantibus atque ludentibus, nostra uindicta superueniret.
96
Eas deinde ob sua facta sceleraque pessundedimus : quibus ubertatem coeli terraeque, si timuissent, et credidissent, aperuissemus.
100
Ex hoc igitur sui successores perpendere possunt, quod eos pro factis suis punire, sicque sua corda sigillare, ut nihil exaudiant, nostrae uoluntati satis est possibile :
101
Quod uillis, quibus missi sunt nuncii, iam saepius per nos contigit.
102
¶ Horum qui nobis dilectionis foedus pepigerint, parte plurima nequaquam firma fidelique, sed incredula reperta,
103
deinceps Moysen cum uirtutibus atque miraculis ad Pharaonem suamque gentem misimus. Quorum non credentium, quis esset finis, uideatur.
Note [édition originale] : Moysis cum Pharaone acta, figmentis deformata.
104
Moysi igitur Pharaonem alloquenti, dicentique se Dei nuncium,
105
nil nisi ueracissima Dei praecepta ferentem, ut secum filii Israël aduenissent, ad eum accessisse.
106
Respondit ipse : Si cum uirtutibus aduenisti, eas ut ueridicus existas, uideamus.
107
Ipsius itaque manu suus baculus proiectus, draco factus est,
108
manusque uersa apparuit candidissima.
109
Ob hoc Pharaonis homines eum magum sapientissimum,
110
et regem a suo deiicere regno uolentem perhibentes, quid rex inde uelit, perquirunt.
111
Ipse quidem eum fratremque suum custodiri, et per singulas urbes omnes
112
sapientes magos coadunari praecepit.
113
¶ Illis igitur aduenientibus, et quam pro adeptione uictoriae mercedem susciperent, quaerentibus,
114
dixit Pharao : Familiaritatem meam sumam, et propinquitatem.
115
Illis deinceps Moyseque conuenientibus, et alternatim operum exordio postulato,
116
illi parentes, uisibus humanis miranda atque timenda obiecerunt.
117
Deinceps Moysis
Facsimile Image Placeholder
baculus nostro nutu proiectus, caeterorum omnes machinas et fantasias deuorauit.
118
Et sic illis repressis, et ad minimum redactis, ueritas apparuit.
119
Omnes deinceps magi superati,
120
genua sua coram Moyse flectebant,
121
confitentes publice, se
121
122
Deo
122
Moysis et Aaron,
121
creatori uidelicet orbis, se subiicere.
123
¶ Ob hoc indignatus Pharao, quod in eum nisi nutu suo crediderant, inquit : Vos artibus uestris atque dolis enitentes, ut suam ex hac ciuitate gentem educatis,
124
uestris manibus et pedibus abscissis ex opposito suspendam.
125
Cui illi : Cur de nobis ad Deum ituris,
126
quoniam Dei praeceptis aduenientibus credimus, uindictam sumere quaeris ? Tu Deus nobis fortem tolerantiam, et in uera fide legeque tua perseuerantiam, benigne praestare digneris.
127
Homines quidem Pharaonis sic eum affati sunt : Si Moysen fratremque suum terram tuam sic uastare, tuamque sibi gentem allicere dimiseris, tuum idolum et te prorsus negligendo dimittent. Respondit : Ego super eos fortis atque potens, infantes interficiam, foeminasque custodiam.
128
Moyses item suae genti solatium praebens, inquit : Deum adorantes, ipsius auxilio fortes, omnia libenter tolerate. Qui finis uitaque timentibus ipsum, terrae suae quem uult haeredem constituit.
129
Ipsis autem indignantibus ξ *
Note [édition originale] : Transposita fuere haec in tribus quibus usi sumus exemplaribus ut signa indicant, infra paulo.
et obstrepentibus, se ante suum aduentum, et similiter postea mala plurima perpessos dixit : hostem uestrum Deus exulabit, et perdet, uobisque terram deinceps daturus, effectus uestros ipse uidebit.
130
Hominibus deinceps Pharaonis, suisque fructibus pedetentim annorum intercapedine, ut per hoc castigati magis Dei memores essent, decrementum immisimus.
131
Sed illi uelut inscii, quotiens eis aliquod commodum contigit, hoc suum esse : quotiens malum, hoc per Moysen suosque factores contigisse, cum omnia tamen Dei sint, affirmabant.
132
¶ Illis dicentibus Moysi, quod incantationibus arteque magica suos effectus compleret, nec ideo sibi crederent,
133
locustas, et bruchum, et ranas, ac sanguinem discerptim ingessimus. Ipsi tamen non minus increduli perseuerabant,
Note [édition originale] : Aegypti plagae aliter expositae quam in Exo.
134
et Moysi supplicando, licet increduli, precabantur eum : Tu Moyses, Deum propter amicitiam uestram atque foedus inter uos firmatum, ut malum istud expellat, exora, nosque tibi credituri, filios Israël tecum mittemus.
135
Unde illis ad horam malis subtractis, accedente termino, ecce dimittere noluerunt.
136
Quod nos praeuidentes, uindictam sumendo, quoniam nostris contradicendo praeceptis increduli manebant, in mare summersimus,
137
illamque terram ab oriente in occidentem pauperibus incolendam tribuimus. Sic igitur Pharaonis suaeque gentis factis dictisque deletis, filios Israël nostra uerba complentes tolerando, transfretare fecimus.
138
Qui deinceps tamen inuenientes homines idolorum cultores, Moysen precati sunt, ut eis imagines similiter constitueret. Quibus ipse : Vos uere caeci estis,
139
cum hanc gentem operaque sua quicquam esse putatis.
140
Unus enim solus deus uobis est adorandus, qui uos super omnes extulit,
141
et liberauit de gente Pharaonis, quae uobis semper noxia prolem uestram interfecit, uestrasque mulieres, quod Deo summe displicet, subduxit.
142
¶ Moyses accepto termino alloquendi deum post XXX. dierum peractum spacium, cui X. dies ipsemet adiunxit, sicque sunt facti XL, Aaron fratrem suum affatus inquit : Tu meus interim in mea gente uicarius esto, et benefaciens nullatenus uiam errantium exequere.
143
Ad horam itaque constitutam ipsum aduenientem, deo affato Moyses inquit : Tu deus, ut te uideam, mihi praesta.
Note [édition originale] : Secus quam habeatur Exo. 33. et 34. exponit, ut Deus Moysi apparuit.
Contra quem sic
Facsimile Image Placeholder
Deus : Me quidem non uidebis, nisi meus a te uisus loco suo permaneat. Deo montem ascendente, ipse in minimum atque minutum redactus est. Unde Moyses quasi mortuus cecidit, curatus autem inquit : O Deus, ego uester sum, et in te primus credens.
144
Dixit deus : Ego super gentem meam te prae caeteris electum, mea mandata ferentem constitui, tuque munere meo sumpto,
145
quod iam tabulis inscribitur, Deo grates persolue. Continet autem illud omnem gerendorum doctrinam, et castigamen, ac discretionem. Quod tu constanter et firmiter sumpturus, ut tua gens similiter accipiat, intima. Domos incredulorum
146
mihi nostrisque fallaciter resistentium,
145
tibi monstraturus illos,
146
licet qui omnia miracula uiderint, nostraque praecepta saepius audierint, nec ipsis nec alii saeculo fidem adhibent, et utraque uia uisa falsam semper proficiscuntur :
147
Illos inquam, suaque negotia penitus confundam, et sibi suorum operum uicem reddam.
148
Moyse quidem absente, sua gens ex annulis suis et torquibus tauri statuam, sonitum quasi stertentis emittentem, sibi fecit.
Note [édition originale] : Historiam Exodi. 32. male reddit, ut supra etiam.
149
¶ Sed cum uiderent eam nil dicere posse, nec uiam rectam edocere, eam suis tractando manibus, se confitentes errasse, dixerunt : Nisi Deus ueniam misericordiamque fecerit, nos perdendis annumerabimur.
150
Moyses itaque reuersus, multa permotus iracundia, eos ob sui maliciam, Deique mandati festinationem post suum discessum, increpans, tabulas proiecit, fratremque suum capillis arripuit. Ille uero respondit : Me debilem ipsi uolentes interficere, fere uitam abstulerunt. Unde de me uindictam minime sumas, ne sim ridiculum hostium, nec me malis hominibus illis admisceas.
151
Moyses hoc audiens, Deum orat, ut sibi fratrique suo ueniam et misericordiam, cum ipse sit omnium piissimus, praestet.
152
¶ Qui taurum adorabant, iram Dei et dedecus huius saeculi merito sustinebunt.
153
Qui peccatis commissis, ad Deum postea poenitendo se conuerterint, ueniam et misericordiam consequentur.
154
Moyses deinceps ira semota, librum et tabulas, uiam et misericordiam timentibus Deum manifestantes,
155
sumens, ad horam sibi mandatam, LXX. suorum hominum elegit, quibus pessundatis inquit : O Deus, qui quibus uis rectam, quibus uis malam uiam praebes, nunc hos ob suam inscientiam factaque nefanda condemnans, si tuae subesset uoluntati, prius eos confudisses. Sed tu discrete, licet arcane, omnia gerens, tu ueniae largitor optime, nobis ueniam et misericordiam praebe,
156
simulque da huius, saeculique futuri bonum, nobis te, non alium adorantibus. Inquit Deus : His bonum, illis uero malum, meo praecepto semper accidit. magnamque misericordiam, omnium capacem, timentibus me, et obedientibus meis mandatis, ac eleemosynariis praebebo.
157
Note [édition originale] : Machumet ignarus literarum.
Note [édition originale] : Quod alibi negatur.
¶ Imitatores nuncii atque prophetae, legendi scribendiue nescii, cuius nomen atque mentio reperitur in testamento et Euangelio, qui gerenda praecipit, aliaque prohibet, bona saporiferaque uestro comestui licita, alia quidem illicita ponit, cogitationes prauas et errores eiicit : Omnes inquam illi credentes, et auxiliantes, atque sublimantes, suisque mandatis obedientes, et boni sunt, et bonis associabuntur.
Note [édition originale] : Inductionem absoluit, ex prius recitatis similibus inferens, ipsi legato Dei credendum esse.
158
Vos uiri, ego quidem ad uos uenio, Dei nuncius, regis coeli et terrae, praeter quem non est alius, qui mortificat et uiuificat. In eum, mihique, suo nuncio, legendi scribendique nescio, penitus ipsi suisque praeceptis subiecti credite, suis praeceptis obedientes, ut boni
Facsimile Image Placeholder
efficiamini.
159
Quidam autem de gente Moysis, ad ueritatem istam se conuertunt, secundum illam operantes.
160
Nos quidem in terra duodecim gentes diuisim constituimus. Nos quoque Moysi, cum sua gens aquam peteret. ut cum uirga petram percuteret, iniunximus : apertique sunt fontes duodecim, eorum locis notis omnibus. Eos quoque nube proteximus, et manna simul et coturnices ad comedendum praebuimus. Nunquam illis nocui, sed ipsi quidem suis animabus nocuerunt.
Note [édition originale] : Historias Exodi perperam adducit, ut superius.
161
Eisdem item iniunximus, ut uillam quamlibet frequentarent, et quidlibet sibi placitum comederent cum gratiarum redditione, et ut in portarum ingressu se humiliarent : Sicque semper peccaminum ueniam tribueremus, et bonum semper augeremus.
162
¶ Horum uero prauis atque peruersis nostrum praeceptum mutantibus, malum coelitus ob suam maliciam intulimus.
163
Cum quidam in uilla iuxta mare in sabatho piscium multitudine capitibus subleuatis adueniente, quod caeteris diebus minime contigit, nos enim ipsis uicem suorum operum reddidimus, non gerenda perpetrabant,
Note [édition originale] : Fabula Iudaica absurdissima de sabatho uiolato.
164
ab aliis castigati dixerunt : Quare caeteros castigatis, cum Deus eos confundet, aut graue malum eis superueniet ? Responderunt : Nostrum est Dei mandatum commemorare, cum forsan hoc timorem immittet.
165
Eis autem castigamina non curantibus, gerenda docentes saluauimus, caeteros autem pro suis factis damnauimus.
166
Diximus quoque uertentibus ad prohibita, ut simiae perditae fierent,
167
in hoc saeculo dedecus et opprobrium, in futuro malum grauissimum accepturae. Ipsius praecepto, qui est pius ueniaeque dator,
168
gentibus per terras diuisis, quarum quaedam bonae sunt, quaedam autem infra, eis nunc bonum nunc malum exhibendo, ut sic eorum ad fidem esset conuersio, tentauimus eas.
169
Sed primis peiores succedentes, libri partem sibi, uidelicet in hoc saeculo placita ferentem accolunt, residuumque dimittendo dicunt, Deum inde sibi daturum ueniam.
Note [édition originale] : Alcoranum quidam partim recipiunt, partim reiiciunt.
Nonne fiduciam et firmitatem a uobis cepi, quod in hoc libro nil nisi uerum esse diceretis ? Cur insensati uiuitis ?
170
Alia quidem curia multo melior habetur, quam libri factoribus, et orantibus, sua persoluendo praemia tribuemus.
171
¶ Montem super Iudaeos nubi similem,
Note [édition originale] : Nubem, siue quae ad montem Sinai apparuit, siue quae agmen circumdedit, montem dicit, ineptiens more suo.
cuius ruinam super se pertimebant, ut sic saltim ui legem nostram reciperent, et eam assidue ad timoris adeptionem legerent, extulimus.
172
Cumque cepi de filiis Adae eorumque posteris testes super animas suas, dixi : Nonne ego sum Deus uester ? Dixerunt, Ita : Huiusque rei testes super animas nostras adsumamus. Quibus ego : Imo in alio saeculo testes adestote, ubi non dicatis me nequaquam huius rei noticiam et intelligentiam uobis intimasse :
173
nec iterum sequendo patres uestros prius incredulos, quaeratis, Cur ob facta praedecessorum mala patiamini ?
174
Ita quaeque distinguo diligenter, ut ipsi Deum diligentes efficiantur.
175
Ille, cui prius iniuncto meo mandato deinceps subtraxi sapientiam, malus effectus, diabolum secutus est.
176
Note [édition originale] : Temporaria aeternis bonis praeferentes, Deique uocationem spernentes, canibus similes.
Eum tamen cum sua sapientia ad me sublimare meae uoluntati possibile esset : Sed ipse mundanam mansionem magis diligens, suum amorem amplexus est. Hic quidem talis, caeterique meis contradicentes praeceptis, sicque suis nocentes animabus, cani assimilantur : qui seu ad ipsum accedas, seu non, latrare non desinit.
178
Solus autem ille firmitatem obtinet, cui Deus rectam uiam praedestinauit.
179
Omnis illinc aberrans, in gehennam ponetur : quo multitudinem diabolorum, et hominum habentium corda sine
Facsimile Image Placeholder
discretione, oculos sine uisu, aures absque auditu, qui brutis animalibus magis erronei, negligentes existunt, mittemus. Illos igitur incredulos, quibus Deus mercedem pro merito tribuet, dimittentes, cum ξ *
Note [édition originale] : Signum quod remittit ad superiora. Sed haec bene cohaerent.
180
Dei plurima bona sint nomina, ipsum cum eis inuocate, sequentes ratione, uique doctorem, et secundum illam operatorem.
182
¶ Sic contradicentibus praeceptis nostris,
183
quibus insciis mala formosa uideri fecimus, quod omnibus callidior, omnibus arte praeualeo.
184
Nonne perpendunt, seruus e diabolo socius sortitus sit, utrum sim alius quam nuncius uerus ?
185
An coeli terraeque machinam, omneque diuinum opus non considerant ? cum forsan iam suae mortis terminus accessit, post quem, cui uerbo credent ?
186
Note [édition originale] : Pertinaces relinquendi.
Cum nemo, quem Deus aberrare fecerit, uiae bonae doctorem inuenire queat, eos in caecitate sua dimittamus.
187
Note [édition originale] : Incerta hominibus dies nouissima.
Quaerentibus a te aduentum horae postremae, dic, illius noticiam nulli nisi Deo compraehensibilem esse, quae in coelo terraque grauis subito pluribus nescientibus superueniet.
188
Sic enim tu nil nisi Dei uelle bonum siue malum tuae animae commendare potens, absconditum agnoscens, multum boni, nec quicquam mali adipisceris : cum nil nisi Dei nuncius, suorumque uerborum ad incredulos applicator existas.
189
Note [édition originale] : Adae et Euae prima proles.
Adam patre uestro a Deo creato, et ex eo foemina ad suum concubitum, in primo coitu mulier concepit, sicque deinceps grauida multum facta est. ob quod maritus ac mulier Deum deprecati dicebant : Si tibi nobis bona praebere placuerit, grates tibi referemus.
190
Note [édition originale] : Protoplasti cito idololatrae :
Deo itaque prosperitatem atque bonum eis conferente, eis suorum donorum participem, unde te Deus liberet, constituerunt.
191
Quomodo Deo socium atque particeps quicquam, non creans aliquid, sed creatum,
192
nec sibi nec inuocantibus ipsum auxiliari potens, opinantur ?
193
¶ Hi ad rectam uiam a uobis aduocati, nullatenus uos sequentur. Aeque namque proficit eos aduocare, atque tacere : homines tamen sunt, sicut et caeteri.
194
Qui si fides uestra uera esset, uobis responsa facerent.
195
An habent illi pedes, quibus ambulent ? an oculos, ut uideant ? an aures, ut audiant ?
Note [édition originale] : Contra idola, ut Psal. 113.
Illos itaque participes inuocando, si uobis sit possibile,
196
decipite me, qui soli Deo libri datori, sicut et omnes boni homines, me commendo.
197
Illi uero quos loco dei adoratis et inuocatis, nec sibi nec animabus suis prodesse queunt.
198
Ad uiam rectam uocati, prorsus auditu uisuque carent.
199
De decimis et beneficiis sume, et inde secundum morem consuetum operare.
Note [édition originale] : Decimas percipere, ac bene uti conceditur.
Insciis, te subtrahe semper.
200
Si aliqua fortassis diabolica suggestio seu fraus acciderit, te diuina sanctificatione praemuni, Deo audiente atque sciente.
201
Omnis enim deum timens, cum ei quicquam diabolus intulerit, Dei memor est, ad bonum se conuertens.
203
Cum te minime cum uirtutibus uenientem quaerant, cur eas non efficis ? dic, te nil nisi mandatum dei imitari. Haec quidem sunt res manifestae, uiaque uera, et misericordia timentibus deum.
Note [édition originale] : Sine miraculis doctrinae nudae credi postulat.
204
Note [édition originale] : Alchoran religiosa mente audiendus.
Cum legitur Alchoran, eum cum toto corde, deuotaque mente, ut Deus tibi misericordiam praestet, ausculta,
205
et deum in anima tua, unaque uoce mane et uespere, nequaquam horum aliquid negligens, cum humilitate et timore inuoca et adora.
206
Apud ipsum quidem manentes, nullatenus indignantur ipsum inuocare, humilique prece exorare.